VEOLIA : DES RESULTATS SEMESTRIELS 20191 DE NOUVEAU EN CROISSANCE SOUTENUE

  • CHIFFRE D’AFFAIRES : 13 324 M€, +5,5%, POURSUITE DE LA CROISSANCE A UN RYTHME SOUTENU, PORTEE PAR UNE TRES BONNE CONQUETE COMMERCIALE
  • EBITDA : 2 002 M€, +5,4% (+7,3% AU T2 APRES +3,8% au T1)
  • 121 M€ D’ECONOMIES, EN AVANCE SUR L’OBJECTIF ANNUEL DE PLUS DE 220 M€
  • EBIT COURANT : 857 M€, +5,7%
  • RESULTAT NET COURANT PART DU GROUPE : 352 M€, EN HAUSSE DE 7,2% RESULTAT NET PART DU GROUPE : 331 M€, EN HAUSSE DE 46%
  • SIGNATURE DE LA VENTE DES ACTIVITES D’ENERGIE MUNICIPALE AUX ETATS-UNIS POUR 1,25 MM$, SOIT UN MULTIPLE DE 14,2X L’EBITDA 2019E
  • OBJECTIFS 2019 PLEINEMENT CONFIRMES

Données en cours d’audit et y compris IFRS 16

PARIS--()--Regulatory News:

Antoine Frérot, Président-directeur général du Groupe a déclaré : «L’activité et les résultats du premier semestre de l’année s’inscrivent pleinement dans notre trajectoire de croissance soutenue et rentable. Veolia enregistre une forte progression de ses activités dans toutes ses géographies et démontre une nouvelle fois la pertinence de son positionnement et de sa stratégie de croissance sélective. Notre conquête commerciale reste très dynamique. La croissance de nos activités prioritaires est très forte, avec en particulier le traitement des déchets toxiques en hausse de 13% et le recyclage des plastiques en croissance de 30%. Les résultats progressent également à un rythme très satisfaisant, bénéficiant de la croissance de nos activités et de la poursuite des économies de coûts à un rythme supérieur à notre objectif grâce à la mise en œuvre de nombreuses synergies opérationnelles. Ces bons résultats semestriels nous permettent de confirmer tous nos objectifs pour l’ensemble de l’année et de préparer notre nouveau plan stratégique pour la période 2020-2023 avec une grande confiance dans la capacité de notre Groupe à continuer de réaliser une croissance solide, rentable et durable.»

1 A change constant. En données courantes : Chiffre d’affaires en hausse de 5,8%, EBITDA en hausse de 5,4%, EBIT Courant en hausse de 5,4% et Résultat net courant part du groupe en hausse de 7,5%.

  • Chiffre d’affaires de 13 324 M€ au cours du S1 2019 contre 12 588 M€ au cours du S1 2018 retraité, soit une croissance de 5,5 % à change constant (+5,8% en courant) et +4,2% à périmètre et change constants.

Le Groupe Veolia a de nouveau enregistré un chiffre d’affaires en progression soutenue au premier semestre avec une accélération au deuxième trimestre. A change constant, le T2 est ainsi en hausse de +6,3%, après +4,8% au T1 2019.

La très bonne croissance de l’activité a été portée par la poursuite d’un très bon dynamisme commercial, de bons volumes à la fois dans les Déchets et dans l’Eau et des prix en hausse (effet positif de 1,4% sur la croissance contre 0,9% au S1 2018).

Les variations des changes ont eu un impact très limité (38 M€ sur le chiffre d’affaires du semestre).

L’effet périmètre est positif de 168 M€, sous l’effet des petites opérations réalisées en 2018 (principalement Grupo Sala en Colombie) et début 2019, net de l’impact de la cession de SCVK en République Tchèque.

Les variations des prix des énergies ont eu un effet positif de 96 M€ sur le chiffre d’affaires et les matières recyclées ont eu un impact neutre, la baisse des prix des papiers de 5% ayant été compensée par la hausse des prix des plastiques (+17%).

Le climat a eu un effet négatif de 38 M€ sur le premier semestre, avec un hiver doux en Europe Centrale et Orientale et aux Etats-Unis et un printemps plus favorable qui a permis de réduire sensiblement l’effet défavorable du T1 (-77 M€).

A change constant, les variations enregistrées au cours du semestre ressortent comme suit :

  • En France, l’activité est en hausse de 3,9%. Le chiffre d’affaires de l’Eau est en hausse de 1,5% avec une hausse des tarifs de 1,4%, une bonne conquête commerciale et des volumes en progression de 1,1%. Les Déchets affichent une croissance de 6,7% (et 4,2% hors chiffre d’affaires de construction) avec des volumes en hausse de 0,7% (hausse dans le traitement et baisse dans la collecte municipale) et des prix en hausse de 2,2%.
  • L’Europe hors France est en hausse de 5,9%.Toutes les géographies sont en croissance. L’Europe Centrale et Orientale progresse de 7,8% avec une forte croissance dans l’Energie et de bons volumes dans l’Eau (+2,5%) qui compensent l’effet de la cession de SCVK en République Tchèque dans l’Eau. La zone Royaume-Uni/Irlande est en progression de 4,3% grâce à la bonne performance des PFIs (taux de disponibilité de 93%) et une conquête commerciale satisfaisante auprès des industriels. L’Europe du Nord progresse de 2,7%. La zone Italie-Espagne-Portugal a crû de 11,5% avec +9,5% en Italie, +14,5% en Ibérie avec l’intégration au Portugal de l’activité Déchets Renascimento.
  • Le Reste du monde enregistre une croissance de 7,8%. L’Amérique Latine est en croissance de 23,9%, portée par les hausses tarifaires en particulier en Argentine, un bon développement commercial et l’intégration en année pleine des activités de Grupo Sala, acteur leader dans le déchet toxique et municipal en Colombie. L’Asie croît de 10,6%. La Chine est en hausse de 16,9% portée par les bons volumes de déchets toxiques, le fort développement dans le recyclage de plastiques et l’extension du réseau de chauffage urbain à Harbin. La zone Pacifique est en croissance de 7,0% avec le redémarrage de l’usine de dessalement de Sydney et de bons volumes de déchets traités. L’Afrique et le Moyen-Orient sont en hausse de 4,1% sous l’effet de nouveaux contrats au Moyen Orient dans les services énergétiques et de bons volumes d’eau et d’électricité au Maroc.
  • Les activités mondiales sont en hausse de 3,6%. Les déchets toxiques en Europe continentale continuent de croître fortement grâce à une très bonne dynamique commerciale et des hausses de prix. L’activité de Veolia Water Technologies est en repli (-5,0%) mais le backlog est en hausse de 4,6% avec la commande de deux usines de dessalement en Arabie Saoudite et à Barhein.

Le chiffre d’affaires de la SADE est en hausse de 10,3% avec de bonnes performances en France et dans l’activité réseaux Télécom.

Par activité, à change constant, dans l’Eau, le chiffre d’affaires est en progression de 2,2%. Les Déchets sont en hausse de 7,2% sur le semestre avec des volumes en hausse de +1,9% (+2,5% au T1 et +1,1% au T2 sous l’effet d’un très fort effet de base de comparaison, la croissance des volumes du T2 2018 ayant été de 4,9%). Les prix sont en hausse sensible (+2,5%). L’Energie est en croissance de 9,1% avec un effet volumes favorable, un effet prix de +2,3% avec la hausse des prix de vente de chaleur et d’électricité en Europe Centrale et Orientale et un effet climat légèrement négatif de -0,9%.

  • EBITDA en hausse de 5,4% à change constant, à 2 002 M€ contre 1 900 M€ au S1 2018 retraité (+5,4% en données courantes).
    • A change constant, la croissance soutenue de l’activité, couplée à la poursuite des économies à un niveau supérieur au rythme annuel visé (121 M€), ont permis d’enregistrer une progression de 5,4% de l’EBITDA sur le semestre. Le climat a eu un effet légèrement négatif (-6M€). Les prix des énergies et recyclats ont eu un impact de -14 M€ (-11 M€ pour l’énergie et -3 M€ pour les recyclats) sur la croissance de l’EBITDA.
    • L’analyse des variations de l’EBITDA à change constant fait ressortir les éléments suivants : en France, l’EBITDA est en croissance de +3,3% grâce aux bonnes performances de l’Eau France. En Europe hors France, l’EBITDA est stable (-0,1%). L’Europe Centrale et Orientale est marquée par l’effet de la cession de SCVK et un climat légèrement défavorable partiellement compensée par le bon dynamisme commercial et les réductions de coûts. Hors impact de la cession de SCVK, l’EBITDA de l’Europe hors France est en hausse de 4,4%. L’EBITDA du Reste du Monde est en progression de 8,5% et les Activités Mondiales affichent un EBITDA en croissance de 15,7% grâce notamment aux effets des restructurations engagées chez Veolia Water Technologies en 2018, à la poursuite des bonnes performances des activités de Déchets Toxiques solides et liquides et au bon dynamisme de la SADE.
  • EBIT Courant de 857 M€ contre 813 M€ au S1 2018 retraité, en hausse de 5,7% à change constant (+5,4% en données courantes).
    • La variation des changes a pesé à hauteur de -2 M€ sur l’EBIT courant.
    • La variation de l’EBIT courant bénéficie de la croissance de l’EBITDA, partiellement absorbée par la hausse des dotations aux amortissements (y compris remboursements des actifs financiers opérationnels) à 1 073 M€ M€ contre 1 031 M€ au S1 2018 retraité, liée à la croissance de l’activité. Les reprises de provisions, ajustements de valeurs et plus-values industrielles sont en baisse, à +11M€ contre +22 M€ au S1 2018 retraité. La contribution du résultat net courant des co-entreprises et entreprises associées est quasi-stable à 56 M€ contre 58 M€ au S1 2018 retraité suite à la comptabilisation en 2018 d’un résultat de cession positif aux Etats-Unis de 15,9 M€.
  • Résultat net courant part du Groupe de 352M€ contre 328 M€ au S1 2018 retraité, soit une hausse de 7,2% à change constant (+7,5% en données courantes).
    • Le coût de l’endettement financier net est en hausse, à -222 M€, avec un coût de portage de 6,5 M€ des obligations émises fin 2018 et début 2019. Le taux de financement s’améliore de 9 points de base, à 4,31%.
    • Les autres revenus et charges financiers courants ressortent à -91 M€ contre -88 M€ au S1 2018 retraité.
    • Les plus-values de cessions financières nettes sont stables et s’établissent à 18 M€ contre 19 M€ au S1 2018 retraité.
    • Le taux d’impôt courant s’établit à 24%.
    • Les minoritaires sont stables à 89 M€ contre 87 M€ au S1 2018 retraité.
    • Ainsi, au total, le résultat net courant part du Groupe croît de 7,2% à change constant à 352 M€.
    • Le résultat net part du Groupe s’établit à 331 M€, contre 226 M€ au S1 2018 retraité (soit une hausse de +46% à change constant).
  • Endettement Financier Net de 12 478 M€ au 30 juin 2019 incluant 1 731 M€ d’effet IFRS 16, soit une quasi-stabilité par rapport au 30 juin 2018 retraité (12 398 M€)
  • Signature de la vente des activités d’énergie municipale aux Etats-Unis à Antin Infrastructure Partners pour un montant de 1,25 MM$
    • Veolia a signé le 31 juillet 2019 la vente de ses activités d’énergie municipale.
    • Le prix de 1,25 Mds$ fait ressortir un multiple VE/EBITDA 2019e de 14,2x.
    • La finalisation de cette cession est attendue au cours du quatrième trimestre de l’année.
    • Une fois la cession prise en compte, l’Endettement Financier Net au 31 décembre 2019 devrait ressortir autour de 11 Mds€ (y compris 1,7 Md€ de dette de location IFRS16).

