VEOLIA ENVIRONNEMENT: RESULTATS DU PREMIER SEMESTRE 20141

CROISSANCE RETROUVEE GRACE A LA BONNE EXECUTION DE LA STRATEGIE

FORTE AMELIORATION DES PERFORMANCES AU DEUXIEME TRIMESTRE

BONNE CROISSANCE DU CHIFFRE D’AFFAIRES (+3% A CHANGE CONSTANT) ET CONQUETE COMMERCIALE TRES SATISFAISANTE

FORTE CROISSANCE DE LA CAPACITE D’AUTOFINANCEMENT OPERATIONNELLE EN HAUSSE DE 9,9%2 (13,9%2 POUR LES SEULES ACTIVITES D’EAU ET DE PROPRETE)

RESULTAT NET RECURRENT PART DU GROUPE EN CROISSANCE DE 40% A 187 M€

FINALISATION DE LA TRANSACTION DALKIA LE 25 JUILLET 2014

OBJECTIFS 2014 CONFIRMES

PARIS--()--Regulatory News:

Veolia Environnement (Paris:VIE) :

Antoine Frérot, Président Directeur Général du Groupe a indiqué : «Les résultats du premier semestre sont satisfaisants et prometteurs. Le chiffre d’affaires est en croissance soutenue et nos efforts commerciaux de conquête des marchés industriels portent déjà leurs fruits. Nos résultats se sont fortement améliorés au cours du deuxième trimestre. L’effet défavorable du climat au premier trimestre a déjà été absorbé. Au total, la capacité d’autofinancement opérationnelle est en croissance de 9,9%2 et même de +13,9%2 pour les activités Eau et Propreté, ce qui nous permet de confirmer pleinement notre objectif annuel d’une croissance d’environ 10% à change constant.»

  • Chiffre d’affaires de 11 232 M€ contre 11 074 M€ au 30 juin 2013 retraité, croissance de 1,4% en données publiées et 3,0 % à change constant, en fort rebond au deuxième trimestre (+0,5% au T1, +5,6% au T2).

    Hors Dalkia France, le chiffre d’affaires est en progression soutenue, à +6,5% à change constant et +3,6% à périmètre et change constants.
    • En France, l’activité est stable dans l’Eau et dans la Propreté en dépit d’un contexte macroéconomique difficile.
    • L’Europe hors France (+2,4% à périmètre et change constants) bénéficie principalement d’une bonne dynamique au Royaume-Uni dans la Propreté et dans les Pays d’Europe Centrale et Orientale dans l’Eau.
    • Le Reste du monde affiche une croissance organique soutenue (+8,0%) grâce à la bonne performance des Services à l’Energie aux Etats-Unis en début d’année et à la hausse des volumes enfouis dans la Propreté en Australie. Le segment bénéficie par ailleurs de l’intégration des activités d’Eau et de Propreté de Proactiva en Amérique Latine, ce qui porte la croissance à 22% à change constant.
    • Les activités mondiales ont retrouvé la croissance (+7,8% à périmètre et change constants), avec une progression de toutes les activités (Déchets spéciaux +6%, Sade +7% et ingénierie +10%).
    • Dalkia France demeure en très forte baisse (-14,6 % sur le semestre, après -20,5 % au cours du T1 à périmètre constant) du fait d’un effet climat très défavorable avec un hiver exceptionnellement doux ainsi que la poursuite de l’arrêt progressif des cogénérations gaz.

Par activité, l’Eau ressort en hausse de 3,1% à périmètre et change constants. La Propreté enregistre une progression de 2,8% à périmètre et change constants, avec un effet volumes positif de 1,7% et une hausse des prix des services (+0,8%). L’Energie est en baisse (-10,1% à périmètre et change constants) pénalisée par un hiver très doux.

1 Données non auditées

2 A change constant. A change courant, croissance de la capacité d’autofinancement opérationnelle de 8,5% et +12,3% pour les activités Eau et Propreté.

  • Une conquête commerciale très dynamique.

Au cours du 1er semestre 2014 la conquête commerciale du Groupe a été particulièrement dynamique sur les marchés prioritaires ciblés par le Groupe, avec notamment l’extension du contrat d’utilités industrielles avec Novartis (CA cumulé estimé de 925 M€), la conception et l’exploitation de 2 centrales biomasse au Canada (CA cumulé estimé de 1,1Md€), et le traitement des eaux de process du champ de « tight gas » Khazzan, dans le Sultanat d’Oman (CA cumulé estimé de 75 M$). Au total, les offres à forte valeur ajoutée pour les clients industriels ont représenté 60% des gains de contrats du semestre.

