Getlink : Résultats semestriels 2019

Dixième hausse consécutive du chiffre d’affaires

  • Chiffre d’affaires : nouvelle hausse à 523 millions d’euros (+2%)1
  • EBITDA en légère baisse à 255 millions d’euros (-2%)
  • Résultat net en hausse à 41 millions d’euros (+5%)
  • Eurotunnel :
    • Chiffre d’affaires en hausse à 456 millions d’euros (+1%)
    • Légère baisse de l’EBITDA de 1% à 251 millions d’euros
  • Europorte :
    • Chiffre d’affaires en hausse à 66 millions d’euros (+10%)
    • EBITDA en hausse de 12% à 13 millions d’euros

 

PARIS--()--Regulatory News:

GETLINK S.E. (Pairs:GET):

Jacques Gounon, Président-Directeur général de Getlink, a déclaré : « Au premier semestre, le Groupe fait une nouvelle fois la démonstration de la résilience de son modèle économique en présentant un chiffre d’affaires en croissance pour la dixième fois consécutive malgré les à-coups résultant des incertitudes politiques du Brexit. Sans la grève des douaniers français, l’EBITDA du Groupe aurait également été en progression. Le Groupe reste confiant dans sa capacité à gérer les prochaines étapes du Brexit et confirme la politique de croissance du dividende. »

1 L’ensemble des comparaisons avec le compte de résultat du premier semestre 2018 se fait au taux de change moyen du premier semestre 2019 de 1 £=1,145 €.

Rappel des faits marquants du semestre

  • Groupe
    • Versement de 193 millions d’euros de dividendes au titre de l’exercice 2018.
    • Règlement d’un contentieux avec le gouvernement britannique de 33 millions de livres (soit 38 millions d’euros), non comptabilisé en résultat à ce stade et dont 11 millions de livres ont été encaissés.
    • Demande d’indemnisation de 10,6 millions d’euros auprès du Gouvernement français pour les conséquences négatives des grèves de douaniers français au printemps 2019.
  • Eurotunnel
    • Trafics camions et voitures inférieurs à l’année dernière. Augmentation de la part de marché voitures (+2 points) à 59,9% et quasi-maintien de la part de marché camions à 40,4%.
    • Croissance robuste de +2% du nombre de voyageurs Eurostar au premier semestre malgré l’impact sévère de la grève du zèle des douaniers à Paris Gare du Nord en mars, avril et début mai.
    • Hors grève des douaniers, l’EBITDA du Groupe aurait été en hausse d’environ 2%.
    • Croissance de +10% pour le trafic transmanche de trains de marchandises.
    • Investissement de 15 millions d’euros dans le cadre du Brexit initial prévu le 29 mars pour la mise en place de nouvelles infrastructures (Pit Stop, sas Parafe, Centre de contrôle Douane-SIVEP, ces deux derniers ayant été remis aux autorités).
    • Lancement du programme Mi-Vie des Navettes Passagers.
  • Europorte
    • Augmentation du chiffre d’affaires (+10%).
    • Hausse de l’EBITDA à 13 millions d’euros (+12%).
    • Démarrage avec succès de nouveaux contrats de traction ferroviaire et de nouveaux flux de wagons sur les sites de Feyzin et Donges.
    • Impact positif des nouveaux contrats de gestion d’infrastructure ferroviaire dans le Grand Est (GIC) et en région Hauts-de-France (PGI), démarrés en cours d’année en 2018.
    • Développement des activités d’acheminement de rames pour Alstom Régiolis en lien avec le projet Léman Express (Suisse).
    • Programme de développement de la maintenance prédictive via une collaboration avec l’école Polytechnique.
  • ElecLink
    • Process de validation de l’ensemble du projet par la CIG en cours.

Résultat Net en progression continue

Le chiffre d’affaires consolidé du Groupe du premier semestre 2019 s’élève à 523 millions d’euros, en augmentation de 11 millions d’euros, soit +2%, par rapport au premier semestre 2018, malgré l’impact négatif estimé de 10 millions d’euros du mouvement de grève des douaniers français, entre le 4 mars et le 15 mai.

Les charges d’exploitation du Groupe sont en hausse de 16 millions d’euros pour le semestre, y compris des coûts exceptionnels (prime Macron pour 1 million d’euros, préparation du Brexit pour 3 millions d’euros). Pour le segment Eurotunnel, les charges d’exploitation sont en hausse de 4% à 205 millions d’euros.

L’EBITDA consolidé du premier semestre est en baisse de 5 millions d’euros à 255 millions d’euros. Pour Eurotunnel, l’EBITDA est en très légère baisse à 251 millions d’euros (254 millions d’euros au 1er semestre 2018).

Il est rappelé que le chiffre d’affaires et le résultat opérationnel courant restent caractérisés par une saisonnalité forte sur l’année et que les résultats du premier semestre ne peuvent donc être extrapolés à l’ensemble de l’exercice.

Les frais financiers nets et les autres produits financiers nets sont en baisse (-9 millions d’euros) sur les six premiers mois de l’année 2019, une évolution essentiellement liée à l’impact de la baisse des taux d’inflation britannique et français sur le coût de la tranche indexée de la dette.

Au premier semestre 2019, le Groupe enregistre un bénéfice net consolidé de 41 millions d’euros, en hausse de +5%.

Le Free Cash Flow des activités poursuivies est en augmentation (+21 millions d’euros) à 129 millions d’euros au premier semestre 2019, comparé aux 108 millions d’euros au premier semestre 2018.

PERSPECTIVES

Dans le contexte d’une sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, le Groupe avait indiqué un objectif financier d’un EBITDA de 560 millions d’euros dans le cadre d’un « no-deal » ou de 575 millions d’euros en cas d’accord. L’absence d’accord pour le Brexit le 31 octobre 2019 devenant très probable, l’objectif de référence pour 2019 est celui du « no-deal ».

Objectifs 2019 :

  • EBITDA : 560 millions d’euros (au taux de change 1£=1,128€)
  • Dividende 2019 : 41 centimes d’euros par action

À horizon 2022, le Groupe reste confiant dans sa capacité à générer une croissance durable et continue de tabler sur une croissance de son EBITDA. Le Groupe reconfirme donc ses perspectives à moyen terme :

Horizon 2022 :

  • EBITDA : supérieur à 735 millions d’euros (au taux de change 1£=1,14€)
  • Augmentation annuelle du dividende : + 5 centimes d’euros par action

CHIFFRE D’AFFAIRES DU GROUPE

Premier semestre (janvier-juin)

En millions d’euros

1er semestre
2019*

1er semestre
2018**

Variation

1er semestre
2018

Taux de change €/£

1,145

1,145

 

1,136

Navettes Eurotunnel

297

297

0%

296

Réseau Ferroviaire

153

148

+3%

147

Autres revenus

6

6

0%

6

Sous-total Eurotunnel

456

451

+1%

449

Europorte

66

60

+10%

60

Getlink

1

1

0%

1

Chiffre d’affaires

523

512

+2%

510

* Taux de change du premier semestre 2019 : 1 £ = 1,145 €.
** Recalculé au taux de change du premier semestre 2019.

Deuxième trimestre (avril-juin)

En millions d’euros

2ème trimestre
2019

2ème trimestre
2018

Variation

2ème trimestre
2018

Navettes Eurotunnel

149,9

157,3

-5%

157,5

Réseau Ferroviaire

82,0

77,5

+6%

77,5

Autres revenus

2,8

3,4

-18%

3,3

Sous-total Eurotunnel

234,7

238,2

-1%

238,3

Europorte

33,6

30,1

+12%

30,1

Getlink

0,3

0,6

-50%

0,6

Chiffre d’affaires

268,6

268,9

0%

269,0

Rappel premier trimestre (janvier-mars)

En millions d’euros

1er trimestre
2019*

1er trimestre
2018**

Variation

1er trimestre
2018

Taux de change €/£

1,157

1,157

 

1,137

Navettes Eurotunnel

146,9

139,4

+5%

138,3

Réseau Ferroviaire

71,8

70,7

+2%

70,1

Autres revenus

3,1

2,7

+16%

2,7

Sous-total Eurotunnel

221,8

212,8

+4%

211,1

Europorte

32,3

29,7

+9%

29,7

Getlink

0,3

0,6

-51%

0,6

Chiffre d’affaires

254,4

243,1

+5%

241,4

* Taux de change du premier trimestre 2019 : 1 £ = 1,157 €.
** Recalculé au taux de change du premier trimestre 2019.

TRAFIC D’EUROTUNNEL

Premier semestre (janvier-juin)

 

1er semestre
2019

1er semestre
2018

Variation

Navettes Camions

809 621

845 132

-4%

Navettes Passagers

Voitures*

1 139 149

1 163 054

-2%

Autocars

26 954

27 274

-1%

Trains à Grande Vitesse Passagers (Eurostar)**

Passagers

5 299 197

5 198 821

+2%

Trains de marchandises***

Trains

1 166

1 060

+10%

Deuxième trimestre (avril-juin)

 

2ème trimestre
2019

2ème trimestre
2018

Variation

Navettes Camions

369 609

421 281

-12%

Navettes Passagers

Voitures*

660 655

675 851

-2%

Autocars

16 184

16 462

-2%

Trains à Grande Vitesse Passagers (Eurostar)**

Passagers

2 902 937

2 819 078

+3%

Trains de marchandises***

Trains

567

484

+17%

Rappel premier trimestre (janvier-mars)

 

1er trimestre
2019

1er trimestre
2018

Variation

Navettes Camions

440 012

423 851

+4%

Navettes Passagers

Voitures*

478 494

487 203

-2%

Autocars

10 770

10 812

0%

Trains à Grande Vitesse Passagers (Eurostar)**

Passagers

2 396 260

2 379 743

+1%

Trains de marchandises***

Trains

599

576

+4%

* Y compris motos, véhicules avec remorques, caravanes et camping-cars.
** Seuls sont comptabilisés dans ces tableaux les passagers d’Eurostar qui empruntent le Tunnel, ce qui exclut les trajets entre les gares continentales (liaisons Bruxelles-Calais, Bruxelles-Lille, Bruxelles-Amsterdam, etc…).
*** Les trains des entreprises ferroviaires (DB Cargo pour le compte de BRB, la SNCF et ses filiales, GB Railfreight, Rail Operations Group, RailAdventure et Europorte) ayant emprunté le Tunnel.

RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL
Getlink SE
AU 30 JUIN 2019

SOMMAIRE

 

RAPPORT SEMESTRIEL D’ACTIVITÉ AU 30 JUIN 2019

1

Analyse du compte de résultat consolidé

1

Analyse du bilan consolidé

6

Analyse des flux de trésorerie consolidés

7

Autres indicateurs financiers

8

Perspectives

9

Risques

10

Parties liées

10

ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS SEMESTRIELS RÉSUMÉS

11

Compte de résultat consolidé

11

État du résultat global consolidé

11

Bilan consolidé

12

Tableau de variation des capitaux propres consolidé

13

Tableau de flux de trésorerie consolidé

14

Notes annexes

15

A.

Événements importants

15

B.

Principes de préparation, principales règles et méthodes comptables

16

C.

Périmètre de consolidation

18

D.

Données opérationnelles

19

E.

Charges et avantages du personnel

20

F.

Immobilisations incorporelles et corporelles

22

G.

Financement et instruments financiers

23

H.

Capitaux propres et résultat par action

26

I.

Impôts sur les bénéfices

28

J.

Événements postérieurs à la clôture de la période

28

RAPPORT DES COMMISSAIRES AUX COMPTES SUR L’INFORMATION FINANCIÈRE SEMESTRIELLE 2019

29

ATTESTATION DU RESPONSABLE DU RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL AU 30 JUIN 2019

30

Normes comptables appliquées et présentation des résultats consolidés

En application du règlement (CE) no 1606/2002 du 19 juillet 2002 sur l’application des normes comptables internationales, les comptes consolidés de Getlink SE au titre de la période clos le 30 juin 2019 ont été établis conformément au référentiel IFRS (International Financial Reporting Standards).

Au 30 juin 2018, le Groupe a présenté les locations qualifiées de « simples » en engagements hors bilan. Au 31 décembre 2018, le Groupe a opté pour une application anticipée de la nouvelle norme IFRS 16 sur les contrats de location. L’impact sur les états financiers consolidés semestriels au 30 juin 2018 de l’application de cette nouvelle norme est présenté à la note B.3.1 des états financiers consolidés semestriels du Groupe au 30 juin 2019.

Depuis la réorganisation juridique interne du Groupe détaillée à la note A.1 des états financiers consolidés au 31 décembre 2018 figurant à la section 2.2.1 du Document de Référence 2018, les activités des services corporate du Groupe sont désormais présentées séparément de celles du segment Eurotunnel, dans le segment « Getlink ».

Le Groupe applique la norme IFRS 5 « Actifs non courants destinés à la vente et activités non poursuivies » à son segment maritime depuis la cessation de l’activité de MyFerryLink au second semestre 2015. En conséquence, les résultats nets de la période et de la période comparative de cette activité sont présentés sur une seule ligne du compte de résultat intitulée « Résultat net des activités non poursuivies ». Pour plus d’informations sur ces opérations, se reporter à la note C.2 des états financiers consolidés semestriels résumés.

RAPPORT SEMESTRIEL D’ACTIVITÉ AU 30 JUIN 2019

ANALYSE DU COMPTE DE RÉSULTAT CONSOLIDÉ

Afin de permettre une meilleure comparaison entre les deux périodes, le compte de résultat consolidé du premier semestre 2018 présenté dans ce rapport d’activité semestriel a été recalculé au taux de change utilisé pour le résultat du premier semestre 2019, soit 1 £=1,145 €.