***************

  • Au regard du très bon premier semestre, les objectifs 2019 sont pleinement confirmés.
  • Poursuite de la croissance du chiffre d’affaires et plein effet des économies
  • Plus de 220 M€ d’économies
  • EBITDA compris entre 3,9 Mds€ et 4,0 Mds€ y compris IFRS 16
  • Croissance du dividende en ligne avec celle du résultat net courant

* à change constant (base fin 2018)

Le groupe Veolia est la référence mondiale de la gestion optimisée des ressources. Présent sur les cinq continents avec plus de 171 000 salariés, le Groupe conçoit et déploie des solutions pour la gestion de l’eau, des déchets et de l’énergie, qui participent au développement durable des villes et des industries. Au travers de ses trois activités complémentaires, Veolia contribue à développer l’accès aux ressources, à préserver les ressources disponibles et à les renouveler.

En 2018, le groupe Veolia a servi 95 millions d’habitants en eau potable et 63 millions en assainissement, produit près de 56 millions de mégawattheures et valorisé 49 millions de tonnes de déchets. Veolia Environnement (Paris Euronext : VIE) a réalisé en 2018 un chiffre d’affaires consolidé de 25,91 milliards d’euros. www.veolia.com

Avertissement important

Veolia Environnement est une société cotée à Euronext Paris et le présent communiqué de presse contient des « déclarations prospectives » (forward-looking statements) au sens des dispositions du U.S. Private Securities Litigation Reform Act de 1995. Ces déclarations ne sont pas des garanties quant à la performance future de la Société. Les résultats effectifs peuvent être très différents des déclarations prospectives en raison d’un certain nombre de risques et d’incertitudes, dont la plupart sont hors de notre contrôle, et notamment : les risques liés au développement des activités de Veolia Environnement dans des secteurs très concurrentiels qui nécessitent d'importantes ressources humaines et financières, le risque que des changements dans le prix de l'énergie et le niveau des taxes puissent réduire les bénéfices de Veolia Environnement, le risque que les autorités publiques puissent résilier ou modifier certains des contrats conclus avec Veolia Environnement, le risque que les acquisitions ne produisent pas les bénéfices que Veolia Environnement espère réaliser, les risques liés aux termes et conditions figurant habituellement dans les accords de cession, le risque que le respect des lois environnementales puisse devenir encore plus coûteux à l'avenir, le risque que des fluctuations des taux de change aient une influence négative sur la situation financière de Veolia Environnement telle que reflétée dans ses états financiers avec pour résultat une baisse du cours des actions de Veolia Environnement, le risque que Veolia Environnement puisse voir sa responsabilité environnementale engagée en raison de ses activités passée, présentes et futures, de même que les autres risques décrits dans les documents déposés par Veolia Environnement auprès de l’Autorités des Marchés Financiers. Veolia Environnement n’a pas l’obligation ni ne prend l’engagement de mettre à jour ou réviser les déclarations prospectives. Les investisseurs et les détenteurs de valeurs mobilières peuvent obtenir gratuitement auprès de Veolia Environnement (www.veolia.com) copie des documents déposés par Veolia Environnement auprès de l’Autorités des Marchés Financiers.

Ce communiqué de presse contient des indicateurs non strictement comptables (« non GAAP »). Ces indicateurs non GAAP pourraient être définis différemment des indicateurs similaires publiés par d’autres groupes, et ne doivent pas se substituer aux indicateurs préparés en conformité avec les normes IFRS.

Informations financières au 30 juin 2019

A] Preambule

EVOLUTION DES NORMES SUR LES LOCATIONS

A compter du 1er janvier 2019, le Groupe applique la nouvelle norme IFRS 16 sur les locations. L’application de cette norme est réalisée selon la méthode rétrospective complète (recalcul de la valeur de l’actif et de la dette comme si la norme avait été appliquée depuis l’origine des contrats).

Au compte de résultat, les retraitements liés à l’application de cette norme conduisent à des impacts significatifs avec une hausse de l’EBITDA via annulation de la charge locative, compensée par une hausse des amortissements dans l’EBIT Courant et des charges d’intérêt (cf. Annexes).

Gabon

Le 18 février 2019, le Gabon et Veolia Africa ont signé un protocole transactionnel qui prévoit le transfert de 51% des actions de la SEEG détenues par Veolia Africa, à la Société de Patrimoine du Service public de l’eau potable, de l’énergie électrique et de l’assainissement, propriété du Gabon, pour un prix de 45 millions d'euros. Sous réserves de réalisation de conditions suspensives, et de la signature du protocole par la SEEG, l’Etat Gabonais et le Groupe Veolia se désisteront de l'arbitrage pendant devant le CIRDI et renonceront réciproquement et définitivement à toute demande et action concernant la convention de concession résiliée par le Gabon.

Le 29 mars 2019, le CIRDI a constaté par sa sentence la fin de la procédure d’arbitrage entre le Groupe et l’Etat Gabonais permettant ainsi la réalisation du protocole transactionnel.

Un premier paiement d’un montant de 4,5 millions d’euros a été versé à Veolia Africa au moment de la conclusion du protocole transactionnel. Le paiement du solde du montant transactionnel a été divisé en 6 échéances mensuelles dont la dernière est due en octobre 2019.

Au 30 juin 2019, le Groupe a comptabilisé en résultat des activités abandonnées les trois premières tranches de paiement reçu à date (l’impact en résultat sera reconnu au fur et à mesure de l’encaissement).

LITUANIE

Les activités lituaniennes étaient comptabilisées en activités abandonnées (contrat de Vilnius) et destinées à la vente (contrat de Litesko) dans le cadre de la clôture au 31 décembre 2018. Les derniers échanges intervenus au cours du 1er trimestre 2019 n'ont pas permis de concrétiser un processus engageant de cession de ces activités du Groupe. Par conséquent, au 30 juin 2019, les actifs et passifs de Litesko et le compte de résultat de Vilnius et de Litesko ont été reclassés en activités poursuivies. Ce reclassement a fait l’objet d’une publication de comptes retraités de juin 2018 afin d’assurer la comparabilité des périodes.

ACTIFS ENERGIE AUX ETATS UNIS

Dans le cadre de la revue régulière de son portefeuille d’actifs, le Groupe a décidé de céder ses activités de réseaux de chaleur et de froid aux Etats-Unis. Les échanges intervenus sur le 1er semestre conduisent ainsi au 30 juin 2019 à reclasser ces actifs d’un montant de 578 millions d’euros net en actifs et passifs destinés à la vente dans les comptes du Groupe.

ARRET DES ACTIVITÉS EPC À L’INTERNATIONAL

Au 1er janvier 2019, le Groupe a décidé d’arrêter son activité EPC à l'international (Engineering, Procurement and Construction). Les résultats de cette activité sont désormais classés en activités non poursuivies conformément à l’application de la norme IFRS5.

B] Chiffres Cles

 

 

 

 

Variations 2018 / 2019

(en millions d’euros)

30 juin 2018 publié

30 juin 2018 retraité (1)

30 juin 2019

en courant

 

à change constant

Chiffre d’affaires

12 565

12 588

13 324

5,8%

 

5,5%

EBITDA

1 673

1 900

2 002

5,4%

 

5,4%

Marge d'EBITDA

13,3%

15,1%

15,0%

 

 

 

EBIT Courant (2)

792

813

857

5,4%

 

5,7%

Résultat net courant – part du Groupe

329

328

352

7,5%

 

7,2%

Resultat Net part du groupe

225

226

331

46,5%

 

46,0%

Investissements industriels

-712

-928

-1 005

 

 

 

Free cash-flow net (3)

-321

-322

-473

 

 

 

Endettement financier net (incl. Hybride et dette de location IFRS 16)

-10 609

-12 398

-12 478

 

 

 

(1) Les retraitements au 30 juin 2018 concernent l’application de la norme IFRS 16 et la réintégration des comptes de la Lituanie présentés en ‘Résultat des activités non poursuivies ‘ en 2018.

(2) Y compris la quote-part de résultat net courant des co-entreprises dans le prolongement des activités du Groupe et entreprises associées.

