Arthur D. Little et Exane BNP Paribas : la 4G connaîtra un grand succès mais ne sera pas suffisante pour améliorer les niveaux de prix du mobile en Europe

Le chiffre d’affaire du secteur des télécommunications va baisser de 1,8 % par an jusqu'en 2016

LONDRES--()--Le passage à la technologie 4G LTE est incontournable pour les opérateurs de télécommunications européens mais il est peu probable que cela permette de re-créer de meilleures conditions tarifaires dans le secteur. Il s’agit de la principale conclusion de 4G – going faster, but where?, titre de la 12e édition du rapport annuel commun du cabinet de conseil en stratégie Arthur D. Little (ADL) et du courtier Exane BNP Paribas.

Pour les opérateurs européens, il est logique de déployer des réseaux 4G LTE. Sous la pression de consommateurs toujours plus gourmands en données (data), les réseaux 3G vont bientôt atteindre leurs limites et la 4G constitue une solution efficace pour résoudre ce problème. En parallèle, les consommateurs vont rapidement adopter le très haut débit et les faibles latences apportés par la technologie 4G. Ils profiteront aussi d’une large gamme de smartphones et tablettes compatibles. Tout ceci mènera à une pénétration 4G de 54% en Europe en 2016.

Cependant, le rapport conclut aussi que les opérateurs mobiles auront du mal à monétiser la 4G LTE et à se différencier sur le long terme.

Le rapport prévoit que les revenus des opérateurs européens vont baisser de -1.8% par an d’ici à 2016. Pour retrouver la croissance, la 4G devrait permettre de générer un revenu data de 17€ par mois. Sachant qu’un tel revenu serait supérieur de 7€ aux revenus data actuels des clients 3G, un tel objectif apparaît difficilement réalisable.

De manière générale, ADL identifie cinq grands leviers – détaillés dans le rapport – pour améliorer les perspectives des opérateurs :

1) développer de nouvelles structures tarifaires

2) innover par les services via des partenariats

3) poursuivre les programmes de réduction des coûts

4) utiliser les réseaux WiFi et small cells pour décharger les réseaux mobiles

5) déployer des modèles de partage de réseaux

« La 4G sera un succès commercial en Europe mais elle ne sera probablement pas suffisante pour améliorer fondamentalement les niveaux de prix du secteur », a indiqué Didier Levy, Directeur au sein du département Télécommunications, Information, Médias et Electronique (TIME) d’Arthur D. Little. « Pour générer de la croissance, les opérateurs européens doivent innover, en particulier, en introduisant des forfaits data partagés qui rencontrent déjà un grand succès aux États-Unis ».

«Les opérateurs mobiles alternatifs qui disposent de beaucoup de spectre et d’une structure de coûts optimisée ainsi que les opérateurs fixe-mobile intégrés sont en bonne position », a ajouté Antoine Pradayrol d'Exane BNP Paribas.

Ce rapport s'appuie notamment sur des entretiens avec 91 sociétés du secteur des technologies, médias et télécommunications (TIME) dans 15 pays. Pour plus d’information, rendez-nous visite sur www.adl.com/4G

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Contacts

Say Communications
Cate Bonthuys
Tél. : +44(0)2089716400
arthurdlittle@saycomms.co.uk

Contacts

Say Communications
Cate Bonthuys
Tél. : +44(0)2089716400
arthurdlittle@saycomms.co.uk