  • Capacité d’Autofinancement Opérationnelle en forte hausse de 9,9% à change constant, à 1 009 M€ et en croissance de 13,9% pour les activités Eau et Propreté
    • La croissance de la Capacité d’Autofinancement Opérationnelle s’est fortement accélérée au deuxième trimestre, avec une hausse de 20,5% à change constant après 2,3% au premier trimestre.
    • Ces chiffres intègrent des charges de restructuration au niveau du siège de Veolia de 22 M€ au premier semestre 2014 contre 32 M€ au premier semestre 2013.
    • La Capacité d’Autofinancement Opérationnelle a crû sous l’effet notamment de la poursuite des économies de coûts, de la très bonne performance de l’activité Propreté dans toutes les géographies, ainsi qu’à un sensible redressement des performances de l’Eau en France. La Capacité d’Autofinancement Opérationnelle a par ailleurs bénéficié de la consolidation à 100% de Proactiva en Amérique Latine.
    • Par segment : à change constant, la Capacité d’autofinancement opérationnelle de la France est en hausse de 6% principalement sous l’effet des économies de coûts. L’Europe hors France progresse de 2,1% grâce aux bonnes performances du Royaume Uni ; en Allemagne, l’effet positif du redressement engagé de l’activité Propreté est compensé par la baisse de l’activité Energie à Braunschweig. Le Reste du monde croît de 44,3% porté par les Etats-Unis, l’Australie et l’effet de la consolidation de Proactiva. Les activités mondiales sont en légère hausse (+1,7%).
    • Par activité : l’Eau enregistre une progression de 3,8% à change constant, la Propreté de 16% et l’Energie une baisse de 4,4% du fait d’un hiver doux en France mais plus favorable aux Etats-Unis. Dalkia France en particulier affiche une Capacité d’autofinancement opérationnelle en repli de 14,8% du fait du climat défavorable et de l’arrêt des cogénérations gaz.
  • Résultat Opérationnel Récurrent de 564 M€ contre 541 M€ au premier semestre 2013 retraité, en croissance de 4,3% en données publiées et 5,8% à change constant malgré l’effet climat qui pénalise les performances de Dalkia International et une variation défavorable des provisions retraites pour environ 30M€.
  • Forte hausse du Résultat Net Récurrent part du groupe, à 187 M€ contre 134 M€ au premier semestre 2013 retraité, soit une croissance de 40%.
    • Le coût de financement retraité est en forte baisse, à 222 M€ contre 264 M€ au premier semestre 2013 sous l’effet de la baisse de l’endettement financier moyen.
    • Le taux d’impôt récurrent est ramené à 35,3% contre 42,2 % il y a un an principalement grâce à la remontée des résultats en France.
    • Le Résultat net part du groupe s’établit à 151 M€ contre 1 M€ au premier semestre 2013 retraité.
  • Forte amélioration de la génération de free cash-flow net3, à -163M€ contre -563M€4 au premier semestre 2013 retraité, soit une hausse de 400 M€.
    • Poursuite des efforts de contrôle des investissements industriels (579 M€ contre 612 M€) et bonne maîtrise du Besoin en Fonds de Roulement.
  • Endettement Financier Net de 8 646 M€ au 30 juin 2014, contre 8 177 M€ au 31 décembre 2013.
  • Objectifs 2014 confirmés.
    • Croissance du chiffre d’affaires
    • Croissance de la Capacité d’Autofinancement Opérationnelle de l’ordre de 10 % à change constant
    • Croissance significative du résultat opérationnel récurrent
    • Baisse des frais financiers
    • Croissance significative du résultat net récurrent
    • Proposition de verser un dividende de 0,70 euro par action au titre de l’exercice 2014

3 Le cash flow avant cessions financières nettes et après paiement des frais financiers et des impôts correspond à la somme de la capacité d’autofinancement opérationnelle et de la capacité d’autofinancement financière, des dividendes reçus des co-entreprises, du remboursement des actifs financiers opérationnels, de la variation du BFR opérationnel et des investissements industriels et cessions industrielles hors investissements industriels net des cessions industrielles des activités non poursuivies.

4 Hors Emission de titres super subordonnés à durée indéterminée en euros et en livres sterling pour 1 454M€ (y compris coupons versés) en janvier 2013

Veolia est la référence mondiale de la gestion optimisée des ressources. Présent sur les cinq continents avec plus de 200 000 salariés*, le Groupe conçoit et déploie des solutions pour la gestion de l’eau, des déchets et de l’énergie, qui participent au développement durable des villes et des industries. Au travers de ses trois activités complémentaires, Veolia contribue à développer l’accès aux ressources, à préserver les ressources disponibles et à les renouveler.

