EJF adresse un courrier à Eurocastle Investment demandant un changement de stratégie et de nouveaux membres du Conseil d'administration

LONDRES--()--EJF Debt Opportunities Master Fund, L.P., le propriétaire bénéficiaire de 26,2% des actions de Eurocastle Investment Limited (AMS:ECT) ("Eurocastle" ou la "Société"), a adressé, aujourd'hui, un courrier au Conseil d'administration d'Eurocastle. La Société demande, par l'intermédiaire de ce courrier, un changement d'orientation stratégique de l'entreprise, suscitant des inquiétudes à propos des cinq questions suivantes:

  • La position de la Société dans doBank représente la moitié de la valeur générale de son actif net (VAN)
  • La Société continue de se négocier à escompte par rapport à la valeur de son actif net.
  • La décision du Conseil d'administration de détenir environ 27% de la valeur de son actif net (VAN) en liquidités non-investies
  • Les frais de gestion de la Société liés à sa position dans doBank, gérée de manière indépendante, sont également excessifs
  • La nécessité de disposer de davantage de membres indépendants du Conseil d'administration

Le texte intégral du courrier suit :

Le 24 mai 2018

Eurocastle Investment Limited

Regency Court

Glategny Esplanade

St Peter Port

Guernsey, GY1 1WW

Iles anglo-normandes

Conseil d'administration de Eurocastle Investment Limited :

M. Randal A. Nardsone

M. Jason Sherwill

M. Peter M. Smith

Dr. Simon J. Thornton

Mme. Claire Whittet

CC: Francesco Colasanti

Randal A. Nardone

Relations avec les investisseurs

Madame, Messieurs les membres du Conseil d'administration de Eurocastle Investment Limited:

EJF Debt Opportunities Master Fund, L.P. ("EJF") est le propriétaire bénéficiaire de 13.798.647 actions de Eurocastle Investment Limited (la "Société"), ce qui représente environ 26,2% du capital-actions comportant des droits de vote de la Société, excluant les actions détenues comme actions propres. Depuis trois ans, EJF est actionnaire régulier de la Société.

En notre qualité de principal actionnaire de la Société, nous vous écrivons afin d'exprimer notre préoccupation relative à l'orientation stratégique de la Société, quant à sa position dans le groupe doBank ("doBank") et le prix de ses actions, systématiquement négociées à escompte par rapport à leur valeur d'actif nette ("VAN"); la décision par le Conseil d'administration (le "Conseil") de conserver environ 27% de la VAN en liquidités; la facturation de frais de gestion en raison de la position de la Société dans doBank, qui est gérée de manière indépendante; et la nécessité de garantir une représentation accrue au sein du Conseil d'administration.

Premièrement, nous estimons que la Société devrait s'efforcer de monétiser ses investissements dans doBank à court terme avec un moyen clair pour en assurer l'exécution. La Société a poursuivi sa stratégie de placement fondamentale et utilisé les bénéfices décrits dans son prospectus, partiellement grâce à l'acquisition de doBank avant son retrait ultérieur du marché en 2017. Etant donné que doBank est cotée en Bourse et représente 49% de la valeur liquidative totale de la Société, moins une prime d'encouragement acquise de 34,5 millions d'euros, engagés au 31 mars pour chacun d'entre eux, la Société ne devrait pas détenir la moitié de ses actifs nets réévalués en une position unique cotée en Bourse. Si les actionnaires de la Société souhaitent posséder doBank, ils peuvent acheter les actions sur le marché libre au lieu de verser une redevance à FIG LLC (le "Gestionnaire") dans le but de réaliser ce même investissement.

Etant donné le gain intégré actuel de cet investissement et l'imprévisibilité des marchés des actions, des situations politiques et de la réglementation bancaire en Italie, nous croyons que la monétisation est appropriée et peut être obtenue via la vente potentielle de doBank à un acheteur stratégique- situation dont peut potentiellement tirer parti doBank en ajoutant, au fil du temps, des prêts non-productifs à son portefeuille. Nous faisons remarquer que les filiales de Fortress Investment Group LLC ("Fortress") investissent également dans doBank, et ne pensons pas que la Société devrait être gérée comme s'il s'agissait d'un fonds privé Fortress dans le cadre de ses stratégies d'investissement.

En deuxième lieu, la Société continue de négocier à escompte de sa VAN, ce qui, selon nous, va se poursuivre sauf si la Société et le Conseil d'administration adoptent une position stratégique différente. Nous considérons qu'il est possible de remédier à l'escompte de la VAN via la mise en oeuvre du programme d'achat sur l'open market, validé par les actionnaires de la Société lors de l'assemblée générale annuelle de 2016 et 2017. A ce jour, la Société n'a pas tenté de racheter ses propres actions dans le marché ouvert. Ce pouvoir peut être utilisé proactivement afin de tirer profit de la décote par rapport à la VAN pratiquée par la Société, tout en contribuant à la croissance de la VAN. Nous pensons que la monétisation de doBank grâce à sa vente à un acheteur stratégique permettra à la Société de réduire cet écart, et aux actionnaires de réaliser les bénéfices intégrés, liés à la position de la Société au sein de doBank.