Le chiffre d’affaires consolidé du Groupe au titre du premier semestre 2019 s’élève à 523 millions d’euros, en progression de 11 millions d’euros (2%) par rapport à 2018, malgré l’impact négatif estimé de 10 millions d’euros du mouvement de grève des douaniers français, entre le 4 mars et le 15 mai 2019. Les charges d’exploitation s’élèvent à 268 millions d’euros, en augmentation de 16 millions d’euros (6%) par rapport à 2018, y compris des coûts exceptionnels (prime Macron pour 1 million d’euros, préparation du Brexit pour 3 millions d’euros). L’EBITDA est en diminution de 5 millions d’euros (2%) à 255 millions d’euros et le résultat opérationnel courant de 169 millions d’euros est en diminution de 5 millions d’euros (3%). À 164 millions d’euros, le résultat opérationnel des six premiers mois de 2019 est en baisse de 8 millions d’euros par rapport à 2018. Après prise en compte des frais financiers nets en baisse de 9 millions d’euros, le résultat avant impôts des activités poursuivies du Groupe pour le premier semestre 2019 est un profit de 37 millions d’euros, en amélioration de 1 million d’euros par rapport à 2018.

Après prise en compte d’un produit d’impôt net de 4 millions d’euros, le bénéfice net consolidé du Groupe du premier semestre 2019 s’élève à 41 millions d’euros, par rapport à un profit net de 39 millions d’euros en 2018.

En millions d'euros

1er semestre
2019

1er semestre
2018

Variation

1er semestre
2018

Amélioration / (détérioration) du résultat

 

*recalculé

M€

%

**retraité

Taux de change €/£

1,145

 

1,145

 

 

 

1,136

 

Eurotunnel

456

 

451

 

5

 

+1

%

449

 

Getlink

1

 

1

 

1

 

Europorte

66

 

60

 

6

 

+10

%

60

 

Chiffre d’affaires

523

 

512

 

11

 

+2

%

510

 

Eurotunnel

(205

)

(197

)

(8

)

-4

%

(196

)

Getlink

(9

)

(6

)

(3

)

+50

%

(6

)

Europorte

(53

)

(48

)

(5

)

-10

%

(48

)

ElecLink

(1

)

(1

)

(1

)

Charges d’exploitation

(268

)

(252

)

(16

)

-6

%

(251

)

Marge d’exploitation (EBITDA)

255

 

260

 

(5

)

-2

%

259

 

Amortissements

(86

)

(86

)

(86

)

Résultat opérationnel courant

169

 

174

 

(5

)

-3

%

173

 

Autres charges opérationnelles nettes

(5

)

(2

)

(3

)

 

(2

)

Résultat opérationnel (EBIT)

164

 

172

 

(8

)

-5

%

171

 

Coût de l’endettement financier net

(133

)

(136

)

3

 

+2

%

(135

)

Autres produits financiers nets

6

 

6

 

Résultat avant impôts des activités poursuivies : profit

37

 

36

 

1

 

+3

%

36

 

Impôts sur les bénéfices

4

 

3

 

1

 

-33

%

3

 

Résultat net des activités poursuivies : profit

41

 

39

 

2

 

+5

%

39

 

Résultat net des activités non poursuivies : (perte/profit)

 

Résultat net consolidé : profit

41

 

39

 

2

 

+5

%

39

 

* Recalculé au taux de change du compte de résultat du premier semestre 2019 (1£ = 1,145 €) et retraité sous IFRS 16 comme présenté à la note B.3.1 des états financiers semestriels résumés au 30 juin 2019.
** Le chiffre d’affaires (respectivement les charges d’exploitation) publié au premier semestre 2018 pour la Liaison Fixe s’établissait à un montant total de 450 millions d’euros (respectivement de 202 millions d’euros après retraitement pour IFRS 16).

L’évolution du résultat des activités poursuivies avant impôts par segment d’activité par rapport au premier semestre 2018 est détaillée ci-après :

En millions d'euros

Eurotunnel

Getlink

Europorte

ElecLink

Total
activités
poursuivies

Résultat avant impôts des activités poursuivies du 1er semestre 2018 *

33

4

1

(2)

36

Amélioration / (détérioration) du résultat :

 

 

 

 

 

Chiffre d’affaires

+5

-

+6

-

+11

Charges d’exploitation

-8

-3

-5

-

-16

EBITDA

-3

-3

+1

-

-5

Amortissements

-

-

-

-

-

Résultat opérationnel courant

-3

-3

+1

-

-5

Autres produits / charges opérationnels nets

-4

+1

-

-

-3

Résultat opérationnel (EBIT)

-7

-2

+1

-

-8

Charges financières nettes et autres

+13

-4

-1

+1

+9

Total variations

+6

-6

-

+1

+1

Résultat avant impôts des activités poursuivies du 1er semestre 2019

39

(2)

1

(1)

37

* Recalculé au taux de change du compte de résultat du premier semestre 2019 (1£ = 1,145 €) et retraité sous IFRS 16 comme présenté à la note B.3.1 des états financiers semestriels résumés au 30 juin 2019.

1. SEGMENT EUROTUNNEL

Dans le segment Eurotunnel, qui représente son cœur de métier, le Groupe exploite et commercialise directement un Service de Navettes dans le Tunnel et donne accès, moyennant péage, à la circulation des Trains à Grande Vitesse Voyageurs (Eurostar) et des Trains de Fret des Entreprises Ferroviaires à travers le Réseau Ferroviaire. Depuis la réorganisation juridique interne du Groupe détaillée à la note A.1 des états financiers consolidés au 31 décembre 2018 figurant à la section 2.2.1 du Document de Référence 2018, les activités des services corporate du Groupe sont désormais présentées séparément de celles du segment Eurotunnel, dans le segment « Getlink ». Au 30 juin 2018, du fait du caractère encore récent de la mise en place de cette réorganisation, les activités des services corporate du Groupe étaient restées intégrées dans le segment Liaison Fixe comme précédemment.

En millions d'euros

1er semestre

1er semestre

Variation

Amélioration / (détérioration) du résultat

2019

2018*

M€

%

Taux de change €/£

1,145

 

1,145

 

 

 

Navettes

297

 

297

 

Réseau Ferroviaire

153

 

148

 

5

 

+3

%

Autres revenus

6

 

6

 

Chiffre d’affaires

456

 

451

 

5

 

+1

%

Achats et charges externes

(112

)

(110

)

(2

)

-2

%

Charges de personnel

(93

)

(87

)

(6

)

-7

%

Charges d’exploitation

(205

)

(197

)

(8

)

-4

%

Marge d’exploitation (EBITDA)

251

 

254

 

(3

)

-1

%

EBITDA / chiffre d’affaires

55

%

56

%

-1 pt

 

* Recalculé au taux de change du compte de résultat du premier semestre 2019 (1£ = 1,145 €) et retraité sous IFRS 16 comme présenté à la note B.3.1 des états financiers semestriels résumés au 30 juin 2019.

1.1 CHIFFRE D’AFFAIRES DU SEGMENT EUROTUNNEL
Le chiffre d’affaires du segment, qui représente 87% du chiffre d’affaires du Groupe au premier semestre 2019, s’élève à 456 millions d’euros, +1% par rapport à 2018.

1.1.1 Service Navettes

Trafic (en nombre de véhicules)

1er semestre
2019

1er semestre
2018

Variation

Navettes Camions

809 621

845 132

-4

%

Navettes Passagers :

 

 

 

Voitures *

1 139 149

1 163 054

-2

%

Autocars

26 954

27 274

-1

%

* Y compris motos, véhicules avec remorques, caravanes et camping-cars.

À 297 millions d’euros au premier semestre 2019, le chiffre d’affaires du Service Navettes est stable par rapport à 2018 du fait de la progression des prix moyens en ligne avec la stratégie d’optimisation de la rentabilité de l’activité Navettes, et une politique de gestion active des tarifs à la fois du trafic camions et du trafic passagers.

Navettes Camions
Dans un marché du Détroit en contraction sur la période de 3,0%, la part de marché du service Navettes Camions est relativement stable à 40,4% au premier semestre 2019. Après un premier trimestre dopé par la politique de stockage par anticipation de la date initiale du Brexit le 29 mars 2019, le marché a été impacté par la grève du zèle des douaniers français ainsi que par les arrêts pour maintenance annuelle de plusieurs usines automobiles en Grande-Bretagne positionnés en avril plutôt qu’au mois d’août. Le retard de mise en œuvre du Brexit dû aux incertitudes politiques en Grande-Bretagne semble se faire ressentir sur l’activité économique. Le nombre de véhicules transportés par Eurotunnel a diminué de 4% à 809 621 camions.

Navettes Passagers
En dépit d’un marché du Détroit impacté par les incertitudes autour du Brexit et en baisse de 5,9% au premier semestre 2019, le trafic voitures d’Eurotunnel n’a baissé que de 2% grâce à une part de part de marché en augmentation de 2 points par rapport à l’année précédente, à 59,9%.

La part de marché des autocars du service Navettes Passagers du premier semestre 2019 est relativement stable par rapport à l’année précédente, à 40,7% dans un marché transmanche en baisse de 0,5%.

1.1.2 Réseau Ferroviaire

Trafic

1er semestre
2019

1er semestre
2018

Variation

Trains à Grande Vitesse Passagers (Eurostar) :

 

 

 

Passagers *

5 299 197

5 198 821

2

%

Services de Trains de Fret des Entreprises Ferroviaires ** :

 

 

 

Nombre de trains

1 166

1 060

10

%

* Seuls sont comptabilisés dans ce tableau les passagers d’Eurostar qui empruntent le Tunnel, ce qui exclut les trajets entre gares continentales (liaisons Bruxelles-Calais, Bruxelles-Lille, Bruxelles-Amsterdam, etc.).
** Les trains des entreprises ferroviaires (DB Cargo pour le compte de BRB, la SNCF et ses filiales, GB Railfreight, Rail Operations Group, RailAdventure et Europorte) ayant emprunté le Tunnel.

Au premier semestre 2019, l’utilisation du Réseau Ferroviaire du Tunnel par les trains à grande vitesse d’Eurostar et par les trains de marchandises a généré un revenu de 153 millions d’euros, en augmentation de 3% par rapport à 2018.

Les 5 299 197 voyageurs Eurostar ayant emprunté le Tunnel au premier semestre 2019 représentent un record pour un premier semestre. Cette croissance est portée par le succès durable du service Londres-Amsterdam lancé en avril 2018 avec l’ajout d’une troisième fréquence en juin 2019, malgré un impact significatif sur le trafic Eurostar Paris-Londres de la grève du zèle opérée par les douaniers français en mars, avril et mai 2019.

Au premier semestre 2019, le fret ferroviaire transmanche enregistre une hausse de trafic de 10% par rapport au premier semestre 2018.

1.2 CHARGES D’EXPLOITATION DU SEGMENT EUROTUNNEL
Jusqu’au 30 juin 2018, les charges d’exploitation d’Eurotunnel et Getlink étaient présentées ensemble au sein du segment Liaison Fixe. Suite à sa réorganisation juridique interne en 2018, le Groupe a révisé la répartition des charges d’exploitation entre ses nouveaux segments Getlink et Eurotunnel. Afin de faciliter la comparaison entre les premiers semestres 2018 et 2019, l’analyse de l’évolution des charges d’exploitation ci-après est présentée tous segments confondus.

Sur cette base, les charges d’exploitation sur le premier semestre 2019 sont en augmentation de 5% par rapport à 2018, et atteignent 214 millions d’euros. Cette hausse de 11 millions d’euros est notamment générée par :

  • l’impact de l’inflation sur les coûts de personnel et autres (dont la prime Macron et les plans d’intéressement) ;
  • des coûts liés au Brexit pour 3 millions d’euros ; et
  • une hausse de 4 millions d’euros au titre des dépenses pour assurer l’amélioration de la qualité de service et la modernisation des équipements et de l’infrastructure notamment pour les services aux clients, le service premium Flexiplus, le renforcement de la maintenance de l’infrastructure et du matériel roulant ainsi que la digitalisation.

2. SEGMENT GETLINK

Comme exposé ci-dessus, les activités du segment Getlink sont désormais présentées séparément de celles du segment Eurotunnel. Le segment intègre les activités de la société mère du Groupe, Getlink SE, ainsi que de ses filiales directes, notamment le centre de formation ferroviaire CIFFCO.

Au premier semestre 2019, les charges d’exploitation s’élèvent à 9 millions d’euros, en augmentation de 3 millions d’euros reflétant la révision fin 2018 de la répartition des charges d’exploitation entre les nouveaux segments Getlink et Eurotunnel. L’analyse de l’évolution des charges d’exploitation figure au paragraphe 1.2 ci-dessus.

3. SEGMENT EUROPORTE

Le segment Europorte, qui intervient sur l’ensemble de la chaîne logistique du transport ferroviaire de marchandises, essentiellement sur le territoire français, regroupe, notamment, Europorte France et Socorail.

En millions d'euros

1er semestre

1er semestre

Variation

Amélioration / (détérioration) du résultat

2019

2018

M€

Chiffre d'affaires

66

 

60

 

6

 


Achats et charges externes

(27

)

(24

)

(3

)

Charges de personnel

(26

)

(24

)

(2

)

Charges d'exploitation

(53

)

(48

)

(5

)

Marge d'exploitation (EBITDA)

13

 

12

 

1

 

Au premier semestre 2019, l’EBITDA d’Europorte a progressé de 1 million d’euros par rapport à 2018. Les résultats de la période sont portés par la contribution de nouvelles affaires et par une activité accrue notamment dans le secteur pétrochimie ainsi que par la poursuite de la stratégie de renforcement durable de la rentabilité du segment.

4. SEGMENT ELECLINK

ElecLink a pour objet la réalisation et l'exploitation d'une interconnexion électrique de 1 GW entre la France et la Grande-Bretagne. Les travaux ont démarré en 2016 et la mise en exploitation de l’interconnexion est prévue mi-2020.

Les coûts directement attribuables au projet sont comptabilisés en immobilisations en cours. Au cours du premier semestre 2019, l’investissement dans le projet sur la période s’est élevé à 71 millions d’euros.

Les charges d’exploitation d’ElecLink du premier semestre 2019 sont de 1 million d’euros, au même niveau qu’au premier semestre 2018.

5. MARGE D’EXPLOITATION (EBITDA)

L’EBITDA par segment d’activité évolue comme suit :

En millions d'euros

Eurotunnel

Getlink

Europorte

ElecLink

Total Groupe

EBITDA 1er semestre 2018 *

254

 

(5

)

12

 

(1

)

260

 

Amélioration / (détérioration) :

 

 

 

 

 

Chiffre d'affaires

5

 

6

 

11

 

Charges d'exploitation

(8

)

(3

)

(5

)

(16

)

Total variations

(3

)

(3

)

1

 

(5

)

EBITDA 1er semestre 2019

251

 

(8

)

13

 

(1

)

255

 

* Recalculé au taux de change du compte de résultat du premier semestre 2019 (1£ = 1,145 €) et retraité sous IFRS 16 comme présenté à la note B.3.1 des états financiers semestriels résumés au 30 juin 2019.