En 2013, Veolia a servi 94 millions d’habitants en eau potable et 62 millions en assainissement, produit 86 millions de mégawatheures et valorisé 38 millions de tonnes de déchets. Veolia (Paris Euronext : VIE et NYSE : VE) a réalisé en 2013 un chiffre d’affaires de 22,3 milliards d’euros*. www.veolia.com

(*) Hors périmètre et chiffre d’affaires de Transdev en cours de cession

Avertissement important

Veolia Environnement est une société cotée au NYSE et à Euronext Paris et le présent document de presse contient des « déclarations prospectives » (forward-looking statements) au sens des dispositions du U.S. Private Securities Litigation Reform Act de 1995. Ces déclarations ne sont pas des garanties quant à la performance future de la Société. Les résultats effectifs peuvent être très différents des déclarations prospectives en raison d’un certain nombre de risques et d’incertitudes, dont la plupart sont hors de notre contrôle, et notamment : les risques liés au développement des activités de Veolia Environnement dans des secteurs très concurrentiels qui nécessitent d'importantes ressources humaines et financières, le risque que des changements dans le prix de l'énergie et le niveau des taxes puissent réduire les bénéfices de Veolia Environnement, le risque que les autorités publiques puissent résilier ou modifier certains des contrats conclus avec Veolia Environnement, le risque que les acquisitions ne produisent pas les bénéfices que Veolia Environnement espère réaliser, les risques liés aux termes et conditions figurant habituellement dans les accords de cession, le risque que le respect des lois environnementales puisse devenir encore plus coûteux à l'avenir, le risque que des fluctuations des taux de change aient une influence négative sur la situation financière de Veolia Environnement telle que reflétée dans ses états financiers avec pour résultat une baisse du cours des actions de Veolia Environnement, le risque que Veolia Environnement puisse voir sa responsabilité environnementale engagée en raison de ses activités passées, présentes et futures, de même que les risques décrits dans les documents déposés par Veolia Environnement auprès de la U.S. Securities and Exchange Commission. Veolia Environnement n’a pas l’obligation ni ne prend l’engagement de mettre à jour ou réviser les déclarations prospectives. Les investisseurs et les détenteurs de valeurs mobilières peuvent obtenir gratuitement auprès de Veolia Environnement copie des documents enregistrés par Veolia Environnement auprès de la U.S. Securities and Exchange Commission.
Ce document contient des indicateurs non strictement comptables (« non GAAP ») au sens de la règlementation (notamment Regulation G adoptée par la Securities and Exchange Commission américaine au titre de la loi américaine. Sarbanes-Oxley Act de 2002). Ces indicateurs non strictement comptables sont notamment conformément à l’exemption accordée par la règlementation américaine (Rule 100(c) of Regulation G)

INFORMATIONS FINANCIÈRES AU 30 JUIN 20145

1. Développement commercial

Depuis le 1er janvier 2014, le Groupe a enregistré de nouveaux succès commerciaux dont :

  • Le 14 janvier 2014, Le Grand Lyon (France) a annoncé l’attribution à Veolia Eau du contrat de gestion de production et de distribution d’eau potable dans 54 communes pour une durée de huit ans. Ce contrat, qui prendra effet au 3 février 2015, représente un chiffre d’affaires cumulé estimé à 660 millions d’euros (normes françaises) ainsi que 55 millions d’euros d’investissements ;
  • Le 29 janvier 2014, le Ministère des municipalités et des travaux publics iraquien a annoncé avoir choisi Veolia en partenariat avec le conglomérat japonais Hitachi et la société de génie civil égyptienne ArabCo, pour construire et exploiter pendant cinq ans une installation de dessalement à Bassorah, en Irak. Ce contrat représente pour Veolia un chiffre d’affaires cumulé estimé à 115 millions de dollars ;
  • Le 3 février 2014, le Groupe pharmaceutique suisse Novartis a annoncé avoir renouvelé sa confiance à Veolia, en lui confiant à nouveau la gestion des utilités des sites de production de Bâle (Suisse), siège historique du Groupe, mais également la gestion des services techniques et des services aux occupants de quinze de ses plus importants sites en Europe de l’Ouest. Ces contrats représentent pour Veolia un chiffre d’affaires cumulé estimé à 925 millions d’euros sur cinq ans ;
  • Le 20 février 2014, la municipalité de Buenos Aires - Argentine a annoncé avoir confié la gestion de ses services de propreté à Proactiva Medio Ambiente, filiale de Veolia en charge de ses activités en Amérique Latine. Ce contrat, d’une durée de dix ans, représente pour Veolia un chiffre d’affaires cumulé estimé à 500 millions d’euros ;
  • Le 26 mars 2014, la commune de Las Condes, dans l’agglomération de Santiago du Chili, a annoncé avoir renouvelé sa confiance à Proactiva Medio Ambiente, filiale en Amérique Latine de Veolia, pour la collecte de ses déchets ménagers solides. Ce nouveau contrat, d’une durée de huit ans avec une extension de 2 années supplémentaires, représente un chiffre d’affaires cumulé estimé à 40 millions d’euros ;
  • Le 6 mai 2014, Veolia a signé un contrat de fourniture d’équipements et de services pour le traitement de l’eau en Colombie avec Ecopetrol America Inc. (filiale américaine de la compagnie pétrolière nationale de Colombie Ecopetrol SA). Ce contrat de traitement de l’eau (produite par l’extraction de pétrole sur le site du partenaire Ecopetrol), situé à castilla dans le sud-est de Bogota, représente un chiffre d’affaires cumulé estimé à environ 60 millions d’euros ;
  • Le 27 juin 2014, BP a annoncé avoir choisi Veolia comme partenaire pour l’un des plus grands projets d’exploitation de gaz. Veolia s’est vu confié la conception, la construction et l’exploitation d’une usine de traitement d’eau brute qui servira le projet BP de développement du champ de gaz Khazzan, situé au sud-ouest de Muscat, dans le Sultanat d’Oman. Ce contrat, d’une durée initiale d’exploitation d’un an, avec une option de prolongation de quatre années supplémentaires, représente pour Veolia un chiffre d’affaires cumulé estimé à 75 millions de dollars ;
  • Le 1er juillet 2014, Hunter Water corporation a annoncé l’attribution à Veolia de son plus important contrat d’exploitation de 25 usines de production et de traitement de l’eau en Australie (région de Hunter en Nouvelle-Galles du Sud). Ce contrat, d’une durée de huit ans, représente un chiffre d’affaires d’environ 193 millions d’euros.

