Vicat : Résultats du premier semestre 2019

PARIS--()--Regulatory News:

Vicat (Paris:VCT):

  • Chiffre d’affaires à 1,3 milliard d’euros, stable à périmètre et change constants
  • EBITDA en progression de +3,1% à périmètre et change constants et hors indemnité compensatoire aux États-Unis au premier semestre 2018
  • Capacité d’autofinancement stable à 173 millions d’euros
  • Endettement net à 1 465 millions d’euros, contre 1 112 millions d’euros au 30 juin 2018

Compte de résultat consolidé simplifié audité : les comptes semestriels 2018 sont présentés sur une base pro forma après prise en compte de la norme IFRS16.

(En millions d’euros)

30 06 2019

30 06 2018

retraité

Variation

(publiée)

Variation
(à périmètre et taux

de change constants )

Chiffre d’affaires consolidé

1 340

1 281

+4,6%

-0,6%

EBITDA*

228

224

+1,7%

-1,8%

Taux de marge (en %)

17,0

17,5

EBIT**

97

107

-9,4%

-8,0%

Taux de marge (en %)

7,2

8,4

Résultat net consolidé

48

61

-21,5%

-17,4%

Taux de marge (en %)

3,6

4,8

Résultat net part du Groupe

46

58

-20,7%

-19,0%

Capacité d’autofinancement

173

171

+0,9%

-1,3%

*L’EBITDA se calcule en sommant l’excédent brut d’exploitation et les autres produits et charges ordinaires.

**L’EBIT se calcule en sommant l’EBITDA et les dotations nettes aux amortissements et provisions ordinaires.

Dans le cadre de cette publication, Guy Sidos, Président-Directeur Général a déclaré : « Au cours de ce premier semestre, les solides performances enregistrées en France, en Asie et aux États-Unis (hors indemnité compensatoire au premier semestre 2018) permettent au Groupe d’afficher une amélioration de son chiffre d’affaires et de son EBITDA. Ce résultat global traduit une amélioration sensible de la rentabilité opérationnelle compte tenu de la poursuite de la hausse des coûts de l’énergie consommée, de la dégradation de la situation macro-économique en Turquie et des précipitations exceptionnelles en Californie qui ont marqué ce premier semestre.

Dans ce contexte, compte tenu de la baisse attendue des coûts de l’énergie sur le second semestre, le Groupe s’attend à une nette amélioration de son EBITDA et à une progression de son résultat net sur l’ensemble de l’année ».

Avertissement :

  • Dans ce communiqué, et sauf indication contraire, toutes les variations sont exprimées sur une base annuelle (2019/2018), et à périmètre et taux de change constants.
  • Les comptes du premier semestre 2018 sont présentés sur une base pro forma après prise en compte des effets liés à l’application de la norme IFRS, tels que publiés le 29 avril 2019 dans le communiqué de presse intitulé « Nouvelle répartition géographique et impacts IFRS 16 » disponible sur le site internet de la société www.vicat.fr.
  • Ce communiqué de presse peut contenir des informations de nature prévisionnelle. Ces informations constituent soit des tendances, soit des objectifs, et ne sauraient être regardées comme des prévisions de résultat ou de tout autre indicateur de performance. Ces informations sont soumises par nature à des risques et incertitudes, tels que décrits dans le Document de Référence de la Société disponible sur son site Internet (www.vicat.fr). Elles ne reflètent donc pas les performances futures de la Société, qui peuvent en différer sensiblement. La Société ne prend aucun engagement quant à la mise à jour de ces informations.

Des informations plus complètes sur Vicat sont disponibles sur son site Internet www.vicat.fr.

1. Compte de résultat semestriel

1.1. Compte de résultat consolidé

Le chiffre d’affaires consolidé du Groupe Vicat au premier semestre de 2019 atteint 1 340 millions d’euros, en progression de +4,6% en base publiée par rapport à la même période de 2018, et stable (-0,6%) à périmètre et taux de change constants.

L’évolution du chiffre d’affaires consolidé résulte :

  • d’un effet périmètre de +4,9%, qui se traduit par un impact positif de +62 millions d’euros, essentiellement lié à l’acquisition de Ciplan au Brésil. Il est à noter un léger effet périmètre positif en France, suite à une acquisition dans l’activité Béton et Granulats;
  • d’un effet de change favorable de +0,3%, soit un impact positif de +4 millions d’euros sur le semestre. Les appréciations par rapport à l’euro du dollar américain, du franc suisse et dans une moindre mesure, de la livre égyptienne, ont permis de neutraliser la très forte baisse de la livre turque et de la dépréciation du tengué kazakh;
  • et enfin, d’une légère baisse organique de l’activité de -0,6%. La progression enregistrée en France, aux États-Unis, au Kazakhstan, en Italie et en Égypte ayant permis de compenser presque intégralement le recul observé en Turquie, en Suisse, en Inde et en Afrique de l’Ouest.

Sur le premier semestre 2019, le chiffre d’affaires opérationnel de l’activité Ciment est en hausse de +3,6% en base publiée et recule de -2,3% à périmètre et taux de change constants. L’activité Béton et Granulats affiche un chiffre d’affaires opérationnel en progression de +7,9% en base publiée et de +2,9% à périmètre et taux de change constants. Enfin, le chiffre d’affaires opérationnel de l’activité Autres Produits et Services est en baisse de -3,6% en base publiée et de -3,8% à périmètre et taux de change constants.

L’EBITDA consolidé du Groupe s’établit à 228 millions d’euros. À périmètre et change constants et hors impact de l’indemnité compensatoire dans l’activité Ciment aux États-Unis en 2018 de 10,6 millions d’euros, la progression de l’EBITDA du Groupe Vicat s’établit à +3,1% (+6,7% en base publiée), et la marge d’EBITDA progresse donc de 30 points de base, à 17,0% contre 16,7% en 2018. Cette performance a été réalisée en dépit d’un contexte de poursuite des hausses des coûts de l’énergie consommée de 8%. Cette inflation intègre un impact important de la dévaluation de la livre turque sur les coûts en Turquie. Tenant compte de ces éléments, cette amélioration de l’EBITDA du Groupe résulte pour l’essentiel :

  • d’une amélioration sensible de l’EBITDA généré en Inde (+53,2%), soutenue par une solide progression des prix moyens de vente qui a largement dépassé les effets de la baisse des volumes;
  • d’une nette progression de l’EBITDA en France (+12,4%). Cette performance résulte de la très forte amélioration de l’EBITDA généré par l’activité Béton et Granulats, portée par la poursuite du redressement des prix dans le béton;
  • d’une forte croissance de l’EBITDA au Kazakhstan (+50,4%), la hausse des prix de vente compensant très largement l’impact du repli des volumes vendus;
  • et enfin, d’une progression de +3,4% (hors indemnité compensatoire) aux États-Unis, la hausse des prix permettant de compenser la baisse des volumes Ciment affectés par une très mauvaise météorologie au cours de ce semestre.