(3) Le free cash-flow net correspond au free cash-flow des activités poursuivies i.e. somme de l’EBITDA, des dividendes reçus, de la variation du besoin en fonds de roulement opérationnel, de la capacité d'autofinancement financière, moins les frais financiers nets, les investissements industriels nets, les impôts versés, les dépenses de renouvellement, les charges de restructuration et les autres charges non courantes.

Les principaux impacts de change sont les suivants :

Impacts de change au 30 juin 2019

%

(M€)

(vs 30 juin 2018 retraité)

Chiffre d’affaires

0,3%

38

EBITDA

-0,1%

-1

EBIT Courant

-0,2%

-2

Résultat net courant

0,4%

1

Endettement financier net

-0,2%

-20

C] Compte de Resultat

  1. CHIFFRE D’AFFAIRES CONSOLIDÉ DU GROUPE

Le chiffre d’affaires consolidé du Groupe s’élève à 13 323,9 millions d’euros au 30 juin 2019 contre 12 587,9 millions d’euros au 30 juin 2018 retraité, soit à change constant, une progression de 5,5%.

L’évolution du chiffre d’affaires sur le deuxième trimestre 2019 est le suivant par segment opérationnel :

Variation à change constant

1er trimestre 2019

2ème trimestre 2019

1er semestre

France

2,8%

5,0%

3,9%

Europe, hors France

4,7%

7,2%

5,9%

Reste du monde

6,6%

9,0%

7,8%

Activités mondiales

4,7%

2,6%

3,6%

Groupe

4,8%

6,3%

5,5%

L’accélération de la croissance du chiffre d’affaires au deuxième trimestre provient de la poursuite du dynamisme commercial et de la hausse des volumes, de la progression des Travaux, ainsi que de l’amélioration des conditions climatiques en Europe au deuxième trimestre.

Par segment, l’évolution du chiffre d’affaires, par rapport au 30 juin 2018 retraité, se détaille comme suit :

 

 

 

Variations 2018 / 2019

(en millions d’euros)

30 juin 2018 retraité

30 juin 2019

en courant

à change constant

à périmètre et change constants

France

2 655,9

2 759,2

3,9%

3,9%

3,4%

Europe, hors France

4 540,0

4 789,3

5,5%

5,9%

4,5%

Reste du monde

3 191,8

3 484,3

9,2%

7,8%

5,1%

Activités mondiales

2 185,2

2 275,7

4,1%

3,6%

3,3%

Autres

15,0

15,3

1,7%

-

-

Groupe

12 587,9

13 323,9

5,8%

5,5%

4,2%

- Chiffre d’affaires en hausse en France de +3,9% en courant par rapport au 30 juin 2018 retraité : la progression dans l’Eau est de +1,5% et de +6,7% dans les Déchets:

  • Le chiffre d’affaires de l’Eau est en progression de +1,5% par rapport au 30 juin 2018 retraité, avec une meilleure indexation tarifaire de +1,4% (vs +0,6% au premier semestre 2018) et une hausse des volumes de +1,1%, avec en particulier de bons volumes distribués dans le Sud de la France.
  • L’activité Déchets est en amélioration de +6,7% par rapport au 30 juin 2018 retraité, dont +2,5% grâce à la progression des Travaux sur les incinérateurs. Hors Travaux, la hausse de +4,2% est due aux augmentations tarifaires (+2,2%), à la hausse des volumes (+0,7%) notamment dans le segment Commercial et Industriel, partiellement compensée par le non renouvellement de contrats en collecte municipale, avec un impact limité sur le chiffre d’affaires de la poursuite de la baisse du prix du papier, compensé par les ventes d’autres matières recyclées.

- L’Europe hors France est en progression de + 5,9% à change constant par rapport au 30 juin 2018 retraité, et affiche une bonne dynamique dans la plupart des régions :

  • En Europe Centrale et Orientale, le chiffre d’affaires s’établit à 1 709,9 millions d’euros et croît de +7,8% à change constants par rapport au 30 juin 2018 retraité. Cette hausse est portée :
    • dans l’Energie (+14,1% à change constant) grâce à la hausse des prix et tarifs des énergies vendues, avec un effet climat légèrement négatif, de -8 millions d’euros, en nette amélioration au deuxième trimestre;
    • dans l’Eau, l’impact sur le chiffre d’affaires de l’évolution du contrat d’eau de ScvK en République Tchèque (-63 millions d’euros) est partiellement compensé par la hausse des tarifs et la croissance des volumes de +2,5%;
  • En Europe du Nord, le chiffre d’affaires de 1 372,5 millions d’euros est en hausse de +2,7 % à change constant par rapport au 30 juin 2018 retraité. L’Allemagne, principal pays contributeur (932,6 millions d’euros), bénéficie de la croissance soutenue des volumes dans l’activité Déchets compensée par des ventes d’énergie en baisse dues notamment à l’hiver doux. La contribution du chiffre d’affaires des acquisitions ciblées (services aux industriels en Belgique et recyclage plastique aux Pays-Bas) participe également à la croissance de l’activité de la zone.
  • Dans la zone Royaume-Uni / Irlande, le chiffre d’affaires de 1 138,7 millions d’euros est en hausse de +4,3% à change constant, grâce à de bons volumes de déchets (+2%), un taux d’utilisation excellent de nos incinérateurs (93%) , la hausse des prix de vente de l’électricité et un impact limité du prix des matières recyclées, la baisse du prix des papiers étant compensée par la hausse des plastiques.

- Forte progression dans le Reste du Monde de 7,8% à change constant par rapport au 30 juin 2018 retraité:

  • Forte progression du chiffre d’affaires en Amérique Latine (+23,9% à change constant), portée par les hausses tarifaires en Argentine, liées à l’inflation, et l’acquisition de Grupo Sala en Colombie, intégrée depuis le 1er mai 2018 (impact de 42 millions d’euros);
  • Le chiffre d’affaires en Amérique du Nord s’établit à 1 056,3 millions d’euros soit une hausse de +1,1% à change constant liée à des impacts commerciaux favorables dans l’eau et dans la propreté et à la poursuite de la croissance des volumes de déchets dangereux traités qui sont compensés par la cession des activités de services industriels au premier trimestre 2018 (-11 millions d’euros), et la baisse du chiffre d’affaire dans l’énergie (effet climat –18 millions d’euros);
  • Le chiffre d’affaires de la zone Asie est en nette progression de +10,6% à change constant, notamment grâce à la poursuite de la forte croissance en Chine : le chiffre d’affaires croit de +16,9% à change constant à 539 millions d’euros, porté par les bonnes performances des Déchets (incinération de déchets dangereux, recyclage de plastiques) par la hausse des ventes de chaleur (Harbin) et par la progression de l’eau industrielle. La croissance organique se poursuit au Japon (+4,9%) particulièrement dans l’eau municipale, avec de nombreux projets dans l’industrie.
  • Le chiffre d’affaires de la zone Pacifique est en progression de +7,0% à change constant au 30 juin 2019, lié à la hausse des volumes traités dans les déchets et dans l’Eau, et au redémarrage de l’usine de dessalement de Sydney;
  • L’Afrique/Moyen-Orient est en hausse de +4,1% à change constant grâce au développement commercial dans les services énergétiques au Moyen-Orient et de bons volumes d’eau et d’électricité au Maroc.

- Activités mondiales : le chiffre d’affaires est en progression de + 3,6% à change constant par rapport au 30 juin 2018 retraité:

  • Les activités Déchets dangereux affichent une croissance de +6,4% à change constant grâce à une très bonne dynamique commerciale, une progression des volumes traités et des prix de traitement;
  • L’activité Construction progresse de 2,0% à change constant. Le montant de prise de commandes de Veolia Water Technologies sur le premier semestre s’établit à 1 005 millions d’euros, conduisant à un backlog au 30 juin 2019 de 2 005 millions d’euros, en hausse de +4.6% par rapport au 31 décembre 2018, grâce à la signature au Moyen Orient de deux contrats de construction d’usine de dessalement représentant un chiffre d’affaires cumulé de 283 millions d’euros, ainsi qu’à la bonne tenue de l’activité municipale en France. Avec une progression de 10,3% de son chiffre d’affaire d’affaires au 30 juin 2019, la SADE bénéficie d’une activité soutenue en France, notamment dans les Télécoms.

L’évolution du chiffre d’affaires entre juin 2018 et juin 2019 peut s’analyser comme suit par principaux effets :

