L'INVOKANA® (canagliflozine) réduit significativement le risque cumulé de décès lié à une maladie cardiovasculaire, d'infarctus du myocarde et d'AVC dans le cadre du programme CANVAS.

Les résultats de l'essai clinique ont été présentés dans le New England Journal of Medicine et un symposium leur a été consacrés lors des 77e sessions scientifiques de l'American Diabetes Association.

BEERSE, Belgique--()--Janssen-Cilag International SA annonce aujourd'hui les résultats du programme CANVAS, qui montrent que l'intégration de l'INVOKANA® (canagliflozine) au protocole de traitement réduit significativement (14 %) le risque cumulé de décès, d'infarctus du myocarde non fatal ou d'AVC non fatal par rapport au placebo chez les patients atteints d'un diabète sucré de type 2 (DST2) présentant un risque ou des antécédents de maladies cardiovasculaires. Les résultats montrent également qu'un traitement à la canagliflozine est associé à une réduction du risque d'hospitalisation pour insuffisance cardiaque et potentiellement à une protection rénale. Ces données issues de l'analyse intégrée des essais CANVAS et CANVAS-R ont été publiées dans le New England Journal of Medicine et un symposium leur a été consacré lors des 77e sessions scientifiques de l'American Diabetes Association, ce lundi 12 juin à San Diego, en Californie.

La canagliflozine a ici été étudiée dans le cadre de l'un des plus vastes programmes sur les maladies cardiovasculaires étudiant un inhibiteur du cotransporteur sodium-glucose de type 2 (SGLT2) mené à ce jour. Le programme CANVAS est le premier à étudier l'efficacité et la sécurité à long terme de la canagliflozine chez plus de 10 000 patients atteints d'un DST2 et présentant soit des antécédents de maladies cardiovasculaires soit au moins deux facteurs de risque cardiovasculaires.

L'International Diabetes Federation estime qu'en 2015, plus de 59 millions de personnes vivaient avec un diabète en Europe1. Lorsqu'il n'est pas correctement pris en charge, un DST2 peut à long terme conduire à de graves complications microvasculaires et macrovasculaires.

La canagliflozine permet d'obtenir une réduction de 14 % du risque pour le critère composite principal de l'essai, c'est-à-dire un décès lié à une maladie cardiovasculaire, un infarctus du myocarde non fatal ou un AVC non fatal (risque relatif RR : 0,86 ; intervalle de confiance IC à 95 % : 0,75 - 0,97) et démontre une amélioration du profil de sécurité cardiovasculaire par rapport au placebo (p < 0,0001 pour la non-infériorité) ainsi qu'une supériorité par rapport au placebo (p = 0,0158). Chaque composante du critère composite occupe une place plus ou moins équivalente dans cette réduction, soit 15 % pour l'infarctus du myocarde non fatal (RR : 0,85 ; IC à 95 % : 0,69 - 1,05), 13 % pour le décès lié à une maladie cardiovasculaire (RR : 0,87 ; IC à 95 % : 0,72 - 1,06) et 10 % pour l'AVC non fatal (RR : 0,90 ; IC à 95 % : 0,71 - 1,15). Ces résultats se sont montrés globalement uniformes pour divers sous-groupes de patients ainsi que pour chaque composante du critère composite principal2.

Il apparaît également que la canagliflozine réduit le risque d'hospitalisation pour insuffisance cardiaque de 33 % (RR : 0,67 ; IC à 95 % : 0,52 à 0,87) et possède une incidence positive et durable pour la régulation de la glycémie et de la tension artérielle, ainsi que pour la réduction durable du poids chez un grand nombre de patients2.

La canagliflozine montre par ailleurs un potentiel de protection rénale, en retardant la progression de l'albuminurie et en réduisant de 40 % le risque de complications rénales graves (par exemple, réduction du taux estimé de filtration glomérulaire (eGFR), des décès liés à une maladie rénale ou de la nécessité d'un traitement rénal de substitution) (RR : 0,60 ; IC à 95 % : 0,47 - 0,77). L'essai CREDENCE, centré sur les incidences de la canagliflozine dans les pathologies rénales et cardiovasculaires, est par ailleurs actuellement en cours et est le premier consacré à l'étude d'un inhibiteur du SGLT2 rénal chez des patients atteints d'un DST2 et d'une pathologie rénale.