Ces facteurs ont permis de compenser :

  • le très fort recul de l’EBITDA généré en Turquie (-86,9%), affecté par une forte baisse des volumes, en partie compensée par la progression significative des prix moyens de vente, dans un contexte de hausse des coûts de l’énergie ;
  • le recul de l’EBITDA généré en Suisse (-6,5%) essentiellement affecté par la baisse de l’activité Autres Produits et Services, et dans une moindre mesure, Béton et Granulats ;
  • et enfin, le recul de -45,8% de l’EBITDA généré en Égypte, dans un contexte sécuritaire et de marché encore dégradé.

En intégrant l’indemnité compensatoire perçue aux États-Unis en 2018, l’EBITDA est en baisse de -1,8% à périmètre et change constants et en progression de +1,7% en base publiée. La marge d’EBITDA sur le chiffre d’affaires consolidé recule au cours de ce premier semestre, pour s’établir à 17,0% contre 17,5% au premier semestre 2018. L’évolution de l’EBITDA publié tient compte :

  • d’un effet périmètre de +2,8%, soit un impact positif de +6 millions d’euros, essentiellement lié à l’acquisition de Ciplan au Brésil;
  • d’un effet de change favorable de +0,7%, soit un impact positif de près de +2 millions d’euros sur le semestre;
  • et enfin, d’une baisse organique de l’activité de -1,8%, soit un impact négatif de près de -4 millions d’euros.

L’EBIT s’affiche à 97 millions d’euros contre 107 millions d’euros au premier semestre 2018, soit une baisse sensible de -9,4% en base publiée et de -8,0% à périmètre et taux de change constants. La marge d’EBIT sur le chiffre d’affaires consolidé s’établit donc à 7,2% contre 8,4% au premier semestre 2018. Cette baisse résulte pour l’essentiel de :

  • l’augmentation des dotations aux amortissements et provisions suite à l’acquisition de Ciplan au Brésil et à la mise en service de la centrale de Vernon en Californie et du terminal de Mumbai en Inde ;
  • de l’indemnité compensatoire aux États-Unis.

Ainsi, hors impact de l’indemnité compensatoire aux États-Unis en 2018, l’EBIT est stable (+0,5%) en base publiée et progresse de +2,1% à périmètre et change constants au premier semestre 2019.

Le résultat financier se dégrade de -6 million d’euros pour s’établir à -22 millions d’euros contre -16 millions d’euros au premier semestre 2018, et s’explique essentiellement par :

  • une hausse du coût de l’endettement financier net de +2 millions d’euros principalement liée à la reprise des dettes résiduelles de Ciplan. Il est à noter que, hors cet élément, le coût financier de la dette du Groupe est stable malgré la hausse de l’encours compte tenu de la baisse des taux;
  • une diminution des autres produits et charges financiers à hauteur de -4 millions d’euros.

La charge d’impôts est stable sur le semestre compte tenu de la baisse du résultat avant impôt. La hausse du taux apparent de 31% à 37% provient essentiellement du retraitement favorable en 2018 du taux d’impôt pour filiales déficitaires.

Compte tenu de l’ensemble de ces éléments, le résultat net de l’ensemble consolidé s’élève à 48 millions d’euros en baisse de -17,4% à périmètre et change constants et de -21,5% en base publiée. Le résultat net part du Groupe recule quant à lui de -19,0% à périmètre et taux de change constants et -20,7% en base publiée, à 46 millions d’euros. Hors impact de l’indemnité compensatoire aux États-Unis en 2018, le résultat net et le résultat net part du Groupe sont respectivement en baisse de -5,6% et de -6,7% à périmètre et change constants sur le premier semestre.

La capacité d’autofinancement ressort à 173 millions d’euros, en progression de +0,9% en base publiée et en retrait de -1,3% à périmètre et taux de change constants.

1.2. Compte de résultat du Groupe par zones géographiques

1.2.1. Compte de résultat France

(En millions d’euros)

30 06 2019

30 06 2018

retraité

Variation

(publiée)

Variation
(à périmètre et taux

de change constants )

Chiffre d’affaires

500

473

+5,8%

+5,1%

EBITDA

84

75

+12,8%

+12,4%

EBIT

44

34

+28,7%

+28,6%

L’activité en France au cours du premier semestre est restée bien orientée dans un contexte macro-économique et sectoriel favorable, soutenu par un bon niveau d’activité dans les infrastructures, l’industriel et le commercial qui a permis de compenser la baisse du segment résidentiel. Ce contexte favorable a permis d’appliquer des hausses de prix dans l’ensemble des activités principales du Groupe.

Il est à noter que le chiffre d’affaires du Groupe en France au deuxième trimestre progresse de +4,0% en base publiée et de +2,6% à périmètre constant. L’effet périmètre est lié à une acquisition non significative dans l’activité Béton et Granulats afin de renforcer son dispositif local.

Dans ce contexte, et en dépit d’une hausse des coûts de l’énergie, la marge d’EBITDA sur chiffre d’affaires consolidé s’améliore pour s’établir à 16,8%, contre 15,8% au premier semestre 2018.

  • Dans l’activité Ciment, le chiffre d’affaires opérationnel est en hausse de +4,0% sur l’ensemble du semestre. Cette amélioration de l’activité repose sur une solide hausse des prix moyens de vente. Les volumes sont stables sur la période. Sur le deuxième trimestre, le chiffre d’affaires opérationnel progresse de +3,0%.

Dans un contexte marqué notamment par la poursuite de la hausse des coûts de l’énergie sur ce semestre, le Groupe enregistre un EBITDA en contraction de -1,1%.

  • L’activité Béton & Granulats voit son chiffre d’affaires opérationnel progresser de +8,1% à périmètre constant (+9,5% en base publiée). Cette performance résulte d’une nette hausse des prix dans le béton et, de façon moins sensible, dans les granulats. Les volumes sont stables dans le béton mais progressent dans les granulats. Il est à noter qu’au cours du deuxième trimestre, le chiffre d’affaires opérationnel progresse de +5,9% à périmètre constant (+8,4% en base publiée).

Compte tenu de ces éléments, l’EBITDA généré par cette activité en France est en progression de +54,1% à périmètre constant (+56,5% en base publiée) par rapport au premier semestre 2018, avec une marge d’EBITDA sur le chiffre d’affaires opérationnel en amélioration de 350 points de base.

  • Dans l’activité Autres Produits & Services, le chiffre d’affaires opérationnel est en progression de +2,5%. Sur le deuxième trimestre, le chiffre d’affaire opérationnel est stable (-0,4%). L’EBITDA généré par cette activité recule de -4,1%, la progression dans l’activité transport et chimie du bâtiment compensant partiellement la forte baisse de la profitabilité de l’activité papier. La marge d’EBITDA sur le chiffre d’affaires opérationnel recule ainsi de 40 points de base.

1.2.2 Compte de résultat de la zone Europe (hors France)

(En millions d’euros)

30 06 2019

30 06 2018

retraité

Variation

(publiée)

Variation
(à périmètre et taux

de change constants )

Chiffre d’affaires

182

184

-1,2%

-4,4%

EBITDA

38

39

-3,1%

-6,3%

EBIT

19

22

-11,7%

-14,7%

L’activité en Europe (hors France) sur ce premier semestre confirme la tendance observée en fin d’exercice 2018. Le chiffre d’affaires consolidé en Suisse est en retrait compte tenu de la baisse de l’activité Préfabrication, et dans une moindre mesure de l’activité béton, en partie compensée par la reprise de l’activité Ciment. En Italie, la performance du Groupe poursuit son amélioration.