  • L’effet change de +38,1 millions d’euros (0,3% du chiffre d’affaires) comprend la variation du dollar américain (78,2 millions d’euros), de la livre sterling (+7,6 millions d’euros), du yen japonais (+14,1 millions d’euros), du peso argentin (-62,5 millions d’euros) et du zloty polonais (-9,9 millions d’euros).
  • L’effet périmètre de +168,1 millions d’euros concerne principalement :
  • des développements réalisés en 2018 : intégration de Grupo Sala en Colombie +42 millions d’euros, actifs industriels de PPC en Slovaquie +27 millions d’euros, HCI en Belgique +28 millions d’euros ; cession des services industriels aux Etats-Unis en février 2018 - 11 millions, cession de ScVK en République Tchèque et intégration de SCS dans le cadre du nouveau contrat d’eau -63 millions d’euros;
  • des opérations réalisées en 2019 dont l’acquisition de Levice en Slovaquie +18 millions d’euros, de Renascimento au Portugal +12 millions d’euros et de Huafei en Chine +19 millions d’euros.
  • Les effets prix des énergies et des matières recyclées favorables (+95 millions d’euros) sont liés à des hausses de tarifs du prix des énergies (+96 millions d’euros) notamment en Europe pour +122 millions d’euros (vente de chaleur et d’électricité en Europe centrale et en Allemagne) compensées par un effet prix défavorable en Amérique du Nord de -26 millions d’euros (baisse du prix de l’électricité et du gaz naturel). Les effets prix des matières recyclées en France, au Royaume-Uni et en Allemagne ont un impact limité (-1 millions d’euros contre -46 millions au 30 juin 2018).
  • L’effet climat s’élève à -38 millions d’euros (-22 millions au 1er semestre 2018) en amélioration par rapport au 1er trimestre (-77 millions d’impact au 31 mars 2019) grâce au prolongement de l’hiver en Europe Centrale et Orientale sur le début du 2ème trimestre.
  • La dynamique commerciale reste soutenue (effet Commerce / Volumes) à +355 millions d’euros (versus +329 millions d’euros au 1er semestre 2018) :
  • hausse des volumes de +187 millions d’euros, en lien avec la bonne tenue des volumes dans les Déchets (+1,9%) et dans l’eau en France (+1,1%), en Europe centrale (+2,5%) mais aussi dans le reste du monde (Amérique du Nord, Maroc et Australie, avec le redémarrage de l’usine de dessalement de Sydney).
  • effet commerce de +68 millions d’euros, notamment dans l’eau et les déchets dangereux en Asie et dans les services énergétiques et les utilités industrielles en Europe du Sud, en Asie et au Moyen-Orient.
  • Contribution des Travaux à hauteur de 100 millions d’euros (contre +48 millions d’euros au premier semestre 2018) dont +47 millions d’euros en Europe (notamment dans la Propreté en France) et +50 millions d’euros dans les activités mondiales notamment grâce à la croissance de la SADE en France, dans les télécoms, et au redressement des activités à l’international.
  • Les effets prix favorables (+181 millions d’euros) sont liés aux augmentations tarifaires dans les Déchets (+2,5%) notamment en France, au Royaume-Uni et en Amérique Latine et dans les activités de traitement de déchets dangereux et aux meilleures indexations tarifaires dans l’eau (en France, Europe centrale et en Amérique Latine).

Par métier, l’évolution du chiffre d’affaires par rapport au 30 juin 2018 retraité se détaille comme suit :

 

 

 

Variations 2018 / 2019

(en millions d’euros)

30 juin 2018 retraité

30 juin 2019

en courant

à change constant

à périmètre et change constants

Eau

5 187,6

5 357,2

3,3%

2,2%

3,0%

Déchets

4 687,9

5 010,5

6,9%

7,2%

4,6%

Energie

2 712,4

2 956,2

9,0%

9,1%

5,9%

Groupe

12 587,9

13 323,9

5,8%

5,5%

4,2%

Eau

Le chiffre d’affaires de l’Eau est en progression à +2,2% à change constant, et de +3,0% à périmètre et change constants par rapport au 30 juin 2018 retraité. Cette évolution s’explique par :

  • Un impact volume / développement commercial favorable (+1,2%), dû aux développements commerciaux dans le Reste du Monde (principalement en Asie), une hausse des volumes en France (+1,1%) et en Europe Centrale (+2,5%);
  • un effet prix positif de +1,1% lié aux hausses de tarifs notamment en Europe Centrale et en Amérique latine ainsi qu’à de meilleures indexations tarifaires en France (+1,4% contre +0,6% au premier semestre 2018);
  • des Travaux en hausse (+1,1%) avec une bonne activité de la SADE en France.

Déchets

Le chiffre d’affaires de l’activité Déchets est en progression de +7,2% à change constant par rapport au 30 juin 2018 retraité (+4,6% à périmètre et change constant) en lien avec :

  • un impact périmètre (+2,6%) lié aux acquisitions en Europe du Nord et en Colombie (Grupo Sala);
  • un effet commerce et volumes de +1.9%, lié à la hausse des volumes traités notamment en France et en Allemagne et à la forte croissance des volumes de déchets dangereux traités (+4,4%), ainsi qu’à un niveau élevé de taux de renouvellement de contrats;
  • un effet prix positif de +2,5% (notamment en France, au Royaume-Uni, en Amérique Latine et dans les déchets dangereux);
  • l’impact limité des prix des matières recyclées (notamment dû au recul des prix du papier en Europe partiellement compensé par les hausses de prix des autres matières recyclées, dont le plastique).

Energie

Le chiffre d’affaires de l’activité Energie est en hausse de +9,1% à change constant par rapport au 30 juin 2018 retraité (+5,9% à périmètre et change constants). Cette évolution s’explique essentiellement par:

  • un effet prix en hausse (+2,3%) avec une forte hausse des prix de vente de chaleur et d’électricité en Europe centrale principalement;
  • la progression des volumes d’énergie vendue et les gains de contrats notamment d’efficacité énergétique en Italie et en Afrique / Moyen-Orient;
  • un effet climat légèrement négatif (soit -0,9%) en particulier aux Etats-Unis.

2. EBITDA

L’évolution de l’EBITDA par segment est la suivante :

 

 

 

Variations 2018 / 2019

(en millions d’euros)

30 juin 2018 retraité

30 juin 2019

en courant

à change constant

France

421,6

435,5

3,3%

3,3%

Taux de marge EBITDA

15,9%

15,8%

 

 

Europe, hors France

807,4

802,8

-0,6%

-0,1%

Taux de marge EBITDA

17,8%

16,8%

 

 

Reste du monde

500,0

545,6

9,1%

8,5%

Taux de marge EBITDA

15,7%

15,7%

 

 

Activités mondiales

149,5

172,2

15,2%

15,7%

Taux de marge EBITDA

6,8%

7,6%

 

 

Autres

21,0

45,8

 

 

Groupe

1 899,5

2 001,9

5,4%

5,4%

Taux de marge EBITDA

15,1%

15,0%

 

 

Au 30 juin 2019, l’EBITDA consolidé du Groupe s’élève à 2 001,9 millions d’euros, soit une augmentation de 5,4% y compris IFRS 16 et à change constant par rapport au 30 juin 2018 retraité. L’impact IFRS 16 s’élève à 230 millions d’euros au premier semestre 2019 contre 224 millions d’euros au premier semestre 2018 retraité.

Le taux de marge est stable à 15,0%.

- En France, l’EBITDA est en bonne progression (+3,3%) :

  • dans les métiers de l’Eau, progression de l’EBITDA de 5,5%, supérieure à celle du chiffre d’affaires (+1,5%), grâce à des gains d’efficacité accrus et en particulier à l’impact en année pleine du plan de départ initié l’an dernier, qui compensent le pincement prix, lui-même plus modéré que par le passé
  • dans les Déchets, légère baisse de l’EBITDA consécutive à la poursuite de la baisse des cours des papiers recyclés (baisse du prix moyen de vente des papiers, cartons recyclés de -13% versus juin 2018, soit un impact de – 2 millions d’euros), ainsi qu’à des surcoûts d’assurance et de maintenance

- Stabilité de l’EBITDA en Europe hors France (-0,1% à change constant), qui s’explique par la combinaison de plusieurs effets :

  • En Europe Centrale et Orientale, dans l’Energie, la répercussion progressive de la hausse des coûts des combustibles et du CO2 dans les prix de la chaleur et de l’électricité ainsi que l’effet climat légèrement défavorable (-3 millions d’euros) génèrent une baisse de l’EBITDA. Dans l’Eau, la cession de notre société de distribution SCVK en Bohême Moravie et l’évolution contractuelle vers un contrat de services ont aussi conduit à une réduction de l’EBITDA.

Ces effets sont partiellement compensés par les gains d’efficacité opérationnelle.

  • Poursuite de la bonne performance opérationnelle au Royaume-Uni grâce à l’excellente disponibilité des usines d’incinération et aux gains d’efficacité
  • La progression de l’EBITDA de l’Europe du Nord est liée à la poursuite des petites opérations de périmètre dans la Propreté, à la bonne tenue des activités de recyclage de plastique aux Pays-Bas, en Allemagne et en Scandinavie, et à la poursuite de gains d’efficacité opérationnelle, partiellement compensés par l’effet climat défavorable dans l’énergie en Allemagne.

- Forte croissance de l’EBITDA dans le Reste du monde, +8,5% à change constant :

  • Baisse de l’EBITDA en Amérique du Nord, essentiellement liée à des impacts défavorables dans l’Energie au premier trimestre (climat doux et baisse des prix chaleur et électricité).
  • Nette progression de l’EBITDA en Amérique Latine, notamment grâce à l’impact de Grupo Sala dans les Déchets en Colombie (intégrée depuis le 1er mai 2018), aux augmentations tarifaires dans l’activité Déchets et aux gains d’efficacité;
  • Forte croissance de l’EBITDA en Asie liée à la forte progression du chiffre d’affaires, en particulier en Chine dont l’EBITDA au 30 juin 2019 progresse de 28,2%, porté par la montée en puissance des installations de traitement de déchets toxiques, le développement des réseaux de chaleur et la forte croissance des contrats industriels
  • Croissance également en Australie, qui bénéficie de bons volumes de déchets, du redémarrage de l’usine de dessalement de Sydney, ainsi que d’une évolution contractuelle favorable dans le traitement des eaux usées

- Dans le segment Activités mondiales, net rebond de l’EBITDA, en progression de 15,7% à change constant :

  • poursuite de la très bonne performance des déchets dangereux avec une hausse de l’EBITDA de 14%
  • et forte amélioration de la profitabilité de l’activité construction grâce aux gains d’efficacité permis par les restructurations engagées l’an dernier et à la très bonne activité de la Sade.