Le fort ralentissement des marchés transmanche au deuxième trimestre 2019 ainsi que les blocages sporadiques causés par la grève des douaniers français en mars, avril et mai ont eu un impact négatif sur l’EBITDA du segment Eurotunnel au premier semestre 2019. L’impact de l’action par les douanes au cours de la période est estimé à 10,6 millions d’euros. La stratégie du Groupe d’optimisation de la rentabilité de son activité Navettes par une politique de gestion active des tarifs, l’investissement dans la qualité de service et la modernisation de son produit ainsi que par la maîtrise des coûts récurrents, a limité la baisse de la marge d’exploitation consolidée du Groupe à 5 millions d’euros (-2%) par rapport à 2018. L’EBITDA consolidé du Groupe est de 255 millions d’euros au premier semestre 2019.

6. RÉSULTAT OPÉRATIONNEL (EBIT)

À 86 millions d’euros, les dotations aux amortissements sont stables par rapport au premier semestre 2018.

Le résultat opérationnel courant pour le premier semestre 2019 est de 169 millions d’euros, en baisse de 5 millions d’euros (-3%) par rapport à 2018.

Après prise en compte des autres charges opérationnelles nettes de 5 millions d’euros (2 millions d’euros en 2018), le résultat opérationnel du premier semestre 2019 est en baisse de 8 millions d’euros (-5%) par rapport à 2018, à 164 millions d’euros.

7. FRAIS FINANCIERS NETS

À 133 millions d’euros pour les six premiers mois de 2019, le coût de l’endettement financier net est en baisse de 3 millions d’euros par rapport à 2018 à taux de change constant. Cette évolution résulte pour l’essentiel des effets de la baisse des taux d’inflation britannique et français sur le coût de la tranche indexée de la dette (9 millions d’euros) et de l’augmentation de la capitalisation des intérêts liés au financement d’ElecLink (4 millions d’euros) partiellement compensés par les charges financières sur les Obligations Sénior Garanties émises en octobre 2018 (12 millions d’euros).

Au premier semestre 2019, les autres produits financiers d'un montant net de 6 millions d’euros intègrent le produit provenant des obligations G2 détenues par le Groupe à hauteur de 6 millions d’euros (2018 : 4 millions d’euros).

8. RÉSULTAT NET CONSOLIDÉ

Le résultat avant impôts des activités poursuivies du Groupe pour le premier semestre 2019 est un profit de 37 millions d’euros, en amélioration de 1 million d’euros par rapport à 2018 à taux de change constant.

L’information sur les activités non poursuivies est présentée à la note C.2 des états financiers consolidés semestriels au 30 juin 2019.

Après prise en compte d’un produit net de 4 millions d’euros d’impôts sur les bénéfices, le résultat net consolidé du Groupe du premier semestre 2019 est un profit de 41 millions d’euros rapport à un profit de 39 millions d’euros à taux de change équivalent pour le premier semestre 2018.

ANALYSE DU BILAN CONSOLIDÉ

En millions d'euros

30 juin
2019

31 décembre
2018

Taux de change €/£

1,115

1,118

Actifs immobilisés

6 682

6 657

Autres actifs non courants

582

569

Total des actifs non courants

7 264

7 226

Clients et comptes rattachés

107

97

Autres actifs courants

62

65

Trésorerie et équivalents de trésorerie

485

607

Total des actifs courants

654

769

Total de l'actif

7 918

7 995

Capitaux propres

1 624

2 006

Dettes financières

4 887

4 907

Instruments de couverture

993

748

Autres passifs

414

334

Total des passifs et capitaux propres

7 918

7 995

Le tableau ci-dessus présente un résumé du bilan consolidé du Groupe au 30 juin 2019 et au 31 décembre 2018. Les principaux éléments et évolutions sont les suivants (présentés en contre-valeur au taux de change de chaque période) :

  • Au 30 juin 2019, le poste « Actifs immobilisés » est essentiellement constitué des immobilisations incorporelles et corporelles du segment Eurotunnel pour un montant de 5 893 millions d’euros, du segment ElecLink pour un montant de 682 millions d’euros et du segment Europorte pour un montant de 102 millions d’euros. L’évolution entre le 31 décembre 2018 et le 30 juin 2019 est principalement due aux investissements de 71 millions d’euros au titre du projet ElecLink.
  • Les « Autres actifs non courants » au 30 juin 2019 comprennent principalement les obligations G2 indexées sur l’inflation détenues par le Groupe à hauteur de 332 millions d’euros, ainsi que l’actif d’impôt différé d’un montant de 211 millions d’euros.
  • Au 30 juin 2019, le poste « Trésorerie et équivalents de trésorerie » s’élève à 485 millions d’euros après le versement d’un dividende d’un montant de 193 millions d’euros, des dépenses nettes d’investissement d’un montant de 101 millions d’euros et des versements liés au service de la dette (intérêts nets, remboursements et frais) à hauteur de 123 millions d’euros.
  • Les « Capitaux propres » sont en diminution de 382 millions d’euros en raison de l’impact du versement du dividende (193 millions d’euros), du recyclage en résultat de la juste valeur et de la variation de la valeur de marché des instruments de couverture partiellement résiliés (223 millions d’euros). Cette diminution est partiellement compensée par le résultat de la période (41 millions d’euros).
  • Les « Dettes financières » sont en diminution de 20 millions d’euros par rapport au 31 décembre 2018 en conséquence des remboursements contractuels de principal à hauteur de 25 millions d’euros, la diminution des passifs liés aux contrats de location sous IFRS 16 de 9 millions d’euros et 5 millions d’euros due à l’effet du taux de change sur la dette en livre sterling. Ces diminutions sont partiellement compensées par une augmentation de 22 millions d’euros provenant des frais et de l’indexation sur l’inflation des tranches indexées de l’Emprunt à Long Terme.
  • Le passif au titre de la juste valeur des « Instruments de couverture » est en augmentation de 245 millions d’euros en raison de l’impact de la baisse des taux à long terme sur la variation de leur valeur de marché des instruments de couverture partiellement résiliés en 2017.
  • Les « Autres passifs » sont constitués de 306 millions d’euros de dettes d’exploitation, provisions et autres passifs et de 108 millions d’euros liés aux engagements de retraite.

ANALYSE DES FLUX DE TRÉSORERIE CONSOLIDÉS

Variations des flux de trésorerie consolidés

En millions d'euros

1er semestre
2019

1er semestre
2018*

Taux de change €/£

1,115

 

1,129

 

Variation de trésorerie courante

279

 

280

 

Autres produits et charges opérationnels et impôt

12

 

(9

)

Flux de trésorerie net lié aux activités opérationnelles

291

 

271

 

Flux de trésorerie net lié aux activités d'investissement

(101

)

(111

)

Flux de trésorerie net lié aux activités de financement

(311

)

(307

)

Flux de trésorerie net lié à l’opération de refinancement

(192

)

Variation de trésorerie totale

(121

)

(339

)

* Les informations au 30 juin 2018 ont été retraitées sous IFRS 16 comme présentées à la note B.3.1 des états financiers semestriels résumés au 30 juin 2019.

À 279 millions d’euros, la variation de trésorerie courante des activités poursuivies du premier semestre 2019 est en diminution de 1 million d’euros par rapport au premier semestre 2018. Cette évolution s’explique principalement par :

  • les flux de trésorerie nets provenant des activités d’Eurotunnel et Getlink, qui sont en diminution de 3 millions d’euros à 269 millions d’euros (premier semestre 2018 : 272 millions d’euros) ;
  • les flux de trésorerie nets provenant des activités d’Europorte, qui sont en amélioration de 1 million d’euros, à 10 millions d’euros (premier semestre 2018 : 9 millions d’euros); et
  • les dépenses opérationnelles d’ElecLink reste relativement stable à environ 1 million d’euros.

La variation positive entre les deux périodes de 21 millions d’euros en flux de trésorerie net lié aux autres produits et charges opérationnels et impôt est principalement due à une variation des flux nets liés aux impôts (encaissements nets de 6 millions d’euros au premier semestre 2019 à comparer à des paiements nets de 5 millions d’euros au premier semestre 2018) et à l’encaissement d’un montant de 11 millions de livres au titre de l’accord transactionnel entre le secrétaire d’État britannique aux Transports et Eurotunnel (voir note A.2 des états financiers semestriels résumés au 30 juin 2019).

Au premier semestre 2019, les flux de trésorerie nets liés aux activités d’investissement de 101 millions d’euros, en baisse de 10 millions d’euros, sont composés essentiellement :

  • d’un montant net de 40 millions d’euros lié aux activités d’Eurotunnel et Getlink (31 millions d’euros en 2018). Les principales dépenses d’investissement pendant la période portent pour 9 millions d’euros sur les aménagements en vue du Brexit (tels que les « pit-stops » pour le regroupement des différents contrôles de sûreté et des cargaisons, la zone SIVEP pour les contrôles douaniers, vétérinaires et phytosanitaires et les sas à reconnaissance faciale pour les passagers des autocars), 14 millions d’euros sur l’infrastructure, de 6 millions d’euros sur le matériel roulant, de 2 millions d’euros pour améliorer le service aux clients sur les terminaux et de 7 millions d’euros pour des projets informatiques et digitaux, et
  • des paiements de 60 millions d’euros liés aux travaux de construction du projet d’ElecLink (79 millions d’euros en 2018).

Les flux de trésorerie nets liés aux activités de financement au premier semestre 2019 représentent un décaissement de 311 millions d’euros par rapport à 307 millions d’euros au premier semestre 2018. En 2019, ils sont composés :

  • d’un décaissement net de 188 millions d’euros au titre d’opérations sur le capital, constitué :
    • du versement d’un dividende pour un montant de 193 millions d’euros (160 millions d’euros en 2018) ; et
    • des encaissements de 3 millions d’euros (2018 : 0 million d’euros) au titre du programme du contrat de liquidité et 3 millions d’euros (2018 : 3 millions d’euros) au titre de l’exercice des stock options ; au premier semestre 2018, 15 millions d’euros ont été versés au titre du programme du rachat d’actions.
  • du coût net de service de la dette à hauteur de 123 millions d’euros, constitué :
    • des intérêts payés de 92 millions d’euros sur l’Emprunt à Long Terme et sur les autres emprunts (au premier semestre 2018 : 84 millions d’euros) ; l’augmentation des intérêts payés résulte essentiellement de l’intérêt payé sur les Obligations Sénior Garanties émises en octobre 2018 ;
    • du versement de 25 millions d’euros au titre des remboursements contractuels de l’Emprunt à Long Terme et des autres emprunts (au premier semestre 2018 : 39 millions d’euros) ;
    • de l’encaissement de 2 millions d’euros au titre du remboursement contractuel et de 3 millions d’euros au titre de l’intérêt reçu sur les obligations G2 détenues par le Groupe ;
    • des paiements de 10 millions d’euros (au premier semestre 2018 : 9 millions d’euros) liés aux contrats de location présentés en flux de trésorerie lies aux activités de financement en application d’IFRS 16 ; et
    • 4 millions d’euros au titre de frais liés à l’opération de simplification de la dette conclue en 2015 (4 millions d’euros au premier semestre 2018).

Le 9 février 2018, le Groupe avait finalisé une opération portant sur l’acquisition d’obligations G2 indexées sur l’inflation, partiellement financée par un prêt externe. Cette opération avait généré un décaissement net de 192 millions d’euros au premier semestre 2018.

Free Cash Flow
Le Free Cash Flow du Groupe, définit à la section 2.1.3.b du Document de Référence 2018, représente les flux de trésorerie générés par ses activités courantes.

En millions d'euros

1er semestre
2019

1er semestre
2018*

Taux de change €/£

1,115

 

1,129

 

Flux de trésorerie lié aux activités opérationnelles

291

 

271

 

Flux de trésorerie net lié aux activités d'investissement

(41

)

(31

)

Service de la dette (intérêts versés, frais et remboursements)

(123

)

(135

)

Intérêts reçus et autres recettes

2

 

3

 

Free Cash Flow

129

 

108

 

Dividende versé

(193

)

(160

)

Rachat des actions propres et contrat de liquidité (net)

3

 

(16

)

ElecLink : investissements

(60

)

(79

)

Opérations de refinancement

(192

)

Utilisation du Free Cash Flow

(250

)

(447

)

Variation de trésorerie

(121

)

(339

)

* Les informations au 30 juin 2018 ont été retraitées sous IFRS 16 comme présentées à la note B.3.1 des états financiers semestriels résumés au 30 juin 2019.

À 129 millions d’euros pour les six premiers mois de 2019, le Free Cash Flow des activités poursuivies est en augmentation de 21 millions d’euros par rapport à la même période de 2018 pour les raisons détaillées dans la section ci-dessus.

AUTRES INDICATEURS FINANCIERS

Covenants financiers
Depuis la réorganisation juridique interne du Groupe au cours du premier semestre 2018, le ratio de couverture du service de la dette est calculé sur la base des flux de trésorerie des entités du sous-groupe Eurotunnel Holding SAS, étant définis comme leurs flux de trésorerie nets opérationnels diminués des investissements et des impôts par rapport au montant du service de la dette sur une période glissante de 12 mois. Le ratio de couverture synthétique du service de la dette est calculé sur la même base mais en tenant compte d’un amortissement théorique de l’Emprunt à Long Terme.

Les engagements financiers sont largement respectés au 30 juin 2019.

Ratio dette nette sur EBITDA
Le ratio de dette nette sur EBITDA tel que défini par le Groupe à la section 2.1.4.a du Document de Référence 2018 est le rapport entre l’EBITDA consolidé et les dettes financières diminuées de la valeur des obligations G2 détenues par le Groupe et la trésorerie et équivalents de trésorerie. Le Groupe ne considère pas pertinent la publication de ce ratio au titre de six mois d’activité. Au 31 décembre 2018, ce ratio était de 7,2.

