Elliott Advisors (UK) Limited répond aux déclarations de Vivendi

MILAN & LONDRES--()--Les dernières déclarations de Vivendi et du conseil d'administration qu'il contrôle chez Telecom Italia ("TIM" ou la "Société"), qui défendent son échec de gérance et attaquent le Comité des commissaires aux comptes, renforcent le point de vue d'Elliott selon lequel TIM a besoin d'un conseil d'administration véritablement indépendant, pour donner enfin la priorité aux intérêts des actionnaires via des efforts d'amélioration de la gouvernance et de la performance.

Sous le contrôle de Vivendi, TIM a subi une profonde et persistante sous-performance du cours de son action, répété de mauvaises décisions stratégiques, agi sans égard à la bonne gouvernance, et présenté de nombreux conflits d'intérêt.

Elliott pense que la déclaration de Vivendi du 17 avril (dont des extraits sont repris ci-dessous) manque de substance et regorge de platitudes qui ne répondent aucunement aux questions qui ont enlisé TIM sous la gérance de Vivendi. Fait révélateur, Vivendi se présente à l'envi comme le "principal" actionnaire de TIM. Cela n'est en fait pas le cas. Vivendi est de peu le plus grand actionnaire, et Elliott pense que les intérêts de Vivendi ne sont pas plus importants que ceux d'autres actionnaires de TIM. En outre, contrairement aux affirmations de Vivendi, Elliott est fermement d'avis qu'il n'est jamais trop tôt pour qu'une entreprise commence à générer de la valeur pour ses actionnaires. Enfin, lorsque les autorités italiennes déclarent publiquement que Vivendi est un actionnaire "atroce", il apparaît clairement que le statu quo n'est pas tenable.

L'heure du changement est arrivée chez Telecom Italia. Elliott pense que les actionnaires ont besoin d'un conseil uni, au lieu d'être divisé et embourbé dans des contentieux avec ses propres commissaires aux comptes. Les actionnaires méritent d'avoir l'opportunité de dégager une valeur significative en soutenant la proposition d'Elliott, qui commence par l'élection d'un conseil d'administration véritable indépendant le 24 avril.

Extraits de la déclaration de Vivendi datée du 17 avril:

  1. "Telecom Italia avait perdu plus de 70% de sa valeur de marché au cours des dix années précédant l'arrivée de Vivendi au conseil d'administration."

    La tendance négative du cours de l'action de TIM s'est accélérée depuis que les directeurs de Vivendi ont rejoint le conseil en décembre 2015. En à peine plus de deux ans, l'action TIM a chuté de plus de 35%1.
  2. "Vivendi a adopté une approche industrielle à l'égard de Telecom Italia, ce qui apporte un véritable avantage compétitif."

    Cette "approche industrielle" a profité à Vivendi, comme en témoignent des opérations entre parties liées permettant à Vivendi de récolter les fruits produits par les sociétés de son groupe, comme Canal Plus et Havas, aux dépens de TIM et de ses actionnaires.
  3. "D'après la législation italienne et les principes de gouvernance, et en qualité d'actionnaire principal de Telecom Italia, Vivendi a agi dans l'intérêt de la société dans son ensemble, et s'est assuré que le conseil d'administration et les structures de gouvernance sont en parfaite conformité avec la législation en vigueur."

    Il existe de nombreux exemples montrant que Vivendi a agi dans son seul intérêt, parmi lesquels: le blocage de la conversion des actions d'épargne; la violation du "pouvoir doré" et de la loi Gasparri; la nomination de directeurs non-indépendants; et la nomination de responsables à des fonctions conflictuelles, comme Michel Sibony. M. Sibony a été nommé chef de l'unité d'approvisionnement et du service immobilier lors de la réunion du conseil de TIM le 6 mars 2018, malgré le fait qu'il occupe plusieurs postes au sein du Groupe Bolloré, de Havas et de Vivendi (fournisseurs potentiels de TIM). Il a en outre été récemment nommé directeur de la valeur chez Vivendi.
  4. "En tant que principal actionnaire de Telecom Italia, Vivendi peut apporter de la stabilité et son expertise, tout en permettant à d'autres actionnaires d'investir et de prendre part à la reprise future."

    Il semblerait que, dans le passé, l'approche de Vivendi en matière d'actifs télécoms (SFR, GVT, Maroc Telecom) a consisté à négocier ces activités plutôt que de promouvoir la stabilité des investissements par le biais d'une gérance à long terme.
  5. "Vivendi a été le catalyseur de la reprise du cours de l'action Telecom Italia à un moment où les opérateurs télécoms en Europe et dans le monde ont subi des dépréciations considérables. […] L'action de Telecom Italia a dépassé de 17% la performance de ces homologues depuis juin 2017 (indice Stoxx Europe 600/Telcos)."