Par effet, l’évolution de l’EBITDA entre 2018 et 2019 peut s’analyser comme suit :

  • L’impact change sur l’EBITDA est légèrement négatif et s’élève à -1,0 million d’euros. Il reflète principalement les variations du dollar américain (+8,8 millions d’euros), de la livre sterling (+1,2 millions d’euros), du yen japonais (+1,1 million d’euros), du peso argentin (-8,4 millions d’euros) et du zloty polonais (-2,1 millions d’euros).
  • L’effet périmètre de +6,0 millions d’euros concerne principalement les développements réalisés en 2019, notamment l’intégration des actifs industriels de Levice et des actifs de Renascimento au Portugal et les acquisitions de 2018 en Colombie (Grupo Sala), en Slovaquie (PPC), la cession de ScvK et l’évolution contractuelle des contrats d’eau en Bohême du nord.
  • Les effets commerce et volumes sont favorables à hauteur de +53 millions d’euros en raison de la bonne croissance de déchets et d’un dynamisme commercial sur toutes les zones.
  • L’impact climat énergie de -6 millions d’euros (-13 millions d’euros au premier semestre 2018) après -24 millions d’euros à la fin du premier trimestre 2019, en nette amélioration au 2ème trimestre en Europe Centrale; en Allemagne l’effet est de -5 millions d’euros, aux Etats-Unis de -5 millions d’euros et en Chine de +6 millions d’euros.
  • Les prix des énergies et des matières recyclées ont encore un impact défavorable sur l’EBITDA mais en nette amélioration par rapport au premier semestre 2018 : - 14 millions d’euros (contre -42 millions d’euros au 30 juin 2018) dont -11 millions d’euros dans l’énergie, avec une répercussion progressive du coûts des combustibles et du CO2 dans le prix des énergies vendues, et -3 millions d’euros dans les déchets avec des prix des papiers recyclés toujours en baisse en Europe.
  • L’impact pincement de prix est de -57 millions d’euros, en amélioration par rapport au premier semestre 2018 (-63 millions) grâce à des indexations tarifaires en augmentation dans l’eau et les Déchets.
  • La contribution des plans d’économies de coûts s’élève à +121 millions d’euros, légèrement en avance par rapport à la prévision annuelle de 220 millions d’euros. Elle porte principalement sur l’efficacité opérationnelle (à hauteur de 57%), et les achats (29%), et concerne l’ensemble des géographies : la France (28%), l’Europe hors France (29%), le Reste du monde (31%), les Activités mondiales (6%) et le Siège (7%).

3. EBIT COURANT

L’EBIT Courant consolidé du Groupe au 30 juin 2019 s’établit à 857,3 millions d’euros, en progression de 5,7% à change constant par rapport au 30 juin 2018 retraité.

Les éléments de passage de l’EBITDA à l’EBIT Courant au 30 juin 2019 versus 30 juin 2018 retraité sont les suivants :

(en millions d’euros)

30 juin 2018 retraité

30 juin 2019

EBITDA

1 899,5

2 001,9

Dépenses de renouvellement

-135,0

-138,9

Amortissements (*)

-1 031,1

-1 073,3

Provisions, juste valeur et autres

21,5

11,3

Quote-part du résultat net courant des co-entreprises et entreprises associées

58,1

56,3

EBIT Courant

813,1

857,3

(*) Y compris remboursement des actifs financiers opérationnels (AFO).

L’amélioration de l’EBIT Courant à change constant est le reflet :

  • de la croissance de l’EBITDA ;
  • de la variation favorable des provisions opérationnelles et des pertes de valeur nettes sur actifs (le 1er semestre 2018 était marqué par des dépréciations d’actifs ponctuelles au Royaume Uni, en Corée et par des dotations aux provisions sur contrat déficitaire en Australie);

Contrebalancée par:

  • l’augmentation des remboursements des actifs financiers opérationnels en 2019 ;
  • la légère diminution de la contribution des entités mises en équivalence, suite à la comptabilisation en 2018 d’un résultat de cession positif aux Etats-Unis (Plus-value de 15,9 millions d’euros) que compense partiellement la croissance des résultats des concessions chinoises.

L’effet change sur l’EBIT Courant est négatif de -1,9 millions d’euros et reflète principalement la variation du peso argentin (-5,8 millions d’euros), du Zloty polonais (-1,4 millions d’euros), que compense partiellement la variation favorable du dollar américain (+4,0 millions d’euros), du Renminbi chinois (+0,4millions d’euros).

Les coûts commerciaux, généraux et administratifs impactant l’EBIT Courant sont stables passant de 1 387,5 millions au 30 juin 2018 retraité à 1 392,6 millions d’euros au 30 juin 2019 mais le ratio coûts commerciaux, généraux et administratifs sur chiffre d’affaires est en forte amélioration et diminue de 11% au 30 juin 2018 retraité à 10,5% au 30 juin 2019. Cette baisse constatée est le reflet de la poursuite du plan de réduction des coûts.

L’évolution de l’EBIT Courant par segment est la suivante :

 

 

 

Variations 2018 / 2019

(en millions d’euros)

30 juin 2018 retraité

30 juin 2019

en courant

à change constant

France

53,3

68,0

27,6%

27,6%

Europe, hors France

435,5

426,9

-2,0%

-1,5%

Reste du monde

278,7

290,0

4,1%

3,5%

Activités mondiales

54,2

67,4

24,4%

26,6%

Autres

-8,6

5,0

n/a

n/a

Groupe

813,1

857,3

5,4%

5,7%

4. RÉSULTAT FINANCIER

(en millions d’euros)

30 juin 2018 retraité

30 juin 2019

Coût de l'endettement financier net (1)

-199,6

-222,5

Gains nets / Pertes nettes sur les prêts et créances

5,7

6,7

Résultat sur actifs disponibles à la vente

1,6

1,0

Actifs et passifs évalués à la juste valeur par le résultat

-0,1

0,2

Résultat de change

-3,0

0,5

Désactualisation des provisions

-12,1

-15,9

Intérêts sur passif du domaine concédé

-45,5

-40,3

Intérêts sur dettes locatives IFRS 16

-23,4

-22,8

Autres

-11,3

-20,0

Autres revenus et charges financiers courants (2)

-88,1

-90,6

Plus ou moins-value de cession financières (*)

18,8

18,3

Resultat financier courant (1)+(2)

-268,9

-294,8

Autres revenus et charges financiers non courants (**)

-

32,7

Resultat financier

-268,9

-262,1

(*) Y compris frais de cessions financières

 

 

(**) Essentiellement liés à l’impact de l’opération de cession de 30% de Transdev Group

 

 

Le coût de l'endettement financier net est en hausse à -222,5 millions d’euros au 30 juin 2019, contre -199,6 millions d’euros au 30 juin 2018 retraité. Cette évolution défavorable est principalement liée à une hausse des volumes et des taux de la dette en devise (écartement du différentiel euro - devise), ainsi qu’à l’impact temporaire de 6,5 millions d’euros sur le coût de portage de l’émission obligataire de 750 millions d'euros émise début Janvier 2019, en anticipation du remboursement d’une obligation effectuée fin avril.

Le taux de financement, hors IFRS 16, s'établit à 4,31% au 30 juin 2019 contre 4,40% au 30 juin 2018 retraité et s’explique principalement par la hausse de la performance des placements liée aux conditions plus favorables de la rémunération des OPCVM.

Les autres revenus et charges financiers courants s’élèvent à -90,6 millions d’euros au 30 juin 2019, contre -88,1 millions d’euros au 30 juin 2018 retraité.

Ils incluent les intérêts sur passifs du domaine concédé (IFRIC 12) pour -40,3 millions d’euros, les intérêts sur la dette de location IFRS 16 à hauteur de -22,8 millions d’euros, et les charges et produits de désactualisation pour -15,9 millions d’euros. Ils comprennent également les plus ou moins-values de cessions financières nettes à hauteur de 18,3 millions d’euros au 30 juin 2019 contre un montant de 18,8 millions d’euros au 30 juin 2018 retraité. En 2019, les plus-values de cessions financières incluent notamment la plus-value de la cession du centre d’enfouissement de Foshan en Chine (36,7 millions d’euros) partiellement compensés par l’ajustement de prix négatif sur la cession d’un contrat nord-américain dans l’énergie (-16,4 millions d’euros).

5. CHARGE D’IMPÔT

La charge d’impôt courante s’élève à -121,0 millions d’euros au 30 juin 2019, contre -129,2 millions d’euros au 30 juin 2018 retraité.

Le taux d’impôt courant au 30 juin 2019 est en diminution à 23,9% (versus 26,6% au 30 juin 2018 retraité) après retraitement de l’impact des cessions financières, des éléments non courants du résultat net des entités contrôlées et de la quote-part de résultat net des sociétés mises en équivalence.

(en millions d’euros)

30 juin 2018 retraité

30 juin 2019

Résultat avant impôt - Eléments courants (a)

544,0

562,5

Dont quote-part de résultat net des co-entreprises et entreprises associées (b)

58,1

56,3

Résultat avant impôt retraité - Eléments courants : (c)=(a)-(b)

485,9

506,2

Charge d'impôt retraitée (d)

-129,2

-121,0

Taux d'impôt retraité sur les éléments du compte de résultat (d)/(c)

26,6%

23,9%

La charge d’impôt totale s’élève à -98,8 millions d’euros au 30 juin 2019, contre -123,7 millions d’euros au 30 juin 2018 retraité (voir ci-après)

6. RÉSULTAT NET COURANT/ RÉSULTAT NET ATTRIBUABLE AUX PROPRIÉTAIRES DE LA SOCIÉTÉ MÈRE

La part du résultat attribuable aux participations ne donnant pas le contrôle représente 88,1 millions d’euros au 30 juin 2019, contre 87,0 millions d’euros au 30 juin 2018 retraité.

Le résultat net attribuable aux propriétaires de la société mère est de 331,4 millions d'euros au 30 juin 2019 contre 226,1 millions d'euros au 30 juin 2018 retraité.

Le résultat net courant attribuable aux propriétaires de la société mère est de 352,4 millions d’euros au 30 juin 2019 contre 327,6 millions d’euros au 30 juin 2018 retraité, en augmentation de 7,2% à change constant.

Compte tenu du nombre moyen pondéré d’actions en circulation au 30 juin 2019 qui s’élève à 553 150 milliers en non dilué, et 577 741 milliers en dilué, versus 550 687 milliers en non dilué, et 574 478 milliers en dilué au 30 juin 2018, le résultat net attribuable aux propriétaires de la société mère par action au 30 juin 2019 ressort à 0,60 euro en non dilué et 0,57 euro en dilué, contre 0,29 euro en non dilué et 0,28 euro en dilué au 30 juin 2018 retraité.