Troisièmement, nous estimons que, à compter du 31 mai 2018, la Société détiendra environ 135 millions d'euros, soit approximativement 27% de sa VAN, en liquidités non-investies, ce qui, selon nous, est excessif et devrait être distribué aux actionnaires, tout en prévoyant une réserve de trésorerie suffisante. Bien que nous reconnaissions que la Société souhaite de temps en temps disposer de liquidités à des fins de réserve de trésorerie et d'exécution de sa stratégie d'investissement, nous estimons que l'obligation qu'a la Société de financer le fonds de roulement ainsi qu'un dividende régulier devrait être satisfaite via la génération de liquidités du portefeuille existant. Le fait de prévoir des engagements de trésorerie pour le fonds de roulement et les futurs dividendes représente une utilisation inefficace des liquidités, qui créé un frein à la performance de la Société. Nous tenons à souligner le commentaire précédent du Gestionnaire au sujet de son investissement dans FINO, affirmant que l'engagement en faveur d'un prix d'achat différé au cours des quelques prochaines années doit être financé via des flux de trésorerie du portefeuille.

Quatrièmement, nous pensons que le fait de facturer à doBank, une société publique gérée de manière indépendante, les frais de gestion totaux, est excessif car l'actionnaire majoritaire de cette société, Avio S.a.r.l. (une société détenue conjointement par Fortress et la Société), ne permet pas d'exercer d'activité de gestion et de coordination en faveur de doBank," selon les rapports financiers 2017 de ladite société. Le Gestionnaire facture actuellement une redevance de 1,5% de la VAN, excluant la trésorerie nette d'entreprise (la "VAN ajustée"). La VAN ajustée de la Société atteignait 352 millions d'euros au 31 mars 2018, dont 230 millions d'euros pour doBank. doBank est une entreprise autonome et, sur la base de ses propres rapports financiers, la participation de la Société dans doBank, ne requiert pas une gestion active de la part du Gestionnaire.

Cinquièmement, le Gestionnaire possède des associés au sein du Conseil d'administration et est également actionnaire de la Société. A la lumière des nombreux postes du Gestionnaire, dont celui de gestionnaire des fonds privés de Fortress qui co-investissent aux côtés de la Société, ils devraient disposer d'une représentation supplémentaire au sein du Conseil, afin de servir au mieux les intérêts de la Société et de ses actionnaires, et de minimiser les conflits potentiels, notamment liés à la participation de la Société dans doBank. Nous invitons le Gestionnaire à nommer deux directeurs au sein du Conseil d'administration, en concertation avec EJF et d'autres actionnaires.

Nous estimons que tous les actionnaires de la Société tireraient profit d'une discussion instaurée entre le Conseil d'administration, le Gestionnaire et les actionnaires de la Société, et portant sur comment maximiser la valeur au bénéfice des actionnaires.

Nous vous prions de croire, Madame, Messieurs, à l'expression de nos salutations distinguées.

EJF Debt Opportunities Master Fund, L.P.

Par: ____________________________________

Nom: Emanuel J. Friedman

Poste: Chief Executive Officer of EJF Capital LLC

A propos de EJF Debt Opportunities Master Fund, L.P.

EJF Debt Opportunities Master Fund, L.P. est gérée par EJF Capital LLC ("EJF Capital"), un cabinet de gestion d'actifs alternatif, détenu par ses employés, inscrit auprès de la SEC 1, dont le siège social se trouve dans la banlieue de Washington, D.C. EJF Capital gère environ 6,4 milliards d'USD2 de fonds de couverture, de comptes en gestion distincte et d'actifs de capital investissement, ainsi que 2,6 milliards d'USD2 d'actifs CDO via ses associés. EJF Capital a été fondé en 2005 par Manny Friedman et Neal Wilson, ainsi qu'une petite équipe de professionnels travaillant chez Friedman, Billings, Ramsey Group, Inc. EJF Capital emploie actuellement environ 80 professionnels dans trois bureaux situés à travers le globe (Arlington, en Virginie; Londres, en Angleterre, et Shanghai, en Chine).

____________________________

1  

L'enregistrement auprès de la US Securities and Exchange Commission n'implique nullement un niveau de compétence ou de formation précis.

2 A compter du 30 avril 2018, les actifs sous gestion de la société incluent 579,8 millions de capital non-appelé.

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Contacts

EJF
Hammad Khan, +44 203 752 6771
hkhan@ejfcap.com
ou
Hanbury Strategy
Kit Preston Bell, +44 7805 497 922
kit.prestonbell@hanburystrategy.com

Contacts

EJF
Hammad Khan, +44 203 752 6771
hkhan@ejfcap.com
ou
Hanbury Strategy
Kit Preston Bell, +44 7805 497 922
kit.prestonbell@hanburystrategy.com