Les politiques de spectre ont un impact sur la qualité des services mobiles pour les consommateurs d'Amérique latine, met en garde le nouveau rapport de la GSMA

Les politiques gouvernementales affectent la fourniture de services de prochaine génération dans toute la région

Une tarification 60 pour cent plus élevée en Amérique qu'en Europe

BUENOS AIRES--()--La GSMA a publié ce jour un nouveau rapport, intitulé "Effective Spectrum Pricing in Latin America: Policies to support better quality and more affordable mobile services " (Tarification spectrale efficace en Amérique latine: des politiques promouvant la qualité et des services mobiles plus abordables), qui souligne que les politiques de spectre en Amérique latine ont des répercussions sur la prestation de services mobiles de qualité pour les consommateurs de toute la région.

Le nouveau rapport, qui étudie les tendances tarifaires du spectre dans 15 pays d'Amérique latine, montre comment les décisions prises par les législateurs en matière de tarification spectrale peuvent impacter négativement la qualité et le coût des services de haut débit mobile. Alors que les ventes aux enchères restent un moyen efficace d'attribution de spectre, les régulateurs devraient adopter des politiques axées sur l'optimisation d'avantages durables pour la société, au lieu d'augmenter les prix pour un bénéfice à court terme. En Amérique latine, les prix du spectre, qui sont presque deux fois plus élevés qu'en Europe, exercent une lourde pression financière sur l'industrie, avec des répercussions sur la fourniture des réseaux de prochaine génération.

"Les pays d'Amérique latine qui ne mettent pas de spectre à disposition pour les réseaux 4G et 5G, et qui gonflent artificiellement les prix, freinent le développement de leurs économiques numériques, ce qui empêche de combler le fossé numérique et affecte les consommateurs", déclare Sebastian Cabello, responsable de la région Amérique latine à la GSMA. "Les opérateurs ont besoin d'un accès équitable à un spectre hertzien suffisant, afin de pouvoir fournir des services de haut débit mobile de haute qualité et abordables. Les gouvernements et les législateurs doivent mettre en place des politiques promouvant cette approche afin d'aider leurs économies numériques locales à se développer."

Politiques de spectre adaptées

Les prix élevés du spectre de capacités lors de ventes aux enchères sont largement dus à des décisions politiques plus qu'aux forces de marché, les législateurs fixant ni plus ni moins le prix du spectre à l'avance, selon le rapport. Cette approche a fait gonfler les prix en Amérique latine, qui se situent environ 60 pour cent au-dessus de ceux pratiqués en Europe.

La quantité de spectre allouée aux opérateurs mobiles en Amérique latine est encore bien en-deçà des marchés asiatiques, européens et nord-américains. Dès lors, les enchères de spectre dans la région ont souvent lieu dans un environnement de pénurie spectrale1 et d'incertitude. La disponibilité future des fréquences force les opérateurs mobiles à accepter ces prix plus élevés afin de garantir la compétitivité à long terme dans leurs marchés respectifs. De nombreux pays d'Amérique latine présentent en outre un bilan mitigé quant à la mise à disposition rapide de spectre et à la prise d'engagements relatifs aux futures libérations.

"Les pays hispano-américains doivent adopter des politiques encourageant le développement de réseaux de prochaine génération et donnant aux consommateurs un accès abordable aux services mobiles", continue M. Cabello. "Les consommateurs continuent de vouloir de plus en plus de services de données mobiles. Toutefois, à moins que les gouvernements et les législateurs ne gèrent efficacement le spectre et ne rendent le processus plus transparent, abordable et exploitable pour les opérateurs, les coûts ne baisseront pas assez et les consommateurs n'y verront pas les avantages."

Le prix (élevé) à payer

Le rapport confirme le lien entre les dépenses spectrales totales et le prix des données, avançant l'hypothèse que des coûts spectraux plus bas auraient un impact positif sur l'adoption des services aux particuliers et aux entreprises. Le rapport suggère également que les coûts élevés pourraient freiner les incitations de compétitivité tarifaire. Les autres thèmes abordés ont trait aux prix de réserve élevés, frais de licence annuels, licences à court terme, obligations de couverture inadaptées et à l'incertitude planant sur le renouvellement et les nouvelles attributions.

Meilleure pratique de politique de tarification spectrale

Le rapport encourage gouvernements et régulateurs d'Amérique latine à évaluer l'impact de leurs politiques sur les prix et la disponibilité du spectre, tout particulièrement à l'égard des réseaux 4G et 5G, qui nécessitent une quantité spectrale accrue. Des politiques adaptées amélioreront l'accès du haut débit, tout en apportant des avantages sociétaux, comme l'effacement du fossé numérique et la croissance de l'économie digitale. Dans la pratique, le rapport recommande les lignes directrices suivantes:

1. Fixer des prix de réserve modérés, en-dessous de la valeur de marché anticipée, et garantir que les frais annuels ne soient pas rédhibitoires.

2. Mettre rapidement le spectre à disposition, fournir une feuille de route aux opérateurs sur la disponibilité et les libérations futures, en vue de se préparer aux exigences.

3. Éviter des conditions de licence onéreuses, en garantissant des échéances de licence suffisamment longues et des garanties de renouvellement adaptées pour les soumissionnaires, pour leur permettre de générer des retours adéquats sur leurs investissements dans les infrastructure de réseau.

4. Adopter les meilleures pratiques en matière d'attribution de spectre, donnant la priorité à l'efficience, pas aux recettes

Retrouvez le rapport Effective Spectrum Pricing in Latin America: Policies to support better quality and more affordable mobile services dans son intégralité à l'adresse: www.gsma.com/spectrum/wp-content/uploads/2018/02/Effective-Spectrum-Pricing-in-Latin-America-ENG-full.pdf

-FIN-

Notes aux rédacteurs

1. Le rapport avance que la pénurie spectrale est un des principaux freins dans la région. Pour exemple, la plupart des pays n'ont pas assez vite attribué de nouvelles bandes (ex. 700 MHz et 2,6 GHz). La cadence générale de libération spectrale est bien inférieure à celle des marchés plus développés d'Europe et d'Amérique du Nord.

À propos de la GSMA

La GSMA représente les intérêts des opérateurs de téléphonie mobile dans le monde entier ; elle rassemble près de 800 opérateurs et plus de 300 sociétés appartenant à l'écosystème mobile élargi, dont des fabricants de téléphones et d’appareils, des éditeurs de logiciels, des fournisseurs d'équipements, des sociétés Internet et des organismes œuvrant dans des secteurs d’activité connexes. La GSMA produit également des événements phares du secteur, tels le Mobile World Congress, le Mobile World Congress Shanghai, le Mobile World Congress Americas et les conférences de la série Mobile 360.

Pour de plus amples renseignements, veuillez visiter le site officiel de la GSMA à l'adresse www.gsma.com. Suivez la GSMA sur Twitter: @GSMA.

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Contacts

Pour la GSMA
Tati Cantoni: +55 11 95210 2225
Taticantoni@pimenta.com
ou
Beau Bass
+44 79 7662 4962
beau.bass@webershandwick.com
Service presse de la GSMA
ou
Contacts avec les médias:
pressoffice@gsma.com

Contacts

Pour la GSMA
Tati Cantoni: +55 11 95210 2225
Taticantoni@pimenta.com
ou
Beau Bass
+44 79 7662 4962
beau.bass@webershandwick.com
Service presse de la GSMA
ou
Contacts avec les médias:
pressoffice@gsma.com