Ratio EBITDA sur coût de l’endettement financier
Le rapport de l’EBITDA consolidé du Groupe sur le coût de l’endettement financier brut (hors indexation et intérêts reçus) tel que défini par le Groupe à la section 2.1.4.a du Document de Référence 2018 s’établit à 2,2 au 30 juin 2019 (30 juin 2018 retraité : 2,3).

PERSPECTIVES

Les résultats du Groupe au premier semestre 2019 ont été affectés par les incertitudes créées par le retard de mise en œuvre du Brexit et son effet sur l’environnement économique. Le fort ralentissement des marchés transmanche au deuxième trimestre 2019 ainsi que les blocages sporadiques causés par la grève des douaniers français ont impacté les activités du segment Eurotunnel sur la période.

Néanmoins les résultats de l’activité Navettes, avec un chiffre d’affaires stable malgré un trafic en baisse de 3% confortent, dans un contexte difficile, la stratégie commerciale du Groupe d’optimisation de sa rentabilité à travers une gestion active des tarifs, tant pour les camions que pour les voitures.

Après un premier trimestre en forte croissance, tirée par les actions de stockage réalisées par les entreprises britanniques pendant les trois premiers mois de l’année dans l’hypothèse d’un Brexit devant intervenir le 29 mars, le marché transmanche camions a connu un net recul sur le deuxième trimestre dans un contexte de déstockage et de reprise progressive du secteur automobile suite aux arrêts pour maintenance annuelle de plusieurs usines positionnés en avril au lieu d’août comme d’habitude. Cette situation a été aggravée par l’impact des actions menées par les douaniers français sur les mois de mars, avril et mai. Dans ce contexte le Groupe a maintenu ses parts de marché et sa position de leader sur le marché transmanche camions.

Dans un marché transmanche voitures également impacté par les incertitudes autour du Brexit et en forte baisse au premier semestre 2019, le Groupe a renforcé les parts de marché et les marges de son activité Navettes Passagers. L’hésitation de certains clients face à l’effet Brexit impacte légèrement le profil de réservations mais le Groupe reste confiant dans ses objectifs de trafic pour la période estivale.

Le contexte politique et économique en Grande Bretagne reste incertain et cette situation risque de perdurer sur le deuxième semestre 2019 ; le Groupe reste néanmoins confiant dans son modèle économique et sa capacité à délivrer une croissance durable. Sa stratégie, portée par une politique commerciale attractive assise sur la qualité de service et la digitalisation des process, vise à préserver les marges de l’activité, tout en s’adaptant à l’évolution du marché. La politique d’investissements du Groupe sert cette stratégie et, avec la signature au cours de la période d’un partenariat avec Bombardier dans le cadre du programme de maintenance lourde des Navettes Passagers, le Groupe entend poursuivre un programme d’investissements ciblés sur le renforcement de sa qualité de service et la modernisation de ses infrastructures et de ses équipements.

Malgré un impact significatif des actions des douaniers français au cours de la période, le trafic passagers de trains à grande vitesse passant par le Tunnel a poursuivi sa progression avec une croissance de 2% sur le premier semestre 2019. Le lancement en juin 2019 d’un troisième aller-retour entre Londres et Amsterdam confirme le potentiel de croissance du marché de transport ferroviaire entre le Royaume-Uni et l’Europe continentale en dépit de l’incertitude à court terme créée par le contexte du Brexit.

Dans la perspective d’un Brexit initialement prévu au 29 mars 2019, le Groupe a poursuivi, au cours de la période, ses actions de concertation avec les autorités françaises et britanniques à tous les niveaux et a mis en œuvre son plan d’actions et d’investissements destiné à maintenir la fluidité de passage sur ses terminaux.

Afin de faire face aux enjeux opérationnels liés aux nouvelles formalités administratives des contrôles frontaliers, le Groupe a complété au cours du premier semestre 2019 les projets, lancés mi-2018, d’aménagement des routes sur les terminaux et de construction de nouvelles zones de contrôle pour les Services de Navettes Camions et Passagers, ainsi que les projets digitaux destinés à capter et traiter les données dédiées aux nouvelles formalités des contrôles frontaliers.

En parallèle, le Groupe a défini et testé les procédures d’exploitation et d’organisation de ses équipes opérationnelles sur les terminaux de Coquelles et de Folkestone, afin d’assurer la gestion optimale des flux de trafic sur les sites post Brexit quel que soit le contexte règlementaire.

Europorte poursuit sa stratégie axée sur la rentabilité des opérations et sur la qualité de service. Sa performance au cours du premier semestre renforce l’objectif du Groupe de créer de la valeur dans le fret ferroviaire en France à travers une croissance maitrisée et une qualité de service de haut niveau.

En ce qui concerne ElecLink, le Groupe a poursuivi, au cours de la période, les échanges avec la CIG et le Channel Tunnel Safety Authority pour permettre à celles-ci de prendre une décision globale sur l’autorisation de mise en service de l’interconnexion. Parallèlement, les travaux de construction des stations de conversion ont été achevés conformément au calendrier d’origine. Dans ce contexte, le Groupe prévoit, à ce jour, une mise en service de l’interconnexion légèrement décalée à mi-2020, sans impact sur la saison d’hiver 2020 / 2021.

Après la réalisation de l’émission obligataire de 550 millions d’euros, sous forme de « Green Bonds », par Getlink en octobre 2018, le Groupe continue à veiller sur les opportunités d’optimisation de la structure de son financement dans un objectif de minimiser, en fonction des conditions de marché, le coût de sa dette et de soutenir la stratégie de développement de son cœur de métier que sont les infrastructures et les activités de transport.

Objectifs*
Dans le contexte d’une sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne au 29 mars 2019, le Groupe avait fixé, lors de l’annonce de ses résultats annuels 2018, un objectif financier d’un EBITDA 2019 de 560 millions d’euros dans le cadre d’un « no deal » (scénario 2) ou de 575 millions d’euros en cas d’accord (scénario 1), au taux de change de 1£=1,128€.

L’absence d’accord pour le Brexit au 30 mars, les échecs successifs des tentatives d’accords de sortie et de la nouvelle échéance posée au 31 octobre 2019 ont augmenté la probabilité d’un « no deal » Brexit et signifient donc que le scénario 1 défini lors des résultats annuels n’est plus applicable.

L’environnement politique et économique actuel correspond au scénario 2, dont l’objectif d’EBITDA de 560 millions d’euros au taux de change de 1£=1,128€, devient désormais l’objectif de référence pour 2019, en prenant pour hypothèse un Brexit sans accord qui interviendrait avant la fin de l’année 2019, mais avec toujours l’engagement des États à mettre en place rapidement des procédures de contrôle frontalier efficaces n’entraînant aucune discontinuité opérationnelle.

Ce contexte incertain à court terme n’entache pas la confiance du Groupe dans la solidité de ses différentes activités et leur potentiel de croissance à moyen et long terme. Le Groupe maintient toujours son objectif de dépasser 735 millions d’euros d’EBITDA à l’horizon de 2022 (à 1£=1,14€).

* Objectifs fondés sur des données, hypothèses et estimations considérées comme raisonnables. Elles tiennent compte tout particulièrement des conséquences du contexte géopolitique et sont toutefois susceptibles d’évoluer ou d’être modifiées en raison des incertitudes liées notamment à l’environnement économique, financier, concurrentiel et réglementaire. En outre, la matérialisation de certains risques décrits au chapitre 3 « Risque et contrôle » du Document de Référence 2018 pourrait avoir un impact sur les activités du Groupe et sa capacité à réaliser ses objectifs. Le Groupe ne prend donc aucun engagement ni ne donne aucune garantie sur la réalisation des objectifs et les informations prospectives figurant au présent chapitre ne sauraient être utilisées pour établir des prévisions de résultat.

RISQUES

Les principaux risques et incertitudes auxquels le Groupe pourrait être confronté dans les six mois restants de l’exercice sont identifiés dans le chapitre 3 « Risques et contrôle » du Document de Référence 2018 qui comprend une description détaillée des facteurs de risque auxquels le Groupe est exposé. Cependant, d’autres risques, non identifiés à la date de publication du présent rapport financier semestriel, peuvent exister.

PARTIES LIÉES

Sur le premier semestre 2019, le Groupe n’a pas eu d’opération avec les parties liées au sens de la norme IAS 24.

ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS SEMESTRIELS RÉSUMÉS

COMPTE DE RÉSULTAT CONSOLIDÉ

En milliers d'euros

Note

1er semestre
2019

1er semestre
2018*

Exercice
2018

Chiffre d'affaires

D.1

523 042

 

510 373

 

1 079 449

 

Achats et charges externes

D.2

(142 753

)

(135 741

)

(270 198

)

Charges de personnel

E

(124 974

)

(115 169

)

(240 146

)

Marge d'exploitation (EBITDA)

D.1

255 315

 

259 463

 

569 105

 

Dotation aux amortissements

F

(86 671

)

(86 091

)

(173 944

)

Résultat opérationnel courant

 

168 644

 

173 372

 

395 161

 

Autres produits opérationnels

D.3

87

 

663

 

1 638

 

Autres charges opérationnelles

D.3

(4 304

)

(2 966

)

(4 092

)

Résultat opérationnel

 

164 427

 

171 069

 

392 707

 

Produits financiers

G.6

1 324

 

859

 

1 733

 

Coût de l'endettement financier brut

G.6

(134 626

)

(136 421

)

(270 991

)

Coût de l'endettement financier net

 

(133 302

)

(135 562

)

(269 258

)

Autres produits financiers

G.7

15 016

 

9 317

 

36 046

 

Autres charges financières

G.7

(9 363

)

(8 860

)

(30 175

)

Résultat des activités poursuivies avant impôts : profit

 

36 778

 

35 964

 

129 320

 

Impôts sur les bénéfices des activités poursuivies

I.1

3 884

 

2 961

 

1 066

 

Résultat net des activités poursuivies : profit

 

40 662

 

38 925

 

130 386

 

Résultat net des activités non poursuivies : (perte)/profit

C.2

(57

)

4

 

(66

)

Résultat net consolidé : profit

 

40 605

 

38 929

 

130 320

 

Résultat net attribuable :

 

 

 

 

Part du Groupe

 

40 605

 

38 929

 

130 320

 

Résultat net par action (en euros) :

H.3

 

 

 

Résultat de base, part du Groupe

 

0,08

 

0,07

 

0,24

 

Résultat dilué, part du Groupe

 

0,08

 

0,07

 

0,24

 

Résultat de base des activités poursuivies

 

0,08

 

0,07

 

0,24

 

Résultat dilué des activités poursuivies

 

0,08

 

0,07

 

0,24

 

* Les états financiers au 30 juin 2018 ont été retraités sous IFRS 16 « Contrats de location » comme présentés à la note B.3.1 ci-dessous.

ÉTAT DU RÉSULTAT GLOBAL CONSOLIDÉ

En milliers d'euros

Note

1er semestre
2019

1er semestre
2018*

Exercice
2018

Éléments non recyclables en résultat net :

 

 

 

 

Gains et pertes actuariels sur avantages de personnel

 

(20 954

)

(21

)

(10 225

)

Impôts liés

I

1 125

 

6

 

222

 

Éléments recyclables en résultat net :

 

 

 

 

Écarts de conversion

 

3 837

 

(2 133

)

12 892

 

Instruments de couverture de taux : variation de la valeur de marché et recyclage de la juste valeur des instruments partiellement résiliés

G.2

(215 724

)

25 780

 

25 975

 

Impôts liés

I

(7 001

)

(7 376

)

(15 140

)

Profit net enregistré directement en capitaux propres

 

(238 717

)

16 256

 

13 724

 

Profit de la période - part du Groupe

 

40 605

 

38 929

 

130 320

 

Total des (pertes) / profits comptabilisés

 

(198 112

)

55 185

 

144 044

 

* Les états financiers au 30 juin 2018 ont été retraités sous IFRS 16 « Contrats de location » comme présentés à la note B.3.1 ci-dessous.

Les notes annexes font partie intégrante des états financiers consolidés. Les taux de change applicables aux états financiers sont indiqués à la note B.2 ci-dessous.

BILAN CONSOLIDÉ

En milliers d'euros

Note

30 juin
2019

31 décembre
2018

ACTIF

 

 

 

Écarts d’acquisition

F

20 392

 

20 392

 

Immobilisations incorporelles

F

149 823

 

158 493

 

Total des immobilisations incorporelles

 

170 215

 

178 885

 

Immobilisations mises en Concession

F

5 890 977

 

5 928 076

 

Immobilisations propres

F

620 479

 

550 258

 

Total des immobilisations corporelles

 

6 511 456

 

6 478 334

 

Impôts différés actif

I.2

210 686

 

210 358

 

Autres actifs financiers

G.3

371 587

 

358 473

 

Total des actifs non courants

 

7 263 944

 

7 226 050

 

Stocks

 

2 537

 

2 291

 

Clients et comptes rattachés

 

106 907

 

97 489

 

Autres créances

 

58 743

 

62 474

 

Autres actifs financiers

G.3

199

 

199

 

Trésorerie et équivalents de trésorerie

 

485 239

 

606 532

 

Total des actifs courants

 

653 625

 

768 985

 

Total de l’actif

 

7 917 569

 

7 995 035

 

PASSIF

 

 

 

Capital social

H.1

220 000

 

220 000

 

Primes d’émission

 

1 711 796

 

1 711 796

 

Réserves

H.4

(657 099

)

(361 117

)

Résultat de l’exercice

 

40 605

 

130 320

 

Écart de conversion

 

309 119

 

305 282

 

Capitaux propres

 

1 624 421

 

2 006 281

 

Engagements de retraite

 

107 967

 

87 003

 

Dettes financières

G.1

4 748 921

 

4 758 652

 

Autres dettes financières

G.4

48 157

 

57 206

 

Instruments dérivés de taux

G.2

992 753

 

748 398

 

Total des passifs non courants

 

5 897 798

 

5 651 259

 

Provisions

D.4

14 912

 

15 712

 

Dettes financières

G.1

57 172

 

55 094

 

Autres dettes financières

G.4

32 910

 

35 874

 

Dettes d’exploitation

 

219 285

 

191 368

 

Dettes diverses et produits constatés d’avance

 

71 071

 

39 447

 

Total des passifs courants

 

395 350

 

337 495

 

Total des passifs et capitaux propres

 

7 917 569

 

7 995 035

 

Les notes annexes font partie intégrante des états financiers consolidés. Les taux de change applicables aux états financiers sont indiqués à la note B.2 ci-dessous.