5 L’intégralité des retraitements réalisés sur les comptes à fin juin 2013 est rappelée sur page 24 de ce communiqué de presse

2. Produit des activités ordinaires

2.1 Commentaire général

Au 30 juin 2014
(en millions d’euros)
  Au 30 juin 2013

Retraité
(en millions d’euros)

 

Variation
2014/2013

 

Dont
croissance
interne

 

Dont
croissance
externe

 

Dont effet
de change

11 231,5   11 073,8   +1,4%   +0,6%   +2,4%   -1,6%

L’effet périmètre du chiffre d’affaires au 30 juin 2014 est positif à hauteur de 265,1 millions d’euros, dont 244,3 millions d’euros liés à la prise de contrôle de Proactiva Medio Ambiente fin novembre 2013, consolidé en intégration globale depuis cette date dans les comptes du Groupe.

L’effet de change, quant à lui, est de -169,5 millions d'euros et reflète essentiellement l’appréciation de l’euro par rapport au dollar australien (-70,0 millions d’euros), au dollar américain (-40,2 millions d’euros), à la couronne tchèque (-20,1 millions d’euros), au yen japonais (-18,6 millions d’euros) et au réal brésilien (-17,4 millions d’euros). La livre sterling elle, s’apprécie par rapport à l’euro pour 35,1 millions d’euros.

2.2 Produit des activités ordinaires par segment

(en millions d'euros)  

Au 30 juin
2014

 

Au 30 juin
2013 retraité

 

Variation
(%)

 

Dont
croissance
interne

 

Dont
croissance
externe

 

Dont effet
change

France   2 765,1   2 782,3   -0,6%   -0,6%   n/a   n/a
Europe hors France 2 427,0 2 365,9 +2,6% +2,4% -0,2% +0,4%
Reste du monde 2 162,4 1 884,4 +14,7% +8,0% +14,0% -7,3%
Activités Mondiales 2 101,7 1 999,7 +5,1% +7,8% -0,6% -2,1%
Dalkia 1 552,3 1 823,5 -14,9% -14,6% -0,3% n/a
Autres   223,0   218,0   +2,3%   -8,8%   +10,8%   +0,3%
Produit des activités ordinaires   11 231,5   11 073,8   +1,4%   +0,6%   +2,4%   -1,6%

France

Chiffre d’affaires (M€)                

Au 30 juin 2014

 

Au 30 juin 2013
retraité

 

Variation
2014/2013

 

Dont
croissance
interne

 

Dont
croissance
externe

 

Dont effet de
change

2 765,1   2 782,3   -0,6%   -0,6%   n/a   n/a

Le chiffre d’affaires de la France est globalement stable à -0,6% (en courant et à périmètre constant).

  • Pour les activités Eau, le chiffre d’affaires diminue de -1,2% (en courant et à périmètre constant). Il bénéficie de la progression des indexations tarifaires qui compense en partie l’érosion contractuelle et la moindre activité travaux. Les volumes vendus sur la période sont stables.
  • Pour les activités Propreté, le chiffre d’affaires reste relativement stable (+0,1% en courant et à périmètre constant). Les effets légèrement favorables sur les volumes ainsi que l’augmentation des prix nets (hors matières) sont compensés par les tendances à la baisse des prix des matières recyclées.