Le résultat net courant par action attribuable aux propriétaires de la société mère au 30 juin 2019 ressort à 0,64 euro en non dilué et 0,61 euro en dilué, contre 0,60 euro en non dilué et 0,57 euro en dilué au 30 juin 2018 retraité.

L’effet dilutif pris en compte dans le calcul du résultat net par action concerne les obligations à option de conversion et/ou d’échange en actions nouvelles et/ou existantes émises en mars 2016, et au programme de plan Action de performance mis en place au 1er juillet 2018 et à échéance mai 2021.

Au 30 juin 2019 la formation du résultat net attribuable aux propriétaires de la société mère est la suivante :

(en millions d’euros)

Courant

Non

courant

Total

EBIT

857,3

-60,9

796,4

Coût de l'endettement financier net

-222,5

 

-222,5

Autres revenus et charges financiers

-72,3

32,7

-39,6

Résultat avant impôts

562,5

-28,2

534,3

Charge d'impôts sur les sociétés

-121,0

22,2

-98,8

Résultat net des autres sociétés mises en équivalence

0,0

0,0

0,0

Résultat net des activités non poursuivies

0,0

-15,9

-15,9

Part des participations ne donnant pas le contrôle

-89,0

0,9

-88,1

Résultat net attribuable aux propriétaires de la société mère

352,4

-21,0

331,4

Au 30 juin 2018 retraité, le résultat net attribuable aux propriétaires de la société mère s’établissait de la façon suivante :

(en millions d’euros)

Courant

Non

courant

Total

EBIT

813,1

-62,7

750,3

Coût de l'endettement financier net

-199,6

 

-199,6

Autres revenus et charges financiers

-69,3

0

-69,3

Résultat avant impôts

544,1

-62,7

481,4

Charge d'impôts sur les sociétés

-129,2

5,5

-123,7

Résultat net des autres sociétés mises en équivalence

0

-

-

Résultat net des activités non poursuivies

0

-44,6

-44,6

Part des participations ne donnant pas le contrôle

-87,3

0,3

-87,0

Résultat net attribuable aux propriétaires de la société mère

327,6

-101,5

226,1

Le résultat des activités non poursuivies est constitué des impacts résiduels en 2019 de la cession des activités du Groupe au Gabon sur l’exercice 2018 et du résultat des activités abandonnées d’EPC à l’international.

Le tableau de passage de l’EBIT Courant au résultat opérationnel tel qu’il figure au compte de résultat est le suivant :

(en millions d’euros)

30 juin 2018 retraité

30 juin 2019

EBIT Courant

813,1

857,3

Pertes de valeur sur goodwill et goodwills négatifs

-0,1

-

Charges de restructuration

-41,8

-20,9

Perte de valeur BFR non courantes

0,7

-0,2

Frais de personnel – paiements en actions

-6,2

-8,8

Provisions et pertes de valeurs nettes non courantes sur actifs corporels, incorporels, AFOs et autres

-12,7

-29,5

Coûts d’acquisition de titres avec ou sans prise de contrôle

-2,5

-1,6

Total des éléments non courants

-62,7

-60,9

Résultat opérationnel après QPRN des entités mises en équivalence

750,3

796,4

Les charges de restructuration au 30 juin 2019 concernent principalement Veolia Water Technologies pour -11 million euros ; l’impact des restructurations dans l’Eau France est nul au niveau du résultat opérationnel, les coûts encourus étant compensés par des reprises de provision équivalentes.

Les Provisions et pertes de valeurs nettes non courantes sur actifs corporels, incorporels, AFOs et autres couvrent notamment la mise à juste valeur du navire Swordfish cédé au 9 juillet 2019.

D] Financement

Le tableau ci-après récapitule la variation de l’Endettement Financier Net et du free cash-flow net :

(en millions d’euros)

30 juin 2018 retraité

30 juin 2019

EBITDA

1 900

2 002

Investissements industriels nets de cession

-899

-969

Variation BFR opérationnel

-787

-908

Dividendes reçus des entités mises en équivalence et des co-entreprises

95

61

Dépenses de renouvellement

-135

-139

Autres charges non courantes et charges de restructuration

-119

-73

Intérêts sur passifs du domaine concédé (I12)

-46

-40

Intérêts sur droit d'usage (IFRS 16)

-23

-23

Eléments financiers (intérêts versés courants et capacité d’autofinancement financière)

-203

-242

Impôts payés

-104

-142

Free cash-flow net, avant versement du dividende, investissements financiers et cessions financières

-322

-473

Dividendes versés

-618

-620

Investissements financiers nets

-303

116

Variation des créances et autres actifs financiers

-48

-45

Emissions / remboursement de titres super subordonnés

0

0

Augmentation de capital

-13

0

Free cash-flow

-1 304

-1 022

Effets de change et autres variations (*)

-1 470

31

Variation

-2 773

-991

Endettement Financier Net à l’ouverture

-9 626

-11 487

Endettement Financier Net à la clôture

-12 398

-12 478

(*) Les effets de change et autres variations au 30 juin 2018 incluent le remboursement de la dette hybride pour 1 452 millions d’euros et l’impact positif du zloty polonais et du real brésilien compensé par une évolution défavorable du dollar de Hong-Kong, du dollar américain, et du renminbi chinois.

Le Free cash-flow net avant versement de dividendes et investissements financiers nets s’établit à -473 millions d’euros au 30 juin 2019 (versus -322 millions d’euros au 30 juin 2018 retraité).

L’évolution du free cash-flow net par rapport au 30 juin 2018 retraité reflète essentiellement une amélioration de l’EBITDA, compensée par une augmentation des investissements industriels nets par rapport à 2018 portés par la concrétisation de projets de croissance plus élevée qu’au premier semestre 2018, une variation moins favorable du BFR opérationnel de -908 millions d’euros contre -787 millions d’euros au 30 juin 2018 retraité (en ligne avec la progression de l’activité du Groupe).

A noter que la variation du Besoin en Fonds de Roulement Opérationnel par rapport à décembre 2018 s’explique principalement par l’effet de saisonnalité

Au global, l’Endettement financier net s'établit à -12 478 millions d'euros, contre -12 398 millions d’euros au 30 juin 2018 retraité (incluant un remboursement de l’hybride en avril 2018 de 1 452 millions d’euros).

Outre l’évolution du free cash-flow net, l’Endettement financier net est impacté par un effet de change défavorable de -20 millions d’euros au 30 juin 2019.

  1. Investissements industriels et financiers

1.1 Investissements industriels

Le volume total des investissements industriels bruts, y compris nouveaux actifs financiers opérationnels, réalisés par le Groupe s’est élevé à 1 005 millions d’euros au 30 juin 2019, contre 928 millions d’euros au 30 juin 2018 retraité.

Les investissements industriels par segment, hors activités non poursuivies, varient de la façon suivante :

30 juin 2019, en millions d’euros

Maintenance et défense du portefeuille (1)

Croissance discrétionnaire

Total investissements industriels bruts (2)(3)

France

225

4

229

Europe, hors France

279

51

330

Reste du monde

233

97

330

Activités mondiales

95

7

102

Autres

14

0

14

Groupe

846

159

1 005

(1) Dont investissements de maintenance à hauteur de 530 millions d’euros (y compris IFRS16), et investissements de défense du portefeuille à hauteur de 316 millions d’euros.
(2) Dont nouveaux actifs financiers opérationnels à hauteur de 70,5 millions d’euros.
(3) Le montant des cessions industrielles est de 37 millions d’euros et inclut des créances à recevoir sur cession d’actifs opérationnels, portant le montant total des investissements industriels nets à 969 millions d’euros au 30 juin 2019

30 juin 2018 retraité, en millions d’euros

Maintenance et défense du portefeuille (1)

Croissance discrétionnaire

Total investissements industriels bruts (2)(3)

France

212

9

221

Europe, hors France

286

26

312

Reste du monde

217

79

296

Activités mondiales

80

7

87

Autres

12

0

12

Groupe

807

121

928

(1) Dont investissements de maintenance à hauteur de 504 millions d’euros, et investissements de défense du portefeuille à hauteur de 303 millions d’euros.
(2) Dont nouveaux AFO à hauteur de 55,5 millions d’euros.
(3) Le montant des cessions industrielles est de 29 millions d’euros et inclut des créances à recevoir sur cession d’actifs opérationnels, portant le montant total des investissements industriels nets à 899 millions d’euros au 30 juin 2018

A change constant, les investissements industriels bruts sont en augmentation de 8% par rapport au 30 juin 2018 retraité, suite à l’accélération des investissements industriels de croissance discrétionnaire (+31%). Ces investissements concernent entre autre des projets de développement en Asie dans la biomasse, l’incinération des déchets dangereux et les services énergétiques aux industriels, ainsi que le développement des raccordements aux réseaux de chaleur et l’extension du réseau d’eau potable et eaux usées en Europe Centrale. Les investissements de maintenance (530 millions d’euros) restent stables par rapport au chiffre d’affaires, à 4%.

1.2 Investissements et cessions financiers

Les investissements financiers s’élèvent à 264 millions d’euros au 30 juin 2019 (y compris frais d’acquisition et endettement entrant) et incluent notamment les impacts des acquisitions de Levice en Slovaquie (71 millions d’euros), l’acquisition de Renascimento au Portugal (38 millions d’euros), ainsi que l’acquisition de 66% des titres de la société Huafei, spécialisée dans l’activité de recyclage de plastique en Chine (22 millions d’euros).

Les cessions financières s’élèvent à 381 millions d’euros au 30 juin 2019 (y compris frais de cession) et comprennent notamment la cession de Transdev Group pour 334 millions et la cession de la participation dans la société Foshan (centre d’enfouissement en Chine) pour un montant de 26 millions d’euros. Au 30 juin 2018, les cessions financières (129 millions d’euros) comprenaient la cession des activités de services industriels aux Etats-unis (94 millions d’euros), et l’encaissement de la créance sur la cession des activités du Groupe en Israel intervenue en 2015 (25 millions d’euros).

