ABS : la meilleure étude du secteur sur les demandes d'indemnisation pour blessures, qui atteignent 246 M$, apporte un nouvel éclairage sur la sécurité en mer

HOUSTON--()--ABS, l’American Club et l’Université Lamar demandent à l'industrie de faire progresser la cause de la sécurité en mer avec des exigences plus complètes en matière de signalement des blessures et des accidents évités de justesse.

L’appel fait suite à un projet – concernant l'ensemble du secteur – analysant plus de 12 000 dossiers de blessures avec un coût financier de 246 millions de dollars (M$) et 100 000 rapports de quasi-accident supplémentaires d’ABS et de la Mariner Safety Research Initiative (MSRI) de l’Université Lamar, ainsi que près d’une décennie de données de l’American Club.

L’étude donne un aperçu sans précédent des accidents en mer, mais des données incohérentes accompagnées d'un manque de régularité et d’exhaustivité ont amené l'équipe du projet à encourager l’industrie à adopter une nouvelle norme exhaustive pour le signalement des blessures en mer.

« Pour ABS, rien n’est plus important que la sécurité des hommes et des femmes qui travaillent en mer. Ce projet donne une vision approfondie de la manière et des zones du corps où les marins sont blessés, il met également en lumière ce que l’industrie peut faire pour améliorer notre compréhension de la sécurité », a déclaré Christopher J. Wiernicki, président du directoire et PDG d’ABS.

L’étude révèle comment les blessures subies pendant les opérations de levage ou les glissades, les trébuchements/chutes sont les plus fréquentes en mer, avec plus de 1 300 figurant dans l’ensemble de données de cette étude. Les données de l’American Club ont enregistré des coûts supérieurs à 85 M$ pour la période. Le coût moyen par incident dépasse les 65 000 dollars : il est en moyenne de 48 000 dollars pour les incidents de levage, en moyenne de 88 000 dollars pour les chutes et les trébuchements et en moyenne de 56 000 dollars pour les glissades. Si l’on s’intéresse aux coûts et aux emplacements anatomiques, les deux parties du corps les plus coûteuses sont la tête et le cou, avec une moyenne d’un peu plus de 100 000 dollars, suivis du dos et de la poitrine avec 66 000 dollars.

Joseph Hughes, le président du directoire et PDG du bureau des réclamations de Shipowners, a déclaré : « Le secteur maritime traverse actuellement une ère numérique, au cours de laquelle les propriétaires d'actifs sont de plus en plus en mesure d’utiliser la puissance des données opérationnelles pour prédire les défaillances potentielles. À mesure que ces capacités croissent, l’industrie serait bien conseillée d’aller vers plus d’”intelligence” dans sa manière de compiler et d’utiliser ses données liées à la sécurité. »

« Ce partenariat industriel, universitaire et catégoriel a fourni des informations précieuses sur l’impact des blessures dans l’ensemble du secteur maritime. Il s’agit d’un outil supplémentaire fournissant de meilleures solutions pour contribuer à éviter la survenue de blessures en mer », a déclaré le Dr Brian Craig, doyen de la Faculté de génie de l'Université Lamar et codirecteur de la Mariner Safety Research Initiative.

Un résumé du rapport est disponible ici.

À propos d’ABS

À propos de l’American Club

À propos de l’Université Lamar

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Contacts

Gareth Lewis
glewis@eagle.org

Contacts

Gareth Lewis
glewis@eagle.org