Geneva Association: le secteur de l'assurance prend des mesures pour lutter contre le changement climatique, malgré la persistance d'obstacles extérieurs

ZURICH--()--Le secteur de l'assurance contribue de manière significative au renforcement de la résilience socio-économique pour lutter contre le changement climatique et soutenir la transition vers une économie à faibles émissions de carbone, de par son rôle de spécialiste en gestion des risques et d'investisseur, même si un certain nombres de défis freinent les efforts fournis pour faire croître sa contribution, selon un nouveau rapport de recherche de la Geneva Association, principal groupe de réflexion du secteur de l'assurance à l'échelle internationale.

Le rapport intitulé "Climate Change and the Insurance Industry: Taking Action as Risk Managers and Investors" (Changement climatique et les compagnies d'assurance: prendre des mesures en qualité de gestionnaires de risques et d'investisseurs), s'appuie sur des entretiens avec 62 dirigeants exécutifs de compagnies d'assurance et de réassurance actives au niveau mondial, et offre un regard éclairé sur le rôle du secteur de l'assurance en matière d'adaptation au changement climatique et de son atténuation.

Anna Maria D’Hulster, secrétaire générale de la Geneva Association, déclare: "L'étude a confirmé que le changement climatique est un sujet qui s'est imposé devant les conseils d'administration des compagnies d'assurance, bien que les assureurs ne soient ni les pollueurs, ni les décideurs politiques. Les participants à l'étude ont fait état d'initiatives dans trois domaines clefs de l'activité: premièrement, l'aspect fiabilité, pour lequel le secteur propose déjà des solutions spécialisées de transfert de risques répondant aux conséquences financières du changement climatique; deuxièmement, l'aspect investissement, pour lequel les assureurs intègrent de plus en plus de considérations climatiques à leurs stratégies d'investissement; et troisièmement, l'aspect opérationnel, pour lequel les compagnies réduisent leur empreinte carbone."

Toutefois, des barrières extérieures freinent le développement des contributions du secteur de l'assurance en matière d'adaptation au changement climatique et de son atténuation. Par exemple, le déploiement de solutions efficaces de transfert de risques est actuellement entravé par l'accès limité aux informations relatives aux risques et au manque d'incitations à la souscription d'assurances causé par les aides gouvernementales post-catastrophe. En outre, l'essor des éco-investissements est ralenti par des facteurs tels qu'une capacité limitée des marchés concernés à gérer la répartition de portefeuilles de grande envergure, un manque de classifications d'actifs clairement définies, et la fragmentation des cadres politiques et réglementaires.

Les dirigeants interrogés indiquent également qu'une infrastructure résiliente et décarbonée est une opportunité comportant des défis spécifiques pour le secteur de l'assurance. Les compagnies d'assurance ont besoin de données sur les risques pour évaluer de tels projets d'infrastructure durant tout le cycle de vie: depuis la conception et l'élaboration, jusqu'à l'exécution et le suivi. Elles ont également besoin d'un cadre réglementaire et politique stable, d'opportunités solides, et d'un marché efficient.

Maryam Golnaraghi, directrice du programme de recherche "Événements extrêmes et risques climatiques" de la Geneva Association, déclare: "L'incapacité à répondre au changement climatique a été identifiée comme l'un des risques socioéconomiques les plus élevés pour notre société. Construire la résilience face au changement climatique nécessite une gestion proactive des risques et des stratégies d'adaptation, et la transition vers une économie à faible émissions en carbone doit passer par l'alignement des gouvernements et du secteur privé. Le secteur de l'assurance joue un rôle crucial dans l'accroissement de la résilience et la promotion d'axes économiques et entrepreneuriaux répondant au changement climatique."

La Geneva Association met sur la table trois recommandations pour accélérer les contributions du secteur de l'assurance pour répondre au changement climatique:

Recommandation 1: les tierces parties telles que les gouvernements, décideurs politiques, organes de normalisation et législateurs devraient travailler d'une manière plus coordonnée pour abaisser les principales barrières qui empêchent les assureurs de consolider leurs contributions à l'adaptation au changement climatique et à son atténuation.

Recommandation 2: le secteur de l'assurance devrait continuer à institutionnaliser le changement climatique en tant que question commerciale clef, renforcer ses contributions en faveur de la résilience financière face aux risques climatiques, et soutenir la transition vers une économie à faibles émissions en carbone par l'intermédiaire d'une collaboration avec les gouvernements et les autres parties prenantes clefs.

Recommandation 3: les gouvernements et le secteur de l'assurance devraient explorer des manières de promouvoir des infrastructures résilientes et décarbonées par le biais des fonctions de gestion des risques, de souscription et d'investissement du secteur.

Le cœur du rapport se base sur des entretiens avec des PDG, des responsables de la gestion des risques, des investissements et des souscriptions de 21 compagnies d'assurance et de réassurance actives à l'échelle mondiale, avec un total d'actifs sous gestion dépassant les 4,7 milliards USD et un volume cumulé de primes supérieur à 550 milliards USD en 2016.

FIN

Rapport complet: Climate Change and the Insurance Industry: Taking Action as Risk Managers and Investors

Résumé de recherche: Changement climatique et le secteur de l'assurance

Entretiens avec l'auteur disponibles sur la chaîne YouTube de la Geneva Association

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Contacts

The Geneva Association
Daniel Perez-Whitaker
Directeur de la communication
+41 44 200 4906
daniel_perezwhitaker@genevaassociation.org
ou
Isabel Barratt
Responsable de la communication
+41 44 200 4996
isabel_barratt@genevaassociation.org

Contacts

The Geneva Association
Daniel Perez-Whitaker
Directeur de la communication
+41 44 200 4906
daniel_perezwhitaker@genevaassociation.org
ou
Isabel Barratt
Responsable de la communication
+41 44 200 4996
isabel_barratt@genevaassociation.org