    Depuis que les directeurs désignés de Vivendi ont rejoint le conseil d'administration de TIM, l'action a perdu plus de 35% de sa valeur, une performance de 20% inférieure à l'indice Stoxx Europe 600/Telcos (SXKP). Même en prenant le point de référence de Vivendi au mois de juin 2017, la surperformance a été inférieure à 1% en comparaison avec l'indice2.
  6. "C'est cette reprise qui est à présent en danger."

    Elliott ne propose pas la refonte de l'équipe de direction de Telecom Italia, mais plutôt de corriger un bilan de faible gouvernance et de gérance insuffisante, deux tendances systémiques depuis la nomination des directeurs de Vivendi au conseil d'administration en décembre 2015.
  7. "Elliott a admis dans un récent document: "Depuis 2016, TIM a commencé à générer une croissance constante du chiffre d'affaires et du BAIIA."

    Cela confirme l'argument d'Elliott: l'équipe de direction n'est pas la source du problème. La performance morose du cours de l'action et les problématiques croissantes en matière de gouvernance doivent être corrigées.
  8. "Cela n'explique toujours pas comment cette proposition pourrait être appliquée avec un conseil d'administration divisé..."

    La gérance insuffisante et le non-respect des meilleures pratiques de gouvernance d'entreprise de Vivendi sont la raison même pour laquelle le conseil est divisé aujourd'hui. L'actuel conseil est tout sauf uni, comme l'illustre le récent vote 10-5 sur la question des contentieux avec les commissaires aux comptes de la Société (les 10 directeurs ayant voté en faveur de cette résolution ont tous été désignés par Vivendi). Elliott est d'accord sur le fait qu'un conseil divisé a un impact néfaste sur la Société et ses actionnaires. Cette division renforce l'argumentation d'Elliott visant à remplacer six des directeurs désignés par Vivendi par de nouveaux membres indépendants et hautement qualifiés, le 24 avril prochain.
  9. "...Elliott n'explique pas non plus comment imposer une nouvelle stratégie sur Amos Genish et son équipe pourrait améliorer les choses, sans le soutien du plus grand actionnaire de la société."

    Elliott n'impose aucun plan stratégique. Elliott est un actionnaire et propose des directeurs indépendants et hautement qualifiés pour remplacer les directeurs désignés par Vivendi au conseil de la Société.
  10. "En guise d'exemple, prenons le dégroupage de l'activité réseau, qui s'est soldé par un échec dans les quelques pays où il a été testé."

    Elliott défend qu'il incombe au conseil de directeurs indépendants d'analyser et d'évaluer les diverses alternatives possibles pour dégager de la valeur pour tous les actionnaires. La République tchèque, seul autre exemple européen de séparation volontaire de réseau dans le secteur des télécoms, a généré une valeur significative pour les actionnaires d'O2 Czech (ServiceCo), comme en témoigne le rendement total pour les actionnaires de pratiquement 400% depuis juin 2015.3
  11. "Vivendi a peut-être sous-estimé certaines caractéristiques uniques de l'Italie par le passé."

    Selon Elliott, le respect de l'État de droit (le "pouvoir doré" et la loi Gasparri), le respect des droits des actionnaires minoritaires, la nomination de directeurs hautement qualifiés et indépendants et le respect du Comité des commissaires aux comptes ne sont pas des caractéristiques uniques de l'Italie, mais des valeurs communes dans les économies des marchés développés.
  12. "Nous reconnaissons que le gouvernement et le législateur italiens ont un rôle important à jouer pour garantir une gestion adéquate de Telecom Italia et lui permettre d'assumer son rôle de pilier dans l'infrastructure des communications en Italie."

    Vivendi n'a pas réussi à coopérer avec le législateur et le gouvernement, non seulement dans le cas de Telecom Italia, mais aussi lors de sa précédente tentative de prise de contrôle hostile de Mediaset.
  13. "Avec le temps, le conflit entre certains investisseurs qui demandent des solutions miracles, et le véritable intérêt pour la nation italienne, qui réside dans un Telecom Italia fort et indépendant, deviendra plus évident."

