Le président Clinton s’adresse aux responsables des soins de santé lors du Sommet mondial sur la sécurité des patients, la science et la technologie

Remise de prix humanitaires au secrétaire d’État britannique à la santé, et au vice-président du centre médical Parrish, pour leurs récents efforts visant à améliorer la sécurité des patients

President Bill Clinton sat down for a question and answer session with Joe Kiani on Day Two of the 6th Annual World Patient Safety, Science & Technology Summit, Co-Convened by European Society of Anaesthesiology. (Photo: Business Wire)

LONDRES--()--Comment le président Clinton changerait-il les soins de santé s’il était président des États-Unis aujourd’hui ? C’était l’une des nombreuses questions auxquelles a répondu le 42e président des États-Unis lors de sa rencontre avec des responsables de la santé durant le 6e Sommet mondial sur la sécurité des patients, la science et la technologie, coorganisé avec la Société européenne d’anesthésiologie. Le discours captivant du président Clinton, et la remise d’un prix humanitaire spécial au secrétaire d’État britannique à la santé, Jeremy Hunt, ainsi qu’au vice-président des soins infirmiers du centre médical Parrish, Edwin Loftin, ont été les temps forts de la deuxième journée du Sommet mondial sur la sécurité des patients, la science et la technologie.

Des experts médicaux, des PDG et des défenseurs des patients se sont réunis pour relever les plus récents défis en matière de sécurité des patients. Des groupes de discussion ont abordé les questions suivantes : la réduction du nombre croissant d’accouchements par césariennes inutiles, l’élimination des décès de nourrissons, et comment l’avenir des technologies médicales doit privilégier l’interopérabilité des dispositifs médicaux et des systèmes d’information afin de prévenir les erreurs médicales.

ALLOCUTION INAUGURALE DU PRÉSIDENT CLINTON

Grandement ovationné dès son entrée dans la salle, le président Clinton a demandé aux personnes rassemblées de se concentrer sur la somme de leurs efforts collectifs visant à éliminer les décès évitables dans les hôpitaux, un objectif qui pourrait promettre à de nombreuses générations un avenir meilleur.

« J’ai vécu assez longtemps pour savoir que dans chaque entreprise il n’y a ni victoires définitives ni défaites permanentes. Ce qui compte, c’est le cadeau permanent du choix et de la vie », a dit en exergue le président Clinton.

Dans tous les aspects du domaine des soins de santé, il a encouragé les divers participants, PDG, experts médicaux et défenseurs des patients à se concentrer sur les résultats de leurs efforts, en affirmant : « Tout ce que nous faisons a plus de sens dès lors nous permettons aux autres de vivre un jour de plus ».

En prolongeant le message du Dr Tedros, directeur général de l’Organisation mondiale de la Santé, le Président Clinton a incité les participants à poursuivre l’ambitieux projet d’éliminer les préjudices évitables et de commencer à répandre le mouvement dans le monde en développement. Avant de terminer son discours, le président a participé, depuis la scène, à une séance de questions et réponses avec le fondateur de la Fondation du Mouvement pour la sécurité des patients, Joe Kiani. Il a évalué l’état du secteur de la santé aux États-Unis, parlé des compagnies d’assurance, et même évoqué ce qu’en tant que président, il ferait.

« Je pense que le budget de la santé devrait être organisé autour des plus gros problèmes et des plus grandes opportunités », a expliqué le président Clinton. « Nous avons fait quelques progrès dans ce domaine, mais si nous examinons les autres budgets de soins de santé, Medicare, Medicaid et l’administration des anciens combattants (VA), ils sont en grande partie organisés pour prendre en charge les laissés pour compte. À première vue, c’est une bonne chose. Mais si vous constatez que vous négligez de plus grandes opportunités, par exemple, en matière de décès prématurés dans les hôpitaux, alors je pense que nous devons les saisir. »

L’ANESTHÉSIOLOGIE OUVRE LA VOIE

Stefan de Hert, le président de la Société européenne d’anesthésiologie qui coorganisait le sommet, a ouvert la deuxième journée avec une évaluation de la sécurité périopératoire. Le domaine de l’anesthésiologie a fait d’importants progrès en matière de sécurité des patients. Au cours des 25 dernières années, les décès liés à l’anesthésie ont diminué, passant de 1 pour 5 000 à 1 pour 300 000 ! Le Prof. De Hert a décrit la sécurité dans ce domaine et le rôle critique que jouent les anesthésistes dans les prestations de soins périopératoires.

