Un Comité de pilotage européen publie le rapport A New Era in Diabetes Care, qui met en exergue le besoin d’améliorer la qualité des soins pour les personnes souffrant d’un diabète de type 2 et de complications rénales/cardiovasculaires

  • ‘A New Era in Diabetes Care’ est une initiative réunissant huit experts du diabète, de la néphrologie et des soins primaires de toute l'Europe, pour discuter des principaux défis et opportunités d’amélioration de la prise en charge du diabète sucré de type 2 et de ses complications rénales/cardiovasculaires associées
  • Le rapport qui en résulte met en lumière plusieurs appels à l'action spécifiques que les médecins de soins primaires et de soins secondaires peuvent mettre en œuvre dans la pratique clinique quotidienne pour aider à relever ces défis, dont certains sont particulièrement pertinents dans le contexte du COVID-19
  • Dans le cadre de cette initiative, Mundipharma a effectué un sondage sur la sensibilisation du grand public en Europe, qui a révélé que moins d’un tiers des personnes interrogées considèrent l’insuffisance rénale chronique comme une complication grave du diabète de type 2

DESTINÉ UNIQUEMENT AUX MÉDIAS EUROPÉENS SPÉCIALISÉS DANS LE SECTEUR MÉDICAL ET PHARMACEUTIQUE

CAMBRIDGE, Angleterre--()--Un nouveau rapport d’expert a été publié aujourd’hui pour aider à exposer les principaux défis et inégalités dans la prise en charge du diabète sucré de type 2 (DST2) et de ses complications rénales et cardiovasculaires associées, et mettre en lumière certains appels à l'action afin de tenter de combler ces lacunes pour les 53 millions d’européens atteints d'un DST2.1 A New Era in Diabetes Care est une initiative non promotionnelle de sensibilisation aux maladies réunissant un Comité de pilotage pluridisciplinaire européen composé d’experts du diabète, de la néphrologie et des soins primaires, financée par Mundipharma International Limited. Rédigé par le Comité de pilotage, le rapport explore cinq grands axes dans la gestion du DST2, de l’insuffisance rénale chronique (IRC) et de la maladie cardiovasculaire (MCV) :

  • Sensibilisation des professionnels de santé et des patients sur l’IRC et ses signes
  • Contrôle et interprétation efficaces des marqueurs (indicateurs cliniques) de l’IRC
  • Meilleure compréhension du modèle de prise en charge clinique par les professionnels de la santé
  • Utilisation de la prise de décision partagée pour créer un plan de soins approprié pour les personnes atteintes d’un DST2
  • Surveillance et contrôle réguliers des principaux indicateurs de performance/résultats du traitement

« Les complications du diabète de type 2, comme l’insuffisance rénale chronique et la maladie cardiovasculaire, font peser un lourd fardeau sur les patients et les systèmes de santé et, avec la prévalence croissante de la maladie, la situation devrait empirer. Ces deux complications étant directement liées, le fait de traiter et de ralentir la progression de l’insuffisance rénale chronique devrait également permettre aux médecins de réduire le risque de maladie cardiovasculaire, qui est la principale cause de décès chez ces patients », a déclaré le professeur David Wheeler, président du Comité de pilotage de l'initiative A New Era in Diabetes Care, professeur de médecine rénale à l’University College de Londres et consultant honoraire néphrologue au Royal Free NHS Foundation Trust à Londres, au Royaume-Uni. « Ce rapport montre à quel point il est important pour les médecins de dépister précocement l’insuffisance rénale chronique, d’administrer un traitement adapté et d’examiner régulièrement les résultats de traitement sur leurs patients pour éviter le développement de complications graves. »

Le Comité de pilotage a également évoqué la prise en charge du DST2 et de ses complications à travers le prisme du COVID-19, et a convenu qu’un dépistage annuel de l’IRC devrait être effectué tout en protégeant les personnes atteintes d’un DST2, en suivant les directives de protection appropriées et en utilisant la télémédecine, le cas échéant.