    Les actionnaires de Telecom Italia se concentrent sur la création de valeur pour tous les actionnaires, apportée par une solide équipe de direction, et supervisée par un conseil d'administration totalement indépendant, avec une gouvernance appropriée. De l'avis d'Elliott, la liste actuellement proposée par Vivendi ne parviendra pas à promouvoir la gouvernance d'entreprise indépendante dont a si cruellement besoin la société.
  14. "Sous l'impulsion d'un actionnaire principal jouissant d'une vision industrielle à long terme et de l'engagement nécessaire, l'équipe de direction peut se concentrer sur l'exécution de cette stratégie."

    Elliott pense que l'équipe de direction devrait être dirigée par l'actuel CEO et le conseil d'administration, plutôt que par un seul actionnaire. Elliott n'a pas été en mesure de donner un exemple d'une société de télécoms nécessitant qu'une société de médias contrôle son conseil d'administration afin de créer de la valeur pour ses actionnaires.
  15. "Nous pensons que Vivendi a fait preuve d'engagement, et a été un catalyseur de changement."

    Elliott pense que la contre-performance du cours de l'action, les enquêtes CONSOB, et les commentaires des directeurs indépendants et des ministres italiens démontrent clairement que Vivendi a échoué dans sa responsabilité de gérance et de catalyseur pour générer de la valeur aux actionnaires de TIM.
  16. "Nous avons proposé une liste de candidats pour le conseil qui soutiennent pleinement l'équipe de direction et son approche."

    Elliott, ainsi que ses conseillers en procuration Glass Lewis, ISS et Frontis Governance, sont d'avis que sa liste est une amélioration notoire par rapport à celle proposée par Vivendi, en termes de crédibilité, d'expérience ciblée et de soutien pour l'équipe de direction.
  17. "Nous avons attentivement écouté les points de vue des autres parties prenantes pour élaborer cette liste."

    Vivendi a peut-être écouté les points de vue des autres parties prenantes, mais les a de toute évidence ignorés: Vivendi a, pour la plupart, présenté les mêmes directeurs que ceux qui ont démissionné en mars 2018, y compris ceux qui seraient indépendants, selon Vivendi.

***

À propos d’Elliott

Elliott Management Corporation gère deux fonds multi-stratégie qui, ensemble, représentent approximativement 35 milliards de dollars d'actifs sous gestion. Son fonds phare, Elliott Associates, L.P., a été créé en 1977, ce qui en fait l'un des plus anciens fonds de son genre sous gestion continue. Parmi les investisseurs des fonds d'Elliott figurent des régimes de retraite, des fonds souverains, des fonds de dotation, des fondations, des fonds de fonds, et des employés de la société. Elliott Advisors (UK) Limited est une filiale d'Elliott Management Corporation.

Notre approche à l'égard de TIM est cohérente avec celle que nous adoptons pour un grand nombre de nos investissements actuels et passés. Nous avons investi beaucoup de temps et de ressources pour comprendre le fonctionnement de TIM, en faisant notamment appel à de nombreux conseillers et consultants avec lesquels nos associés ont travaillé en étroite collaboration. Nous croyons fermement aux conclusions que nous avons tirées dans le cadre de ces travaux.

1     Calculé du 15 décembre 2015 au 5 mars 2018 (dernière date cotation non perturbée avant la divulgation de la prise d'intérêt d'Elliott dans TIM).
2 Calculé du 1er juin 2017 au 5 mars 2018 (dernière date cotation non perturbée avant la divulgation de la prise d'intérêt d'Elliott dans TIM).
3 Rendement total pour les actionnaires d'O2 Czech Republic (TELEC CP) depuis le 1er juin 2015 (date de la scission avec CETIN) au 17 avril 2018.
 

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Contacts

Médias
Londres
Elliott Advisors (UK) Limited
Sarah Rajani CFA, +44 (0) 20 3009 1475
srajani@elliottadvisors.co.uk
ou
Milan
Verini & Associates
Marcella Verini, +39 (02) 4539 5500
mverini@verinieassociati.com
ou
Actionnaires
Georgeson
Stefano Marini
+39 (06) 42171 201
+34 (91) 7012170
s.marini@georgeson.com

Contacts

Médias
Londres
Elliott Advisors (UK) Limited
Sarah Rajani CFA, +44 (0) 20 3009 1475
srajani@elliottadvisors.co.uk
ou
Milan
Verini & Associates
Marcella Verini, +39 (02) 4539 5500
mverini@verinieassociati.com
ou
Actionnaires
Georgeson
Stefano Marini
+39 (06) 42171 201
+34 (91) 7012170
s.marini@georgeson.com