Selon la Lung Ambition Alliance, près d’un quart des décès causés par le cancer du poumon pourraient être évités dans les populations à haut risque grâce à un dépistage ciblé du cancer du poumon à l’échelle mondiale

Un nouveau rapport met en exergue l'important fardeau économique du cancer du poumon et l'impact potentiellement transformateur d’une augmentation du dépistage précoce à grande échelle

D’après les conclusions d'une nouvelle enquête, la majorité des décideurs politiques pensent que les pays devraient investir dans des programmes de dépistage ciblé du cancer du poumon

LONDRES--()--Un rapport publié aujourd’hui, intitulé ”Lung Cancer Screening: The Cost of Inaction”, montre que le dépistage du cancer du poumon représente une occasion cruciale d’améliorer considérablement la survie.1 D’après les résultats de l’étude NELSON, près d’un quart des décès causés par le cancer du poumon pourraient être évités dans les populations à haut risque grâce à l’adoption d’un dépistage ciblé avec des analyses par tomodensitométrie à faible dose (TDMFD).2 Effectuée sur plus de 13 000 personnes, l’étude a révélé que dans la population européenne à haut risque, les décès ont été réduits, grâce au dépistage avec la TDMFD, à 18,4 % du nombre total de décès par rapport à 24,4 % dans le groupe de contrôle après une période de suivi de dix ans.

Le cancer du poumon provoque 1,8 million de décès par an et fait peser le plus important fardeau économique parmi tous les cancers, pour un coût annuel de 18,8 milliards d’euros* rien qu'en Europe.3,4 Développé pour la Lung Ambition Alliance, le nouveau rapport révèle que la mise en œuvre à grande échelle d’un dépistage ciblé en utilisant des analyses TDMFD peut réduire significativement cette charge financière et améliorer la survie des patients – en augmentant le nombre de cancers du poumon détectés à des stades précoces, lorsque le pronostic est meilleur et davantage d’options thérapeutiques sont disponibles.

Actuellement, seulement environ un patient sur cinq dans le monde est diagnostiqué au stade I, lorsque les chances de survie à cinq ans sont comprises entre 68 et 92 % – contre un peu moins de 10 % lorsque le diagnostic est effectué au stade IV. 5,6,7 Le cancer du poumon à un stade précoce peut être traité avec des cheminements cliniques moins complexes et moins coûteux que lorsqu’il est diagnostiqué à des stades ultérieurs, permettant de réaliser des économies de coûts importantes grâce à un diagnostic précoce.8,9,10 À mesure que le cancer du poumon progresse, les dépenses de santé augmentent en raison de la fréquence accrue des admissions hospitalières, des cycles de traitement supplémentaires, des exigences de soins supplémentaires et de la plus grande probabilité de recourir aux soins palliatifs.11

Un diagnostic précoce réduit également la productivité perdue du fait du cancer en général car davantage de patients et de soignants peuvent rester actifs et, dans certains cas, leur cancer devient une condition pouvant être traitée plutôt que fatale.10 En Europe, la perte de productivité liée aux décès prématurés suite à un cancer du poumon coûte près de 10 milliards d’euros par an.3

Le professeur Giorgio Scagliotti, ancien président et directeur scientifique par intérim de l’IASLC, professeur d’oncologie médicale à la faculté de médecine de l’Université de Turin, en Italie, a affirmé : « Toute personne atteinte d’un cancer du poumon mérite les soins qui offrent la plus grande chance de détection précoce et d’amélioration du taux de survie. Les preuves obtenues dans les essais cliniques randomisés à grande échelle sont incontestables : le dépistage ciblé par tomodensitométrie à faible dose est susceptible de sauver des vies. C’est aujourd’hui le deuxième anniversaire de la Lung Ambition Alliance et, tandis que le traitement du cancer du poumon a fait d'énormes progrès, pour réaliser le plein potentiel de ces avancées, nous devons nous assurer que les individus puissent accéder en temps opportun à un dépistage et un diagnostic efficaces – ce qui leur permettrait de réagir rapidement à de possibles symptômes de cancer. »

Moins de dépistages sont nécessaires pour empêcher un décès par cancer du poumon que tout autre type de cancer. L’étude NELSON a révélé que pour 320 analyses TDMFD effectuées, une vie pourrait être sauvée, contre 864 tests pour le cancer colorectal et entre 645 et 1 724 pour le cancer du sein. 12,13,14 Toutefois, les dépistages pour le cancer du poumon ne sont pas aussi largement disponibles que pour les cancers colorectal et du sein.15

Malheureusement, pour le dépistage du cancer du poumon, la réorientation des politiques est à la traîne par rapport à la modification des attitudes alors que de nouvelles preuves deviennent disponibles. Dans un sondage effectué auprès de décideurs politiques dans sept pays (France, Allemagne, Italie, Japon, Espagne, Royaume-Uni, États-Unis), la majorité (75 %) pensent que les pays devraient investir dans des programmes de dépistage ciblé du cancer du poumon.16 Seuls quelques pays dans le monde se sont engagés à introduire des programmes de dépistage nationaux, parmi lesquels les États-Unis, le Japon, la Corée du Sud, la Croatie, la Pologne et l’Australie.1 Le rapport encourage les gouvernements à mettre en œuvre le dépistage par TDMFD à grande échelle dans les populations à haut risque et fournit des recommandations de mise en œuvre basées sur plusieurs décennies de recherche au niveau mondial.