Il est à noter que le chiffre d’affaires consolidé généré au deuxième trimestre sur l’ensemble de la zone recule de -3,4% en base publiée et de -7,0% à périmètre et change constants.

Dans ce contexte, la marge opérationnelle d’EBITDA sur chiffre d’affaires consolidé recule très légèrement pour s’établir à 20,9% sur les six premiers mois de l’année, contre 21,2% au premier semestre 2018.

En Suisse, au premier semestre 2019, le chiffre d’affaires consolidé du Groupe est en baisse de -3,3% en base publiée et de -6,7% à périmètre et taux de change constants. Sur le deuxième trimestre, l’activité du Groupe dans cette zone recule de -4,8% en base publiée et de -8,5% à périmètre et taux de change constants. L’EBITDA est en retrait de -6,5% à périmètre et taux de change constants et de -3,2% en base publiée. Sur ces bases, la marge d’EBITDA sur le chiffre d’affaires consolidé est stable.

  • Dans l’activité Ciment,le chiffre d’affaires opérationnel progresse de +3,9% en base publiée et reste stable (+0,3%) à périmètre et taux de change constants. Il est à noter que le chiffre d’affaires généré au deuxième trimestre progresse de +3,8% en base publiée et est stable (-0,3%) à périmètre et change constants. En dépit d’un nombre de jours ouvrés inférieurs à 2018 et de l’achèvement de chantiers importants, les volumes vendus au cours de ce premier semestre sont stables. Les prix moyens de vente sur l’ensemble du semestre sont en léger recul en raison d’un mix produits et d’un mix clients défavorables.

Dans ce contexte, et compte tenu de la hausse des coûts de production, l’EBITDA généré par cette activité se contracte légèrement de -0,5% à périmètre et change constants, mais progresse de +3,0% en base publiée. La marge d’EBITDA sur le chiffre d’affaires opérationnel recule de 30 points de base.

  • Dans l’activité Béton & Granulats, le chiffre d’affaires opérationnel recule de -5,8% à périmètre et taux de change constants et de -2,5% en base publiée sur l’ensemble du semestre. Au cours du deuxième trimestre l’activité enregistre un recul de -9,3% à périmètre et change constants (-5,6% en base publiée). Dans cette activité aussi, le nombre de jours ouvrés inférieurs et l’absence de grands projets sur l’ensemble du semestre ont entrainé un net recul des volumes vendus de près de -10% dans le béton. En revanche, ils sont stables dans les granulats. Les prix moyens de vente progressent nettement dans le béton mais reculent dans les granulats sur l’ensemble du semestre.

Dans ce contexte, l’EBITDA recule de -4,3% à périmètre et change constants et de -0,8% en base publiée. Ainsi, la marge d’EBITDA sur le chiffre d’affaires opérationnel s’améliore d’environ 30 points de base compte tenu des réductions de coûts engagées depuis 2018 dans cette activité

  • L’activité Préfabricationvoit son chiffre d’affaires opérationnel reculer de -15,0% à périmètre et taux de change constants (-12,0% en base publiée) compte tenu d’un contexte concurrentiel défavorable sur les produits grand public et un niveau d’activité plus faible en cette première moitié d’année dans l’activité ferroviaire compte tenu du décalage du démarrage de chantiers. Au deuxième trimestre, le chiffre d’affaires opérationnel recule de -15,5% à périmètre et change constants.

Dans ce contexte, l’EBITDA généré par cette activité recule de -41,7% à périmètre et taux de change constants sur le semestre, et de -39,6% en base publiée. La marge d’EBITDA sur le chiffre d’affaires opérationnel recule donc de 220 points de base.

En Italie, le chiffre d’affaires consolidé progresse de +51,9%. Cette amélioration résulte pour l’essentiel de l’intégration du chiffre d’affaires du ciment prompt vendu en Italie dans le périmètre de ce pays. L’environnement sectoriel est néanmoins en légère amélioration. Les prix de vente enregistrent une solide progression sur l’ensemble du semestre. L’EBITDA est stable (-0,6%) sur le semestre.

1.2.3 Compte de résultat zone Amériques

(En millions d’euros)

30 06 2019

30 06 2018

retraité

Variation

(publiée)

Variation
(à périmètre et taux

de change constants )

Chiffre d’affaires

275

194

+42,0%

+4,2%

EBITDA

39

40

-3,9%

-23,8%

EBIT

8

21

-63,0%

-55,3%

La zone Amériques a été nouvellement créée suite à l’acquisition de Ciplan au Brésil. Ainsi la croissance du chiffre d’affaires en base publiée reflète pour l’essentiel un effet périmètre, mais aussi une solide croissance de l’activité aux Etats-Unis sur ce premier semestre malgré des conditions météorologiques particulièrement défavorables en Californie. La variation d’EBITDA prend en compte l’indemnité compensatoire aux Etats-Unis au premier semestre en 2018 de +10,6 millions d’euros. Retraité de cet élément exceptionnel, l’EBITDA progresse de +30,4% en base publiée sur l’ensemble de la zone, et de +3,4% à périmètre et change constants.

Aux Etats-Unis, l’environnement macro-économique et sectoriel reste favorablement orienté. Néanmoins, ce début d’année a été marqué par des conditions météorologiques très défavorables en Californie, entrainant un repli des volumes de ciment vendus sur l’ensemble de la région. En revanche, les volumes béton sont en légère progression. Dans une situation de marché qui reste propice aux augmentations de prix, le Groupe a enregistré une nette progression de son chiffre d’affaires consolidé de +11,7% en base publiée, et de +4,2% à périmètre et change constants sur l’ensemble de la période. Après un premier trimestre en baisse compte tenu des effets météorologiques défavorables (-3,7% à périmètre et change constants), le chiffre d’affaires consolidé a renoué au deuxième trimestre avec une solide croissance (+10,7% à périmètre et change constants). L’EBITDA s’établit à 33 millions d’euros sur le semestre, soit une baisse de -23,8% par rapport au premier semestre 2018 à périmètre et change constants. Retraité de l’indemnité compensatoire du premier semestre 2018, l’EBITDA progresse de +3,4% à périmètre et change constants, et la marge d’EBITDA est stable à 15,2% contre 15,3% au premier semestre 2018 malgré une augmentation des coûts de l’énergie.

  • Dans l’activité Ciment, le chiffre d’affaires opérationnel est stable (+0,3%) à périmètre et change constants et affiche une progression de +7,5% en base publiée. Il est à noter qu’après une contraction de l’activité au premier trimestre de -6,2% à périmètre et change constants compte tenu d’intempéries exceptionnelles, le chiffre d’affaires opérationnel progresse sur le deuxième trimestre de +5,5% à périmètre et taux de change constants. En raison des fortes précipitations enregistrées de janvier à mai en Californie, les volumes sont en recul de près de -5% sur l’ensemble du semestre. Bénéficiant pleinement des progressions enregistrées au cours de l’exercice 2018 et des hausses annoncées au cours du premier semestre 2019, les prix moyens de vente sont en nette progression sur l’ensemble des deux zones.

