Janssen présente les premières données de l’Étude de Phase 1 portant sur le teclistamab bispécifique D3MAxCD3 chez les patients atteints de myélome multiple récidivant ou réfractaire ayant déjà reçu de lourds traitements

Données sur le teclistamab communiquées verbalement au cours du Programme scientifique virtuel ASCO

BEERSE, Belgique--()--Les sociétés pharmaceutiques Janssen de Johnson & Johnson ont annoncé aujourd’hui les résultats, communiqués pour la première fois, d’une première étude chez l’homme, à doses croissantes, de Phase 1 (NCT03145181), portant sur le teclistamab (JNJ-7957), anticorps bispécifique expérimental ciblant à la fois l’antigène de maturation des cellules B (B-cell maturation antigen, BCMA) et les récepteurs CD3 des cellules T, pour traiter les patients atteints de myélome multiple récidivant ou réfractaire. Ces premiers résultats suggèrent un profil de sécurité gérable pour toutes les doses de teclistamab évaluées.1,2 Les chercheurs ont rapporté avoir observé d’excellentes réponses persistantes, notamment des réponses complètes négatives à la maladie résiduelle minime (minimal residual disease, MRD) (10-6, dont une de nature durable au-delà de 12 mois.1 Les données seront présentées oralement lors du Programme scientifique virtuel de l’American Society of Clinical Oncology (ASCO – Société ah00 BST (heure d’été britannique) (Résumé n° 100).

L’étude a impliqué la participation de patients atteints de myélome multiple qui avaient récidivé ou étaient réfractaires aux thérapies établies et qui avaient antérieurement été traités avec un inhibiteur du protéasome (proteasome inhibitor , PI) et un médicament immunomodulateur (immunomodulatory drug, IMiD). 1,2 Les patients avaient reçu un nombre médian de six lignes de traitement antérieures (fourchette 2-14) avant de commencer l’étude ; 92 % avaient reçu trois catégories de traitement, 86 % étaient réfractaires à la dernière ligne de thérapie, 80 % étaient réfractaires à trois catégories de traitement, et 41 % étaient réfractaires au médicament penta, ce qui signifie que leur cancer ne répondait pas au traitement ou était réapparu en l’espace de 60 jours, après avoir reçu un traitement comportant deux agents immunomodulateurs ou plus, deux inhibiteurs du protéasome (PI) ou plus, et une thérapie anti-CD38.1 Les patients atteints de myélome multiple réfractaire à trois catégories de traitement et réfractaire au médicament penta ont des taux de survie plus faibles car les options de traitement sont limitées.3

« Bien que le traitement du myélome multiple ait grandement progressé au cours des dernières années, la recherche d’options de traitement supplémentaires pour les patients qui récidivent et deviennent résistants aux thérapies existantes demeure essentielle », a déclaré Saad Usmani, M.D., FACP, Département d’onco-hématologie et des maladies du sang, Institute/Carolinas HealthCare System, et principal investigateur de l’étude. « Les premiers résultats obtenus pour le teclistamab parmi cette population ayant déjà reçu de lourds traitements justifie la poursuite de l’étude de cette immunothérapie à double ciblage expérimentale. »

L’étude comprendra deux parties : doses croissantes (1ère partie) et expansion des doses (2e partie).1,2 Les résultats de la Phase 1 de l’étude ont indiqué d’excellentes réponses chez les patients (n=78) traités par teclistamab dans tous les groupes posologiques, , allant de 0,3 µg/kg à 720 µg/kg. À la dose 270 µg/kg (n=12), le taux de réponse global (overall response rate, ORR) était de 67 % (8/12) ; une très bonne réponse partielle (very good partial response, VGPR) ou encore meilleure a été obtenue pour 50 % (6/12) des patients, et une réponse complète (CR) a été obtenue pour trois patients.1 . À la date à laquelle les données ont été prises en compte, 76 % (16/21) des patients qui répondaient au traitement, toutes doses confondues, sont restés dans l’étude en continuant de répondre au traitement, et 80 % (4/5) qui étaient évaluables pour une analyse de maladie résiduelle minime (MRD) avaient un statut MRD négatif, avec deux patients ayant une réponse complète (CR) de statut MRD négatif. Le maintien de la négativité MRD a été confirmé pour les deux patients qui ont pu être évalués.1 La partie de l’étude consistant à augmenter et étendre davantage les doses est en cours d’exécution.1

« Nous continuons de chercher à réaliser des avancées scientifiques dans les types de cancer que nous connaissons le mieux, tels que le myélome multiple, qui nous permettent d’avoir un impact optimal », a déclaré Patrick Laroche, M.D., directeur du Pôle Hématologie et Thérapie, Europe, Moyen-Orient et Afrique (EMOA), Janssen-Cilag. « Nous avons l’intention d’utiliser le teclistamab pour changer la vie des patients les plus vulnérables ».