TABLEAU DE VARIATION DES CAPITAUX PROPRES CONSOLIDÉ

En milliers d'euros

Capital
social

Primes
d'émission

* Réserves
consolidées

Résultat

Écart de
conversion

Total

1er janvier 2018

220 000

1 711 796

(308 559

)

112 932

 

292 390

2 028 559

 

Transfert en réserves consolidées

112 932

 

(112 932

)

Paiement de dividende

(160 385

)

(160 385

)

Paiements fondés sur des actions

7 000

 

7 000

 

Acquisition / vente d'actions auto-détenues

(12 937

)

(12 937

)

Résultat de l'exercice

130 320

 

130 320

 

Résultat net enregistré directement dans l'État de résultat global :

 

 

 

 

 

 

▪ Gains et pertes actuariels sur avantages de personnel

(10 225

)

(10 225

)

▪ Impôts liés

222

 

222

 

▪ Variation de la valeur de marché des instruments de couverture de taux

(30 747

)

(30 747

)

▪ Recyclage de la juste valeur des instruments de couverture de taux partiellement résiliés

56 722

 

56 722

 

▪ Impôts liés

(15 140

)

(15 140

)

▪ Écarts de conversion

12 892

12 892

 

31 décembre 2018

220 000

1 711 796

(361 117

)

130 320

 

305 282

2 006 281

 

Transfert en réserves consolidées

130 320

 

(130 320

)

Paiement de dividende

(193 014

)

(193 014

)

Paiements fondés sur des actions **

4 871

 

4 871

 

Acquisition / vente d'actions auto-détenues

4 395

 

4 395

 

Résultat de la période

40 605

 

40 605

 

Résultat net enregistré directement dans l'État de résultat global :

 

 

 

 

 

 

▪ Gains et pertes actuariels sur avantages de personnel

(20 954

)

(20 954

)

▪ Impôts liés

1 125

 

1 125

 

▪ Variation de la valeur de marché des instruments de couverture de taux (G.2)

(244 200

)

(244 200

)

▪ Recyclage de la juste valeur des instruments de couverture de taux partiellement résiliés (G.2)

28 476

 

28 476

 

▪ Impôts liés

(7 001

)

(7 001

)

▪ Écarts de conversion

3 837

3 837

 

30 juin 2019

220 000

1 711 796

(657 099

)

40 605

 

309 119

1 624 421

 

* Voir note H.4 ci-dessous.
** Dont 2 446 milliers d’euros au titre des actions gratuites et 2 425 milliers d’euros au titre des actions de préférence.

Les notes annexes font partie intégrante des états financiers consolidés. Les taux de change applicables aux états financiers sont indiqués à la note B.2 ci-dessous.

TABLEAU DE FLUX DE TRÉSORERIE CONSOLIDÉ

En milliers d'euros

Note

1er semestre
2019

1er semestre
2018**

Exercice
2018

Marge d'exploitation (EBITDA) des activités poursuivies

D.1

255 315

 

259 463

 

569 105

 

Marge d'exploitation (EBITDA) des activités non poursuivies

C.2

(23

)

(48

)

(107

)

Ajustement de taux

*

(3 676

)

(904

)

(2 921

)

Variation des stocks

 

(245

)

(279

)

(448

)

Variation des créances courantes

 

(3 363

)

(11 023

)

(5 824

)

Variation des dettes courantes

 

30 964

 

33 012

 

27 741

 

Variation de trésorerie courante

 

278 972

 

280 221

 

587 546

 

Autres produits/(charges) opérationnelles

 

6 375

 

(3 297

)

(5 315

)

Impôts encaissés/(décaissés)

 

5 389

 

(5 373

)

(10 048

)

Flux de trésorerie net lié aux activités opérationnelles

 

290 736

 

271 551

 

572 183

 

Achats d'immobilisations

 

(101 047

)

(110 604

)

(268 671

)

Ventes d'immobilisations

 

370

 

17

 

18

 

Flux de trésorerie net lié aux activités d'investissement

 

(100 677

)

(110 587

)

(268 653

)

Opérations sur capital :

 

 

 

 

Dividende versé

 

(193 014

)

(160 385

)

(160 385

)

Exercice des stocks options

 

2 564

 

2 922

 

3 112

 

Rachat des actions propres

 

(14 923

)

(14 923

)

Flux net sur contrat de liquidité

 

2 771

 

(460

)

(1 238

)

Opérations financières :

 

 

 

 

Achat des obligations G2

 

(405 028

)

(401 189

)

Émission d'Obligations Sénior Garanties

 

550 000

 

Frais payés sur nouveaux emprunts

 

(48

)

(1 622

)

(13 851

)

Versement sur compte de réserve pour le service des Obligations Sénior Garanties

(19 940

)

Encaissement provenant d'emprunts

 

214 435

 

Service net de la dette :

 

 

 

 

Frais payés sur emprunts

 

(3 541

)

(3 546

)

(7 086

)

Intérêts versés sur emprunts

 

(92 432

)

(83 656

)

(174 313

)

Remboursement contractuel des emprunts

 

(24 718

)

(38 998

)

(63 374

)

Encaissement du remboursement contractuel des obligations G2

2 448

 

6 959

 

Intérêts versés et remboursement des dettes sur obligations locatives (IFRS 16)

B.3.1

(9 598

)

(9 387

)

(18 833

)

Intérêts reçus sur trésorerie et équivalents de trésorerie

 

1 311

 

938

 

1 842

 

Intérêts reçus sur autres actifs financiers

 

3 275

 

6 578

 

Flux de trésorerie net lié aux activités de financement

 

(310 982

)

(499 710

)

(306 641

)

Variation de trésorerie

 

(120 923

)

(338 746

)

(3 111

)

* L’ajustement résulte de la prise en compte des éléments du compte de résultat au taux de clôture.
** Les états financiers au 30 juin 2018 ont été retraités sous IFRS 16 « Contrats de location » comme présentés à la note B.3.1 ci-dessous.

Mouvements de la période

En milliers d'euros

1er semestre
2019

1er semestre
2018

Exercice
2018

Trésorerie et équivalents de trésorerie au 1er janvier

606 533

 

612 533

 

612 533

 

Incidence des variations des taux de change

(350

)

471

 

(2 886

)

Variation de trésorerie

(120 923

)

(338 746

)

(3 111

)

Variation des intérêts

(21

)

39

 

(4

)

Trésorerie et équivalents de trésorerie à la fin de la période

485 239

 

274 297

 

606 532

 

Les notes annexes font partie intégrante des états financiers consolidés. Les taux de change applicables aux états financiers sont indiqués à la note B.2 ci-dessous.

NOTES ANNEXES

Getlink SE est l’entité consolidante du Groupe. Son siège social est situé au 3 rue La Boétie, 75008 Paris, France, et ses actions sont cotées sur le marché d’Euronext à Paris et sur NYSE Euronext Londres. Le terme « Getlink SE » utilisé ci-après fait référence à la société holding régie par le droit français. Le terme « Groupe » concerne l’ensemble économique composé de Getlink SE et de ses filiales.

Les activités du Groupe sont notamment la conception, le financement, la construction et l’exploitation de l’infrastructure et du système de transport de la Liaison Fixe, selon les termes de la Concession (expirant en 2086) par le segment Eurotunnel, l’activité de fret ferroviaire du segment d’Europorte ainsi que la réalisation et l’exploitation (prévue mi-2020) de l’interconnexion électrique 1 GW dans le tunnel sous la Manche par ElecLink. L’activité maritime a été abandonnée en 2015 (voir note C.2 ci-dessous).

Les états financiers consolidés semestriels résumés 2019 ont été établis sous la responsabilité du conseil d’administration qui s’est tenu le 22 juillet 2019.

A. Événements importants

A.1 Brexit : sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne
Suite à la décision du référendum du 23 juin 2016 et le déclenchement de l’article 50 par le gouvernement britannique à fin mars 2017, la date officielle de sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne initialement fixée au 29 mars 2019 a été reportée au 31 octobre 2019. Malgré ce report, le contexte politique et économique au Royaume-Uni rend la situation toujours incertaine et le risque d’un Brexit sans accord reste réel.

Le Groupe a vu les premiers impacts de cette situation sur son activité au cours du premier semestre 2019, avec un marché Camions affecté par des actions de stockage puis de déstockage au Royaume-Uni et une certaine hésitation à voyager de la part de ses clients Passagers. Cette situation a été aggravée par les actions menées par les douaniers français entre mars et mai 2019.

Au cours de la période le Groupe a largement complété la mise en œuvre de son plan d’action et d’investissements lancé mi-2018 et destiné à maintenir la fluidité de passage de son trafic sur la période post-Brexit, quel que soit le contexte politique et règlementaire. Le report de la date officielle de sortie du Royaume-Uni n’a aucune incidence sur ce plan qui reste en vigueur.

Le Groupe a tenu compte de ce contexte dans la détermination des principales estimations et hypothèses établies dans le cadre de l’arrêté de ses états financiers consolidés résumés au 30 juin 2019, tel qu’exposé à la note B.4 ci-dessous.

A.2 Accord transactionnel avec le gouvernement britannique
Le 28 février 2019, le Groupe a conclu avec le secrétaire d’État britannique aux Transports un accord transactionnel, qui a mis un terme à une procédure juridique ouverte par le Groupe suite à la mise en place par le gouvernement britannique, fin 2018, de contrats de capacité avec trois compagnies de ferry dans le cadre de ses préparations pour un Brexit au 29 mars 2019.

Aux termes de cet accord le Groupe a accepté de retirer ses demandes moyennant le règlement par le gouvernement britannique de 33 millions de livres (38 millions d’euros) versée par tiers sur une période de trois ans. L’accord confirme également que le Groupe effectuera certains investissements sur ses sites.

Le 25 mai 2019, la compagnie P&O a lancé un recours contre le gouvernement britannique au titre de l’accord transactionnel conclu avec le Groupe en alléguant que celui-ci constituerait une aide d’état. Au 30 juin 2019, l’action est en cours d’instruction.

Au cours du premier semestre 2019, le Groupe a perçu un montant de 11 millions de livres (12 millions d’euros) au titre du premier versement prévu par cet accord. Ce paiement, sans impact sur le compte de résultat, est enregistré en produits constatés d’avance au bilan consolidé du Groupe au 30 juin 2019.

A.3 Projet ElecLink
Au cours de la période le Groupe a poursuivi les échanges avec la CIG, ainsi que le Channel Tunnel Safety Authority, le comité ad hoc et le groupe de travail de leurs experts pour permettre à celle-ci de prendre une décision globale sur l’autorisation de mise en service de l’interconnexion. De très nombreuses études complémentaires de sécurité et rapports d’experts indépendants ont été remis dans ce cadre. Parallèlement, les travaux de construction des stations de conversion ont été achevés conformément au calendrier d’origine. Dans ce contexte, le Groupe prévoit, à ce jour, une mise en service décalée de l’interconnexion à mi-2020, sans impact sur la saison d’hiver 2020 / 2021.

L’investissement dans le projet au cours du premier semestre 2019 s’élève à 71 millions d’euros, portant l’investissement total, depuis la prise de contrôle d’ElecLink par le Groupe en 2016, à 524 millions d’euros jusqu’au 30 juin 2019.

Par ailleurs au cours du premier semestre 2019, ElecLink a conclu un accord avec RTE confirmant sa participation dans le mécanisme de capacité française à partir de 2021.

B. Principes de préparation, principales règles et méthodes comptables

B.1 Déclaration de conformité
Les états financiers consolidés semestriels résumés ont été préparés en conformité avec le référentiel IFRS tel qu’adopté par l’Union européenne et applicable à cette date. Ils ont été préparés conformément à la norme IAS 34. Ainsi, ils ne comportent pas l’intégralité des informations requises pour des états financiers annuels complets et doivent être lus conjointement avec les états financiers consolidés de Getlink SE pour l’exercice clos le 31 décembre 2018.

B.2 Principes de préparation et de présentation des états financiers consolidés
Les états financiers consolidés semestriels de Getlink SE et de ses filiales sont établis au 30 juin.

Les états financiers consolidés semestriels résumés ont été préparés en utilisant les principes de conversion des devises définis dans les états financiers annuels au 31 décembre 2018.

Les taux moyens et de clôture des états financiers semestriels 2019 et 2018 et pour l’exercice 2018, ont été les suivants :

€/£

30 juin 2019

30 juin 2018

31 décembre 2018

Taux de clôture

1,115

1,129

1,118

Taux moyen

1,145

1,136

1,128

B.3 Évolution du référentiel comptable au 30 juin 2019
Les normes et interprétations utilisées et décrites dans les états financiers annuels au 31 décembre 2018 ont été complétées par les normes, amendements et interprétations dont l’application est obligatoire pour les exercices ouverts à compter du 1er janvier 2019.

B.3.1 Textes adoptés par l’Union européenne dont l’application est obligatoire
Les textes adoptés par l’Union européenne dont l’application est obligatoire pour les exercices ouverts à compter du 1er janvier 2019 sont les suivants :

  • IFRS 16 « Contrats de location » (voir ci-dessous) ;
  • interprétation IFRIC 23 « Incertitude relative aux traitements fiscaux » ;
  • modifications d’IAS 28 « Intérêts à long terme dans des entités associées et des coentreprises » ; et
  • modifications d’IAS 19 « Modification, réduction ou liquidation d’un régime ».

IFRS 16 « Contrats de location »
La norme IFRS 16 « Contrats de location » est d’application obligatoire aux exercices ouverts à compter du 1er janvier 2019. Jusqu’au 30 juin 2018, le Groupe a présenté les locations qualifiées de « simples » en engagements hors bilan. Comme exposé à la note B.2.2 des états financiers annuels au 31 décembre 2018, le Groupe a opté pour une application anticipée de cette norme pour l’exercice 2018.