Compte tenu de la hausse sensible des coûts de l’énergie sur ce semestre et de la comptabilisation de l’indemnité compensatoire en 2018, l’EBITDA généré par cette activité recule de -35,6% à périmètre et change constants. Hors indemnité compensatoire, l’EBITDA est stable en base publiée (-0,6%) et en retrait de -7,3% à périmètre et change constants.

  • Dans l’activité Béton, le chiffre d’affaires opérationnel progresse de +6,4% à périmètre et taux de change constants et de +14,0% en base publiée. Après un premier trimestre affecté par les conditions météorologiques (-4,6% à périmètre et change constants), notamment en Californie, le Groupe a renoué avec la croissance au deuxième trimestre (+15,6% à périmètre et change constants). Sur le semestre, les volumes sont en légère croissance de plus de +1%, la performance constatée dans le Sud-Est compensant la contraction observée en Californie. Les prix affichent une solide progression, plus sensible en Californie que dans la région du Sud-Est.

L’EBITDA généré par cette activité enregistre une très forte progression de +49,3% à périmètre et change constants (+60,0% en base publiée) sur l’ensemble de la période. Sur ces bases, la marge d’EBITDA sur le chiffre d’affaires opérationnel progresse de 190 points de base.

Au Brésil, après plusieurs exercices marqués par un environnement macro-économique dégradé, la situation se stabilise progressivement. Le chiffre d’affaires généré depuis la finalisation de l’acquisition de Ciplan le 21 janvier 2019 s’établit à 59 millions d’euros.

  • Dans l’activité Ciment, avec près de 900 000 tonnes livrées, le chiffre d’affaires opérationnel s’établit à 45 millions d’euros. Dans cette activité, les volumes et les prix sont en progression par rapport à l’exercice précédent avant acquisition. L’EBITDA s’élève à 4 millions d’euros sur la période
  • Dans l’activité Béton et Granulats, le chiffre d’affaires opérationnel s’élève à 17 millions d’euros. Les livraisons de béton se sont élevées à près de 210 000 mètres cubes et celles de granulats à près de 872 000 tonnes. Cette activité enregistre elle aussi une progression des volumes vendus. Les prix de vente sont bien orientés dans les granulats mais reculent encore dans le béton. L’EBITDA généré sur la période s’élève à 2 millions d’euros.

1.2.4 Compte de résultat zone Asie (Inde et Kazakhstan)

(En millions d’euros)

30 06 2019

30 06 2018

retraité

Variation

(publiée)

Variation
(à périmètre et taux

de change constants )

Chiffre d’affaires

193

200

-3,2%

-2,3%

EBITDA

48

32

+49,6%

+52,4%

EBIT

31

16

+93,8%

+98,4%

La zone Asie a bénéficié sur ce premier semestre d’un environnement macro-économique et sectoriel favorable, soutenue par des marchés locaux bien orientés. Dans ce contexte, le Groupe s’est focalisé sur l’augmentation des prix de vente, afin de compenser la forte inflation des coûts de l’énergie observée ces dernières années, et l’amélioration de sa marge d’EBITDA.

En Inde, le Groupe a enregistré un chiffre d’affaires consolidé de 162 millions d’euros au cours du premier semestre 2019, en retrait de -5,8% à périmètre et taux de change constants et de -5,3% en base publiée. Cette évolution reflète la stratégie du Groupe de privilégier l’augmentation des prix. Ainsi, avec près de 2,8 millions de tonnes vendues au cours du semestre, les volumes commercialisés sont en baisse de près de -16%. Les prix de vente affichent une très nette progression sur l’ensemble de la période. Compte tenu de ces éléments, et malgré le renchérissement des coûts de production lié à l’inflation des coûts de l’énergie, l’EBITDA généré sur le semestre s’établit à 36 millions d’euros, soit une hausse de +53,2% à périmètre et taux de change constants. La marge d’EBITDA sur le chiffre d’affaires consolidé s’améliore donc sensiblement sur la période pour s’établir à 22,0% contre 13,5% au premier semestre 2018.

Le Kazakhstan affiche une progression du chiffre d’affaires consolidé de +18,4% à périmètre et taux de change constants et de +9,2% en base publiée. Il est à noter qu’après un premier trimestre en très forte hausse (+49,8% à périmètre et change constants,) le chiffre d’affaires consolidé généré au deuxième trimestre progresse de +9,4% à périmètre et change constants. Sur un marché domestique légèrement affecté par l’impact des élections au cours du deuxième trimestre, le Groupe a réorienté une partie de ses volumes vers des marchés à l’export plus rémunérateurs. Dans ce contexte, les volumes fléchissent de près de -5% sur le semestre. En revanche, les prix moyens de vente enregistrent une forte progression, tant sur le marché domestique que sur les marchés à l’export.

Dans ce contexte, et malgré une hausse sensible des coûts de l’énergie, l’EBITDA généré sur la période affiche une croissance de +50,4% à périmètre et taux de change constants et s’élève à 13 millions d’euros. La marge d’EBITDA s’apprécie nettement pour s’établir à 41,0% contre 32,3% au premier semestre 2018.

1.2.5 Compte de résultat zone Méditerranée (Égypte et Turquie)

(En millions d’euros)

30 06 2019

30 06 2018

retraité

Variation

(publiée)

Variation
(à périmètre et taux

de change constants )

Chiffre d’affaires

75

109

-31,8%

-18,5%

EBITDA

-4

14

n.a

n.a

EBIT

-14

4

n.a

n.a

La zone Méditerranée a été affectée par une situation macro-économique et sectorielle qui s’est sensiblement dégradée en Turquie compte tenu de la dévaluation de la livre turque intervenue en août 2018, constituant ainsi une base de comparaison très défavorable après un premier semestre 2018 qui avait été particulièrement dynamique. En Egypte, l’environnement sécuritaire et concurrentiel est resté difficile sur l’ensemble de la période. Dans ce contexte, le Groupe a généré un EBITDA de -4 millions d’euros sur ce premier semestre.

En Turquie, le chiffre d’affaires s’établit à 57 millions d’euros, en baisse de -23,3% à périmètre et taux de change constants et de -40,1% en base publiée. Après un premier trimestre où le chiffres d’affaires s’affichait en retrait de -27,3% à périmètre et taux de change constants, l’activité recule de nouveau de -20,0% à périmètre et change constants au deuxième trimestre. Cette forte contraction de l’activité traduit l’impact de la dévaluation intervenue en août 2018 sur l’environnement macro-économique et sectoriel et le très net ralentissement de l’activité industrielle dans ce pays.

L’EBITDA généré au premier semestre s’établit à 2 millions d’euros, contre 18 millions d’euros au premier semestre 2018, soit un retrait de -86,9% à périmètre et taux de change constants et de -89,8% en base publiée.

