L'entreprise britannique BitePRO affirme que le risque de morsures affecte les professionnels des soins de santé mentale

Healthcare nurse wearing BitePRO® Bite Resistant Clothing (Photo: Business Wire)

WETHERBY, Angleterre--()--Selon l'entreprise britannique BitePRO, les professionnels spécialisés en soins de santé mentale et en besoins éducatifs spécifiques courent un risque accru d'être mordus par leurs patients ou élèves.

De nombreux infirmiers, soignants et professeurs quittent leurs postes pour raisons médicales. Ils renoncent à la profession qui les passionnait autrefois, en partie parce que des experts médicaux ont pu déterminer qu'ils souffraient de véritables traumatismes et de stress aggravé.

D'autres, comme l'assistante en éducation spécialisée Erin Gonzales, basée dans le Minnesota, sont désireux de continuer et déclarent : « Je travaille dans une école ou les morsures humaines sont notre lot quotidien, mais je travaille avec des enfants à besoins particuliers. Honnêtement, je ne changerais de métier pour rien au monde. »

L'infirmière praticienne en psychiatrie Miranda Hagan, travaillant en Oklahoma, partage ce désir et refuse d'abandonner : « J'ai des cicatrices permanentes dues à des morsures. Cependant, les relations que je construis avec mes patients n'ont pas de prix. Je ne changerais de métier pour rien au monde ! »

Il est toutefois indéniable que leur environnement de travail serait plus sûr si des protections appropriées, à savoir des vêtements résistants aux morsures, étaient utilisées là où les risques de morsures, de griffures et de pincements sont avérés, soit au motif de tendances comportementales, soit en raison d'incidents antérieurs.

La marque très réputée de vêtements résistants aux morsures BitePRO® a prouvé depuis longtemps que les morsures humaines transperçant la peau étaient susceptibles de s'infecter.

Le PDG de BitePRO®, Robert Kaiser, a affirmé : « De telles blessures peuvent sembler inoffensives, mais le risque d'infection est élevé. Il a été prouvé que les hépatites B et C, l'herpès (HSV), la syphilis, la tuberculose et le tétanos étaient transmissibles par morsures. Des éléments donnent également à penser qu'il en irait de même avec le virus de l'immunodéficience humaine (VIH). »

David Watts, le directeur du département risques et sécurité du groupe Priory, l'un des gestionnaires britanniques de cliniques de soins de santé mentale les plus respectés, a déclaré : « Même si nous avons la chance de n'avoir à utiliser de vêtements résistants aux morsures et de protège-bras qu'en de très rares occasions, nous avons toujours reçu des réactions très positives lorsque ce fut le cas. Je suis absolument convaincu que l'utilisation de ce type de tenues de protection nous a aidés à prévenir de sérieux incidents et de graves blessures. »

Rendez-vous sur www.bite-pro.com ou envoyez un e-mail à l'adresse info@bite-pro.com

### FIN

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Contacts

Contact avec les médias :
Ryan Vickers – Directeur général du développement
info@ppss-group.com

Contacts

Contact avec les médias :
Ryan Vickers – Directeur général du développement
info@ppss-group.com