2. Financement externe

2.1 Structure de l’endettement financier net

(en millions d’euros)

Au 30 juin 2018 retraité

Au 30 juin 2019

Dettes financières non courantes

10 393

11 722

Dettes financières courantes

5 032

4 753

Trésorerie passive

261

333

Sous-total dettes financières

15 686

16 808

Trésorerie et équivalents de trésorerie

-2 929

-3 836

Imputation de la juste valeur des dérivés de couverture

3

-29

Actifs liquides et actifs financiers liés au financement

-361

-467

Endettement financier net

12 398

12 478

L’endettement financier net après couverture au 30 juin 2019 est à taux fixe à hauteur de 94% et à taux variable à hauteur de 6%

La maturité moyenne de l’endettement obligataire s’établit à 7,2 ans au 30 juin 2019 contre 8 ans au 30 juin 2018.

2.2 Position de liquidité du Groupe

Le détail des liquidités dont le Groupe dispose au 30 juin 2019 est le suivant :

(en millions d’euros)

30 juin 2018 retraité

30 juin 2019

Veolia Environnement :

 

 

Crédit syndiqué non tiré

3 000,0

3 000,0

Lignes de crédit bilatérales MT non tirées

925,0

925,0

Lignes de crédit bilatérales CT non tirées

-

-

Ligne de lettres de crédit

66,6

87,0

Trésorerie et équivalents de trésorerie (1)

2 190,9

2 767,2

Filiales :

 

 

Trésorerie et équivalents de trésorerie (1)

1 099,5

1 535,0

Total des liquidités

7 282,0

8 314,2

Dettes courantes et trésorerie passive

 

 

Dettes courantes

5 032,6

4 754,8

Trésorerie passive

261,4

333,2

Total des dettes courantes et trésorerie passive

5 294,0

5 088,0

Total des liquidités nettes des dettes courantes et trésorerie passive

1 988,0

3 226,2

(1) Y compris les actifs liquides et les actifs liés au financement inclus dans l’endettement financier net.

La hausse des liquidités nettes reflète notamment l'impact des deux émissions obligataires successives en décembre 2018 et janvier 2019 pour un montant total de 1.5 milliards d’euros, ainsi que l’émission sur le marché domestique chinois le 9 aout 2018 d'une obligation pour 1 milliard de renminbi (128 millions d’euros équivalents), diminué par le remboursement en avril 2019 d’une souche obligataire euro pour un montant nominal de 462 millions d’euros.

Veolia Environnement peut tirer à tout instant sur le crédit syndiqué multidevises et sur l’ensemble des lignes de crédit.

Le 6 novembre 2015, Veolia Environnement a signé un crédit syndiqué multidevises pour un montant de 3 milliards d’euros, à échéance initiale 2020, étendu à 2022 en octobre 2017 avec une possibilité de tirage en devises d’Europe de l’Est et en renminbi. Ce crédit syndiqué n’est pas tiré au 30 juin 2019.

Par ailleurs, Veolia Environnement a à sa disposition des lignes de crédit bilatérales en Euros pour un montant total non tiré au 30 juin 2019 de 925 millions d’euros.

Au 30 juin 2019, les lignes de lettres de crédit bilatérales en dollars américains sont tirées à hauteur de 86 millions de dollars américains; la partie pouvant être tirée en cash est de 99 millions de dollars américains (soit 87 millions d'euros équivalents), non tirée, et figure dans le tableau de liquidité ci-dessus.

ANNEXE

Reconciliation des indicateurs gaap et des indicateurs utilisés par le Groupe

Le tableau de passage de l’EBIT Courant au résultat opérationnel tel qu’il figure au compte de résultat est présenté précédemment ainsi que le tableau de passage du résultat net courant au résultat net part du Groupe.

Le tableau de passage des flux nets de trésorerie générés par l’activité des activités poursuivies (inclus dans l’Etat consolidé des flux de trésorerie) au free cash-flow net est le suivant :

(en millions d’euros)

30 juin 2018 retraité

30 juin 2019

Flux nets de trésorerie générés par l’activité des activités poursuivies

590,4

558,4

Intégration :

 

 

Investissements industriels nets de subvention

-576,0

-672,6

Cessions d’actifs industriels

29,1

36,6

Nouveaux actifs financiers opérationnels

-55,5

-70,5

Remboursement des actifs financiers opérationnels

71,6

102,2

Nouvelles dettes de location financement

-223,9

-210,3

Dividendes reçus

94,9

61,0

Charges financières nettes

-286,9

-292,6

Exclusion :

 

 

Coûts d’acquisition et frais de cession sur titres, et autres

34,3

15,1

Free cash-flow net

-322,0

-472,7

Le tableau de passage des investissements industriels nets de subvention (inclus dans l’Etat consolidé des flux de trésorerie) aux investissements industriels est le suivant :

En millions d'euros

30 juin 2018 retraité

30 juin 2019

Investissements industriels nets de subvention

-576,0

-672,6

Nouvelles dettes de location financement

-223,9

-210,3

Variation du besoin en fonds de roulement du domaine concédé

-72,9

-51,8

Nouveaux actifs financiers opérationnels

-55,5

-70,5

Investissements industriels

-928,3

-1 005,2

RÉCONCILIATION DES DONNÉES PUBLIÉES EN 2018 AVEC LES DONNÉES RETRAITÉES 2018

Données non auditées

(en millions d’euros)

30 juin 2018 publié

 

Retraitement IFRS 5(2)

 

Retraitement IFRS 16

 

30 juin 2018 retraité

 

Chiffre d’affaires

12 564,5

23,4

0,0

12 587,9

EBITDA

1 672,8

3,2

223,5

1 899,5

EBIT Courant (1)

791,7

-2,0

23,3

813,1

Résultat opérationnel

729,0

 

-2,0

 

23,3

 

750,3

Résultat net courant - part du groupe

328,9

-2,0

0,8

327,6

Résultat net part du Groupe

225,4

 

0,0

 

0,8

 

226,2

Investissements industriels bruts

-711,8

 

0,0

 

-216,0

 

-928

Free cash-flow net

-321

 

4,0

 

-4,0

 

-322

Endettement Financier Net

-10 609

 

0,0

 

-1 789

 

-12 398

(1) Y compris quote-part de résultat net courant des co-entreprises et entreprises associées au 30 juin 2018 retraité
(2) Afin d’assurer la comparabilité des périodes, les comptes de juin 2018 ont été retraités avec la réintégration des comptes de la Lituanie présentés en «Résultat des activités non poursuivies» en 2018.

(en millions d’euros)

Juin 2018 publié

 

Retraitement IFRS 5

 

Retraitement IFRS 16

 

Juin 2018 retraité

 

France

2 655,9

 

0,0

 

0,0

 

2 655,9

Europe hors France

4 516,6

 

23,4

 

0,0

 

4 540,0

Reste du Monde

3 191,8

 

0,0

 

0,0

 

3 191,8

Activités mondiales

2 185,2

 

0,0

 

0,0

 

2 185,2

Autres

15,0

 

0,0

 

0,0

 

15,0

Chiffre d’affaires

12 564,5

 

23,4

 

0,0

 

12 587,9

(en millions d’euros)

Juin 2018 publié

 

Retraitement IFRS 5

 

Retraitement IFRS 16

 

Juin 2018 retraité

 

France

373,5

 

0,0

 

48,1

 

421,6

Europe hors France

746,1

 

3,2

 

58,1

 

807,4

Reste du Monde

445,0

 

0,0

 

55,0

 

500,0

Activités mondiales

105,7

 

0,0

 

43,8

 

149,5

Autres

2,5

 

0,0

 

18,6

 

21,1

EBITDA

1 672,8

 

3,2

 

223,5

 

1 899,5

 

(en millions d’euros)

Juin 2018 publié

 

Retraitement IFRS 5

 

Retraitement IFRS 16

 

Juin 2018 retraité

 

France

49,8

 

0,0

 

3,6

 

53,3

Europe hors France

430,3

 

-2,0

 

7,1

 

435,5

Reste du Monde

270,9

 

0,0

 

7,8

 

278,7

Activités mondiales

51,1

 

0,0

 

3,1

 

54,2

Autres

-10,3

 

0,0

 

1,6

 

-8,6

EBIT COURANT

791,7

 

-2,0

 

23,3

 

813,1

COMPTE DE RÉSULTAT CONSOLIDÉ

(en millions d’euros)

Au 30 juin 2018 retraité (*)

Au 30 juin 2019

Chiffre d’affaires

12 587,9

13 323,9

Coûts des ventes

-10 439,8

-11 134.5

Coûts commerciaux

-297,9

-305,5

Coûts généraux et administratifs

-1 090,1

-1 089.6

Autres charges et produits opérationnels

-67.8

-54.1

Résultat opérationnel avant quote-part de résultat net dans les entités mises en équivalence

692,2

740,1

Quote-part de résultat net dans les entités mises en équivalence

58,1

56,3

Dont quote-part de résultat net des co-entreprises

29,9

37,8

Dont quote-part de résultat net des entreprises associées

28,2

18,5

Résultat opérationnel après quote-part de résultat net dans les entités mises en équivalence

750,3

796,4

Coût de l’endettement financier

-199,6

-222,5

Autres revenus et charges financiers

-69,3

-39,8

Résultat avant impôts

481,4

534,3

Impôts sur le résultat

-123,7

-98,9

Quote-part de résultat net des autres entités mises en équivalence

-

-

Résultat net des activités poursuivies

357,8

435,4

Résultat net des activités non poursuivies

-44,6

-15,9

Résultat net

313,1

419,5

Part des propriétaires de la société mère

226,1

331,4

Part des participations ne donnant pas le contrôle (en euros)

87,0

88,1

RESULTAT NET ATTRIBUABLE AUX PROPRIETAIRES DE LA SOCIETE MERE PAR ACTION

 

 

Non dilué

0,29

0,60

Dilué

0,28

0,57

RESULTAT NET ATTRIBUABLE AUX PROPRIETAIRES DE LA SOCIETE MERE DES ACTIVITES POURSUIVIES PAR ACTION

 

 

Non dilué

0,37

0,63

Dilué

0,36

0,60

RESULTAT NET ATTRIBUABLE AUX PROPRIETAIRES DE LA SOCIETE MERE DES ACTIVITES NON POURSUIVIES PAR ACTION

 

 

Non dilué

-0,08

-0,03

Dilué

-0,08

-0,03

 

 

 

(*) Les retraitements sur l'exercice 2018 concernent l'application de la norme IFRS 16 ) et la réintégration des comptes de la Lituanie historiquement présentés en 'Résultat des activités non poursuivies'.