  • Dans l’activité Ciment, le chiffre d’affaires opérationnel semestriel recule de -24,2% à périmètre et taux de change constants et de -40,9% en base publiée. Après une baisse du chiffre d’affaires opérationnel au premier trimestre de -27,1% à périmètre et taux de change constants, la contraction de l’activité s’est poursuivie au deuxième trimestre (-22,1% à périmètre et taux de change constants). Cette forte baisse s’explique par un recul de plus de -39% des volumes vendus sur la période, en partie compensé par une forte augmentation des prix moyens de vente.

Compte tenu de ces éléments, et de la forte progression des coûts de l’énergie, l’EBITDA généré par cette activité baisse de -78,6% à périmètre et taux de change constants (-83,3% en base publiée), avec un taux de marge d’EBITDA sur le chiffre d’affaires opérationnel à 5,2% contre 18,4% au premier semestre 2018.

  • Le chiffre d’affaires opérationnel de l’activité Béton & Granulats sur la période baisse de -18,2% à périmètre et taux de change constants et de -36,2% en base publiée. Après une diminution du chiffre d’affaires opérationnel au premier trimestre de -24,2% à périmètre et taux de change constants, l’activité recule de -13,0% à périmètre et taux de change constants au cours du deuxième trimestre.
  • Sur l’ensemble du semestre, les volumes vendus affichent un retrait de -32,3% dans le béton et de
    -34,3% dans les granulats. Les prix de vente progressent sensiblement sur l’ensemble de la période, tant dans le béton que dans les granulats. Dans ce contexte, l’EBITDA est à l’équilibre sur le semestre, contre un EBITDA positif de 5 millions d’euros au premier semestre 2018.

En Égypte, le chiffre d’affaires consolidé s’établit à 18 millions d’euros, en hausse de +12,6% à périmètre et taux de change constants et de +23,6% en base publiée. Il est à noter qu’au deuxième trimestre le chiffre d’affaires recule de -8,4% à change constant et progresse de +1,8% en base publiée. Cette progression sur l’ensemble du semestre reflète un effet de base favorable au premier trimestre dans la mesure où cette même période en 2018 avait été impactée par les opérations militaires lancées en février 2018 dans le Nord Sinaï ayant entrainé l’arrêt de la production de l’usine pendant deux mois. Les ventes restent donc à des niveaux faibles dans un contexte marqué par un environnement macro-économique difficile et des contraintes logistiques importantes. Compte tenu de ces éléments, les volumes sont en progression de +18,6% sur l’ensemble de la période. Les prix de vente reculent compte tenu d’un environnement concurrentiel toujours marqué par la pression exercée par la nouvelle usine de l’armée égyptienne.

Dans ce contexte, le Groupe enregistre un EBITDA négatif de -6 millions d’euros sur le premier semestre 2019, à comparer à -4 millions d’euros au premier semestre 2018.

1.2.6 Compte de résultat Afrique

(En millions d’euros)

30 06 2019

30 06 2018

retraité

Variation

(publiée)

Variation
(à périmètre et taux

de change constants )

Chiffre d’affaires

115

122

-5,7%

-5,9

EBITDA

23

24

-3,7%

-3,8%

EBIT

8

9

-11,6%

-11,6%

Sur la zone Afrique, l’environnement macro-économique et sectoriel est favorable. La construction de logements, la poursuite des grands travaux qui relèvent de la commande publique contribuent à renforcer le dynamisme du secteur. Le premier semestre a néanmoins été perturbé par les élections présidentielles et législatives au Sénégal et la décision politique de bloquer la hausse des prix au cours de cette période.

Dans l’activité Ciment, le chiffre d’affaires recule de -7,4% à périmètre et change constants. Cette évolution résulte de volumes Ciment en baisse sur l’ensemble de la période de près de -7% compte tenu de contraintes de production et de prix de vente quasi stables. Compte tenu de ces éléments, et de l’inflation des coûts de l’énergie, l’EBITDA généré par cette activité recule de -18,2% à périmètre et change constants.

Au Sénégal, l’activité Granulats affiche un chiffre d’affaires consolidé stable sur la période. Compte tenu de la hausse des prix enregistrée sur la période, l’EBITDA dans cette activité progresse de +21,0%.

2. Éléments de Bilan et de Flux de trésorerie

Au 30 juin 2019, le Groupe présente une structure financière solide avec des capitaux propres de 2 461 millions d’euros, contre 2 329 millions d’euros au 30 juin 2018 retraité. L’endettement net ressort à 1 465 millions d’euros contre 1 112 millions d’euros au 30 juin 2018 retraité en IFRS 16.

Sur ces bases, le « gearing » s’élève au 30 juin 2019 à 59,5% contre 47,8% au 30 juin 2018, et le « leverage » à 2,95 fois contre 2,32 fois au 30 juin 2018.

Hors IFRS 16, référentiel toujours en vigueur pour le calcul des covenants, le « gearing » s’élève au 30 juin 2019 à 49,9% contre 38,3% au 30 juin 2018, et le « leverage » à 2,8 fois contre 2,0 au 30 juin 2018.

Le Groupe rappelle que l’existence de « covenants » ne constitue pas un risque sur la situation financière et la liquidité du bilan du Groupe. Au 30 juin 2019, Vicat respecte l’ensemble des ratios visés par les « covenants » contenus dans les contrats de financement.

La capacité d’autofinancement ressort à 173 millions d’euros, en hausse de +0,9% en base publiée et en baisse de -1,3% à périmètre et taux de change constants.

Les investissements industriels réalisés par le Groupe se sont élevés à 108 millions d’euros sur ce semestre, en hausse par rapport au 1er semestre 2018 (94 millions d’euros). Ils devraient se situer à environ 200 millions d’euros sur l’ensemble de l’exercice 2019.

3. Perspectives 2019

En 2019, le contexte macro-économique devrait être caractérisé par une croissance économique globalement bien orientée, même si certaines régions émergentes resteront confrontées à un environnement politique et sectoriel incertain.

Enfin, les prix de l’énergie consommée devraient connaître une situation nettement plus favorable au second semestre compte tenu de la baisse récente de ces prix, de la politique de couverture des besoins du Groupe, et de sa stratégie industrielle de substitution des énergies fossiles.

Dans ce contexte, le Groupe s’attend à une nette amélioration de son EBITDA et à une progression de son résultat net sur l’ensemble de l’année.

En ce qui concerne chacune des régions, le Groupe souhaite fournir les éléments d’appréciations suivants:

En France, la baisse de l’activité dans le secteur résidentiel pourrait être compensée par une bonne vitalité des travaux publics, du commercial et de l’industriel dans un contexte de hausse des prix.

En Europe (hors France)

  • La Suisse, dans un environnement macro-économique qui devrait très légèrement progresser, le Groupe anticipe une amélioration progressive des volumes vendus et des prix de vente dans le Ciment, le Béton et les Granulats. Dans l’activité préfabrication, la pression concurrentielle devrait rester forte.
  • En Italie, les performances du Groupe devraient bénéficier de la poursuite du redressement du contexte macro-économique et sectoriel.