Europe hors France

Chiffre d’affaires (M€)                
Au 30 juin 2014  

Au 30 juin 2013
retraité

 

Variation
2014/2013

 

Dont
croissance
interne

 

Dont
croissance
externe

 

Dont effet de
change

2 427,0   2 365,9   +2,6%   +2,4%   -0,2%   +0,4%

Le chiffre d’affaires en Europe hors France est en progression de +2,6% en courant (+2,4% à périmètre et change constants). Cette variation est essentiellement liée à une croissance soutenue du chiffre d’affaires :

  • au Royaume Uni : le chiffre d’affaires est en forte augmentation de +13,5% en courant (+9,7% à périmètre et change constants) du fait de la progression des volumes sur la collecte commerciale et les déchets spéciaux, ainsi que de la contribution des contrats intégrés dans la Propreté (notamment Leeds et Staffordshire) ;
  • dans les pays d’Europe Centrale et Orientale : le chiffre d’affaires bénéficie d’une progression de +2,9% à périmètre et change constants, directement en lien avec les hausses tarifaires dans l’activité Eau.

Ces effets sont en partie compensés par la diminution du chiffre d’affaires en Europe du Nord de près de -4,3% en courant, qui provient principalement de l’effet climat défavorable sur le contrat de Braunschweig en Allemagne.

Reste du monde

Chiffre d’affaires (M€)                
Au 30 juin 2014  

Au 30 juin 2013
retraité

 

Variation
2014/2013

 

Dont
croissance
interne

 

Dont
croissance
externe

 

Dont effet de
change

2 162,4   1 884,4   +14,7%   +8,0%   +14,0%   -7,3%

Le chiffre d’affaires du segment Reste du monde est en progression de +14,7% en courant (+8,0% à périmètre et change constants).

Cette variation provient essentiellement d’une croissance soutenue du chiffre d’affaires :

  • aux Etats-Unis, où le chiffre d’affaires est en forte progression de +6,4% en courant (+8,7% à périmètre et change constants), en raison notamment de l’augmentation du chiffre d’affaires sur l’activité Services à l’Energie (impact des conditions climatiques rigoureuses, des nouveaux projets, et de la hausse des prix du fuel et du gaz) ;
  • en Australie, où le chiffre d’affaires est en forte progression de +11,0% à périmètre et change constants (-1,8% en courant), en raison de la progression des volumes enfouis ainsi que des activités services industriels dans la Propreté.

L’impact de la croissance externe (à hauteur de 244,3 millions d’euros) est lié à la prise de contrôle de Proactiva Medio Ambiente, intervenue fin novembre 2013.

Activités Mondiales

Chiffre d’affaires (M€)                
Au 30 juin 2014  

Au 30 juin 2013
retraité

 

Variation
2014/2013

 

Dont
croissance
interne

 

Dont
croissance
externe

 

Dont effet de
change

2 101,7   1 999,7   +5,1%   +7,8%   -0,6%   -2,1%

Le chiffre d’affaires du segment Activités Mondiales est en progression de +5,1% en courant (+7,8% à périmètre et change constants). Cette évolution est principalement liée à une croissance soutenue du chiffre d’affaires :

  • chez VWS : +4,0% en courant et +10,0% à périmètre et change constants. La bonne dynamique du chiffre d’affaires provient notamment du démarrage de grands projets dans l’activité Design and Build industriel (en particulier des projets de dessalement au Moyen Orient) ;
  • chez SARPI : +7,6% à périmètre et change constants et +11,6% en courant, avec une augmentation des volumes de déchets spéciaux traités (activité de traitement des huiles et de dépollution des sols notamment).

Dalkia

Chiffre d’affaires (M€)                
Au 30 juin 2014  

Au 30 juin 2013
retraité

 

Variation
2014/2013

 

Dont
croissance
interne

 

Dont
croissance
externe

 

Dont effet de
change

1 552,3   1 823,5   -14,9%   -14,6%   -0,3%   n/a

Le chiffre d’affaires de Dalkia France est en forte diminution sur la période : -14,9% en courant (-14,6% à périmètre constant). Cette variation s’explique principalement par l’impact défavorable du climat de l’hiver 2014, comparé à l’hiver particulièrement rigoureux de l’année précédente, et par l’impact de l’arrêt programmé en France des Cogénérations gaz.

Autres

Chiffre d’affaires (M€)                
Au 30 juin 2014  

Au 30 juin 2013
retraité

 

Variation
2014/2013

 

Dont
croissance
interne

 

Dont
croissance
externe

 

Dont effet de
change

223,0   218,0   +2,3%   -8,8%   +10,8%   +0,3%

Le chiffre d’affaires du segment Autres n’appelle pas de commentaires particuliers.

Le segment Autres comprend essentiellement le chiffre d’affaires de nos activités en Israël et des holdings Groupe (en particulier les contrats de multiservices industriels, les holdings corporate ainsi que les activités d’ingénierie et de conseil).