« Les patients diabétiques présentent un risque deux à quatre fois plus élevé de développer des comorbidités telles que l'insuffisance cardiaque et des pathologies rénales, et les résultats du programme CANVAS démontrent le potentiel de la canagliflozine afin de réduire le risque de développement de ces pathologies chez les patients à haut risque atteints d'un diabète de type 2 », explique David Matthews, coprésident du comité de pilotage CANVAS, et professeur de diabétologie et médecin-conseil honoraire à l'université d'Oxford. « Ces données sont prometteuses puisqu'elles suggèrent que la canagliflozine pourrait potentiellement aider les patients atteints d'un diabète de type 2 qui souffrent également de complications telles que l'insuffisance cardiaque ou les pathologies rénales, ou présentent un risque de développer de tels troubles ».

Les effets indésirables globalement observés dans le cadre du programme CANVAS concordent avec les résultats antérieurs. Un risque accru d'amputation a été observé avec la canagliflozine, tant pour l'essai CANVAS finalisé que pour l'essai CANVAS-R. Ceci concorde également avec les observations formulées en 2016 par le Comité de surveillance indépendant de l'étude et avec les données communiquées aux autorités du secteur de la santé ainsi qu'aux professionnels de la santé. Un risque accru d'amputation est observé (6,3 contre 3,4/1 000 par année-patient), qui correspond à un risque relatif (RR) de 1,97. Le risque absolu d'amputation le plus élevé a été observé chez les patients présentant des antécédents d'amputation ou de maladie artérielle périphérique, mais le risque relatif d'amputation avec la canagliflozine était comparable au travers de ces sous-groupes. Un avertissement concernant le risque potentiellement accru d'amputation des orteils figure dans les consignes de prescription des inhibiteurs du SGLT2 pour l'Union européenne et ce risque a été inclus dans le Résumé des caractéristiques du produit (RCP) de l'UE pour la canagliflozine.

Bien qu'un risque accru de fracture à basse énergie ait été identifié dans l'essai CANVAS, aucune augmentation n'a été observée dans l'essai CANVAS-R. Pour une sécurité optimale, une évaluation complète des résultats des essais CANVAS et CANVAS-R est en cours.

« Les résultats du programme CANVAS sont particulièrement enthousiasmants pour Janssen ainsi que pour tous les patients souffrant du diabète et leurs médecins », souligne Jose Antonio Buron Vidal, vice-président des affaires médicales chez Janssen pour l'Europe, le Moyen-Orient et l'Afrique. « Janssen met un point d'honneur à travailler sans relâche pour combler les lacunes des traitements existants du diabète de type 2. Au regard des risques identifiés, les avantages globalement démontrés ici par la canagliflozine nous confortent dans nos recherches et nous ne manquerons pas d'explorer le potentiel de cette dernière chez d'autres populations de patients ».

-FIN-

À L'ATTENTION DES RÉDACTIONS :

Diabète de type 2

Le diabète de type 2 est une maladie chronique qui perturbe la métabolisation du sucre (ou glucose) et qui se caractérise par l'incapacité des cellules bêta pancréatiques à fournir suffisamment d'insuline au corps.

L'International Diabetes Federation estime qu'en 2015, 415 millions de personnes dans le monde vivaient avec le diabète (type 1 et 2), une population qui devrait selon les prévisions dépasser 642 millions de personnes en 20403. Toujours en 2015, le nombre des diabétiques était estimé à plus de 59 millions de personnes en Europe1. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) estime par ailleurs que 90 % de la population des diabétiques présente un diabète de type 24.

Lorsqu'il n'est pas correctement pris en charge, le diabète de type 2 peut à long terme conduire à de graves complications microvasculaires et macrovasculaires. Il a été démontré qu'une meilleure régulation de la glycémie réduit l'apparition et la progression de ces complications.

Programme CANVAS

Le programme CANVAS comporte deux volets d'envergure quasiment identiques : l'essai CANVAS (CANagliflozin CardioVascular Assessment Study, NCT01032629) et l'essai CANVAS-R, qui étudie les effets rénaux de la canagliflozine chez des adultes présentant un DST2 (NCT01989754).