IFRS 16 a une incidence importante dans la comptabilisation des contrats de location par les locataires :

  • Au bilan : reconnaissance à l’actif sous la forme d’un droit d’utilisation en contrepartie d’un passif de loyer pour tous les contrats de location quelle que soit leur nature (location simple ou location-financement) ;
  • Au compte de résultat : au lieu d’une charge d’exploitation, comptabilisation d’une charge d’amortissement et d’une charge d’intérêt ; et
  • Dans le tableau des flux de trésorerie, présentation des loyers payés parmi les flux de trésorerie liés aux activités de financement (auparavant en flux de trésorerie liés aux activités opérationnelles).

Conformément aux analyses faites au préalable et comme indiqué précédemment, l’impact de cette nouvelle norme concerne principalement le segment du fret ferroviaire, Europorte. Les actifs en location sont des locomotives et autre matériel roulant des sociétés d’Europorte, des locaux d’Europorte, Getlink et d’ElecLink ainsi que des véhicules de service.

Le Groupe a retenu la méthode de transition rétrospective modifiée avec :

  • l’utilisation d’un taux d’actualisation unique pour l’ensemble des contrats, partant du constat, analyse de sensibilité à l’appui, que la variation du taux avait très peu d’incidence sur le montant des ajustements, la durée résiduelle des contrats étant plutôt courte ;
  • l’exclusion des contrats dont la durée résiduelle est inférieure à 12 mois ; et
  • la comptabilisation du droit d’utilisation pour un montant équivalent à la dette de loyer.

Les tableaux ci-après présentent le passage entre les informations publiées au 30 juin 2018 sous IAS 17 et les informations retraitées en IFRS 16 à la même date.

Impacts sur le compte de résultat consolidé

 

1er semestre 2018

 

 

Information

Application d'IFRS 16

 

Information

En milliers d'euros

publiée

Segment
Eurotunnel

Segment
Europorte

Segment
ElecLink

Segment
Getlink

Total
Groupe

retraitée

Chiffre d'affaires

510 373

 

510 373

 

Charges d'exploitation

(260 297

)

580

 

8 601

 

206

 

9 387

 

(250 910

)

Marge d'exploitation (EBITDA)

250 076

 

580

 

8 601

 

206

 

9 387

 

259 463

 

Dotation aux amortissements

(77 353

)

(550

)

(7 991

)

(197

)

(8 738

)

(86 091

)

Résultat opérationnel courant

172 723

 

30

 

610

 

9

 

649

 

173 372

 

Autres produits / charges opérationnels

(2 303

)

(2 303

)

Résultat opérationnel

170 420

 

30

 

610

 

9

 

649

 

171 069

 

Coût de l'endettement financier net

(135 562

)

(135 562

)

Autres produits/charges financiers

1 380

 

(53

)

(855

)

(15

)

(923

)

457

 

Résultat des activités poursuivies avant impôts

36 238

 

(23

)

(245

)

(6

)

(274

)

35 964

 

Impôts sur les bénéfices des activités poursuivies

2 961

 

2 961

 

Résultat net des activités poursuivies

39 199

 

(23

)

(245

)

(6

)

(274

)

38 925

 

Résultat net des activités non poursuivies

4

 

4

 

Résultat net consolidé

39 203

 

(23

)

(245

)

(6

)

(274

)

38 929

 

Impacts sur le tableau des flux de trésorerie consolidés

 

1er semestre 2018

 

 

Information

Application d'IFRS 16

 

Information

En milliers d'euros

publiée

Segment
Eurotunnel

Segment
Europorte

Segment
ElecLink

Segment
Getlink

Total
Groupe

retraitée

Flux de trésorerie net lié aux activités opérationnelles

262 164

 

580

 

8 601

 

206

 

9 387

 

271 551

 

Flux de trésorerie net lié aux activités d'investissement

(110 587

)

(110 587

)


Intérêt et remboursement des dettes locatives

(580

)

(8 601

)

(206

)

(9 387

)

(9 387

)

Autres flux de financement

(490 323

)

(490 323

)

Flux de trésorerie net lié aux activités de financement

(490 323

)

(580

)

(8 601

)

(206

)

(9 387

)

(499 710

)

Variation de trésorerie

(338 746

)

(338 746

)

L’application des autres textes n’a pas eu d’impact significatif sur les comptes consolidés du Groupe.

B.3.2 Autres textes et amendements publiés par l’IASB mais non approuvés par l’Union européenne
Les textes suivants, concernant des règles et méthodes comptables appliquées spécifiquement par le Groupe, n’ont pas encore fait l’objet d’une approbation par l’Union européenne :

  • modifications d’IAS 1 et IAS 8 « Définition de l’importance relative » ;
  • IFRS 17 « Contrats d’assurance » ;
  • IFRS 14 « Comptes de report réglementaires » ;
  • modifications d’IFRS 10 et IAS 28 « Vente ou apports d’actifs entre un investisseur et une entreprise associée ou une coentreprise » ; et
  • modifications d’IFRS 3 « Définition d’une entreprise ».

L’impact potentiel de ces autres textes sera évalué par le Groupe au cours des exercices ultérieurs.

B.4 Utilisation d’estimations
La préparation des états financiers consolidés nécessite de retenir des estimations et des hypothèses qui influencent la valeur des actifs et des passifs du bilan, ainsi que le montant des produits et charges de la période. La direction du Groupe et le conseil d’administration revoient périodiquement les valorisations et les estimations sur la base de l’expérience et de tout autre élément pertinent utile pour la détermination d’une évaluation raisonnable et appropriée des actifs et passifs présentés au bilan. Par conséquent, les estimations sous-jacentes à la préparation des comptes consolidés semestriels au 30 juin 2019 ont été établies dans le contexte de la décision prise par le Royaume-Uni de sortir de l’Union européenne, tel que décrit à la note A.1 ci-dessus. En fonction de l’évolution de ces hypothèses, les réalisations pourraient s’avérer différentes des estimations actuelles.

L’utilisation d’estimations concerne principalement l’évaluation des immobilisations incorporelles et corporelles (voir note F), l’évaluation de la situation fiscale différée du Groupe (voir note I), l’évaluation des engagements de retraite du Groupe et de certains éléments de valorisation des actifs et passifs financiers (voir note G.5) ainsi que l’application de la norme IFRS 16 « Contrats de location » qui nécessite de recourir à des estimations, notamment pour la définition du contrat de location, l’estimation de la durée restante de chaque contrat de location et la détermination du taux d’actualisation.

B.5 Saisonnalité
Le chiffre d’affaires et le résultat opérationnel courant intermédiaires dégagés sont caractérisés par une saisonnalité sur l’année, notamment sur l’activité voiture des Navettes Passagers avec les périodes estivales. Les niveaux du premier semestre ne peuvent donc pas être extrapolés sur l’ensemble de l’exercice.

C. Périmètre de consolidation

C.1 Évolutions du périmètre de consolidation
Le périmètre de consolidation au 30 juin 2019 est identique à celui des états financiers annuels du Groupe au 31 décembre 2018.

C.2 Actifs destinés à la vente et activités non poursuivies
Segment maritime MyFerryLink
Depuis l’arrêt de son activité maritime au cours du deuxième semestre 2015, le Groupe applique la norme IFRS 5 « Actifs non courants destinés à la vente et activités non poursuivies » à son segment maritime. En 2017, le Groupe a cédé ses trois navires. Le Groupe fait l’objet de différents contentieux faisant suite à l’arrêt de son activité maritime, provisionnés à hauteur de 11 millions d’euros au 30 juin 2019.

Le résultat net des activités non poursuivies au premier semestre 2019 est une perte de 57 milliers d’euros (premier semestre 2018 : profit de 4 milliers d’euros, exercice 2018 : perte de 66 milliers d’euros). Le flux de trésorerie net lié aux activités non poursuivies au premier semestre 2019 est un décaissement net de 93 milliers d’euros (premier semestre 2018 : un décaissement net de 5 milliers d’euros, exercice 2018 : un décaissement net de 1 027 milliers d’euros).

D. Données opérationnelles

D.1 Information sectorielle
Comme exposé à la note A.1 des états financiers consolidés au 31 décembre 2018, le Groupe a procédé à une réorganisation juridique interne en 2018, et depuis décembre 2018 présente ses activités en scindant l’ancien segment « Liaison Fixe » en deux nouveaux segments : « Eurotunnel » et « Getlink ». Le Groupe est désormais organisé autour des quatre secteurs d’activité suivants, qui correspondent aux informations internes revues et utilisées par les principaux décideurs opérationnels (le Comité exécutif) :

  • le segment « Eurotunnel », incluant les Concessionnaires de la Liaison Fixe du tunnel sous la Manche et leurs filiales,
  • le segment « Europorte », qui a une activité principale d’opérateur de fret ferroviaire,
  • le segment « ElecLink », qui a pour activité la réalisation et l'exploitation de l’interconnexion électrique 1 GW dans le tunnel sous la Manche, et
  • le segment « Getlink » qui incorpore les services corporate du Groupe qui, depuis la réorganisation juridique interne sont suivis séparément du segment Eurotunnel ; le segment Getlink intègre les activités de la société mère du Groupe, Getlink SE, ainsi que de ses filiales directes et notamment le centre de formation ferroviaire CIFFCO.

Information par segment

En milliers d'euros

*Eurotunnel

Getlink

Europorte

ElecLink

Total des
activités
poursuivies

**Activités
non
poursuivies

Total

30 juin 2019

 

 

 

 

 

 

 

Chiffre d'affaires

456 554

626

 

65 862

523 042

523 042

EBITDA

250 663

(8 400

)

13 910

(858

)

255 315

255 315

Résultat opérationnel courant

175 330

(8 670

)

3 186

(1 202

)

168 644

168 644

Résultat des activités poursuivies avant impôt

37 910

(2 524

)

2 402

(1 010

)

36 778

36 778

Résultat net consolidé

 

 

 

 

40 662

(57

)

40 605

Investissements

39 106

1 366

 

1 060

70 700

 

112 232

112 232

Actifs immobilisés (incorporels et corporels)

5 892 812

5 591

 

101 572

681 696

 

6 681 671

6 681 671

Endettement financier hors Groupe

4 262 354

531 711

 

12 028

4 806 093

4 806 093

Au 30 juin 2018***

 

 

 

 

 

 

 

Chiffre d'affaires

449 414

1 190

 

59 769

510 373

510 373

EBITDA

252 776

(4 997

)

12 414

(730

)

259 463

259 463

Résultat opérationnel courant

177 846

(5 282

)

1 558

(750

)

173 372

173 372

Résultat des activités poursuivies avant impôt

33 207

4 243

 

748

(2 234

)

35 964

35 964

Résultat net consolidé

 

 

 

 

38 925

4

 

38 929

Investissements

23 403

835

 

943

114 544

 

139 725

139 725

Actifs immobilisés (incorporels et corporels)

5 963 105

4 018

 

120 371

510 980

 

6 598 474

6 598 474

Endettement financier hors Groupe

4 292 721

215 920

 

13 071

4 521 712

4 521 712

Au 31 décembre 2018

 

 

 

 

 

 

 

Chiffre d'affaires

955 986

2 428

 

121 035

1 079 449

1 079 449

EBITDA

559 374

(14 238

)

24 865

(896

)

569 105

569 105

Résultat opérationnel courant

407 950

(14 788

)

2 990

(991

)

395 161

395 161

Résultat des activités poursuivies avant impôt

130 150

479

 

1 385

(2 694

)

129 320

129 320

Résultat net consolidé

 

 

 

 

130 386

(66

)

130 320

Investissements

66 866

1 587

 

2 114

213 042

 

283 609

283 609

Actifs immobilisés (incorporels et corporels)

5 930 135

4 495

 

111 249

611 340

 

6 657 219

6 657 219

Endettement financier hors Groupe

4 271 614

529 577

 

12 555

4 813 746

4 813 746

* Un montant de 5 040 milliers d’euros au premier semestre 2019 (30 juin 2018 : 1 471 milliers d’euros, 31 décembre 2018 : 5 250 milliers d’euros) facturé par Eurotunnel à ElecLink dans le cadre du projet de l’interconnexion est éliminé lors de la consolidation dans les comptes du Groupe.
** Pour les activités non poursuivies, voir note C.2 ci-dessus.
*** Les états financiers au 30 juin 2018 ont été retraités sous IFRS 16 « Contrats de location » comme présentés à la note B.3.1 ci-dessus.

D.2 Achats et charges externes
Les achats et charges externes s’analysent comme suit :

En milliers d'euros

1er semestre
2019

1er semestre
2018**

Exercice
2018

Exploitation et maintenance : sous-traitance et pièces détachées

58 317

54 470

110 664

Énergie*

14 091

14 036

31 722

Coûts de vente et frais commerciaux

7 842

9 594

16 778

Coûts règlementaires, assurance et taxes

24 713

24 569

42 484

Frais généraux et coûts centraux

7 373

7 589

15 880

Sous-total Eurotunnel

112 336

110 258

217 528

Getlink

3 155

1 083

3 732

Europorte

26 661

24 018

48 270

ElecLink

601

382

668

Total

142 753

135 741

270 198

* Net d’une subvention au premier semestre 2019 de 3,9 millions d’euros (premier semestre 2018 de 3,9 millions d’euros) relative aux certificats d’Energie d’EDF au titre de l’exploitation des nouvelles Navettes Camions.
** Premier semestre 2018 retraité pour une présentation séparée des segments Eurotunnel et Getlink.

D.3 Autres produits et (charges) opérationnels

En milliers d'euros

1er semestre
2019

1er semestre
2018

Exercice
2018

Autres produits opérationnels

87

 

663

 

1 638

 

Sous-total autres produits opérationnels

87

 

663

 

1 638

 

Perte nette sur cession ou mise au rebut des immobilisations

(391

)

(2 196

)

(2 654

)

Autres

(3 913

)

(770

)

(1 438

)

Sous-total autres charges opérationnelles

(4 304

)

(2 966

)

(4 092

)

Total

(4 217

)

(2 303

)

(2 454

)

Les autres charges opérationnelles correspondent essentiellement à des frais juridiques et de conseil liés à des opérations non-récurrentes.

