Ozow jette les bases de la banque ouverte en Afrique

Avec plus de 100 000 nouveaux utilisateurs par mois rien qu’en Afrique du Sud et en Namibie, Ozow prend actuellement des mesures pour apporter sa plateforme de paiement dans le reste de l’Afrique et du monde.

Download

Loading media player...

Ozow PIN

JOHANNESBURG, Afrique du Sud--()--« Dans une économie mondiale en constante évolution, traditionnellement dominée par les grandes banques depuis 1472 (une réalité qui a peu de chances de changer au cours des prochaines décennies), Ozow se positionne comme un disrupteur pour remettre en question le statu quo. Ozow ouvre la voie avec une plateforme de banque ouverte en Afrique, et la croissance surprenante de l’entreprise ces 6 dernières années raconte l'histoire d'une startup en croissance rapide, sur le point de conquérir le continent africain », a déclaré Thomas Pays, PDG et cofondateur d’Ozow. « En tant qu’entreprise axée sur le marché, Ozow a vu son succès croître jusqu’au point de capturer un marché tout entier (représentant plus de 70 % du marché sud-africain des transferts électroniques de fonds [TEF] instantanés), depuis le cœur des townships défavorisés aux zones rurales en passant par les LSM les plus élevés. Les utilisateurs constatent tous que la plateforme de paiement est une alternative meilleure, plus sûre et plus facile que les cartes ou les paiements TEF manuels. »

Il y a plus de 49 millions de comptes bancaires rien qu’en Afrique du Sud – les utilisateurs ont simplement besoin d’un moyen pratique pour payer depuis ces comptes. C’est là que la plateforme de paiements en ligne sécurisés d’Ozow est à la pointe de l'innovation en matière de paiements.

« Les consommateurs, les commerçants et les banques en Afrique du Sud et en Namibie reconnaissent dorénavant qu’Ozow est le moyen rapide et digne de confiance pour effectuer des paiements », a expliqué M. Pays. « Comme la plupart des personnes dans la région se connectent à l’Internet principalement via leurs terminaux mobiles (la même chose est vraie pour le reste de l’Afrique) – et paient souvent à l’avance pour un temps d’appel/une quantité de données prédéfinis – la vitesse des transactions est un paramètre essentiel. Nous nous engageons à permettre des paiements en quelques secondes. »

Le dernier lancement de produit d’Ozow, sous la forme d’une innovation en première mondiale en instance de brevet appelée Ozow PIN, a également permis de renforcer la croissance de l’entreprise. Cette technologie permet à un utilisateur de tokéniser un paiement et d’effectuer des achats récurrents en saisissant simplement un code PIN à 4 chiffres. Cette innovation en première mondiale se taille déjà, de façon offensive, la part du lion du marché des options de paiement en espèces, par carte et par des moyens alternatifs en permettant aux utilisateurs d’effectuer des transactions à tout moment, partout en ligne ou dans les points de vente, sans avoir besoin d’application ni de s’inscrire. « En tant qu’entreprise de paiements leader du marché en Afrique, nous accordons la priorité aux besoins de nos clients, conduisant à une progression de plus de 50 % des paiements périodiques depuis l’introduction de cette nouvelle technologie », a déclaré M. Pays. Ozow peut également être utilisé pour la facturation électronique en partenariat avec SAGE et Xero, pour les paiements par SMS via tous les principaux réseaux et avec des codes QR. Le service va être disponible dans cinq des 11 langues officielles de l’Afrique du Sud et il est prévu d’ajouter les autres langues dans les prochains mois.

Du point de vue du commerçant, Ozow fait office de couche de sécurité additionnelle à celle de l’infrastructure bancaire existante, permettant de rendre toutes les transactions ultra-sûres, à tout moment, et offrant un environnement qui a démontré être plus sûr que tout autre mécanisme de paiement. Lorsqu’un paiement a été confirmé, il est irrévocable, utilisant une instruction numérique en temps réel émise par le titulaire du compte source.

Ozow a été fondée en 2014 par Mitchan Adams et Lyle Eckstein (deux Sud-africains), conjointement avec son PDG Thomas Pays, un Français qui vit en Afrique du Sud depuis plus de 16 ans.

Ces dernières années, Ozow est devenue la marque de paiement la plus digne de confiance chez les utilisateurs, qui ont développé un attachement émotionnel fort à la marque, permettant à bon nombre d’entre eux d’effectuer des transactions électroniques pour la première fois.

Les valeurs d'entreprise d’Ozow et la culture développée par la société visent à autonomiser ses parties prenantes et à avoir un impact. En avril de l’an dernier, Ozow a lancé une campagne “0 % de commission’’ pour les organismes à but non lucratif/ONG ainsi que pour les PME, ouvrant une nouvelle fois la voie sur le marché en tant qu’entreprise socialement responsable, en transmettant la valeur aux entrepreneurs (un élément essentiel de l’économie sud-africaine) qui accordent souvent davantage la priorité à satisfaire les besoins de leurs clients que leurs propres besoins.

« Aujourd’hui, Ozow est composée d’une équipe de plus de 50 personnes qui partagent la vision d’apporter nos solutions de paiement rapides et faciles au continent africain et finalement au monde entier. Via Ozow, dans un marché sur lequel plus de 9,7 billions ZAR sont transférés via des paiements de banque à banque chaque année, bien plus de 11 fois la part de marché des paiements par carte, la perspective d’une inclusion financière pour tous est pratiquement illimitée », a ajouté M. Pays.

« Notre approche est entièrement ouverte, et nous souhaitons nous associer avec des banques et d’autres prestataires de services de paiement sur chacun des marchés que nous pénétrons », a-t-il ajouté. « Nous avons pris le temps nécessaire pour nous assurer que notre technologie est en position d'évoluer, et nous sommes d’avis que ce moment est arrivé. »

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Contacts

Thomas Pays
thomas@ozow.com
+27 (74) 110-1011

Contacts

Thomas Pays
thomas@ozow.com
+27 (74) 110-1011