D’après la Geneva Association, les écarts en matière de protection d'assurance sont plus marqués dans le cyberespace et la santé que dans les catastrophes naturelles

ZURICH--()--Les écarts en matière de protection d'assurance dans la santé et les risques cybernétiques ne sont pas suffisamment étudiés alors que leurs insuffisances de protection respectives sont plus marquées que pour le risque de catastrophe naturelle, c’est ce que révèle l’étude « Understanding and Addressing Global Insurance Protection Gaps » (Comprendre les écarts mondiaux en matière de protection d'assurance et y répondre) publiée aujourd’hui par la Geneva Association.

Le rapport souligne que l’écart en matière de protection face aux risques cybernétiques (c.-à-d. la part de pertes non assurées dans les pertes totales) dans le cadre de divers scénarios est estimé à environ 90 pour cent, représentant 0,5 pour cent du produit intérieur brut (PIB) mondial ; tandis que l’écart en matière de protection de la santé, en utilisant les dépenses restant à charge (c.-à-d. la part des dépenses qu’un assuré doit payer directement au professionnel de santé, sans remboursement par un tiers) comme indicateur, s’élève à environ 2 pour cent du PIB mondial. En comparaison, l’écart en matière de protection face aux catastrophes naturelles, bien qu’encore important, représente seulement 0,2 pour cent du PIB mondial.

Anna Maria D’Hulster, secrétaire générale de la Geneva Association, a déclaré : « Les expositions au risque tendent à croître plus vite que les primes d’assurance, rendant les individus, les foyers, les sociétés et le secteur public de la même façon insuffisamment assurés. C’est un fait bien documenté qu’en moyenne seulement un tiers des pertes consécutives aux catastrophes naturelles sont assurées. Dans d’autres domaines également, de l’agriculture à l'assurance-vie temporaire, les personnes achètent moins d’assurance que ce qui est financièrement avantageux. De plus, la transformation numérique des économies modernes crée un écart important entre l’exposition au risque cybernétique et les options de gestion et de transfert du risque disponibles. »

Les causes premières des écarts en matière de protection d'assurance résident dans des facteurs - tant du côté de la demande que du côté de l’offre - affectant la demande pour des services d’assurance et leur fourniture, d’après l’étude. Du côté de la demande, de tels facteurs incluent l'accessibilité financière, l’attrait du produit et la qualité de service, ainsi que la confiance accordée par l'assuré. Du côté de l’offre, les coûts de transaction et les limites d’assurabilité sont cités parmi les imperfections du marché qui retiennent la fourniture d’assurance.

Lorsqu’on explore l’étendue et les causes premières des écarts en matière de protection d'assurance ainsi que les remèdes potentiels, il est essentiel de faire une distinction attentive entre les marchés en développement (frontières), les marchés émergents et les marchés matures. Comme le montre l’étude, par exemple, les progrès réalisés pour réduire les écarts en matière de protection face aux catastrophe naturelles sont restés largement confinés aux économies avancées. En outre, la possibilité que les dépenses de santé restant à charge atteignent des dimensions catastrophiques est particulièrement prononcée dans les pays à revenu faible et dans ceux à revenu intermédiaire faible.

Kai-Uwe Schanz, conseiller en chef à la Geneva Association et auteur du rapport, a déclaré : « La configuration des causes premières est la base pour concevoir des remèdes et déterminer le ‘partage des responsabilités’ le plus prometteur entre les assureurs, les gouvernements et les autres parties prenantes. Comme il est impératif d’aborder les problèmes aussi bien du côté de la demande que du côté de l’offre de manière holistique et simultanée, un effort conjoint des parties prenantes en combinaison avec une perspective transcendant les domaines d'activité et les silos géographiques semble être une condition nécessaire pour réduire efficacement les écarts en matière de protection. »

FIN

Lisez le rapport : Understanding and Addressing Global Insurance Protection Gaps

Lisez un résumé de recherche de 4 pages

Interviews disponibles sur la chaîne YouTube de la Geneva Association

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Contacts

Geneva Association
Daniel Perez-Whitaker
Directeur des communications
+41-44-200-4906
daniel_perezwhitaker@genevaassociation.org
ou
Isabel Barratt
Responsable des communications
+41-44-200-4996
isabel_barratt@genevaassociation.org

Contacts

Geneva Association
Daniel Perez-Whitaker
Directeur des communications
+41-44-200-4906
daniel_perezwhitaker@genevaassociation.org
ou
Isabel Barratt
Responsable des communications
+41-44-200-4996
isabel_barratt@genevaassociation.org