On compte à ce jour environ 59 millions de diabétiques en Europe, un chiffre qui devrait atteindre 67 millions d’ici 2045.1 En l'absence de traitement, les patients courent un risque accru de développer de graves problèmes de santé, comme la maladie rénale et la maladie cardiovasculaire, qui sont les deux causes les plus courantes de décès chez les patients atteints d’un DST2.2,3 On estime que plus de 40 % des personnes atteintes d’un DST2 développeront une IRC,4 et que près d’un tiers développeront une MCV.2

Dans le cadre de l’initiative A New Era in Diabetes Care, Mundipharma a mené une enquête auprès du grand public, interrogeant 9 143 adultes dans huit pays européens, qui a révélé plusieurs lacunes dans la sensibilisation au DST2 et à ses liens avec d’autres complications systémiques comme l’IRC et la MCV.5 Près de la moitié des répondants à l'enquête (42 %, n=3 840) ignoraient qu’il existe deux principaux types de diabète (type I et type 2) et la quasi-totalité (94 %, n=8 594) ignoraient que neuf diabétiques sur dix étaient atteints d’un DST2. Quand on leur a demandé quelles étaient, selon eux, les complications les plus graves du DST2, seulement un tiers (32 %, n=2 926) des répondants ont choisi l’IRC et moins de la moitié (46 %, n=4 206) ont choisi la MCV, en dépit du fait que ces maladies sont deux des principales causes de décès dans cette population de patients.2,3

Les participants ont également été hésitants pour ce qui concerne les symptômes de l’IRC, avec seulement 7 % (n=640) reconnaissant correctement que, dans les premiers stades de l’IRC, il n’y a généralement aucun symptôme, rendant vitale la réalisation d'un dépistage systématique pour la diagnostiquer avant qu’elle ne progresse. Pour ce qui concerne le traitement de l’IRC, près de la moitié des personnes interrogées (43 %, n=3 931) ignoraient que, bien qu’elle soit incurable, l'aggravation de la maladie peut être contrôlée avec un traitement adapté et une gestion de la pression artérielle et des taux de glycémie. L’impact de l’IRC était également sous-estimé avec seulement 29 % (n=2 651) des personnes pensant qu’elle peut avoir une incidence considérable sur la santé mentale, et moins de la moitié (47 %, n=4 297) pensant qu’elle a une incidence considérable sur la qualité de vie.

« Les conclusions de ce rapport d’expert, en plus des résultats du récent sondage, mettent en évidence le fait que, aussi bien dans les milieux de soins que dans le grand public, les reins ne sont pas une priorité pour ce qui concerne le diabète sucré de type 2. Ce rapport vise à fournir aux professionnels des soins de santé primaires et secondaires un plan de soins structuré pour la prévention axée sur les patients, la surveillance et le traitement de l’insuffisance rénale chronique en cas de diabète de type 2 », a expliqué le Dr Vinicius Gomes de Lima, responsable des affaires médicales européennes chez Mundipharma.

Le rapport peut être téléchargé ici : https://www.dcvd.org/tl_files/download/Bilder/A%20New%20Era%20in%20Diabetes%20Care%20Report.pdf

-FIN-

Notes aux rédacteurs :

À propos de l’initiative A New Era in Diabetes Care

En février 2020, un groupe composé de huit professionnels de santé européens, spécialisés dans les soins primaires et les soins secondaires et ayant une expertise en matière de diabète et de néphrologie, a formé le Comité de pilotage ‘A New Era in Diabetes Care’, qui a pour mission de :

  • Mettre en lumière les défis et inégalités dans les pays européens en matière de prévention, de surveillance et de traitement du DST2 et de ses complications associées, en mettant l’accent sur l’IRC et la MCV
  • Préciser ce qui peut être fait pour améliorer la qualité des soins et les résultats pour les personnes atteintes d’un DST2 et de ses complications.