Dans la zone Amériques :

  • Aux États-Unis, le contexte macro-économique et sectoriel devrait rester favorable. Ainsi, le Groupe s’attend à une amélioration des volumes vendus et une poursuite de la hausse des prix.
  • Au Brésil, après plusieurs années caractérisées par une forte baisse de la consommation cimentière, celle-ci s’est progressivement stabilisée au cours des derniers 24 mois pour atteindre 54 millions de tonnes en 2018. Compte tenu des changements politiques récents et des réformes annoncées, 2019 devrait montrer les premiers signes d’une reprise graduelle en volume et en prix.

Dans la zone Asie :

  • En Inde, les effets des réformes entreprises par le gouvernement devraient se poursuivre et bénéficier à l’ensemble de l’économie et plus particulièrement au secteur de la construction. Dans ce contexte, la consommation cimentière devrait de nouveau croître sensiblement en 2019, dans un contexte concurrentiel qui devrait progressivement s’améliorer compte tenu de l’augmentation des taux d’utilisation de l’ensemble des intervenants de marché. Ainsi, si les prix de vente pourraient rester très volatils, ils sont attendus en progression conséquente sur l’ensemble de l’exercice.
  • Au Kazakhstan, les performances atteintes au cours de l’exercice 2018 constituent une base de comparaison élevée dans un contexte qui devrait néanmoins rester favorable.

Dans la zone Méditerranée :

  • En Turquie, la dégradation de l’environnement macro-économique et sectoriel suite à la dévaluation de la livre turque au mois d’août 2018 devrait se faire ressentir sur l’ensemble de l’exercice. Les impacts conjugués de la baisse des volumes vendus et de la hausse des coûts de production devraient être compensés par l’augmentation attendue des prix de vente. Dans ce contexte, le Groupe s’attend cependant à une forte dégradation de ses performances sur l’ensemble de l’exercice, avec cependant un effet de base moins défavorable au cours du deuxième semestre.
  • En Égypte, le contexte sécuritaire devrait rester très tendu, et les coûts d’exploitations élevés. L’amélioration progressive des conditions de marché et les efforts d’investissements que le Groupe prévoit d’entreprendre afin d’améliorer ses performances ne devraient pas se faire ressentir sur la seconde partie de l’année.

En Afrique de l’Ouest, le marché de la construction est attendu en progression dans un environnement toujours compétitif. Dans ce contexte, le Groupe s’attend à une tendance positive des volumes de ciment sur l’ensemble du marché et à des prix de vente en progression au Sénégal.

Conférence téléphonique

Dans le cadre de la publication de ses résultats au 30 juin 2019, le groupe Vicat organise une conférence téléphonique qui se tiendra en anglais le vendredi 2 août 2019 à 15h00, heure de Paris (14h00 heure de Londres et 09h00 heure de New York).

Pour participer en direct, composez l’un des numéros suivants :

France : +33 (0)1 76 77 22 57

Royaume-Uni : +44 (0)330 336 9411

États-Unis : +1 323-794-255

La conférence téléphonique sera disponible en différé jusqu’au 9 aout 2019 en composant :

France : +33 (0)1 70 48 00 94

Royaume-Uni : 44 (0) 207 660 0134

États-Unis : 1 719 457 0820

Code d’accès : 3325784#

Prochaine publication :

Chiffre d’affaires du troisième trimestre 2019 le 4 novembre 2019 après clôture de la bourse.

À propos du groupe Vicat

Le groupe Vicat emploie plus de 9 000 personnes et a réalisé un chiffre d’affaires consolidé de 2,582 milliards d'euros en 2018, provenant de ses activités de production de Ciment, de Béton & Granulats et Autres Produits & Services. Le Groupe est présent dans 12 pays : France, Suisse, Italie, États-Unis, Turquie, Égypte, Sénégal, Mali, Mauritanie, Kazakhstan, Inde et Brésil. Plus de 63% de son chiffre d’affaires est réalisé à l’international.

Le groupe Vicat est l'héritier d'une tradition industrielle débutée en 1817 avec l'invention du ciment artificiel par Louis Vicat. Créé en 1853, le groupe Vicat exerce aujourd’hui 3 métiers principaux que sont le Ciment, le Béton Prêt à l'Emploi (BPE) et les Granulats, ainsi que des activités complémentaires à ces métiers de base.

Groupe Vicat – Information financière– Annexes

Définition des indicateurs alternatifs de performance "IAP" :

  • Les données à périmètre et change constants permettent de déterminer l’évolution organique d’agrégats chiffrés entre deux périodes et de les comparer en neutralisant les impacts liés aux variations de taux de change et du périmètre de consolidation. Elles sont déterminées en appliquant aux chiffres de la période en cours, les taux de change et le périmètre de consolidation de la période antérieure.
  • Le chiffre d’affaires opérationnel d’un secteur géographique (ou d’une activité) correspond au chiffre d’affaires réalisé par le secteur géographique en question (ou l’activité) sous déduction du chiffre d’affaires intra-secteur (ou intra-activité).
  • Valeur Ajoutée : elle est égale à la valeur de la production diminuée des consommations intermédiaires.
  • Excédent Brut d’Exploitation : il est égal à la valeur ajoutée, diminuée des charges de personnel, des impôts et taxes (hors impôts sur les résultats et impôts différés) et augmentée des subventions d’exploitation.
  • EBITDA (Earning Before Interest, Tax, Depreciation and Amortization) : il se calcule en sommant l’Excédent Brut d’Exploitation et les autres produits et charges ordinaires
  • EBIT : (Earning Before Interest and Tax) : il se calcule en sommant l’EBITDA et les dotations nettes aux amortissements, provisions et dépréciations ordinaires.
  • Capacité d’autofinancement : elle est égale au résultat net avant prise en compte des charges nettes calculées sans impact sur la trésorerie (soit principalement les dotations nettes aux amortissements et provisions, les impôts différés, les résultats de cession et les variations de juste valeur).
  • Cash-flow libre : il est égal aux flux nets opérationnels après déduction des investissements industriels nets de cessions.
  • L’endettement financier netreprésente la dette financière brute (composée du solde des emprunts auprès d’investisseurs et des établissements de crédit, de la dette résiduelle sur contrats de location financement, du solde des autres emprunts et dettes financières hors options de vente et de la trésorerie passive), nette de la trésorerie et équivalents de trésorerie, y inclus la réévaluation des dérivés de couverture et de la dette.
  • Le Gearing est un ratio relatif à la structure financière correspondant à l’endettement net / capitaux propres consolidés.
  • Le Leverage est un ratio relatif à la rentabilité correspondant à l’endettement net / EBITDA consolidé.