Le programme CANVAS est l'un des plus ambitieux programmes sur les maladies cardiovasculaires étudiant un inhibiteur du cotransporteur sodium-glucose de type 2 (SGLT2) mené à ce jour, avec un total de 10 142 patients (4 330 patients pour l'essai CANVAS et 5 812 patients pour l'essai CANVAS-R). Dans le cadre des essais randomisés en double aveugle de phase 3/4, la grande majorité des patients étaient obèses avec des antécédents d'hypertension, 66 % des patients avaient des antécédents de maladies cardiovasculaires (dont 14 % présentant des antécédents d'insuffisance cardiaque) et 34 % présentaient au moins deux facteurs de risque cardiovasculaires. L'essai a évalué la sécurité de la canagliflozine par rapport au placebo chez des patients recevant certains traitements spécifiques courants contre le diabète. Le critère principal était la survenance d'événements cardiovasculaires majeurs, à savoir un infarctus du myocarde non fatal, un AVC non fatal ou un décès lié à une maladie cardiovasculaire. Le second critère était la progression de l'albuminurie, le fonctionnement des cellules bêta pancréatiques, le taux de filtration glomérulaire estimé (eGFR) et le ratio albumine/créatinine urinaire.

Dans l'essai CANVAS, les patients recevaient aléatoirement soit le placebo, soit 100 mg de canagliflozine, soit 300 mg de canagliflozine, selon un rapport 1/1/1. Les expositions moyenne et médiane au produit étudié étaient approximativement et respectivement de 4,3 et 5,8 ans. Les durées moyenne et médiane de suivi étaient respectivement de 5,7 et 6,1 ans.

Dans l'essai CANVAS-R, qui portait sur une population similaire à celle étudiée par l'essai CANVAS (adultes présentant un diabète de type 2 et une régulation inadéquate de la glycémie, et présentant des troubles cardiovasculaires ou considérés comme présentant un risque élevé d'en développer), les patients recevaient aléatoirement, selon un rapport 1/1, soit le placebo, soit 100 mg de canagliflozine, avec la possibilité pour l'expert clinique de passer à 300 mg lorsque le patient nécessitait une régulation supplémentaire de la glycémie et qu'un dosage de 100 mg était bien toléré. Les expositions moyenne et médiane au produit étudié étaient approximativement et respectivement de 1,8 et 1,9 an. Les durées moyenne et médiane de suivi étaient de 2,1 ans.

Les essais CANVAS et CANVAS-R ont été conçus pour être très similaires, qu'il s'agisse de la population de patients, des procédures ou des évaluations, et visaient à évaluer les effets de la canagliflozine sur les événements cardiovasculaires chez une population de patients similaire. Cette approche a été démontrée dans trois études publiées : « Rationale, design, and baseline characteristics of the Canagliflozin Cardiovascular Assessment Study (CANVAS)—A randomized placebo-controlled trial », publiée en ligne par l'American Heart Journal ; « Rationale, design and baseline characteristics of the CANagliflozin cardioVascular Assessment Study–Renal (CANVAS-R): A randomized, placebo-controlled trial », publiée en ligne par la revue Diabetes, Obesity and Metabolism ; et « Optimizing the analysis strategy for the CANVAS Programme – a pre-specified plan for the integrated analyses of the CANVAS and CANVAS-R trials », également publiée en ligne par la revue Diabetes, Obesity and Metabolism.

La canagliflozine

En 2013, l'INVOKANA® (canagliflozine) a reçu l'agrément de l'Union européenne pour le traitement des adultes présentant un diabète sucré de type 2 (DST2), en vue d'améliorer la régulation de la glycémie, soit dans le cadre d'une monothérapie, soit à titre de thérapie complémentaire. L'agrément européen de la canagliflozine s'est appuyé sur un programme d'essai clinique mondial complet de phase 3, couvrant 10 285 patients répartis en neuf études5,6,7,8,9,10,11,12,13,14.

L'INVOKANA® (canagliflozine) est un traitement sous prescription utilisé en complément d'un régime nutritionnel et d'un programme d'exercice adaptés afin de réduire la glycémie chez les adultes atteints d'un diabète de type 2. L'INVOKANA® ne convient pas aux personnes présentant un diabète de type 1 ou une acidocétose diabétique (augmentation des corps cétoniques dans le sang ou les urines). Nous ignorons si l'INVOKANA® est sûr et efficace chez les moins de 18 ans. La canagliflozine n'est pas indiquée pour la réduction des risques cardiovasculaires.