Le président du Comité de pilotage est le professeur David Wheeler, professeur de médecine rénale à l’University College de Londres et consultant honoraire néphrologue au Royal Free NHS Foundation Trust, à Londres. Parmi les autres membres figurent notamment :

  • Le professeur Antonio Ceriello, responsable du service de diabétologie à l’IRCCS MultiMedica, à Milan
  • Le Dr Francesc Xavier Cos, directeur des centres de santé de base Sant Martí à Barcelone et président de Primary Care Diabetes Europe
  • La professeure Melanie Davies, professeure de médecine en diabétologie au Leicester Diabetes Centre
  • Le Dr José Luis Górriz, responsable du service de néphrologie à l’Hospital Clínico Universitario de Valencia et professeur associé de médecine à l’Universidad de Valencia
  • La professeure June James, infirmière-conseil en matière de diabète aux University Hospitals of Leicester NHS Trust et professeure associée
  • Le Dr Esteban Jódar, responsable du service d’endocrinologie et de nutrition aux Hospitales Universitarios Quirónsalud Madrid de Pozuelo et professeur d’endocrinologie à la faculté des sciences de la santé de l’Universidad Europea de Madrid
  • Le professeur Ronan Roussel, responsable du service Endocrinologie-Diabétologie-Nutrition à l'Hôpital Bichat, AP-HP Paris

L’initiative ‘A New Era in Diabetes Care’ a été rendue possible grâce au soutien financier de Mundipharma International Limited, qui a fourni l'assistance logistique et les honoraires du Comité de pilotage. Mundipharma International Limited n’a apporté aucune contribution au contenu du rapport mais a contrôlé sa justesse factuelle. Le contrôle éditorial final du rapport reste entre les mains du Comité de pilotage.

À propos du réseau Mundipharma

Mundipharma est un réseau mondial de sociétés associées privées indépendantes dont l'objectif est de faire avancer la médecine. Avec une structure très performante renouvelant sans cesse ses connaissances et visant l’innovation et l’excellence commerciale par le biais de partenariats, nous avons réussi à transformer et diversifier notre portefeuille européen de médicaments pour créer de la valeur pour les patients, les professionnels de la santé, les payeurs et les systèmes de soins de santé au sens large dans des domaines thérapeutiques de premier plan, comme le diabète, l’oncologie, les biosimilaires, les anti-infectieux et les maladies respiratoires.

Références :

1 IDF Diabetes Atlas Ninth Edition 2019. Disponible à l'adresse : https://www.diabetesatlas.org/upload/resources/material/20200302_133351_IDFATLAS9e-final-web.pdf. Dernière consultation en mai 2020

2 Einarson T, Acs A, Ludwig C. et al. Prevalence of cardiovascular disease in type 2 diabetes: a systematic literature review of scientific evidence from across the world in 2007-2017. Cardiovasc Diabetol. 2018 Jun 8;17(1):83.

3 Tuttle K, Bakris G, Bilous R. et al. Diabetic kidney disease: a report from an ADA Consensus Conference. Diabetes Care. 2014; 37(10):2864-83.

4 Alicic R, Rooney M, Tuttle K. Diabetic Kidney Disease: Challenges, Progress, and Possibilities. Clin J Am Soc Nephrol. 2017; 12(12):2032-45.

5 Sondage de Mundipharma International Limited sur la sensibilisation du grand public au sujet du diabète. Effectué par Research Without Barriers entre le 15 et le 27 avril 2020. Données sur fichier.

Code de référence : MINT/DIAB-20009

Date de préparation : juin 2020

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Contacts

Cendrine Banerjee-Quetel
Adjointe à la communication sur les actifs, Mundipharma International Ltd
E-mail : Cendrine.Banerjee-Quetel.external@mundipharma.com
Tél. : +44 (0) 1223 393 009

Abbie Bell
Directrice des comptes client, Havas SO
E-mail : HavasSO-Mundipharma@havasso.com
Tél. : +44 7375 660 515

Contacts

Cendrine Banerjee-Quetel
Adjointe à la communication sur les actifs, Mundipharma International Ltd
E-mail : Cendrine.Banerjee-Quetel.external@mundipharma.com
Tél. : +44 (0) 1223 393 009

Abbie Bell
Directrice des comptes client, Havas SO
E-mail : HavasSO-Mundipharma@havasso.com
Tél. : +44 7375 660 515