Pour Arthur D. Little, les nouvelles solutions de mobilité vont transformer l’écosystème des constructeurs automobiles

PARIS--()--Arthur D. Little publie aujourd’hui sa nouvelle étude “The Future of Automotive Mobility”. Basée sur une enquête réalisée auprès de 6 500 participants (clients particuliers, équipementiers, constructeurs et régulateurs), l’étude détaille comment les mégatendances que sont la mobilité électrique, le partage de voitures et les voitures autonomes sont susceptibles d’impacter l’écosystème automobile mondial ainsi que les volumes vendus par les constructeurs.

L’étude montre que, dans le futur, la mobilité dépendra moins des préférences des consommateurs que de la recommandation, les métropoles cherchant à résoudre les problèmes générés par la circulation, tels que la congestion du trafic et la mauvaise qualité de l’air. La mobilité électrique, le partage de voitures et les voitures autonomes vont toutes jouer un rôle important dans la résolution de ces défis - mais l’effet sur les volumes vendus par les constructeurs pourrait ne pas être aussi sévère que prévu par certains experts.

Par exemple, une composante clé de la conduite autonome sera l’accès à des solutions de “Mobilité à la demande”, dans lesquels les clients utiliseront des “taxis robots”. En rassemblant les données factuelles de mobilité dans près de 100 mégalopoles, Arthur D. Little a modélisé l’impact des taxis robots sur les comportements de déplacement et les ventes de voitures. Les conclusions ont révélé que même en prenant une conversion mondiale de 100 % sur ces mégalopoles, l’effet n’était pas aussi négatif que prévu dans le scénario le plus défavorable.

Klaus Schmitz, Partner au sein de la practice Automobile d’Arthur D. Little, explique: “Dans un scénario médian, dans lequel 11 mégalopoles adoptent les nouvelles formes de mobilité urbaine d’ici à 2030, les ventes mondiales d’automobile atteindront 121 millions de véhicules par an, soit une augmentation de 39 % par rapport à aujourd’hui. Dans un scénario progressiste avec 52 villes pionnières, les volumes de véhicules neufs atteignent 110 unités, une augmentation de 34 % ».

L’étude détaille comment de nouveaux rôles vont être créés dans la pyramide de l’industrie, le passage à la transmission électrique et l’importance croissante des logiciels embarqués étant des facteurs additionnels à considérer. Il ressort qu’un défi majeur pour les constructeurs est la perte de relation directe avec le client final.

Wolf-Dieter Hoppe, auteur de l’étude et directeur associé au sein d’Arthur D. Little, met en garde : « Des millions de clients individuels seront remplacés par quelques grands opérateurs de flottes multinationales. Ceux-ci pourront prendre le rôle dominant qu’ont les constructeurs aujourd’hui dans l’écosystème, car ils auront un accès direct aux clients ainsi qu’un poids considérable. En particulier, cela pose un défi pour les constructeurs premiums ».

Pour télécharger l’étude complète, veuillez cliquer sur le lien ci-dessous http://www.adlittle.com/downloads/tx_adlreports/ADL_Future_of_Automotive_mobility_short.pdf

Contacts

Pour Arthur D. Little
Cate Bonthuys
Tel: +44 7746546773
cate@catalystcomms.co.uk

Release Summary

Arthur D. Little today released a new study, “The Future of Automotive Mobility,” examining how the megatrends of electric mobility, car sharing & autonomous driving are likely to impact OEM sales.

Contacts

Pour Arthur D. Little
Cate Bonthuys
Tel: +44 7746546773
cate@catalystcomms.co.uk