D.4 Provisions

En milliers d'euros

1er janvier
2019

Dotations

Reprises non-
utilisées

Reprises

Écart de
change

30 juin
2019

Activités poursuivies

4 514

(149

)

(670

)

19

3 714

Activité non poursuivie maritime (voir note C.2)

11 198

11 198

Total

15 712

(149

)

(670

)

19

14 912

E. Charges et avantages du personnel

Paiements fondés sur des actions

E.1 Plan collectif d’attribution gratuite d’actions sans conditions de performance
Suite à l’approbation par l’assemblée générale des actionnaires le 18 avril 2019 d’un plan collectif d’attribution gratuite d’actions existantes, le conseil d’administration de Getlink SE a procédé le 18 avril 2019 à une attribution d’un total de 447 750 actions ordinaires Getlink SE au bénéfice de l’ensemble du personnel salarié de Getlink SE et des sociétés ou groupements qui lui sont liées (à l’exclusion des dirigeants et mandataires sociaux de Getlink SE) à raison de 125 actions par salarié. La période d’acquisition de ces actions est d’un an et est suivie d’une période d'incessibilité de trois ans.

Par ailleurs, 527 800 actions gratuites attribuées en 2015 et 2018 ont été acquises par les salariés au cours du premier semestre 2019.

Évolution des actions gratuites

Nombre d'actions

2019

2018

En circulation au 1er janvier

535 800

 

573 075

 

Attribuées durant la période

447 750

 

348 700

 

Renoncées durant la période

(8 125

)

(24 675

)

Acquises durant la période

(527 800

)

(361 300

)

En circulation à la fin de la période

447 625

 

535 800

 

Données utilisées pour évaluer la juste valeur des actions gratuites à la date d’attribution

Année d'attribution

2019

Juste valeur moyenne des actions gratuites en date d'attribution (€)

13,08

 

Cours de l'action en date d'attribution (€)

14,03

 

Nombre de bénéficiaires

3 582

 

Taux d'intérêt sans risque (basé sur les obligations zéro coupon) :

 

1 an

-0,44

%

4 ans

-0,24

%

E.2 Programme d’attribution d’actions de préférence (sous conditions de performance) convertibles en actions ordinaires
L’assemblée générale des actionnaires du 18 avril 2019 a autorisé le conseil d’administration à attribuer aux dirigeants mandataires sociaux de Getlink SE et à certains cadres de la société et ses filiales, des actions de préférence d’un cent de valeur nominale chacune (actions E), sans droit de vote, convertibles en actions ordinaires de la société, sous conditions de performance, à l’issue d’une période de trois années. Le nombre total des actions de préférence ne peut donner droit à un nombre total supérieur à 1 500 000 actions ordinaires d’une valeur nominale de 0,40 € chacune. En vertu de cette autorisation, le conseil d’administration a approuvé le 18 avril 2019, l’attribution de 1 500 actions de préférence, chacune convertible à terme en un maximum de 1 000 actions ordinaires.

Caractéristiques et conditions des actions de préférence

Date d'attribution / principal personnel concerné

Actions de préférence attribuées

Ratio de conversion

Nombre
maximal
d'actions
ordinaires
permises

Conditions d’acquisition des droits

Durée
d’acquisition des droits

Actions de préférence attribuées aux principaux dirigeants et cadres supérieurs le 18 avril 2019 (actions E)

1 500

1 000

1 500 000

Condition de présence.
Condition de performance interne pour 50% du volume attribuable : repose sur la performance économique long-terme du Groupe appréciée par référence au taux moyen de réalisation des objectifs EBITDA annoncés au marché pour les années 2019, 2020 et 2021.
Condition de performance externe (TSR) pour 40% du volume attribuable : repose sur la performance boursière de l’action Getlink SE comparée à la performance de l’indice GPR Getlink SE à fin 2021.
Condition de performance interne RSE pour 10% du volume attribuable : repose sur la performance de l’Indice Composite RSE sur 3 ans.

3 ans

Données utilisées pour évaluer la juste valeur des actions de préférence à la date d’attribution
La juste valeur en date d’attribution des droits attribués aux salariés au titre du plan a été calculée en appliquant le modèle Monte-Carlo. Les données utilisées pour évaluer les justes valeurs en date d’attribution des plans fondés sur des actions ont été les suivantes :

 

Actions E

Juste valeur en date d'attribution (€)

9,62

 

Cours de l'action en date d'attribution (€)

14,03

 

Nombre de bénéficiaires

55

 

Taux d'intérêt sans risque (basé sur les obligations d'État) :

 

1 an

-0,30

%

2 ans

-0,27

%

3 ans

-0,21

%

E.3 Charges comptabilisées au compte de résultat

En milliers d'euros

1er semestre
2019

1er semestre
2018

Exercice
2018

Actions gratuites sans conditions de performance

2 409

1 551

3 485

Actions de préférence et actions gratuites
avec conditions de performance

2 243

1 492

3 051

Total

4 652

3 043

6 536

F. Immobilisations incorporelles et corporelles

Immobilisations incorporelles
Les immobilisations incorporelles sont constituées :

  • d’un écart d’acquisition résiduel au titre d’ElecLink de 20 392 milliers euros comptabilisé au 31 décembre 2017, résultant de la comptabilisation d’un passif d'impôt différé du même montant conformément à IAS 12 ;
  • d’un montant de 119 955 milliers d’euros au titre d’ElecLink (correspondent à l’estimation de la juste valeur à la date de l’acquisition d’ElecLink en 2016 de la licence et de l’exemption accordées à ElecLink par les régulateurs nationaux d’Energie qui sera amortie à partir de la date de mise en exploitation de l’interconnexion) ; ainsi que
  • d’un montant de 29 867 milliers d’euros au titre du droit d’utilisation des contrats de location en application d’IFRS 16.

Immobilisations corporelles
Les immobilisations propres sont constituées principalement du parc de matériel roulant des filiales Europorte et des travaux de construction du projet ElecLink.

Les acquisitions d’immobilisations au cours du premier semestre 2019 sont constituées principalement des travaux de construction du projet d’ElecLink.

Immobilisations corporelles en Concession et d’Europorte
Le Groupe n’a pas identifié d’indice de perte de valeur de ses actifs corporels ou incorporels au titre des activités de la Concession et d’Europorte au 30 juin 2019.

Immobilisations corporelles d’ElecLink
Au 30 juin 2019, le Groupe a procédé à un test de valeur d’utilité de l’UGT représentée par ElecLink. Ce test, effectué conformément aux règles et méthodes comptables décrites à la note F des états financiers consolidés au 31 décembre 2018 figurant à la section 2.2.1 du Document de Référence 2018 et en appliquant un WACC de 7,78%, confirme que la valeur d’utilité de l’ensemble des actifs de l’UGT ElecLink est supérieure à sa valeur comptable 30 juin 2019. En effectuant ces tests de valorisation, le Groupe s’est basé sur les meilleures estimations dont il disposait à la date de clôture des comptes et des tests de sensibilité ont été réalisés. Cependant, compte tenu de la construction en cours du projet ElecLink et du contexte actuel, notamment lié au Brexit, les hypothèses sur lesquelles ces estimations sont assises sont, de par leur nature, encore incertaines et les réalisations pourraient s’avérer différentes de ces estimations.

G. Financement et instruments financiers

G.1 Dettes financières
L’évolution des dettes financières pendant la période se présente comme suit :

En milliers d'euros

31
décembre
2018
publié

31
décembre
2018
recalculé *

Reclasse-
ment

Encaisse-
ment

Rembourse-
ment

Intérêts,
indexation
et frais

30 juin
2019

Obligations Sénior Garanties

529 577

529 577

2 134

 

531 711

Emprunt à Long Terme

4 217 050

4 212 130

(25 827

)

19 814

 

4 206 117

Emprunt Europorte

12 025

12 025

(932

)

12 025

(12 025

)

11 093

Total emprunts non courants

4 758 652

4 753 732

(26 759

)

12 025

(12 025

)

21 948

 

4 748 921

Emprunt à Long Terme

49 526

49 466

25 827

 

(24 188

)

117

 

51 222

Emprunt Europorte

530

530

932

 

(530

)

932

Intérêts courus sur emprunts:

 

 

 

 

 

 

 

Emprunt à Long Terme

5 038

5 032

(17

)

5 015

Emprunt Europorte

3

 

3

Total emprunts courants

55 094

55 028

26 759

 

(24 718

)

103

 

57 172

Total

4 813 746

4 808 760

12 025

(36 743

)

22 051

 

4 806 093

* Les emprunts au 31 décembre 2018 (calculés au taux de change de 1 £= 1,118 €) ont été recalculés au taux de change 30 juin 2019 (soit 1 £=1,115 €) pour faciliter la comparaison.

Emprunt Europorte
L’emprunt Europorte, d’un montant total de 12,6 millions d’euros au 31 décembre 2018, correspondait à un emprunt bancaire contracté en 2012 par Europorte SAS dans le cadre du financement de l’acquisition de certaines locomotives par ses filiales. La dernière échéance de cet emprunt d’un montant de 12 millions d’euros, due le 28 juin 2019, a été refinancée à cette date par un nouvel emprunt du même montant. Ce nouvel emprunt porte intérêt à un taux fixe de 2,51% et est remboursable sur une période de sept ans.

G.2 Instruments de couverture
En 2007, le Groupe a mis en place des instruments de couverture de sa dette à taux variable (tranches C1 et C2) sous forme de swaps de même durée et de même nominal (soit EURIBOR contre taux fixe de 4,90% et LIBOR contre taux fixe de 5,26%). Le montant nominal des swaps de couverture de flux de trésorerie est de 953 millions d’euros et de 350 millions de livres. Ces instruments ont été partiellement résiliés lors du refinancement de la tranche C de la dette au mois de juin 2017.

Ces instruments financiers dérivés sont comptabilisés au passif du bilan à leur juste valeur :

En milliers d'euros

31 décembre
2018

* Variations
de la valeur
de marché

Différence de
change

30 juin
2019

Contrats libellés en euros

545 456

211 555

757 011

Contrats libellés en livres

202 942

33 257

(457

)

235 742

Total

748 398

244 812

(457

)

992 753

* Enregistrées directement en capitaux propres.

Le montant négatif de la réserve de couverture de flux de trésorerie a évolué comme suit :

En milliers d'euros

31 décembre
2018

Recyclage de
la résiliation
partielle juin
2017

Variations
de la valeur
de marché

Différence de
change

30 juin
2019

Contrats libellés en euros

796 804

(20 797

)

211 555

987 562

Contrats libellés en livres

359 869

(7 679

)

33 257

(612

)

384 835

Total

1 156 673

(28 476

)

244 812

(612

)

1 372 397

Au premier semestre 2019, ces instruments dérivés ont généré une charge de 28 millions d’euros enregistrée au compte de résultat (premier semestre 2018 : une charge de 28 millions d’euros).

G.3 Autres actifs financiers

En milliers d'euros

30 juin
2019

31 décembre
2018

Obligations G2

331 755

332 711

Autres*

39 832

25 762

Total non courant

371 587

358 473

Intérêt courus sur les obligations G2

199

199

Total courant

199

199

* Dont 19 940 milliers d’euros détenus sur un compte DSRA conformément aux termes du Trust Deed pour les Obligations Sénior Garanties.

Au cours du premier semestre 2019, le Groupe a versé un montant de 14 millions d’euros au titre d’une caution relative au projet ElecLink.

G.4 Autres dettes financières

En milliers d'euros

30 juin
2019

31 décembre
2018

Frais sur opérations financières

33 123

36 181

Obligations locatives IFRS 16

15 034

21 025

Total non courant

48 157

57 206

Frais sur opérations financières

17 580

17 833

Obligations locatives IFRS 16

15 330

18 041

Total courant

32 910

35 874

G.5 Tableau de croisement des classes d’instruments financiers et catégories comptables et juste valeur
Le tableau ci-après présente la valeur comptable et la juste valeur des actifs financiers et des passifs financiers. Les différents niveaux de juste valeur sont définis à la note G.9 des états financiers consolidés au 31 décembre 2018.

Au 30 juin 2019

En milliers d'euros

 

 

Valeur comptable

 

 

 

Juste valeur

 

Classes d’instruments financiers

Note

Actifs
évalués
à la juste
valeur
par
résultat

Actifs
financiers
à la juste
valeur
par
capitaux
propres

Titres
au coût
amorti

Créances
au coût
amorti

Instruments
dérivés de
couverture

Passifs
au coût
amorti

Total de
la valeur
nette
comptable

Niveau
1

Niveau
2

Niveau
3

Total

Actifs financiers évalués à la juste valeur

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Autres actifs financiers non-courants

Actifs financiers non évalués à la juste valeur

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Autres actifs financiers non-courants / courants

G.3

371 786

371 786

390 885

390 885

Clients et comptes rattachés

 

106 907

106 907

Trésorerie et équivalents de trésorerie

485 239

485 239

485 239

485 239

Passifs financiers évalués à la juste valeur

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Instruments dérivés de taux

G.2

992 753

992 753

992 753

992 753

Passifs financiers non évalués à la juste valeur

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dettes financières

G.1

4 806 093

4 806 093

577 659

5 691 110

6 268 769

Autres dettes financières

G.4

81 067

81 067

Dettes d'exploitation

 

219 285

219 285

Au 30 juin 2019, l’information relative à la juste valeur de la dette financière a été déterminée conformément aux méthodes décrites à la note G.9 des états financiers consolidés annuels au 31 décembre 2018, et en tenant compte de l’évolution des courbes de taux au 30 juin 2019, à l’exception de la juste valeur des Obligations Sénior Garanties de 578 millions d’euros qui sont désormais évaluées sur la base de données observables sur un marché actif de négociations de gré à gré. En conséquence, un transfert de juste valeur de niveau 3 à niveau 2 a été effectué au 30 juin 2019.

