Près d’un milliard de personnes à travers le monde souffrent d’apnée du sommeil, d’après les estimations internationales des experts en sommeil

Des chercheurs ont analysé des études de prévalence menées dans 16 pays, ainsi que des données de l’Organisation mondiale de la santé, et de la division World Population Prospects (Perspectives de la population mondiale), des Nations Unies

Woman wearing CPAP, the gold standard treatment for sleep apnea (Photo: Business Wire)

SAN DIEGO--()--Une nouvelle analyse des données présentée par ResMed (NYSE : RMD, ASX : RMD) cette semaine, dans le cadre du Congrès international ATS 2018 indique que la prévalence de l’apnée du sommeil touche plus de 936 millions de personnes dans le monde, soit près de 10 fois plus que les estimations précédentes.

L’étude « Global Prevalence of Obstructive Sleep Apnea (OSA) » [Prévalence mondiale de l’apnée obstructive du sommeil (AOS)], a été menée par un groupe international de chercheurs éminents, dans le but de définir clairement la portée de l’impact de l’affection chronique des troubles respiratoires du sommeil. Les estimations précédentes sur la prévalence de l’AOS (100 millions) provenaient d’une étude de l’Organisation mondiale de la Santé, datant de 2007, et basée sur les méthodes et les données disponibles à cette époque. Analysant les améliorations technologiques des méthodes de détection de l’AOS, et des statistiques sous-déclarées provenant d’autres parties du monde, cette dernière étude dépeint une population touchée, beaucoup plus nombreuse que celle identifiée précédemment.

« La recherche et les résultats sont une révélation dans le domaine de la recherche sur l’apnée du sommeil, et représentent un problème majeur de santé publique largement sous-estimé », a déclaré Adam Benjafield, vice-président des Affaires médicales chez ResMed, et chercheur principal de l’étude. « Cette nouvelle étude témoigne d’un besoin de sensibilisation accrue autour du diagnostic et du traitement de l’AOS dans le monde. »

L’apnée du sommeil est une maladie chronique occasionnant un arrêt momentané de la respiration pendant le sommeil du patient. Afin d’éviter la suffocation, le corps est incité par le cerveau à reprendre son souffle, le plus souvent sans que le patient en soit conscient. Ce cycle peut se reproduire des centaines de fois en une seule nuit, ce qui perturbe le déroulement normal du sommeil. Les affections potentiellement mortelles associées à l’AOS vont notamment de la fatigue chronique durant la journée, jusqu’aux pathologies cardiaques, un AVC, le diabète de type 2 ou la dépression. Selon des études antérieures, l’apnée du sommeil non diagnostiquée coûte près de 150 milliards USD rien qu’aux États-Unis, en raison de la perte de productivité, les accidents de la route et les accidents de travail qui lui sont imputables, un impact économique à majorer vraisemblablement si l’on considère le taux plus élevé de prévalence totale.

« Cette étude devrait encourager les médecins à expliquer à leurs patients les effets du sommeil sur l’état de santé général », a confié le Dr Carlos M. Nunez, directeur médical de ResMed. « Cela devrait également conduire plus de gens à s’interroger, “Suis-je, ou mon/ma partenaire est-il ou est-elle concerné(e) ?” Les patients atteints d’apnée du sommeil n’en sont pas conscients le plus souvent, et n’imaginent donc pas qu’ils peuvent soulager la fatigue chronique ou les risques de santé, plus dommageables à long terme, qui en découlent. Or, l’apnée du sommeil n’est pas une maladie qui touche essentiellement les hommes âgés et en surpoids, comme on pense quelquefois. Elle est présente dans toutes les tranches d’âge, tous les groupes raciaux et ethniques, et ce, quel que soit l’état de santé, aussi bien chez les hommes que chez les femmes. En fait, environ la moitié des patients récemment diagnostiqués sont des femmes. »

À propos de l’étude

En 2007, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) évaluait à plus de 100 millions le nombre de personnes atteintes d’AOS, tout en reconnaissant que ce chiffre n’était pas basé sur des données fiables.

Cette nouvelle étude, « Global Prevalence of Obstructive Sleep Apnea in Adults: Estimation Using Currently Available Data » (Prévalence mondiale de l’apnée obstructive du sommeil chez l’adulte : estimation basée sur les données actuellement disponibles) vise à évaluer le taux de prévalence de l’AOS chez l’adulte, à l’échelle mondiale. Les chercheurs ont identifié 16 pays où des publications sur la prévalence, basées sur des études objectives sur le sommeil, étaient disponibles ; après quoi ils ont appliqué les résultats à des régions auparavant sous-estimées. Après analyse des résultats, les estimations ont été extrapolées en considérant la population adulte, âgée de 30 à 69 ans, à l’échelle mondiale. Les statistiques sur la prévalence ont été appliquées aux données démographiques pour chaque pays, selon le sexe et l’indice de masse corporelle correspondants (un facteur de risque clé pour l’AOS). La prévalence de l’AOS a été estimée en fonction de la gravité de la maladie, telle que mesurée par l’indice d’apnée-hypopnée.

Le groupe d’experts convoqué par ResMed comprenait des représentants d’Amérique du Nord et du Sud, d’Europe, et de la région Asie-Pacifique.

À propos de ResMed

ResMed (NYSE : RMD, ASX : RMD), l’une des principales sociétés de santé connectée à l’échelle mondiale, compte plus de 5 millions d’appareils connectés au nuage pour la surveillance quotidienne et à distance des patients, et change la vie à chaque respiration. Ses appareils et solutions logicielles primés aident à traiter et à gérer l’apnée du sommeil, la maladie pulmonaire obstructive chronique et d’autres affections respiratoires. Son équipe forte de 6 000 personnes travaille à améliorer la qualité de vie des patients, à réduire l’impact des maladies chroniques, et à limiter les coûts des soins de santé dans plus de 120 pays. ResMed.com

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Contacts

ResMed
Pour les médias :
Jayme Rubenstein, +1 858.836.6798
news@resmed.com
ou
Pour les investisseurs :
David Pendarvis, +1 858.836.5000
investorrelations@resmed.com

Contacts

ResMed
Pour les médias :
Jayme Rubenstein, +1 858.836.6798
news@resmed.com
ou
Pour les investisseurs :
David Pendarvis, +1 858.836.5000
investorrelations@resmed.com