2.3 Produit des activités ordinaires par activité

(en millions d’euros)  

Au 30 juin
2014

 

Au 30 juin 2013
retraité

 

Variation
2014/2013

 

Dont
croissance
interne

 

Dont
croissance
externe

 

Dont effet de
change

Eau

Propreté

Services à l’Energie

Autres

  5 113,1

4 175,1

1 833,6

109,7

 

5 000,4

3 984,7

1 972,3

116,4

 

+2,3%

+4,8%

-7,0%

-5,8%

  +3,1%

+2,8%

-10,1%

-5,8%

  +1,2%

+3,3%

+3,6%

n/a

 

-2,0%

-1,3%

-0,5%

+0,0%

Produit des activités ordinaires   11 231,5   11 073,8   +1,4%   +0,6%   +2,4%   -1,6%

Le chiffre d’affaires consolidé du Groupe ressort en progression de +0,6% à périmètre et change constants (+1,4% en courant) et s’établit à 11 231,5 millions d’euros au 30 juin 2014 comparé à 11 073,8 millions d’euros au 30 juin 2013 retraité. Il démontre une amélioration globale sur le 2ème trimestre 2014 et ressort en progression de +3,1% à périmètre et change constants contre une baisse constatée de -1,7% à périmètre et change constants au cours du 1er trimestre 2014.

Eau

Chiffre d’affaires (M€)                
Au 30 juin 2014  

Au 30 juin 2013
retraité

 

Variation
2014/2013

 

Dont
croissance
interne

 

Dont
croissance
externe

 

Dont effet de
change

5 113,1

 

5 000,4

 

+2,3%

 

+3,1%

 

+1,2%

 

-2,0%

La progression du chiffre d’affaires des activités Eau, de +3,1% à périmètre et change constants (+2,3% en courant), s’explique essentiellement par la hausse de l’activité Travaux ainsi que par l’effet favorable des hausses de tarifs en Europe Centrale et Orientale.

Le chiffre d’affaires démontre une nette amélioration sur le 2ème trimestre 2014 et ressort en progression de +5,2% à périmètre et change constants contre +0,9% au cours du 1er trimestre 2014.

  • Le chiffre d’affaire pour les activités de l’Eau Exploitation est plutôt stable, +0,4% à périmètre et change constants (+1,0% en courant).
  • Les activités de l’Eau Technologies et Réseaux bénéficient d’une croissance organique favorable ; +8,9% à périmètre et change constants (+5,0% en courant). Cette progression provient principalement de l’impact du démarrage de grands projets chez VWS, notamment dans les activités Design and Build industriel (projet de dessalement au Moyen Orient).

Propreté

Chiffre d’affaires (M€)                
Au 30 juin 2014  

Au 30 juin 2013
retraité

 

Variation
2014/2013

 

Dont
croissance
interne

 

Dont
croissance
externe

 

Dont effet de
change

4 175,1

 

3 984,7

 

+4,8%

 

+2,8%

 

+3,3%

 

-1,3%

Le chiffre d’affaires des activités Propreté est en progression de +2,8% à périmètre et change constants (+4,8% en courant), grâce notamment :

  • à une bonne dynamique au Royaume-Uni du fait de la progression des volumes sur la collecte commerciale et les déchets spéciaux ainsi que de la contribution des contrats intégrés (en particulier Leeds et Staffordshire),
  • à l’intégration des activités Propreté de Proactiva Medio Ambiente,
  • à la progression en Australie des volumes enfouis et des services industriels.

Il démontre un léger retrait sur le 2ème trimestre 2014 et ressort en progression de +2,5% à périmètre et change constants contre +3,3% au cours du 1er trimestre 2014.

Services à l’Energie

Chiffre d’affaires (M€)                
Au 30 juin 2014  

Au 30 juin 2013
retraité

 

Variation
2014/2013

 

Dont
croissance
interne

 

Dont
croissance
externe

 

Dont effet de
change

1 833,6

 

1 972,3

 

-7,0%

 

-10,1%

 

+3,6%

 

-0,5%

Le chiffre d’affaires des activités de Services à l’Energie est en diminution sur la période : -7,0% en courant (-10,1% à périmètre et change constants). Cette variation s’explique principalement par l’impact défavorable du climat de l’hiver 2013-2014, comparé à l’hiver particulièrement rigoureux de l’année précédente, et par l’impact de l’arrêt programmé en France des Cogénérations gaz.

Cependant on constate une nette amélioration du chiffre d’affaires des activités Services à l’Energie sur le 2ème trimestre 2014, qui ressort en retrait de -2,8% à périmètre et change constants contre -14,2% au cours du 1er trimestre 2014, liée notamment à l’impact positif de TNAI en Amérique du Nord.

Autres

Chiffre d’affaires (M€)                
Au 30 juin 2014  

Au 30 juin 2013
retraité

 

Variation
2014/2013

 

Dont
croissance
interne

 

Dont
croissance
externe

 

Dont effet de
change

109,7   116,4   -5,8%   -5,8%   n/a   +0,0%

Le chiffre d’affaires des activités Autres diminue de -5,8% à périmètre et change constants (ainsi qu’en courant) et n’appelle pas à de commentaires particuliers.