« Nous sommes déterminés à adopter une approche multiplateforme dans le cadre de notre stratégie scientifique pour traiter les besoins des patients et fournir des options de traitement à tous les patients atteints de myélome multiple », a déclaré Yusri Elsayed, M.D., M.H.Sc., Ph.D., vice-président, directeur mondial, Hémopathies malignes, Janssen Research & Development, LLC. « Le teclistamab est un exemple de nos anticorps bispécifiques pour lesquels nous cherchons à exploiter notre expertise en immunothérapie pour faire avancer l’étude de nouvelles options potentiellement acceptables à l’intention des patients dont la maladie progresse malheureusement ».

Dans l’étude de Phase 1, les effets indésirables (adverse events, AE) les plus fréquents (tous niveaux confondus) étaient l’anémie (58 %) ; le syndrome de relargage de cytokines (cytokine release syndrome, CRS) (56 %) ; la neutropénie (45 %) ; la thrombocytopénie (40 %) ; et la pyrexie (31 %). Chez les patients qui manifestaient des effets indésirables (EI) de niveau 3 et au-dessus (≥20 %), les EI les plus fréquents AE étaient la neutropénie (38 %) ; l’anémie (36 %) ; et la thrombocytopénie (24 %).1 Un effet indésirable (EI) de niveau 5, une insuffisance respiratoire dans le contexte d’une pneumonie, a été signalé, mais le chercheur a estimé qu’il n’était pas lié au traitement.1 Les évènements de syndrome de relargage de cytokines (CRS) étaient d’intensité légère ou modérée (niveaux 1–2) et généralement confinés à la première administration de doses croissantes et de doses complètes, ce qui peut appuyer l’administration par étapes de doses croissantes pour atténuer le syndrome de relargage de cytokines (CRS).1

À propos du Teclistamab

Le teclistamab (JNJ-7957) est un anticorps bispécifique expérimental ciblant à la fois l’antigène de maturation des cellules B (BCMA) et les récepteurs CD3.1 Les récepteurs CD3 sont impliqués dans l’activation de la réponse du système immunitaire pour lutter contre l’infection, et le BCMA est exprimé à des niveaux très élevés chez les personnes atteintes de myélome multiple.4,5,6 6 Le teclistamab redirige les cellules T CD3 vers les cellules de myélome exprimant le BCMA pour induire une cytotoxicité des cellules ciblées.4,5 Les résultats des études précliniques montrent que le teclistamab tue les lignes de cellules du myélome et les cellules de la moelle osseuse du myélome des patients ayant déjà subi des traitements lourds.4

Le teclistamab est actuellement évalué dans le cadre d’une étude clinique de Phase 1 pour le traitement du myélome multiple récidivant ou réfractaire et il fait également l’objet d’études de combinaison. La production et le développement de l’anticorps fait suite à l’accord de licence de Janssen Biotech, Inc. avec Genmab pour l’utilisation de sa plateforme technologique DuoBody®. *

À propos du myélome multiple

Le myélome multiple (MM) est un cancer du sang incurable qui commence dans la moelle osseuse et se caractérise par une prolifération excessive des cellules de plasma.7 En Europe, plus de 48 200 cas de myélome multiple ont été diagnostiqués en 2018, et plus de 30 800 patients sont décédés.8 Près de 50 % des patients nouvellement diagnostiqués n’atteignent pas un taux de survie de cinq ans7,9 et près de 29 % des patients atteints de myélome multiple décèdent dans l’année qui suit le diagnostic. 10

Bien que le traitement puisse entraîner une rémission, malheureusement, les patients récidiveront très certainement, car il n’existe actuellement aucun remède.11 Le myélome récidivant ou réfractaire est défini comme une maladie qui ne répond pas tout en suivant un traitement de sauvetage, ou progresse dans les 60 jours qui suivent le dernier traitement chez les patients qui ont manifesté une réponse minime (MR) ou meilleure, à un certain moment antérieurement, avant que leur maladie ne recommence à progresser.12 Bien que certains patients atteints de myélome multiple n’aient aucun symptôme, d’autres sont diagnostiqués en raison de symptômes qui peuvent inclure des problèmes osseux, une faible numération globulaire, une élévation du calcium, des problèmes de rein ou des infections.13 Les patients qui récidivent en suivant un traitement standard, y compris les inhibiteurs de la protéase et les agents immunomodulateurs, ont des pronostics peu favorables et requièrent de nouveaux traitements pour continuer de maîtriser la maladie.14

