Un milliard de nouveaux abonnés mobiles uniques d’ici 2020, constate une nouvelle étude de la GSMA

Le rapport sur l’économie mobile de 2015 constate une migration mobile rapide vers les réseaux mobiles à large bande ; l’industrie mobile fera des contributions croissantes au PIB, financement public et marché de l’emploi mondiaux

Mobile World Congress 2015
Mobile World Congress 2015:GSMA

BARCELONE, Espagne--()--Un milliard de personnes additionnelles deviendront des abonnés mobiles au cours des cinq prochaines années, selon un important nouveau rapport de la GSMA publié aujourd’hui lors du Mobile World Congress. Le nouveau rapport, « The Mobile Economy : 2015 », prévoit que le nombre d’abonnés mobiles uniques1 augmentera de 3,6 milliards à la fin de 2014 à 4,6 milliards d’ici 2020, augmentant de quatre pour cent par année (TCAC) au cours de la période. D’ici 2020, près de 60 pour cent de la population mondiale s’abonnera aux services mobiles, en hausse de la moitié de la population à la fin de 2014.

L’étude souligne également une migration rapide vers les réseaux mobiles à large bande 3G/4G et la croissance rapide de l’adoption des smartphones, qui stimule la croissance de nouveaux services de données et applications mobiles. Alors que l’écosystème mobile continue sa croissance en portée et en ampleur, on prévoit que l’industrie mobile fera une contribution croissante au PIB, financement public et marché de l’emploi mondiaux, et améliorera la vie de milliards de citoyens du monde entier.

« Il y a une décennie, seul un cinquième de la population mondiale était un abonné mobile, nous avons maintenant dépassé le seuil des 50 pour cent et il nous tarde de brancher un milliard de nouveaux abonnés au cours des cinq prochaines années », a commenté Anne Bouverot, directrice générale de la GSMA. « L’industrie mobile est au cœur d’un nouvel écosystème qui unit les mondes numériques et physiques et stimule la croissance économique. Au même moment, les opérateurs de téléphonie mobile continuent de déployer des réseaux aux quatre coins du monde, connectant les clients non branchés et répondant aux défis socio-économiques dans des domaines comme l’inclusion numérique et financière, les soins de santé et l’éducation. »

La pénétration mobile varie grandement en fonction des régions. En Europe, près de 80 pour cent de la population était abonné aux services mobiles à la fin de 2014, tandis qu’en Afrique subsaharienne, ce n’est que 39 pour cent. La croissance mondiale des abonnements au cours des cinq prochaines années sera donc concentrée dans les pays en développement, catalysée par l’augmentation de l’abordabilité des appareils et services mobiles et l’expansion rapide de la couverture mobile qui relie les populations qui ne sont toujours pas branchées, surtout dans les zones rurales.

On prévoit que le nombre de connexions SIM mondiales2(hors les connexions M2M) augmentera de 7,1 milliards en 2014 à 9 milliards d’ici 2020. Ceci tient compte du fait que chaque abonné mobile unique continuera de représenter environ 1,8 carte SIM chacun, en moyenne, pendant cette période. On prévoit que les connexions cellulaires M2M atteindront 1 milliard d’ici 2020, pour un nombre total de connexions mobiles de 10 milliards à ce moment.

Migration rapide vers la large bande mobile et les smartphones

D’ici 2020 on verra une migration rapide vers la technologie à large bande mobile avec l’augmentation de la disponibilité et de l’abordabilité des réseaux 3G/4G. Les services mobiles à large bande comptaient pour 40 pour cent des connexions SIM en 2014, mais augmenteront jusqu’à près de 70 pour cent du total d’ici 2020, alors que les abonnés délaissent les réseaux et appareils 2G. Cette tendance est attribuable à la hausse des connexions de smartphones ainsi qu’à l’expansion de la portée des réseaux 3G/4G3. Les smartphones représentaient 37 pour cent des connexions SIM en 2014, on prévoit une augmentation à 65 pour cent d’ici 2020.

Le taux d’adoption de smartphones est déjà de 60 pour cent dans les pays développés ; 51 pour cent des connexions SIM en Europe et 70 pour cent en Amérique du Nord. Les pays en développement contribueront le plus à la croissance des smartphones au cours des cinq prochaines années avec la chute du prix de vente moyen des smartphones, avec l'ajout de 2,9 milliards de connexions de smartphones d’ici 2020.

Soutenir la croissance grâce aux investissements

L’augmentation de l’utilisation des smartphones avec services à large bande alimente une explosion du trafic de données mobiles. Selon Cisco4, on s’attend à ce que les volumes de données mobiles mondiales augmentent à un TCAC de 57 pour cent d’ici 2019, atteignant les 24 314 pétaoctets par mois à ce moment en raison de la hausse de la consommation de vidéo sur demande sur les appareils mobiles.