Pour atteindre les normes de sécurité les plus élevées, le Prof. De Hert a souligné l’importance des soins personnalisés et la nécessité de ressources financières et humaines adéquates pour fournir des outils pratiques. Le Prof. De Hert a utilisé la Déclaration d’Helsinki, de l’ESA et de l’EBA pour la sécurité des patients en anesthésie, comme la vision européenne commune de ce qui est requis pour améliorer la sécurité des patients. Il a aussi recommandé des mesures concrètes que tous les anesthésistes peuvent inclure dans leur pratique.

LE TRÈS HONORABLE JEREMY HUNT ET EDWIN LOFTIN REÇOIVENT DEUX PRIX HUMANITAIRES DE SÉCURITÉ DES PATIENTS

La deuxième journée s’est terminée par la remise des prix humanitaires annuels décernés aux personnes qui se sont récemment distinguées dans le domaine de la sécurité des patients. Cette année, les prix ont honoré la mémoire de Beau Biden et de Steven Moreau pour leur impact et leur dévouement à la fonction publique.

En tant que procureur général du Delaware et membre de la garde nationale de l’armée, Beau Biden a consacré sa vie au service public. En tant que procureur général, Beau s’est consacré à la sécurité des autres, en particulier des enfants. En son honneur, le premier prix humanitaire Beau Biden a été remis au Très Honorable Jeremy Hunt. Le secrétaire d’État, Jeremy Hunt a montré que la sécurité des patients était au cœur de son travail. En faveur de la sécurité des patients, il a créé des lois qui incitent le personnel de santé à éliminer les décès évitables dans les hôpitaux du NHS, donnant ainsi l’exemple au monde entier.

« Depuis 2013, Jeremy Hunt travaille sans relâche pour améliorer la sécurité des patients et développer une culture d’ouverture et de transparence au sein du Service national de santé. Sous la direction du secrétaire d’État, Jeremy Hunt le NHS du Royaume-Uni est devenu le premier système de santé à rapporter et publier chaque trimestre le nombre de décès évitables survenus dans chaque hôpital. Par ailleurs, le NHS publie chaque année les principaux enseignements et les améliorations apportées pour éliminer les décès évitables. Son travail dans la mise en œuvre d’enquêtes indépendantes sur les erreurs médicales comprend des éléments du programme CANDOR tel que développé par l’Agence pour la recherche et la qualité en soins de santé (AHRQ), un programme qui a fait ses preuves en réduisant d’environ 65 % les incidents graves affectant la sécurité des patients », a précisé Joe Kiani, fondateur et président de la Patient Safety Movement Foundation.

M. Kiani a poursuivi : « En 2017, le secrétaire d’État, Jeremy Hunt a défendu un projet de loi visant, pour la première fois, à créer un organisme d’enquête entièrement indépendant qui cherche à trouver des réponses en cas d’erreur médicale plutôt que de jeter le blâme. Sa passion pour les patients et leurs familles ne s’est pas limitée aux frontières du Royaume-Uni. En créant le Sommet ministériel mondial sur la sécurité des patients, le secrétaire d’État, Jeremy Hunt a invité ses collègues du monde entier à apprendre et à agir pour corriger les problèmes de sécurité des patients, lesquels se traduisent par plus de 3 000 000 de décès évitables par an dans le monde. Le troisième Sommet ministériel mondial sur la sécurité des patients se tiendra à Tokyo à la mi-avril. Dès le premier jour du Sommet de 2018, le secrétaire d’État, Jeremy Hunt a annoncé de nouvelles mesures sans précédent en vue d’améliorer la sécurité des patients dans le NHS, des mesures qui devraient sauver 22 000 vies chaque année au Royaume-Uni ».