Ce segment inclut nos activités de holdings Corporate, nos contrats de multiservices industriels, et nos activités d’ingénierie et conseil.3. Autres éléments du compte de résultat

3.1 Coûts commerciaux, généraux et administratifs

Les coûts commerciaux, généraux et administratifs passent de 1 422,1 millions d’euros au premier semestre 2013 à 1 419,3 millions d’euros au premier semestre 2014, soit une baisse -0,2 % en courant.

Le ratio coûts commerciaux, généraux et administratifs est en retrait et passe de 12,8% au 30 juin 2013 à 12,6% au 30 juin 2014.

A change et périmètre constants, avant inflation des salaires et mouvements de provisions sur les retraites des dirigeants, les coûts commerciaux, généraux et administratifs sont en retrait de -72 millions d’euros, soit -5%.

Cette baisse constatée est le reflet de la politique de recentrage et du plan de réduction des coûts mis en œuvre par le Groupe depuis 2012.

3.2 Réconciliation du Résultat opérationnel et du Résultat opérationnel après quote-part de résultat net dans les entités mises en équivalence avec le Résultat opérationnel récurrent

Le résultat opérationnel se décompose comme suit par segment :

  Résultat opérationnel
(en millions d’euros)   30 juin 2014   30 juin 2013 retraité   Variation (en %)   Variation change constant (en %)
France 106,1   108,6   -2,3%   -2,3%
Europe hors France 126,3 93,6 34,9% 35,6%
Reste du Monde 117,6 66,0 78,3% 85,6%
Activités Mondiales 48,4 55,9 -13,4% -12,0%
Dalkia 108,3 93,7 15,5% 15,5%
Autres   -88,8   -53,9   -64,7%   -64,7%
Total   417,9   363,9   14,8%   16,6%
Taux de marge de RESOP   3,7%   3,3%        

Au 30 juin 2014 et au 30 juin 2013 retraité, la réconciliation du Résultat opérationnel et du Résultat opérationnel après quote-part de résultat net dans les entités mises en équivalence avec le Résultat opérationnel récurrent s’analyse comme suit:

30 juin 2014         Non récurrent  

Résultat
Opérationnel
Récurrent (2)

(F)

(en millions d'euros)   Résultat Opérationnel (A)  

QP de
résultat net
des entités
ME (B)

 

Résultat
Opérationnel
après QP des
entités ME (C)

 

Pertes de
valeur sur
Goodwill (D)

 

Autres (1)

(E)

 
France 106,1 -0,7 105,4 -   - 105,4
Europe hors France 126,3 16,0 142,3 - -2,0 144,3
Reste du Monde 117,6 22,1 139,7 - - 139,7
Activités Mondiales 48,4 4,1 52,5 - - 52,5
Dalkia 108,3 29,1 137,4 - -1,5 138,9
Autres   -88,8   50,3   -38,5   -   -22,0   -16,5
Total   417,9   120,9   538,8   -   -25,5   564,3

(C) = (A)+(B) et (F)= (C)-(D)-(E)

(1) Au 30 juin 2014, les charges de restructuration en lien avec le plan de départ volontaire du siège sont reclassées en éléments non récurrents du résultat opérationnel, de même que les charges de restructuration au Royaume Uni.

(2) le résultat opérationnel récurrent est défini en fin de communiqué.

30 juin 2013 retraité         Non récurrent  
(en millions d'euros)   Résultat Opérationnel

(A)

 

QP de
résultat net
des entités
ME (B)

 

Résultat
Opérationnel
après QP des
entités ME
(C)

 

Pertes de
valeur sur
Goodwill (1)

(D)

 

Autres (2)

(E)

 

Résultat
Opérationnel
Récurrent (3)

(F)

France 108,6 1,5 110,1 -   - 110,1
Europe hors France 93,6 3,9 97,5 -48,5 - 146,0
Reste du Monde 66,0 19,7 85,7 - - 85,7
Activités Mondiales 55,9 4,2 60,1 - - 60,1
Dalkia 93,7 67,6 161,3 - - 161,3
Autres   -53,9   14,9   -39,0   -   -17,1   -21,9
Total   363,9   111,8   475,7   -48,5   -17,1   541,3

(C) = (A)+(B) et (F)= (C)-(D)-(E)

(1) Il s’agit des pertes de valeurs hors Goodwill négatifs, ces derniers sont présentés dans la colonne Autres éléments non récurrents. Au 30 juin 2013 retraité, ils comprenaient 48,5 millions d’euros de dépréciation du Goodwill de la Propreté en Allemagne.

(2) Au 30 juin 2013 retraité les charges de restructuration en lien avec le plan de départ volontaire du siège sont reclassées en éléments non récurrents du résultat opérationnel.