Les opérateurs de téléphonie mobile font d’importants investissements auprès des réseaux mobiles de prochaine génération afin de répondre aux demandes en matière de capacité et de portée de la couverture. En 2014, les opérateurs de téléphonie mobile ont investi près de 216 milliards USD en dépenses de capital (Capex), une augmentation de neuf pour cent en cumul annuel. On prévoit que les niveaux d’investissements atteindront un total de 1 400 milliards USD dans les six années de 2015 à 2020.

Contributeur croissant à l’économie mondiale

L’industrie mobile est une des pierres angulaires de l’économie mondiale. En 2014, l’industrie mobile a contribué 3 000 milliards USD à l’économie mondiale, ce qui représente 3,8 pour cent du produit intérieur brut (PIB) mondial5. D’ici 2020, on s’attend à ce que la contribution de l’industrie augmentera à 3 900 milliards USD, représentant 4,3 pour cent du PIB mondial prévu à ce moment.

L’industrie mobile employait directement 12,8 millions de personnes dans le monde entier en 2014 et supportait indirectement 11,8 millions d’emplois additionnels, pour un total de 24,6 millions. D’ici 2020, on s’attend à ce que ce chiffre atteigne les 28,7 millions, avec 15,3 millions d’hommes et de femmes employés par l’industrie. Même sans tenir compte des droits de licence du spectre, qui ont généré plus de 14 milliards USD en revenus pour les gouvernements du monde entier l’année dernière, on s’attend à ce que l’industrie mobile contribue 411 milliards USD aux finances publiques en 2014 par l’entremise de taxation et de cotisations à la sécurité sociale. Cette contribution au financement public devrait augmenter jusqu’à 465 milliards USD d’ici 2020.

« Les opérateurs exigent un cadre réglementaire de soutien afin d’offrir ce nouvel écosystème numérique fondé sur les réseaux, smartphones et autres appareils branchés à large bande », a ajouté Mme Bouverot. « Notre nouveau rapport publié aujourd’hui inclut plusieurs étapes que peuvent prendre les décideurs afin de stimuler l’investissement, la compétition et l’innovation au sein de l’économie numérique alimentée par le mobile, y compris la réduction des contraintes sur la restructuration catalysée par le marché ; l’accès adéquat des opérateurs au spectre ; et le soutien des efforts des opérateurs afin d’étendre la couverture des réseaux mobiles aux zones rurales de manière durable. »

Pour consulter l’intégralité du rapport et des infographiques, veuillez consulter le : http://gsmamobileeconomy.com/.

À propos de la GSMA

La GSMA représente les intérêts des opérateurs de téléphonie mobile dans le monde entier ; elle rassemble près de 800 opérateurs de téléphonie mobile, ainsi que 250 sociétés appartenant à l'écosystème mobile élargi, dont des fabricants de téléphones et d’appareils, des éditeurs de logiciels, des fournisseurs d'équipement, des sociétés Internet et des organismes présents dans les secteurs d’activité connexes. La GSMA organise également les plus grands événements du marché, tels le Mobile World Congress, le Mobile World Congress Shanghai et les conférences Mobile 360 Series.

Pour de plus amples informations, rendez-vous sur le site Internet de la GSMA à l’adresse www.gsma.com. Suivez la GSMA sur Twitter : @GSMA.

1Un abonné mobile unique est un seul particulier qui peut posséder plusieurs connexions mobiles.
2Une connexion est définie comme était une carte SIM unique inscrite sur un réseau mobile.
3Une connexion smartphone est définie comme étant une carte SIM unique inscrite et utilisée par un smartphone. Elle ne se veut pas être la quantité de smartphones vendus ou expédiés.
4Indice de réseautage visuel Cisco : Mise à jour des prévisions de trafic des données mobiles mondiales, 2014–2019
5L’impact total sur le PIB 2014 comprend les cotisations directes et indirectes des opérateurs de téléphonie mobile (1,0 %) ; les industries connexes, p. ex. les fabricants d’appareils et les fournisseurs d’infrastructure (0,4 %) ; l’impact économique général (0,3 %) et les améliorations de la productivité (2,2 %).

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Contacts

Pour la GSMA
Charlie Meredith-Hardy, +44 7917 298428
CMeredith-Hardy@webershandwick.com
ou
Bureau de presse de la GSMA
pressoffice@gsma.com

Contacts

Pour la GSMA
Charlie Meredith-Hardy, +44 7917 298428
CMeredith-Hardy@webershandwick.com
ou
Bureau de presse de la GSMA
pressoffice@gsma.com