Le deuxième prix humanitaire a été décerné en mémoire de Steven Moreau, ancien président-directeur général de l’hôpital St. Joseph d’Orange, et membre du conseil d’administration de la Patient Safety Movement Foundation. Steve Moreau s’est consacré à aider les autres tant par le travail qu’en donnant de son temps. En charge du développement des célèbres centres d’excellence dans les domaines du cancer, du cœur et de l’orthopédie vasculaire, Steve Moreau était un ardent défenseur de l’élimination des préjudices évitables dans les hôpitaux. Le premier prix humanitaire Steven Moreau a été remis à Edwin Loftin, vice-président des soins infirmiers du centre médical Parrish en Floride.

« Edwin Loftin s’est engagé dans le Mouvement pour la sécurité des patients en 2016, et dès lors, il s’est impliqué de même que le centre médical Parrish avec beaucoup d’enthousiasme. À l’époque, le Parrish a pris tant d’engagements pour mettre en œuvre des processus censés réduire les erreurs médicales, que notre personnel croyait qu’il s’agissait d’une erreur. Mais quand nous avons posé la question à Edwin Loftin, il a répondu : « Pourquoi hésiterions-nous à prendre tous ces engagements ? »

Connu pour promouvoir des soins centrés sur la personne et la famille dans les hôpitaux, Edwin Loftin a poussé le centre médical Parrish à devenir le premier dans le pays à mettre en œuvre toutes les APSS. Cette année, le centre médical Parrish est devenu le premier hôpital au monde à recevoir la cote cinq étoiles de la Patient Safety Movement Foundation en reconnaissance de son engagement envers la sécurité des patients, et pour avoir mis en œuvre tous les processus PSMF dont on sait que les effets préventifs permettent d’éviter que des erreurs médicales ne deviennent fatales. Pour en savoir plus, consultez le site www.patientsafetymovement.org.

À propos de la Patient Safety Movement Foundation :

Plus de 200 000 patients américains et trois millions de patients à travers le monde meurent chaque année de causes évitables. La Patient Safety Movement Foundation (PSMF) a été créée grâce au soutien de la Masimo Foundation for Ethics, Innovation, and Competition in Healthcare, dans le but de réduire à zéro le nombre des décès évitables d’ici 2020 (0X2020). L’amélioration de la sécurité des patients demandera la collaboration de tous les intervenants, y compris les patients, les prestataires de soins de santé, les sociétés de technologie médicale, les autorités gouvernementales, les employeurs et les payeurs du secteur privé. La PSMF travaille avec tous les intervenants pour s’attaquer aux différents problèmes à l’aide de solutions concrètes. La Fondation organise également le Sommet mondial sur la sécurité des patients, la science et la technologie, qui rassemble certains des plus brillants esprits de la planète pour des discussions et de nouvelles idées stimulantes visant à bousculer l’ordre établi. En présentant des solutions spécifiques et à fort impact, visant à répondre aux problèmes liés à la sécurité des patients, appelées « Solutions concrètes pour la sécurité des patients » (Actionable Patient Safety Solutions), en encourageant les entreprises de technologies médicales à partager les données relatives à la destination de leurs produits et en demandant aux hôpitaux de s’engager à mettre en œuvre les Solutions concrètes pour la sécurité des patients, la Patient Safety Movement Foundation travaille pour atteindre son objectif de zéro décès évitable d’ici 2020. Consultez le site http://patientsafetymovement.org/

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Contacts

Patient Safety Movement Foundation
Tanya Lyon, (949) 351-2858
tanya.lyon@patientsafetymovement.org

Contacts

Patient Safety Movement Foundation
Tanya Lyon, (949) 351-2858
tanya.lyon@patientsafetymovement.org