Janssen Pharmaceuticals, Inc. et ses sociétés affiliées ont obtenu une licence pour la canagliflozine auprès de Mitsubishi Tanabe Pharma Corporation. Janssen Pharmaceuticals, Inc. et ses sociétés affiliées possèdent des droits de commercialisation en Afrique, dans certaines parties de l'Asie, en Australie, en Europe, au Moyen-Orient, en Nouvelle-Zélande, en Amérique du Nord et en Amérique du Sud.

L'INVOKANA® est agréé comme agent unique dans les pays suivants : Aruba, Australie, Brésil, Canada, Chili, Colombie, Costa Rica, Curaçao, République Dominicaine, Salvador, Union européenne (28 pays), Guatemala, Hong Kong, Islande, Inde, Israël, Jamaïque, Kazakhstan, Koweït, Liban, Liechtenstein, Mexique, Nouvelle-Zélande, Nicaragua, Norvège, Panama, Paraguay, Pérou, Philippines, Qatar, Russie, Serbie, Singapour, Corée du Sud, Suisse, Thaïlande, Émirats arabes unis et États-Unis.

INFORMATIONS IMPORTANTES DE SÉCURITÉ

Les effets indésirables les plus courants de l'INVOKANA® sont les suivants : hypoglycémie en combinaison avec de l'insuline ou des sulfonylurées, infections à levures vaginales et du pénis, et modification de la miction, notamment un besoin d'uriner plus fréquemment, en plus grande quantité ou la nuit.

Les effets secondaires suivants ont également été observés : déshydratation pouvant provoquer des étourdissements, des vertiges ou une sensation de faiblesse au passage à la position debout (hypotension orthostatique), acidocétose diabétique, infections des voies urinaires et modifications de la fonction rénale.

Un avertissement concernant le risque potentiellement accru d'amputation des orteils figure dans les consignes de prescription des inhibiteurs du SGLT2 pour l'Union européenne et ce risque a été inclus dans le Résumé des caractéristiques du produit (RCP) de l'UE pour la canagliflozine.

Entreprises Janssen Pharmaceutical

Les entreprises Janssen Pharmaceutical du groupe Johnson & Johnson œuvrent à la création d'un monde sans maladie. Améliorer notre qualité de vie à tous en concevant sans cesse de nouveaux moyens plus performants de prévenir, déceler, traiter et guérir les maladies est notre vocation profonde. Nous fédérons les meilleurs talents autour de la recherche et des découvertes les plus prometteuses. Nous sommes Janssen. Nous collaborons avec le monde entier pour la santé et le bien-être de chaque être humain. Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.janssen.com/emea. Suivez-nous sur www.twitter.com/JanssenEMEA pour notre actualité la plus récente.

Mise en garde concernant les énoncés prospectifs

Ce communiqué renferme des énoncés prospectifs selon la définition donnée par le Private Securities Litigation Reform Act de 1995. Il est recommandé au lecteur de ne pas se fier à ces énoncés prospectifs, qui s'appuient par définition sur les attentes actuelles eu égard à des événements futurs. Si les hypothèses sur lesquelles s'appuient ces énoncés devaient se révéler incorrectes, ou si des risques, connus ou non, ou encore certaines incertitudes, devaient se matérialiser, les résultats réels obtenus pourraient substantiellement s'écarter des prévisions et projections formulées par Janssen-Cilag International SA et/ou Johnson & Johnson. Lesdits risques et incertitudes comprennent notamment les défis et incertitudes inhérents à la recherche-développement dans le domaine des traitements médicaux (y compris le caractère incertain de l'efficacité clinique et de l'obtention des agréments réglementaires), le caractère incertain de la réussite commerciale visée, les difficultés et retards de fabrication, la concurrence (y compris les avancées technologiques et les nouveaux produits et brevets obtenus par les concurrents), la remise en question de brevets, les problèmes d'efficacité ou de sécurité des produits conduisant à des rappels de produits voire à des poursuites, les modifications du comportement et des habitudes d'achat, ou les difficultés financières, des utilisateurs de produits et services de santé, les évolutions des lois et réglementations applicables (y compris les réformes dans le secteur de la santé), et la tendance à la limitation du coût des soins de santé. Une liste plus détaillée de ces risques, incertitudes et autres facteurs figure au rapport annuel de Johnson & Johnson établi selon le formulaire 10-K pour l'exercice clos au 1er janvier 2017, sous les intitulés « Cautionary Note Regarding Forward-Looking Statements » et « Item 1A. Risk Factors », ainsi que dans les documents ultérieurement déposés par la société auprès de la commission américaine des valeurs mobilières (Securities and Exchange Commission). Vous pouvez vous procurer un exemplaire de ces documents en ligne sur les sites www.sec.gov ou www.jnj.com, ou encore en adressant votre demande à Johnson & Johnson. Ni les entreprises Janssen Pharmaceutical ni Johnson & Johnson ne s'engagent à mettre à jour de quelconques énoncés prospectifs par suite de nouvelles informations ou encore d'événements ou développements futurs.

