Le groupe mondial d’experts de ROSacea COnsensus (ROSCO) prône une nouvelle approche pour le diagnostic et le traitement de la rosacée, afin d’améliorer les résultats pour les patients

  • Les commentaires des experts révèlent la nécessité d’un changement dans la gestion actuelle de la rosacée pour une approche basée sur les symptômes, et fournissent de nouvelles lignes directrices qui serviront de catalyseur du changement
  • Les experts du groupe de concertation partagent la vision des patients atteints de la rosacée pour un traitement fondé sur leurs symptômes et signes spécifiques (connus sous le nom de phénotypes), pour ainsi dire un traitement individualisé de la rosacée
  • L’algorithme de ROSCO pour la rosacée définit une nouvelle approche de traitement personnalisé approprié

LONDRES--()--Les recommandations internationales qui visent à une transition de la classification, du diagnostic et du traitement actuels de la rosacée d’une approche de sous-types à une approche de phénotypes, fondée sur les signes et symptômes de la rosacée, ont été publiées dans le British Journal of Dermatology.1,2 Ces recommandations portent sur la nécessité d’améliorer les résultats pour les patients atteints de rosacée par une meilleure identification et un traitement personnalisé des signes et symptômes qui affligent le plus chaque patient.

La rosacée, une maladie inflammatoire chronique de la peau, qui peut également affecter les yeux, a traditionnellement été diagnostiquée et traitée en fonction de quatre sous-types, selon la classification régionale appliquée. Toutefois, cela n’a pas abordé de façon adéquate le spectre potentiel de signes et symptômes (ou « phénotypes ») de chaque patient, un patient pouvant présenter plus d’un sous-type avec des signes et symptômes se dégradant ou s’améliorant d’un type à l’autre.3

Le coprésident du groupe ROSCO, le Dr Jerry Tan, professeur adjoint de médecine interne et en dermatologie de l’Université de Western Ontario au Canada, a commenté : « Étant donné le chevauchement des caractéristiques de la rosacée entre les sous-types et le fait qu’il n’existe pas de traitement unique qui attaque complètement toutes les caractéristiques de la rosacée, l’approche actuelle en matière de diagnostic et de traitement de la rosacée par sous-type peut entraver la gestion individualisée du patient. Une nouvelle approche est nécessaire pour nous puissions mieux aider chaque patient de la rosacée à recevoir le traitement approprié à ses signes et symptômes ».

Les recommandations du groupe ROSCO, publiées dans le British Journal of Dermatology, réévaluent les méthodes actuelles de diagnostic et de traitement de la rosacée et cherchent à améliorer les résultats pour les patients. Le groupe d’experts internationaux recommande une approche pour le diagnostic et la classification de la rosacée basée sur les caractéristiques présentes, l’optimisation de la gestion individualisée de la rosacée et l’habilitation des médecins à se baser davantage sur les signes et symptômes pour répondre aux besoins des patients.

« Dans le cadre de la ROSCO recommandations, le groupe d’experts a pris une mesure positive pour développer un algorithme de traitement basé sur les signes et symptômes. Cela permettra de soutenir les médecins et les patients à mieux traiter les caractéristiques les plus ennuyeuses de la maladie pour chaque patient. Il permettra également de garantir que nous, en tant que médecins, prescrivons la bonne combinaison de traitement pour nos patients », a déclaré le coprésident du groupe ROSCO, le Professeur Dr Martin Schaller du Service de dermatologie de l’Hôpital de l’Université de Tübingen, en Allemagne.

Le groupe a intégré l’expérience et les données cliniques de l’examen systématique Cochrane de 2015 sur « les interventions pour la rosacée », en vue d’atteindre un consensus sur une approche de traitement recommandée pour les signes et symptômes de la rosacée.4 Membre du groupe ROSCO et auteur principal de l’étude Cochrane 2015, le Dr Esther J. van Zuuren, dermatologue au centre médical universitaire de Leiden, aux Pays-Bas, a commenté « Bien que le paysage de la gestion de la rosacée ait évolué, la vision actuelle de la maladie basée sur les sous-types peut faire obstacle aux progrès en limitant notre façon de considérer les options de traitement. Ces nouvelles recommandations du groupe ROSCO devraient aider à faire un impact positif sur le développement futur des traitements et, à terme, à améliorer la vie des personnes atteintes de rosacée à travers une approche basée sur les symptômes ».

Note aux rédacteurs

À propos du groupe mondial ROSacea COnsensus (ROSCO)

Le groupe d’experts internationaux ROSacea Consensus (ROSCO) comprenait 17 dermatologues d’Afrique, d’Asie, d’Europe, d’Amérique du Nord et d’Amérique du Sud et trois ophtalmologues d’Europe et d’Amérique du Nord. Les membres du groupe ont atteint un consensus sur les aspects du diagnostic et du traitement de la rosacée par une approche Delphi modifié (sondages en ligne et réunion face-à-face), par vote sur chaque énoncé : tout à fait en désaccord, en désaccord, d’accord ou tout à fait d’accord (consensus atteint avec un minimum de 75 % de réponses « d’accord/tout à fait d’accord »). Les énoncés qui ne sont pas parvenus à un consensus dans les sondages en ligne ont été affinés dans des discussions de groupe nominal à la réunion et ont à nouveau été soumis à un vote. Tous les votes étaient conduits de façon électronique et à suffrage secret.

Galderma a financé le projet, mais n’a pas participé ni au vote, ni à la discussion, ni à la manipulation des données.

À propos du British Journal of Dermatology

Le journal est publié par Wiley pour le compte de l’Association britannique des dermatologues, l’association centrale des dermatologues pratiquant au Royaume-Uni. Le but de l’organisation est d’améliorer continuellement le traitement et la compréhension des maladies de la peau. Pour plus d’informations, veuillez visiter www.bad.org.uk

Wiley est la branche éditoriale scientifique, technique, médicale, et académique internationale John Wiley & Sons, avec une forte présence dans tous les principaux domaines académiques et professionnels et des partenariats avec de nombreuses grandes sociétés dans le monde. Pour plus d’informations, veuillez visiter le site www.wiley.com.

Références

        1.  

Tan J, et al. Updating the diagnosis, classification and assessment of rosacea: Recommendations from the global ROSacea Consensus (ROSCO) panel. Br J Dermatol. 2016 Oct 8. doi: 10.1111/bjd.15122. [Diffusion en ligne avant l’impression].

2.

Schaller M, et al. Rosacea treatment update: Recommendations from the global ROSacea Consensus (ROSCO) panel. Br J Dermatol. 2016 Nov 12. doi: 10.1111/bjd.15173. [Diffusion en ligne avant l’impression].

3.

Tan J, et al. An observational cross-sectional survey of rosacea: clinical associations and progression between subtypes. Br J Dermatol. (2013) 169, pp555–562.

4.

van Zuuren EJ, Fedorowicz Z, Carter B, van der Linden MM, Charland L. Interventions for rosacea. Cochrane Database Syst Rev. 2015 Apr 28; (4):CD003262. Diffusion en ligne le 28 avr. 2015

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Contacts

Pour ROSacea COnsensus :
Mary Barrington-Ward, +44-7768-486188
mary.barrington-ward@ogilvy.com

Contacts

Pour ROSacea COnsensus :
Mary Barrington-Ward, +44-7768-486188
mary.barrington-ward@ogilvy.com