À propos des sociétés pharmaceutiques Janssen de Johnson & Johnson

Chez Janssen, nous créons un avenir dans lequel la maladie appartiendra au passé. Nous sommes les sociétés pharmaceutiques Janssen de Johnson & Johnson. Nous travaillons sans relâche pour que cet avenir devienne réalité pour les patients du monde entier, en luttant contre la maladie grâce à la science, en faisant preuve d'ingéniosité pour améliorer l'accès aux traitements, et en combattant le désespoir du fond du cœur. Nous nous concentrons sur les domaines médicaux où nous pouvons avoir un impact majeur, à savoir les troubles cardiovasculaires et le métabolisme, l'immunologie, les maladies infectieuses et les vaccins, la neuroscience, l'oncologie, et l'hypertension pulmonaire. Pour en savoir plus, consultez le site www.janssen.com/emea. Suivez-nous sur www.twitter.com/janssenEMEA pour prendre connaissance de nos toutes dernières nouvelles.

Janssen Research & Development, LLC et Janssen-Cilag S.A. font partie des sociétés pharmaceutiques Janssen de Johnson & Johnson.

# # #

Mises en garde concernant les énoncés prospectifs

Ce communiqué de presse contient des « déclarations prospectives » dans le sens du Private Securities Litigation Reform Act de 1995 (loi américaine sur la réforme des litiges relatifs aux valeurs privées) portant sur le développement produit, les bénéfices potentiels et les effets du traitement par teclistamab. Le lecteur est invité ne pas se fier indûment à ces déclarations prospectives. Celles-ci sont basées sur les attentes actuelles d’évènements futurs. Si les hypothèses sous-jacentes s’avèrent inexactes ou que des risques ou incertitudes connu(e)s ou inconnu(e)s se matérialisent, les résultats réels pourraient présenter un écart sensible par rapport aux attentes et prévisions de Janssen Research & Development, LLC ou de l’une quelconque des autres sociétés pharmaceutiques Janssen et/ ou Johnson & Johnson. Ces risques et incertitudes incluent, mais sans s'y limiter : les défis et incertitudes inhérents à la recherche et au développement des produits, dont l'incertitude relative à la réussite clinique et à l'obtention des approbations réglementaires ; l'incertitude relative à la réussite commerciale ; les difficultés et retards de fabrication ; la concurrence, dont les avancées technologiques, les nouveaux produits et les brevets obtenus par des concurrents ; les défis relatifs aux brevets ; les préoccupations relatives à l'efficacité ou à l'innocuité produit aboutissant à des rappels de produits ou à des mesures réglementaires ; des changements de comportement et des habitudes de dépense relatives aux produits et services de santé ; les changements dans la législation et la réglementation applicables, dont les réformes de santé globales ; ainsi que les tendances en matière de maîtrise des dépenses de santé. Une liste et des descriptions supplémentaires de ces risques, incertitudes et autres facteurs peut être consultée dans le rapport annuel de Johnson & Johnson, sur le formulaire 10-K de l'exercice clos au 29 décembre 2019, notamment dans les sections intitulées « Note d'avertissement relative aux déclarations prospectives » et « Article 1A. Facteurs de risque », ainsi que sur le formulaire 10-Q du rapport trimestriel le plus récent et sur les autres dépôts de la société auprès de la Securities and Exchange Commission. Des copies de ces dépôts sont disponibles en ligne sur www.sec.gov, www.jnj.com ou sur demande auprès de Johnson & Johnson. Aucune des sociétés pharmaceutiques Janssen ni Johnson & Johnson ne s'engage nullement à mettre à jour des déclarations prospectives que ce soit suite à de nouvelles informations, ou événements ou développements futurs.

*DuoBody est une marque déposée de Genmab A/S.