Références :

1 IDF Diabetes Atlas, 7e édition. Bruxelles, Belgique : International Diabetes Federation, 2015. Disponible ici : http://www.diabetesatlas.org/ Consultation : juin 2017.

2 Neal B et al. Canagliflozin and Cardiovascular and Renal Events in Type 2 Diabetes, 2017; The New England Journal of Medicine

3 International Diabetes Federation. About Diabetes. Disponible ici : https://www.idf.org/about-diabetes/what-is-diabetes.html Consultation : juin 2017.

4 Definition, diagnosis and classification of diabetes mellitus and its complications. Part 1: Diagnosis and classification of diabetes mellitus. Genève, Organisation mondiale de la santé, 1999 (WHO/NCD/NCS/99.2)

5 INVOKANA SmPC. Disponible ici : http://ec.europa.eu/health/documents/community-register/2017/20170428137649/anx_137649_en.pdf Consultation : juin 2017.

6 Lavalle-González FJ et al. Efficacy and safety of canagliflozin compared with placebo and sitagliptin in patients with type 2 diabetes on background metformin monotherapy: a randomised trial. Diabetologia. 2013;56(12):2582-92

7 Schernthaner G et al. Canagliflozin compared with sitagliptin for patients with type 2 diabetes who do not have adequate glycemic control with metformin plus sulfonylurea: a 52-week randomized trial. Diabetes Care. 2013; 36(9):2508-15

8 Cefalu WT et al. Efficacy and safety of canagliflozin versus glimepiride in patients with type 2 diabetes inadequately controlled with metformin (CANTATA-SU): 52 week results from a randomised, double-blind, phase 3 non-inferiority trial. Lancet. 2013; 382(9896):941-50.

9 Bode B et al. Efficacy and safety of canagliflozin treatment in older subjects with type 2 diabetes mellitus: a randomized trial. Hosp Pract. 2013;41(2):72-84.

10 Yale JF et al. Efficacy and safety of canagliflozin in subjects with type 2 diabetes and chronic kidney disease. Diabetes Obes Metab. 2013;15(5):463-73.

11 Neal B, Perkovic V, et al. (2013). Rationale, design, and baseline characteristics of the Canagliflozin Cardiovascular Assessment Study (CANVAS)—A randomized placeboc ontrolled trial. American Heart Journal; 166(2): 217-223

12 Stenlof et al. Efficacy and safety of canagliflozin monotherapy in subjects with type 2 diabetes mellitus inadequately controlled with diet and exercise. Diabetes Obes Metab. 2013;15(4):372-82.

13 Wilding JP et al. Efficacy and safety of canagliflozin in patients with type 2 diabetes mellitus inadequately controlled with metformin and sulphonylurea: a randomised trial. Int J Clin Pract. 2013;67(12):1267-82

14 Forst T et al. Efficacy and Safety of Canagliflozin in subjects with Type 2 Diabetes on Metformin and Pioglitazone. Poster presented at the 4th World Congress on Controversies to Consensus in Diabetes, Obesity and Hypertension (CODHy), 2012; Nov.8-11; Barcelone, Espagne (P64).

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Contacts

Relations
presse et médias :
Cristiana Maria
Tél. : +40724914666
ou
Relations investisseurs :
Lesley Fishman
Tél. : +1 732 524 3922
ou
Joseph J. Wolk
Tél. : +1 732 524 1142

Contacts

Relations
presse et médias :
Cristiana Maria
Tél. : +40724914666
ou
Relations investisseurs :
Lesley Fishman
Tél. : +1 732 524 3922
ou
Joseph J. Wolk
Tél. : +1 732 524 1142