     

Compte de résultat du Groupe par activités

Activité Ciment

(En millions d’euros)

30 06 2019

30 06 2018

Variation

(publiée)

Variation
(à périmètre et taux

de change constants )

Volume (milliers de tonnes)

10 811

11 364

-4,9%

-12,6%

CA Opérationnel

770

743

+3,6%

-2,3%

CA Consolidé

653

628

+4,0%

-2,4%

EBITDA

155

161

-3,8%

-6,3%

EBIT

76

89

-14,9%

-12,6%

Activité Béton & Granulats

(En millions d’euros)

30 06 2019

30 06 2018

Variation

(publiée)

Variation
(à périmètre et taux

de change constants )

Volume Béton (milliers de m3)

4 265

4 572

-6,7%

-11,3%

Volume Granulats (milliers de tonnes)

11 308

11 468

-1,4%

-9,0%

CA Opérationnel

528

490

+7,9%

+2,9%

CA Consolidé

518

480

+7,9%

+2,8%

EBITDA

64

52

+23,5%

+16,7%

EBIT

21

14

+46,9%

+42,8%

Activité Autres Produits & Services

(En millions d’euros)

30 06 2019

30 06 2018

Variation

(publiée)

Variation
(à périmètre et taux

de change constants )

CA Opérationnel

211

218

-3,6%

-3,8%

CA Consolidé

168

172

-2,6%

-3,7%

EBITDA

10

12

-19,2%

-20,2%

EBIT

0

3

n.a

n.a

Comptes consolidés au 30 juin 2019 arrêtés par le Conseil d’Administration du 30 juillet 2019

ETAT DE LA SITUATION FINANCIERE CONSOLIDEE

 

ACTIF

 

30 juin 2019 31 décembre 2018
(en milliers d'euros)

Notes

Retraité (a)
ACTIFS NON COURANTS

 

Goodwill

3

1 326 936

1 006 753

Autres immobilisations incorporelles

4

122 039

118 316

Immobilisations corporelles

5

1 860 274

1 806 040

Droits d'utilisation relatifs aux contrats de location

6

220 433

223 792

Immeubles de placement

 

15 285

15 491

Participations dans des entreprises associées

 

63 078

53 044

Actifs d'impôts différés

 

123 613

93 394

Créances et autres actifs financiers non courants

7

281 543

152 831

Total des actifs non courants

 

4 013 201

3 469 661

ACTIFS COURANTS

 

Stocks et en-cours

 

429 065

385 133

Clients et autres débiteurs

 

526 919

407 085

Actifs d'impôts exigibles

 

67 979

42 215

Autres créances

 

144 288

142 745

Trésorerie et équivalents de trésorerie

8

325 696

314 633

Total des actifs courants

 

1 493 947

1 291 811

TOTAL DE L'ACTIF

 

5 507 148

4 761 472

 

PASSIF

 

30 juin 2019 31 décembre 2018
(en milliers d'euros)

Notes

Retraité (a)
CAPITAUX PROPRES

 

Capital

9

179 600

179 600

Primes

 

11 207

11 207

Réserves consolidées

 

2 055 517

2 068 460

Capitaux propres part du Groupe

 

2 246 324

2 259 267

Intérêts minoritaires

 

214 678

221 474

Total capitaux propres

 

2 461 002

2 480 741

 

PASSIFS NON COURANTS

 

Provisions retraite et autres avantages postérieurs à l’emploi

10

132 637

118 344

Autres provisions

10

140 270

70 757

Dettes financières et options de vente

11

1 373 318

879 713

Obligations locatives

11

186 013

195 751

Impôts différés passifs

 

223 259

181 392

Autres passifs non courants

 

57 337

5 410

Total des passifs non courants

 

2 112 834

1 451 367

PASSIFS COURANTS

 

Provisions

10

9 356

9 604

Dettes financières et options de vente à moins d'un an

11

221 785

152 813

Obligations locatives à moins d'un an

11

49 952

47 797

Fournisseurs et autres créditeurs

 

367 245

358 753

Passifs d'impôts exigibles

 

41 800

38 273

Autres dettes

 

243 174

222 124

Total des passifs courants

 

933 312

829 364

Total des passifs

 

3 046 146

2 280 731

TOTAL CAPITAUX PROPRES ET PASSIFS

 

5 507 148

4 761 472

(a) : la norme IFRS16 étant d'application obligatoire à compter du 1er janvier 2019 et appliquée de manière rétrospective complète par le Groupe, les états financiers 2018 ont été retraités en conformité avec les nouvelles règles à des fins de comparaison.

Les impacts de ces retraitements sont présentés dans la note 26.

COMPTE DE RESULTAT CONSOLIDE

 

 

30 juin 2019 30 juin 2018
(en milliers d'euros)

Notes

Retraité (a)

 

Chiffre d'affaires

13

1 339 758

1 281 261

Achats consommés

 

(851 775)

(834 071)

Valeur ajoutée

1.22

487 983

447 190

Charges de personnel

 

(234 553)

(213 458)

Impôts, taxes et versements assimilés

 

(38 329)

(34 508)

Excédent brut d'exploitation

1.22 & 16

215 101

199 224

Dotations nettes aux amortissements, provisions et dépréciations

14

(146 362)

(117 220)

Autres produits et charges

15

25 731

19 650

Résultat d’exploitation

16

94 470

101 654

Coût de l’endettement financier net

17

(17 173)

(15 177)

Autres produits financiers

17

7 028

7 091

Autres charges financières

17

(11 804)

(7 814)

Résultat financier

17

(21 949)

(15 900)

Quote-part dans les résultats des sociétés associées

 

2 601

2 069

Résultat avant impôt

 

75 122

87 824

Impôts sur les résultats

18

(27 148)

(26 739)

Résultat net consolidé

 

47 974

61 085

Part attribuable aux intérêts minoritaires

 

1 854

2 949

Part attribuable au Groupe

 

46 120

58 136

 

 

EBITDA

1.22 & 16

228 147

224 343

EBIT

1.22 & 16

96 900

106 996

 

Résultat par action (en euros)

 

Résultat net part du groupe de base et dilué par action

9

1,03

1,29

(a) : la norme IFRS16 étant d'application obligatoire à compter du 1er janvier 2019 et appliquée de manière rétrospective complète par le Groupe, les états financiers 2018 ont été retraités en conformité avec les nouvelles règles à des fins de comparaison. Les impacts de ces retraitements sont présentés dans la note 26.

ETAT DU RESULTAT GLOBAL CONSOLIDE
 
(en milliers d'euros) 30 juin 2019 30 juin 2018
Retraité (a)
Résultat net consolidé

47 974

61 085

 
Autres éléments du résultat global
 
Eléments non recyclables au compte de résultat :
Réévaluation du passif net au titre des prestations définies

(16 661)

4 536

Impôt sur les éléments non recyclables

4 157

(1 165)

 
Eléments recyclables au compte de résultat :
Ecarts de conversion

15 152

(46 158)

Couverture des flux de trésorerie

7 741

(3 594)

Impôt sur les éléments recyclables

(2 000)

928

 
Autres éléments du résultat global (après impôt)

8 389

(45 453)

 
Résultat global

56 363

15 632

Part attribuable aux intérêts minoritaires

6 436

(7 003)

Part attribuable au Groupe

49 927

22 635

(a) : la norme IFRS16 étant d'application obligatoire à compter du 1er janvier 2019 et appliquée de manière rétrospective complète par le Groupe, les états financiers 2018 ont été retraités en conformité avec les nouvelles règles à des fins de comparaison. Les impacts de ces retraitements sont présentés dans la note 26.

