La hausse des frais de scolarité et les restrictions frappant les visas d'étudiants internationaux alimentent la demande pour des programmes d'immigration par investissement

LONDRES--()--À l'heure où les gros titres sont dominés par les effets du changement de politiques d'immigration au Royaume-Uni et aux États-Unis, une conséquence est largement passée inaperçue: le déclin significatif du nombre d'étudiants internationaux. Selon les dernières statistiques, les meilleures universités enregistrent une diminution nette du nombre d'inscriptions d'étudiants étrangers en raison de nouvelles restrictions sur les visas d'étudiants aux États-Unis, de l'incertitude planant sur le Brexit et les droits des citoyens européens au Royaume-Uni, et de la hausse des frais de scolarité dans ces deux pays.

Dans l'optique d'éviter de tels écueils, les personnes fortunées se tournent vers des droits de résidence et de citoyenneté alternatifs qui permettront à leurs enfants de réaliser leurs aspirations universitaires sans se retrouver confrontées à des procédures risquées ou imprévisibles de demande de visa.

Juerg Steffen, PDG de la société d'immigration par investissement Henley & Partners, indique que l'enseignement est une priorité fondamentale pour la plupart des clients. "Il existe de nombreuses raisons pour acquérir une citoyenneté ou une résidence alternative mais, au bout du compte, la stabilité à long terme et la sécurité restent les facteurs déterminants: une couverture d'investissement classique contre la volatilité potentielle. L'élargissement considérable des options pédagogiques qui s'ouvrent à vous grâce à une citoyenneté ou une résidence alternative dans un lieu privilégié est souvent un facteur décisif pour les familles qui envisagent ce type d'investissement".

Le programme britannique d'immigration des investisseurs est idéal pour les investisseurs désireux de bénéficier des excellents services des cycles primaires, secondaires et universitaires au Royaume-Uni. Comme le note le Global Wealth Report de la société Knight Frank, même si l'Australie, le Canada, la Suisse, les États-Unis, et d'autres pays attirent tous des étudiants étrangers, les pensionnats privés britanniques sont encore considérés par beaucoup comme la référence absolue. Pour l'enseignement supérieur, les universités d'Oxford et de Cambridge occupent actuellement les deux premières places du classement mondial des meilleures universités du Times Higher Education.

Pour les universités d'Europe continentale, des institutions respectées telles que l'université Humboldt de Berlin, la Sorbonne à Paris, et l'université d'Amsterdam continuent d'attirer de riches étudiants internationaux pour leur qualité d'enseignement inégalée et l'expérience de la vie étudiante dans une capitale européenne. Pour les investisseurs voulant donner à leurs enfants l'accès à ce type d'opportunités, un des avantages clefs des universités européennes réside dans le fait que les frais pour les citoyens européens sont nettement moins élevés (50% ou plus) que pour les autres nationalités. Pour un investissement allant entre 1 million EUR et 2,15 millions EUR, Malte et Chypre proposent les programmes les plus prisés de citoyenneté par investissement dans l'UE à l'heure actuelle.

De l'autre côté de l'Atlantique, le programme américain d'investisseurs immigrants EB-5 est une option intéressante pour les personnes ayant des vues sur l'enseignement américain. Le programme propose une résidence permanente en échange d'un investissement entre 500 000 et 1 million USD. Le programme australien de résidence par investissement est aussi un axe d'intérêt. Dans l'ensemble, le pays est réputé pour son système éducatif, une des nombreuses raisons faisant qu'il reste la destination de choix pour les personnes fortunées désireuses de se relocaliser.

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Contacts

Médias
Sarah Nicklin
Responsable en chef des relations publiques du groupe
sarah.nicklin@henleyglobal.com

Contacts

Médias
Sarah Nicklin
Responsable en chef des relations publiques du groupe
sarah.nicklin@henleyglobal.com