Mohit Manrao, vice-président et responsable de la franchise mondiale pour le cancer du poumon chez AstraZeneca, a déclaré : « Nous ne pouvons pas laisser passer la chance d'alléger le fardeau du cancer du poumon sur la société grâce à un dépistage efficace. Non seulement une détection précoce bénéficiera aux patients, mais cette approche peut également potentiellement réduire les coûts pour les systèmes de santé, assurer une plus grande durabilité à long terme et aider les gouvernements à atteindre leurs objectifs de réduction de la mortalité liée au cancer dans son ensemble. Un diagnostic précoce est essentiel pour obtenir les meilleurs résultats possibles pour les patients atteints d'un cancer du poumon. Nous avons maintenant une compréhension plus profonde des complexités du cancer du poumon et de la manière de le traiter, et bel et bien un impératif d’offrir aux patients les soins les plus adaptés aux caractéristiques de leur maladie. »

À propos de la Lung Ambition Alliance

La Lung Ambition Alliance est un partenariat de grande envergure regroupant diverses organisations unies dans leur quête d'éliminer le cancer du poumon en tant que cause de décès. L'Alliance vise à accélérer les progrès et à apporter des changements significatifs aux patients atteints d'un cancer du poumon en amplifiant l'expertise de chaque partenaire et en donnant la priorité à des projets importants susceptibles de faire avancer son objectif. Les partenaires fondateurs, à savoir l'International Association for the Study of Lung Cancer (IASLC), Guardant Health, la Global Lung Cancer Coalition (GLCC) et AstraZeneca, étudieront et surmonteront les obstacles au dépistage et au diagnostic précoce, au développement de médicaments innovants et de soins de qualité, et continueront à avoir une vision ambitieuse pour l'avenir concernant le cancer du poumon, qui commence par un doublement de la survie à cinq ans d'ici 2025.

Pour plus d'informations, visitez www.lungambitionalliance.org.

Références

_____________________________
* The cost of lung cancer in the EU in 2009
1 The Health Policy Partnership. Lung cancer screening: the cost of inaction report. June 2021
2 de Koning h.J., et al. Reduced Lung-Cancer Mortality with Volume CT Screening in a Randomized Trial. NEJM. 2020,382:503-513
3 Ferlay J, Ervik, M, Lam, F, Colombet, M, Mery, L, Piñeros, M, Znaor, A, Soerjomataram, I, Bray, F,. Global cancer observatory: cancer today. Available from: https://gco.iarc.fr/today. Accessed June 2021.
4 Luengo-Fernandez R, Leal J, Gray A, et al. 2013. Economic burden of cancer across the European Union: a population-based cost analysis. The Lancet Oncology 14(12): 1165-74
5 Goldstraw P, Chansky K, Crowley J, et al. 2016. The IASLC lung cancer staging project: proposals for revision of the TNM stage groupings in the forthcoming (eighth) edition of the TNM classification for lung cancer. Journal of Thoracic Oncology 11(1): 39-51
6 Heist RS, Engelman JA. 2012. SnapShot: non-small cell lung cancer. Cancer cell 21(3): 448.e2
7 Public Health England, National Cancer Registration & Analysis Service. Staging data in England. Available from: https://www.cancerdata.nhs.uk/stage_at_diagnosis. Accessed June 2021.
8 Lung Cancer Europe. 2019. Early diagnosis and screening challenges in lung cancer. Bern: Lung Cancer Europe
9Arrieta O, Quintana-Carrillo RH, Ahumada-Curiel G, et al. 2014. Medical care costs incurred by patients with smoking-related non-small cell lung cancer treated at the National Cancer Institute of Mexico. Tobacco Induced Diseases 12(1):25
10 ten Haaf K, Tammemägi MC, Bondy SJ, et al. 2017. Performance and Cost-Effectiveness of Computed Tomography Lung Cancer Screening Scenarios in a Population-Based Setting: A Microsimulation Modeling Analysis in Ontario, Canada. PLOS Medicine 14(2): e1002225
11 Wood et al. (2019). Cost burden associated with advanced non-small cell lung cancer in Europe and influence of disease stage. BMC Cancer 19, 214 (2019). https://doi.org/10.1186/s12885-019-5428-4. Accessed June 2021.
12 Aberle DR, Adams AM, Berg CD, et al. 2011. Reduced lung-cancer mortality with low-dose computed tomographic screening. New England Journal of Medicine 365(5): 395-409
13 The Canadian Taskforce for Preventive Health Care. 2018. Breast cancer update: 1000 person tool. Calgary: CTFPHC
14 Fitzpatrick-Lewis D, Ali MU, Warren R, et al. 2016. Screening for colorectal cancer: A systematic review and meta-analysis. Clinical Colorectal Cancer 15(4): 298-313
15 Cancer Treatment Centers of America. Lung Cancer Screening Should Be More Common. Available at: https://www.cancercenter.com/community/blog/2017/11/screening-for-lung-cancer-like-we-do-for-colon-and-breast-cancer [Accessed July 2021].
16 YouGov survey: Lung Cancer Policymaker Polling. April 2021. AZ Data on File.

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Contacts

Courtney Walker
Burson RX
Courtney.Walker@bursonrx.com
+1-212-303-2309

Kayleigh Moore
GCI Health
Kayleigh.Moore@gcihealth.com
+44-776-761-2019

Contacts

Courtney Walker
Burson RX
Courtney.Walker@bursonrx.com
+1-212-303-2309

Kayleigh Moore
GCI Health
Kayleigh.Moore@gcihealth.com
+44-776-761-2019