Dossier spécial d'A.M. Best : Les capacités affluent vers les marchés de la réassurance sub-sahariens malgré les défis économiques

LONDRES--()--On a beaucoup parlé ces dernières années des opportunités offertes par les énormes progrès réalisés dans les économies de l’ensemble du continent africain, ainsi que des défis à relever par les acteurs du marché. Selon un nouveau dossier d’A.M. Best, les secteurs de la (ré)assurance sur ce continent ne font pas exception à la règle.

En particulier, après des années de forte activité économique stimulée en partie par les cours élevés des produits de base et par les investissements directs étrangers, il subsiste une certaine incertitude quant à la durabilité des forts niveaux de croissance de ces dernières années, notamment vu les faibles cours du pétrole. Le dossier intitulé « Les capacités affluent vers les marchés de la réassurance sub-sahariens malgré les défis économiques » révèle que ceci augmente par conséquent les niveaux de capitaux rapatriés à mesure que la confiance des investisseurs dans les perspectives économiques du continent africain diminue.

Le dossier ajoute toutefois que les marchés de la (ré)assurance du sous-continent continuent à susciter l’intérêt des investisseurs étrangers du monde entier dans ce secteur, en quête de croissance, de retours sur investissement et de diversité hors de leurs principaux marchés. Parallèlement, les réassureurs nationaux continuent à axer leur stratégie d’expansion au-delà de leurs frontières en cherchant à renforcer leurs profils et à atteindre une masse critique.

Deniese Imoukhuede, Directeur adjoint, a affirmé : « A.M. Best estime qu’entre 35 et 40 réassureurs sont domiciliés sur le sous-continent. Ce nombre est en augmentation car les législateurs cherchent à compléter les capacités à la disposition de l’industrie de l’assurance résultant des découvertes croissantes de réserves pétrolières et des nombreux projets d’infrastructures entrepris actuellement, ce qui réduit les sorties de primes vers les marchés internationaux de la réassurance et permet une appropriation accrue des bénéfices. »

Deniese Imoukhuede a poursuivi : « Le nombre de réassureurs nationaux établis a également augmenté. » Ces réassureurs nationaux sont généralement des entreprises publiques ou parapubliques qui ont un droit de premier refus des quotes-parts obligatoires émanant du pays de domiciliation. »

Le dossier indique que malgré l’afflux de nouveaux venus sur les marchés de la réassurance et les pouvoirs réglementaires pour développer le secteur de la (ré)assurance, la capitalisation des réassureurs nationaux demeure faible. Ce facteur, combiné à la pénurie importante de personnel qualifié dans le secteur de la (ré)assurance, signifie que l’industrie dans son ensemble reste tributaire du soutien de ses besoins en matière de capacités par les marchés internationaux, ce qui réduit la capacité du secteur à conserver davantage de primes d’assurance.

Du point de vue des revenus, l’augmentation de l’inflation des sinistres du fait de l’affaiblissement des devises locales et de l’augmentation subséquente du coût des biens importés (comme, par exemple, les pièces détachées automobiles), limitera vraisemblablement la croissance des revenus techniques si les devises continuent à s’affaiblir.

Le dossier ajoute toutefois que malgré quelques difficultés rencontrées par certaines économies de l’Afrique sub-saharienne, les perspectives à moyen et long terme restent positives, car elles sont soutenues par des économies dynamiques et les revenus disponibles plus élevés des classes moyennes croissantes, ainsi que par l’amélioration de la situation démographique.

Pour accéder à un exemplaire gratuit de ce dossier, veuillez consulter http://www3.ambest.com/bestweek/purchase.asp?record_code=241713.

A.M. Best Company est la source la plus ancienne et la plus respectée de notation et d'information du secteur de l'assurance. Pour en savoir plus, consultez www.ambest.com.

Copyright © 2015 par A.M. Best Company, Inc. TOUS DROITS RÉSERVÉS.

Contacts

A.M. Best Company
Deniese Imoukhuede, +(44) 20 7397 0277
Directeur adjoint, Analytics
deniese.imoukhuede@ambest.com
ou
Yvette Essen, +(44) 20 7397 0322
Directeur, Recherche et communication –
EMEA
yvette.essen@ambest.com
ou
Edem Kuenyehia, +(44) 20 7397 0280
Directeur adjoint, Développement de
marché & communication
edem.kuenyehia@ambest.com
ou
Jim Peavy, +(1) 908 439 2200, ext. 5644
Vice président adjoint, Relations publiques
james.peavy@ambest.com

Contacts

A.M. Best Company
Deniese Imoukhuede, +(44) 20 7397 0277
Directeur adjoint, Analytics
deniese.imoukhuede@ambest.com
ou
Yvette Essen, +(44) 20 7397 0322
Directeur, Recherche et communication –
EMEA
yvette.essen@ambest.com
ou
Edem Kuenyehia, +(44) 20 7397 0280
Directeur adjoint, Développement de
marché & communication
edem.kuenyehia@ambest.com
ou
Jim Peavy, +(1) 908 439 2200, ext. 5644
Vice président adjoint, Relations publiques
james.peavy@ambest.com