G.6 Coût de l’endettement financier net

En milliers d'euros

1er semestre
2019

1er semestre
2018

Exercice
2018

Produits de trésorerie et d'équivalents de trésorerie

1 324

 

859

 

1 733

 

Total produits financiers

1 324

 

859

 

1 733

 

Intérêts sur emprunts avant couverture : Emprunt à Long Terme et autre

(83 587

)

(83 898

)

(166 838

)

Étalement des coûts de rupture des instruments de couverture

(28 476

)

(28 415

)

(56 723

)

Intérêts sur emprunts : Getlink

(9 972

)

(1 495

)

(7 922

)

Intérêts sur emprunts : Europorte

(271

)

(294

)

(577

)

Immobilisation d'intérêts sur le financement du projet ElecLink

10 176

 

6 370

 

14 921

 

Ajustement pour taux effectif

(5 905

)

(3 742

)

(8 496

)

Sous-total

(118 035

)

(111 474

)

(225 635

)

Indexation du nominal sur l'inflation

(16 591

)

(24 947

)

(45 356

)

Total du coût de l'endettement financier brut après couverture

(134 626

)

(136 421

)

(270 991

)

Total du coût de l'endettement financier net

(133 302

)

(135 562

)

(269 258

)

L’indexation du nominal sur l’inflation reflète l’effet estimé au 30 juin 2019 des taux annuels d’inflation français et britannique sur le montant en principal des tranches A de l’Emprunt à Long Terme, tel que détaillé à la note G.1.2 des états financiers consolidés annuels au 31 décembre 2018.

G.7 Autres produits et (charges) financiers

En milliers d'euros

1er semestre
2019

1er semestre
2018**

Exercice
2018

Gains de change latents *

5 553

 

3 293

 

16 017

 

Autres gains de change

3 800

 

1 762

 

9 746

 

Produits d'intérêts sur les obligations détenues par le Groupe

5 663

 

4 124

 

9 310

 

Autres

138

 

973

 

Autres produits financiers

15 016

 

9 317

 

36 046

 

Charges financières liées aux opérations financières :

 

 

 

 Frais des opérations de refinancement

15

 

(7

)

(1 740

)

 Frais sur acquisition des obligations

(2 779

)

(2 770

)

Sous-total

15

 

(2 786

)

(4 510

)

Pertes de change latentes *

(4 571

)

(3 710

)

(16 487

)

Autres pertes de change

(4 148

)

(1 422

)

(7 442

)

Charges d'intérêts sur contrats de location IFRS 16

(644

)

(923

)

(1 699

)

Autres

(15

)

(19

)

(37

)

Autres charges financières

(9 363

)

(8 860

)

(30 175

)

Total

5 653

 

457

 

5 871

 

Dont gains/(pertes) latents nets

982

 

(417

)

(470

)

* Essentiellement issus de la réévaluation des créances et dettes intragroupes.
** Les données au 30 juin 2018 ont été retraitées sous IFRS 16 « Contrats de location » comme présentés à la note B.3.1 ci-dessus.

H. Capitaux propres et résultat par action

H.1 Évolution du capital social

En euros

30 juin
2019

31 décembre
2018

550 000 000 actions ordinaires d’une valeur nominale chacune de 0,40€,
entièrement libérées

220 000 000,00

220 000 000,00

Actions de préférence de catégorie B d’une valeur nominale chacune de 0,01€,
entièrement libérées

0,28

Actions de préférence de catégorie C d’une valeur nominale chacune de 0,01€,
entièrement libérées

6,92

Actions de préférence de catégorie D d’une valeur nominale chacune de 0,01€,
entièrement libérées

11,27

Total

220 000 011,27

220 000 007,20

Au cours du premier semestre 2019 :

  • 28 actions de préférence de catégorie B créées dans le cadre du programme 2014 des actions de préférence convertibles en actions ordinaires et 692 actions de préférence de catégorie C créées dans le cadre du programme 2015 des actions de préférence convertibles en actions ordinaires ont été annulées ; et
  • 1 127 actions de préférence de catégorie D créées dans le cadre du programme 2018 des actions de préférence convertibles en actions ordinaires ont été créées.

Les plans des actions de préférence convertibles en actions ordinaires sont décrits à la note E.5.3 de l’annexe aux états financiers consolidés au 31 décembre 2018.

H.2 Actions auto-détenues
Les mouvements relatifs aux actions auto-détenues pendant la période sont les suivants :

 

Programme de
rachat d'actions

Contrat de
liquidité

Total

Au 1er janvier 2019

14 834 926

 

420 000

 

15 254 926

 

Actions transférées aux salariés (plans d'actions gratuites)

(958 904

)

(958 904

)

Exercice des options de souscription

(261 970

)

(261 970

)

Achat / (vente) net au titre du contrat de liquidité

(217 766

)

(217 766

)

Au 30 juin 2019

13 614 052

 

202 234

 

13 816 286

 

Les actions propres détenues dans le cadre du programme de rachat d’actions approuvé par les assemblées générales des actionnaires et mis en œuvre par décisions du conseil d’administration sont affectées à l’effet, notamment, de couvrir des plans d’options d’achat d’actions et d’attributions d’actions gratuites.

H.3 Profit / (perte) par action

H.3.1 Calcul du nombre d’actions

 

1er semestre
2019

1er semestre
2018

Exercice
2018

Nombre moyen pondéré :

 

 

 

– d'actions ordinaires émises

550 000 000

 

550 000 000

 

550 000 000

 

– d'actions propres

(14 519 188

)

(15 870 291

)

(15 689 634

)

Nombre d'actions retenu pour le calcul du résultat de base par action (A)

535 480 812

 

534 129 709

 

534 310 366

 

– effet des options de souscription

236 350

 

371 498

 

341 284

 

– effet des actions gratuites

2 312 365

 

2 913 188

 

2 918 944

 

– effet des actions de préférence

2 700 000

 

1 118 774

 

1 561 627

 

Nombre d'actions ordinaires potentielles (B)

5 248 715

 

4 403 460

 

4 821 855

 

Nombre d'actions retenu pour le calcul du résultat dilué par action (A+B)

540 729 527

 

538 533 169

 

539 132 221

 

Les calculs ont été effectués sur la base de :

  • l’hypothèse d’exercice de toutes les options de souscription attribuées et toujours en circulation au 30 juin 2019. L’exercice de ces options reste conditionné aux critères décrits à la note E.5.1 des états financiers consolidés au 31 décembre 2018 ;
  • l’hypothèse d’acquisition de toutes les actions gratuites attribuées aux salariés. Au premier semestre 2019, 527 800 des actions gratuites attribuées en 2015 et 2018 ont été acquises par les salariés et 447 750 nouvelles actions gratuites ont été attribuées (voir note E.1 ci-dessus). Les caractéristiques des actions gratuites sont décrites à la note E.5.2 des états financiers consolidés au 31 décembre 2018, et
  • l’hypothèse d’acquisition de toutes les actions de préférence gratuites attribuées et toujours en circulation au 30 juin 2019. La conversion de ces actions de préférence reste conditionnée à l’atteinte des objectifs et des critères de présence décrits à la note E.5.3 des états financiers consolidés au 31 décembre 2018.

H.3.2 Résultat net par action

 

1er semestre
2019

1er semestre
2018

Exercice
2018

Part du Groupe : profit / (perte)

 

 

 

Résultat net (en milliers d'euros) (C)

40 605

 

38 929

130 320

 

Résultat net par action (en euros) (C/A)

0,08

 

0,07

0,24

 

Résultat net par action après dilution (en euros) (C/(A+B))

0,08

 

0,07

0,24

 

Activités poursuivies : profit / (perte)

 

 

 

Résultat net (en milliers d'euros) (D)

40 662

 

38 925

130 386

 

Résultat net par action (en euros) (D/A)

0,08

 

0,07

0,24

 

Résultat net par action après dilution (en euros) (D/(A+B))

0,08

 

0,07

0,24

 

Activités non poursuivies : profit / (perte)

 

 

 

Résultat net (en milliers d'euros) (E)

(57

)

4

(66

)

Résultat net par action (en euros) (E/A)

(0,00

)

0,00

(0,00

)

Résultat net par action après dilution (en euros) (E/(A+B))

(0,00

)

0,00

(0,00

)

H.4 Détail des réserves consolidées par origine

En milliers d'euros

30 juin
2019

31 décembre
2018

Contrats de couverture

(1 372 397)

(1 156 673)

Stock options, actions gratuites, actions de préférence et actions propres

(92 682)

(101 949)

Retraite

(59 218)

(38 264)

Impôts différés

86 429

92 305

Report à nouveau

780 769

843 464

Total

(657 099)

(361 117)

Dividende
Le 18 avril 2019, l’assemblée générale ordinaire de Getlink SE a décidé le versement du dividende relatif à l’exercice 2018, d’un montant de 0,36 centimes d’euro par action. Ce dividende a été versé le 28 mai 2019 pour un montant total de 193 millions d’euros.

I. Impôts sur les bénéfices

I.1 Impôts comptabilisés au compte de résultat

En milliers d'euros

1er semestre
2019

1er semestre
2018

Exercice
2018

Impôts courants :

 

 

 

Impôts sur bénéfices

(2 505

)

(1 913

)

(3 582

)

Taxes sur les dividendes

34

 

Total des impôts courants

(2 505

)

(1 913

)

(3 548

)

Impôt différé

6 389

 

4 874

 

4 614

 

Total

3 884

 

2 961

 

1 066

 

L’impôt sur les bénéfices est déterminé en appliquant au résultat du semestre le taux effectif d’impôt estimé sur la base des prévisions internes pour l’ensemble de l’exercice. Le taux effectif d’impôt est de 10,6% au premier semestre 2019 (premier semestre 2018 : 8,2%) dû à l’impact de l’activation d’impôt différé au titre des déficits fiscaux.

I.2 Variation des impôts différés au cours de la période

 

 

 

2019 impact sur :

 

En milliers d'euros

Au 31
décembre
2018
publié

Au 31
décembre
2018
recalculé

le résultat

le bilan

l'état du
résultat
global

Au 30 juin
2019

Effets fiscal des différences temporelles liées aux :

 

 

 

 

Immobilisations

154 722

 

155 165

 

(3 700

)

151 465

 

Écart d'acquisition ElecLink

(20 392

)

(20 392

)

(20 392

)

Sursis d'imposition du profit de restructuration

(352 353

)

(352 353

)

(352 353

)

Contrats de couverture

89 111

 

89 110

 

(7 001

)

82 109

 

Pertes fiscales

332 062

 

331 251

 

10 089

 

341 340

 

Autres

7 208

 

7 392

 

1 125

 

8 517

 

Actifs / (passifs) d'impôts nets

210 358

 

210 173

 

6 389

 

(5 876

)

210 686

 

J. Événements postérieurs à la clôture de la période

Néant.

RAPPORT DES COMMISSAIRES AUX COMPTES SUR L’INFORMATION FINANCIÈRE SEMESTRIELLE 2019

Mesdames, Messieurs les Actionnaires,

En exécution de la mission qui nous a été confiée par l’assemblée générale et en application de l’article L.451-1-2 III du Code monétaire et financier, nous avons procédé à :

  • l’examen limité des comptes semestriels consolidés résumés de la société Getlink SE, relatifs à la période du 1er janvier 2019 au 30 juin 2019, tels qu’ils sont joints au présent rapport ;
  • la vérification des informations données dans le rapport semestriel d’activité.

Ces comptes semestriels consolidés résumés ont été établis sous la responsabilité du conseil d’administration. Il nous appartient, sur la base de notre examen limité, d’exprimer notre conclusion sur ces comptes.

I – Conclusion sur les comptes
Nous avons effectué notre examen limité selon les normes d'exercice professionnel applicables en France. Un examen limité consiste essentiellement à s’entretenir avec les membres de la direction en charge des aspects comptables et financiers et à mettre en œuvre des procédures analytiques. Ces travaux sont moins étendus que ceux requis pour un audit effectué selon les normes d’exercice professionnel applicables en France. En conséquence, l’assurance que les comptes, pris dans leur ensemble, ne comportent pas d’anomalies significatives obtenue dans le cadre d’un examen limité est une assurance modérée, moins élevée que celle obtenue dans le cadre d’un audit.

Sur la base de notre examen limité, nous n'avons pas relevé d’anomalies significatives de nature à remettre en cause la conformité des comptes semestriels consolidés résumés avec la norme IAS 34 - norme du référentiel IFRS tel qu’adopté dans l’Union européenne relative à l’information financière intermédiaire.

II – Vérification spécifique
Nous avons également procédé à la vérification des informations données dans le rapport semestriel d’activité commentant les comptes semestriels consolidés résumés sur lesquels a porté notre examen limité. Nous n’avons pas d’observation à formuler sur leur sincérité et leur concordance avec les comptes semestriels consolidés résumés.

Les commissaires aux comptes, Paris La Défense, le 22 juillet 2019

KPMG Audit
Département de KPMG S.A.

Philippe Cherqui
Associé

Mazars


Francisco Sanchez
Associé

ATTESTATION DU RESPONSABLE DU RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL AU 30 JUIN 2019

J’atteste, à ma connaissance, que les états financiers consolidés résumés pour ce semestre écoulé sont établis conformément aux normes comptables applicables et donnent une image fidèle du patrimoine, de la situation financière et du résultat de Getlink SE et de l’ensemble des entreprises comprises dans la consolidation, et que le rapport financier semestriel présente un tableau fidèle des évènements importants survenus pendant les six premiers mois de l’exercice, de leur incidence sur les états financiers consolidés semestriels résumés, des principales transactions entre parties liées ainsi qu’une description des principaux risques et des principales incertitudes pour les six mois restants de l’exercice.

Jacques Gounon,
Président-Directeur général de Getlink SE,
22 juillet 2019

GETLINK SE
Société européenne au capital de 220 000 011,27 euros
483 385 142 R.C.S. Paris
LEI : 9695007ZEQ7M0OE74G82
3 rue la Boétie, 75008 Paris – France
www.getlinkgroup.com

Contacts

Presse :
Anne-Laure Desclèves : 01.40.98.04.67
John Keefe : 03.21.00.44.91
Romain Dufour : 01.40.98.04.64
Nadiera Mondongue: 01.40.98.04.86

Analystes et Investisseurs :
Jean-Baptiste Roussille : 01.40.98.04.81
Michael Schuller : 03.21.00.87.49

Contacts

Presse :
Anne-Laure Desclèves : 01.40.98.04.67
John Keefe : 03.21.00.44.91
Romain Dufour : 01.40.98.04.64
Nadiera Mondongue: 01.40.98.04.86

Analystes et Investisseurs :
Jean-Baptiste Roussille : 01.40.98.04.81
Michael Schuller : 03.21.00.87.49