Références

1 Saad Z. Usmani. Phase 1 study of Teclistamab, a humanized B-cell maturation antigen (BCMA) x CD3 bispecific antibody, in relapsed and/or refractory multiple myeloma (RRMM). Abstract #100 [Oral]. À présenter lors du Programme scientifique virtuel 2020 de l’American Society of Clinical Oncology
2 ClinicalTrials.Gov. Dose Escalation Study of JNJ-64007957, a Humanized BCMA CD3 DuoBody® Antibody, in Participants With Relapsed or Refractory Multiple Myeloma (NCT03145181). Disponible sur le site : https://www.clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT03145181. Consulté pour la dernière fois en mai 2020.
3 Gandhi UH, Cornell RF, Lakshman A, Gahvari ZJ, McGehee E, Jagosky MH, Gupta R, Varnado W, Fiala MA, Chhabra S, Malek E. Outcomes of patients with multiple myeloma refractory to CD38-targeted monoclonal antibody therapy. Leukemia. 2019 Sep;33(9):2266-75.
4 Frerichs KA, Broekmans ME, Soto JA, van Kessel B, Heymans MW, Holthof LC, Verkleij CP, Boominathan R, Vaidya B, Sendecki J, Axel A. Preclinical Activity of JNJ-7957, a Novel BCMA× CD3 Bispecific Antibody for the Treatment of Multiple Myeloma, Is Potentiated by Daratumumab. Clinical Cancer Research. 2020 May 1;26(9):2203-15.
5 Cho SF, Anderson KC, Tai YT. Targeting B cell maturation antigen (BCMA) in multiple myeloma: potential uses of BCMA-based immunotherapy. Frontiers in immunology. 2018 Aug 10;9:1821.
6 Benonisson H, Altıntaş I, Sluijter M, Verploegen S, Labrijn AF, Schuurhuis DH, Houtkamp MA, Verbeek JS, Schuurman J, van Hall T. CD3-bispecific antibody therapy turns solid tumors into inflammatory sites but does not install protective memory. Molecular cancer therapeutics. 2019 Feb 1;18(2):312-22.
7 American Society of Clinical Oncology. Multiple myeloma: introduction. Disponible sur le site : https://www.cancer.net/cancer-types/multiple-myeloma/introduction Consulté pour la dernière fois en mai 2020.
8 GLOBOCAN 2018. Cancer Today Population Factsheets: Europe Region. Disponible sur le site : https://gco.iarc.fr/today/data/factsheets/populations/908-europe-fact-sheets.pdf Consulté pour la dernière fois en mai 2020.
9 Cancer Research UK. Myeloma Statistics. Disponible sur le site : https://www.cancerresearchuk.org/health-professional/cancer-statistics/statistics-by-cancer-type/myeloma#heading-Two Consulté pour la dernière fois en mai 2020.
10 Costa LJ, Gonsalves WI, Kumar SK. Early mortality in multiple myeloma. Leukemia. 2015;29:16168.
11 Abdi J, Chen G, Chang H, et al. Drug resistance in multiple myeloma: latest findings and new concepts on molecular mechanisms. Oncotarget. 2013;4:2186–2207.
12 Rajkumar SV, Harousseau JL, Durie B, Anderson KC, Dimopoulos M, Kyle R, Blade J, Richardson P, Orlowski R, Siegel D, Jagannath S. Consensus recommendations for the uniform reporting of clinical trials: report of the International Myeloma Workshop Consensus Panel 1. Blood, The Journal of the American Society of Hematology. 2011 May 5;117(18):4691-5.
13 American Cancer Society. Multiple myeloma: early detection, diagnosis and staging. Disponible sur le site : https://www.cancer.org/content/dam/CRC/PDF/Public/8740.00.pdf. Consulté pour la dernière fois en mai 2020.
14 Kumar SK, Lee JH, Lahuerta JJ, et al., Risk of progression and survival in multiple myeloma relapsing after therapy with IMiDs and bortezomib: a multicenter international myeloma working group study. Leukemia. 2012;26:149-57.

CP-156157
Mai 2020

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Contacts

Contact médias :
Noah Reymond
Portable : +31–621–38–5718
Courriel : NReymond@its.jnj.com

Relations investisseurs :
Christopher DelOrefice
Tél. bureau : +1 732-524-2955

Jennifer McIntyre
Tél. bureau : +1 732-524-3922

Contacts

Contact médias :
Noah Reymond
Portable : +31–621–38–5718
Courriel : NReymond@its.jnj.com

Relations investisseurs :
Christopher DelOrefice
Tél. bureau : +1 732-524-2955

Jennifer McIntyre
Tél. bureau : +1 732-524-3922