ÉTAT DE LA SITUATION FINANCIÈRE CONSOLIDÉE – ACTIF

(en millions d’euros)

Au 31 décembre 2018

Au 31 décembre 2018 retraité (*)

Au 30 juin 2019

Goodwill

5 107,7

5 107,7

5 069,8

Actifs incorporels du domaine concédé

3 467,3

3 467,3

3 357,0

Autres actifs incorporels

1 116,3

1 116,3

1 163,5

Actifs corporels

7 856,8

7 856,8

7 290,5

Droits d'usage (nets)

-

1 621,9

1 638,5

Participations dans les co-entreprises

1 517,1

1 511,1

1 522,4

Participations dans les entreprises associées

370,2

370,2

369,5

Titres de participation non consolidés

44,3

44,3

46,6

Actifs financiers opérationnels non courants

1 387,1

1 387,1

1 349,3

Instruments dérivés non courants – Actif

31,6

31,6

45,8

Autres actifs financiers non courants

332,8

332,8

362,1

Impôts différés actifs

1 028,3

1 058,4

1 077,7

Actifs non courants

22 259,5

23 905,5

23 292,7

Stocks et travaux en cours

818,0

818,0

841,6

Créances d’exploitation

9 016,3

9 010,0

9 216,8

Actifs financiers opérationnels courants

99,3

99,3

94,9

Autres actifs financiers courants

432,2

432,2

748,1

Instruments dérivés courants – Actif

69,2

69,2

45,7

Trésorerie et équivalents de trésorerie

4 556,5

4 556,5

3 835,5

Actifs classés comme détenus en vue de la vente

341,8

341,8

853,3

Actifs courants

15 333,3

15 327,0

15 635,9

TOTAL ACTIF

37 592,8

39 232,5

38 928,6

(*) Les retraitements sur l'exercice 2018 concernent l'application de la norme IFRS 16 ) et la réintégration des comptes de la Lituanie historiquement présentés en 'Résultat des activités non poursuivies'.

ÉTAT DE LA SITUATION FINANCIÈRE CONSOLIDÉE – PASSIF

(en millions d’euros)

Au 31 décembre 2018

Au 31 décembre 2018 retraité (*)

Au 30 juin 2019

Capital

2 828,0

2 828,0

2 829,1

Primes

7 182,5

7 182,5

7 181,3

Réserves et résultat part du Groupe

-4 025,1

-4 126,4

-4 387,5

Total des capitaux propres attribuables aux propriétaires de la société mère

5 985,4

5 884,1

5 622,8

Total des capitaux propres attribuables aux participations ne donnant pas le contrôle

1 158,9

1 152,1

1 172,8

Capitaux propres

7 144,3

7 036,2

6 795,6

Provisions non courantes

1 790,3

1 800,6

1 817,7

Dettes financières non courantes

9 655,5

9 517,6

10 295,1

Dettes locatives IFRS 16 non courantes

-

1 479,4

1 426,9

Instruments dérivés non courants – Passif

55,8

55,8

44,0

Passifs du domaine concédé - part non courante

1 350,4

1 350,4

1 286,4

Impôts différés passifs

1 042,6

1 042,6

995,2

Passifs non courants

13 894,6

15 246,4

15 865,3

Dettes d’exploitation

10 964,9

10 964,9

10 180,7

Dettes locatives IFRS 16 courantes

-

425,2

426,7

Passifs du domaine concédé - part courante

117,9

118,0

106,3

Provisions courantes

530,1

529,7

513,0

Dettes financières courantes

4 622,5

4 593,6

4 328,1

Instruments dérivés courants – Passif

83,7

83,7

104,3

Trésorerie passive

215,7

215,7

333,2

Passifs classés comme détenus en vue de la vente

19,1

19,1

275,4

Passifs courants

16 553,9

16 949,9

16 267,7

TOTAL DES PASSIFS ET DES CAPITAUX PROPRES

37 592,8

39 232,5

38 928,6

(*) Les retraitements sur l'exercice 2018 concernent l'application de la norme IFRS 16 ) et la réintégration des comptes de la Lituanie historiquement présentés en 'Résultat des activités non poursuivies'.

ÉTAT CONSOLIDÉ DES FLUX DE TRÉSORERIE

(en millions d’euros)

Au 30 juin 2018 retraité (*)

Au 30 juin 2019

Résultat net

313,2

419,5

Résultat net des activités poursuivies

357,8

435,4

Résultat net des activités non poursuivies

-44,6

-15,9

Amortissements, provisions et pertes de valeurs opérationnels

884,5

943,3

Amortissements et pertes de valeurs financiers

1,2

-0,3

Plus ou moins-values de cessions d’actifs opérationnels

-3,9

-0,8

Plus ou moins-values de cessions d’actifs financiers

-25,3

-59,1

Quote-part de résultat net des co-entreprises

-29,9

-37,8

Quote-part de résultat net des entreprises associées

-28,2

-18,5

Dividendes reçus

-1,6

-1,0

Coût de l’endettement financier net

199,6

222,8

Impôts

123,7

98,8

Autres éléments

76,5

77,3

Capacité d’autofinancement

1 554,3

1 660,2

Variation du besoin en fonds de roulement opérationnel

-786,9

-907,5

Variation du besoin en fonds de roulement du domaine concédé

-72,9

-51,8

Impôts versés

-104,1

-142,4

Flux nets de trésorerie générés par l’activité des activités poursuivies

590,4

558,4

Flux nets de trésorerie générés par l’activité des activités non poursuivies

-1,0

-24,4

Flux nets de trésorerie générés par l’activité

589,3

534,1

Investissements industriels nets de subvention

-576,0

-672,6

Cessions d’actifs industriels

29,1

36,7

Investissements financiers

-259,3

-194,6

Cessions d’actifs financiers

132,4

377,7

Actifs financiers opérationnels

 

 

Nouveaux actifs financiers opérationnels

-55,4

-70,5

Remboursements d’actifs financiers opérationnels

71,6

102,2

Dividendes reçus (incluant les dividendes reçus des co-entreprises et des entreprises associées)

94,9

61,0

Créances financières non courantes décaissées

-66,7

-78,6

Créances financières non courantes remboursées

58,9

55,5

Variation des créances financières courantes

-40,5

-21,9

Flux nets de trésorerie liés aux opérations d’investissement des activités poursuivies

-610,9

-405,1

Flux nets de trésorerie liés aux opérations d’investissement des activités non poursuivies

-

-

Flux nets de trésorerie liés aux opérations d’investissement

-610,9

-405,1

Variation des dettes financières courantes

-550,4

-291,5

 

 

 

(en millions d’euros)

Au 30 juin 2018 retraité (*)

Au 30 juin 2019

Variation des dettes locatives courantes IFRS 16

-214,5

-226,2

Remboursement dette hybride

-1 452,1

-

Remboursements des /(Nouvelles) dettes locatives IFRS 16 non courantes

-14,2

-39,3

Nouveaux emprunts et autres dettes non courantes

133,9

830,5

Remboursements d’emprunts et autres dettes non courantes

-71,6

-30,0

Variation des actifs liquides et des actifs financiers liés au financement

-185,8

-273,8

Augmentation de capital

2,1

2,1

Réduction de capital

 

 

Transactions entre actionnaires : acquisitions partielles

-86,3

-2,5

Transactions entre actionnaires : cessions partielles

1,3

8,4

Emission de titres super subordonnés

-

-

Coupons sur les titres super subordonnés

-66,4

-

Mouvements sur actions propres

-13,4

-0,1

Dividendes versés

-550,9

-620,4

Intérêts financiers versés

-218,0

-229,8

Intérêts sur actifs opérationnels IFRIC 12

-45,5

-40,3

Intérets sur dettes locatives IFRS 16

-23,4

-22,8

Flux nets de trésorerie liés aux opérations de financement des activités poursuivies

-3 355,4

-974,4

Flux nets de trésorerie liés aux opérations de financement des activités non poursuivies

-

-

Flux nets de trésorerie liés aux opérations de financement

-3 355,4

-974,4

Effets de change et divers

-10,3

5,9

Variation de la trésorerie externe des activités non poursuivies

-

1,0

TRESORERIE D'OUVERTURE

6 056,1

4 340,8

TRESORERIE DE CLÔTURE

2 668,8

3 502,3

Trésorerie et équivalents de trésorerie

2 929,4

3 835,5

Trésorerie passive

261,4

333,2

TRESORERIE DE CLOTURE

2 668,8

3 502,3

(*) Les retraitements sur l'exercice 2018 concernent l'application de la norme IFRS 16 et la réintégration des comptes de la Lituanie historiquement présentés en 'Résultat des activités non poursuivies'.

Contacts

Relations Presse Groupe
Laurent Obadia
Sandrine Guendoul
Tél : + 33 (0)1 85 57 42 16
sandrine.guendoul@veolia.com

Relations Investisseurs & Analystes
Ronald Wasylec - Ariane de Lamaze
Tél. : + 33 (0)1 85 57 84 76 / 84 80

Contacts

Relations Presse Groupe
Laurent Obadia
Sandrine Guendoul
Tél : + 33 (0)1 85 57 42 16
sandrine.guendoul@veolia.com

Relations Investisseurs & Analystes
Ronald Wasylec - Ariane de Lamaze
Tél. : + 33 (0)1 85 57 84 76 / 84 80