ETAT DES FLUX DE TRESORERIE CONSOLIDES

 

(en milliers d'euros)

Notes

30 juin 2019 30 juin 2018

 

Retraité (a)
Flux de trésorerie liés aux activités opérationnelles

 

 

Résultat net consolidé

 

47 974

61 085

 

Quote-part dans les résultats des sociétés mises en équivalence

(2 601)

(2 070)

Dividendes reçus des sociétés mises en équivalence

 

1 482

1 346

Charges et produits sans incidence sur la trésorerie ou non liés à l'activité :
- amortissements et provisions

 

146 578

112 540

- impôts différés

 

(3 875)

1 571

- plus ou moins values de cession

 

(1 790)

(3 454)

- gains et pertes latents liés aux variations de juste valeur

 

210

157

- autres

 

(15 159)

114

 

Capacité d'autofinancement

1.22

172 819

171 289

 

Variation du besoin en fonds de roulement

 

(139 899)

(61 082)

 

Flux nets de trésorerie générés par les activités opérationnelles (1)

20

32 920

110 207

 

Flux de trésorerie liés aux opérations d'investissement

 

 

Décaissements liés à des acquisitions d'immobilisations:

 

- immobilisations corporelles et incorporelles

 

(90 120)

(78 402)

- immobilisations financières

 

(54 873)

(21 608)

 

Encaissements liés à des cessions d'immobilisations:

 

- immobilisations corporelles et incorporelles

 

2 920

4 529

- immobilisations financières

 

6 821

4 983

 

Incidence des variations de périmètre

 

(291 774)

(12 984)

 

Flux nets de trésorerie liés aux opérations d'investissement

21

(427 026)

(103 482)

 

Flux de trésorerie liés aux opérations de financement

 

 

Dividendes versés

 

(73 142)

(76 872)

Augmentations / Réductions de capital

 

500

-

Emissions d’emprunts

11

1 018 155

126 976

Remboursements d’emprunts

11

(549 469)

(24 063)

Remboursements des dettes locatives

11

(21 016)

(23 401)

Acquisitions d'actions propres

 

(2 368)

(16 153)

Cessions – attributions d'actions propres

 

4 807

17 658

 

Flux nets de trésorerie liés aux opérations de financement

 

377 467

4 145

Incidence des variations de cours des devises

 

3 921

(8 676)

Variation de la trésorerie

 

(12 718)

2 194

Trésorerie et équivalents de trésorerie nets à l'ouverture

22

261 969

220 058

Trésorerie et équivalents de trésorerie nets à la clôture

22

249 251

222 252

(1) Dont flux de trésorerie provenant des impôts sur le résultat : (45,0) millions d’euros en 2019 et (29,3) millions d’euros en 2018.

Dont flux de trésorerie provenant des intérêts décaissés et encaissés : (16,4) millions d’euros en 2019 et (15,7) millions d’euros en 2018.

(a) : la norme IFRS16 étant d'application obligatoire à compter du 1er janvier 2019 et appliquée de manière rétrospective complète par le Groupe, les états financiers 2018 ont été retraités en conformité avec les nouvelles règles à des fins de comparaison.

Les impacts de ces retraitements sont présentés dans la note 26.

ETAT DE VARIATION DES CAPITAUX PROPRES CONSOLIDES
 
(en milliers d'euros) Capital Primes Auto - contrôle Réserves consolidées Réserves de conversion

Capitaux propres

part du Groupe

Intérêts minori-taires

Total capitaux

propres

Au 1er janvier 2018 Publié

179 600

11 207

(60 714)

2 406 371

(360 344)

2 176 120

233 442

2 409 562

Ajustements IFRS16 au 1er janvier

(9 028)

(9 028)

(72)

(9 100)

Au 1er janvier 2018 Retraité (a)

179 600

11 207

(60 714)

2 397 343

(360 344)

2 167 092

233 370

2 400 462

 
Résultat semestriel retraité

58 136

58 136

2 949

61 085

Autres éléments du résultat global retraité (1)

(75)

(35 426)

(35 501)

(9 952)

(45 453)

 
Résultat global retraité

58 061

(35 426)

22 635

(7 003)

15 632

 
Dividendes distribués

(66 375)

(66 375)

(6 696)

(73 071)

Variation nette des actions propres

1 979

(352)

1 627

1 627

Variations de périmètre et acquisitions complémentaires

(10 884)

(10 884)

(4 806)

(15 690)

Autres variations

(934)

(934)

563

(371)

 
Au 30 juin 2018 Retraité (a)

179 600

11 207

(58 735)

2 376 859

(395 770)

2 113 161

215 428

2 328 589

 
Au 1er janvier 2019

179 600

11 207

(56 144)

2 524 952

(400 348)

2 259 267

221 474

2 480 741

Résultat annuel

46 120

46 120

1 854

47 974

Autres éléments du résultat global (1)

(6 435)

10 241

3 806

4 582

8 388

 
Résultat global

39 685

10 241

49 926

6 436

56 362

 
Dividendes distribués

(66 435)

(66 435)

(7 030)

(73 465)

Variation nette des actions propres

4 402

(1 456)

2 946

2 946

Variations de périmètre et acquisitions complémentaires

(6 440)

(6 440)

Autres variations

620

620

238

858

 
Au 30 juin 2019

179 600

11 207

(51 742)

2 497 366

(390 107)

2 246 324

214 678

2 461 002

1) Stock par nature des autres éléments du résultat global :

Les autres éléments du résultat global comprennent pour l’essentiel les écarts de conversion cumulés à la clôture depuis fin 2003. Pour mémoire, en application de l’option offerte par IFRS1, les écarts de conversion accumulés avant la date de transition aux IFRS ont été reclassés en report à nouveau à cette date.

(a) : la norme IFRS16 étant d'application obligatoire à compter du 1er janvier 2019 et appliquée de manière rétrospective complète par le Groupe, les états financiers 2018 ont été retraités en conformité avec les nouvelles règles à des fins de comparaison.

Les impacts de ces retraitements sont présentés dans la note 26.

Les réserves de conversion groupe se ventilent comme suit par devises (en milliers d'euros) au 30 juin 2019 et 2018 :

30 juin 2019 30 juin 2018
Dollar 

38 134

29 282

Franc suisse

187 275

162 402

Livre turque

(265 413)

(239 582)

Livre égyptienne 

(124 896)

(125 533)

Tengué kazakh

(85 699)

(75 149)

Ouguiya mauritanien

(6 755)

(5 639)

Réal brésilien

(1 915)

-

Roupie indienne 

(130 838)

(141 551)

(390 107)

(395 770)

 

Contacts

Relations Investisseurs :
Stéphane Bisseuil :
Tél. + 33 1 58 86 86 05
stephane.bisseuil@vicat.fr

Presse :
Alizée Remaud
Tél. +33 (0)1 49 09 25 72
alizee.remaud@tbwa-corporate.com

Contacts

Relations Investisseurs :
Stéphane Bisseuil :
Tél. + 33 1 58 86 86 05
stephane.bisseuil@vicat.fr

Presse :
Alizée Remaud
Tél. +33 (0)1 49 09 25 72
alizee.remaud@tbwa-corporate.com