(3) le résultat opérationnel récurrent est défini en fin de communiqué.L'évolution du résultat opérationnel récurrent se détaille comme suit :

  Résultat opérationnel récurrent
(en millions d’euros)   30 juin 2014   30 juin 2013   Variation (en %)   Variation change constant (en %)
France 105,4   110,1   -4,2%   -4,2%
Europe hors France 144,3 146,0 -1,2% -0,7%
Reste du Monde 139,7 85,7 62,9% 69,6%
Activités Mondiales 52,5 60,1 -12,6% -11,5%
Dalkia 138,9 161,3 -13,9% -13,1%
Autres   -16,5   -21,9   24,7%   24,7%
Total   564,3   541,3   4,3%   5,8%

Le résultat opérationnel récurrent6 s’élève à 564,3 millions d’euros. Il est en progression de 4,3% en courant par rapport au 30 juin 2013 retraité, et 5,8% à change constant. Cette augmentation est principalement due :

  • à la progression significative de la capacité d’autofinancement opérationnelle sur le premier semestre 2014 ;
  • à la progression de la quote-part de résultat net récurrent des co-entreprises et des entreprises associées qui s’élève à 122,4 millions d’euros au 30 juin 2014, en augmentation de 9,5% en courant (elle s’élevait à 111,8 millions d’euros au 30 juin 2013 retraité). Cette variation est liée à l’impact de la cession de Marius Pedersen à hauteur de 48,9 millions d’euros en 2014 compensé par la moindre performance de Dalkia International en raison de l’effet climat fortement négatif ;
  • à un effet de comparaison négatif de l’ordre de -32 millions d’euros chez VE S.A. par rapport au premier semestre 2013 sur les reprises de provisions relatives aux régimes de retraite des hauts cadres dirigeants.

La quote-part de résultat des entités mises en équivalence de 120,9 millions d’euros au 30 juin 2014 se décompose en quote-part de résultat net des co-entreprises et en quote-part des entreprises associées :

  • Quote-part de résultat net des co-entreprises

Elle s’établit à 104,3 millions d’euros au 30 juin 2014 contre 99,5 millions d’euros au 30 juin 2013 retraité.

Cette évolution favorable s’explique d’une part par la plus value de cession de Marius Pedersen, pour un montant de 48,9 millions d’euros, et d’autre part par la moindre performance de Dalkia International.

Contribution (1)

Dalkia International
(en millions d’euros)

  30 juin 2014  

30 juin 2013
retraité

 

Variation
(en %)

 

 

Variation à
périmètre et change
constants (en %)

Chiffre d’affaires   2 076,0   2 436,6   -14,8%   -9,1%
Résultat opérationnel après quote-part des entités ME   144,6   211,6   -31,7%   -30,7%
CAFOP   257,7   313,6   -17,8%   -14,6%
Investissements industriels (y.c AFO)   -104,9   -107,3   2,2%   n/a

(1) Contribution de Dalkia International à 100%

6 Après quote-part de résultat net récurrent des co-entreprises et des entreprises associées

Le recul du chiffre d’affaires de Dalkia International s’explique essentiellement, à hauteur de -105,3 millions d’euros, par un effet climat défavorable, en particulier en Europe Centrale, lié à la douceur exceptionnelle du premier trimestre 2014 par rapport à un hiver particulièrement rigoureux l’année précédente.

Contribution (2)

Concessions chinoises dans l’Eau
(en millions d'euros)

  30 juin 2014  

30 juin 2013
retraité

 

Variation
(en %)

 

Variation à périmètre et
change constants (en %)

Chiffre d’affaires   264,7   261,5   1,2%   4,9%
Résultat opérationnel après quote-part des entités ME   28,6   29,1   -2,1%   1,4%
CAFOP   55,5   56,6   -1,9%   1,5%
Investissements industriels (y.c AFO)   -24,5   -16,9   -45,0%   n/a

(2) En quote-part Groupe

  • Quote-part de résultat net des entreprises associées

Elle s’établit à 16,6 millions d’euros au 30 juin 2014 contre 12,3 millions d’euros au 30 juin 2013 retraité, et n’appelle pas de commentaires particuliers.

3.3 Capacité d’autofinancement opérationnelle

L’évolution de la capacité d’autofinancement opérationnelle par segment est la suivante :

(en millions d’euros)   CAFOP
30 juin 2014  

30 juin 2013
retraité

  Variation
     

change
courant

 

change
constant

France 311,2 293,5 6,0%   6,0%
Europe hors France 293,4 286,7 2,3% 2,1%
Reste du Monde 258,6 188,1 37,5% 44,3%
Activités Mondiales 94,8 94,2 0,6% 1,7%
Dalkia 109,7 128,7 -14,8% -14,8%
Autres   -59,0   -61,2   3,6%   3,4%
CAF opérationnelle   1 008,7   930,0   8,5%   9,9%
Taux de marge de CAFOP   9,0%   8,4%        

L’évolution de la capacité d’autofinancement opérationnelle par activité est la suivante :

(en millions d’euros)   CAFOP
30 juin 2014  

30 juin 2013
retraité

  Variation
     

change
courant

 

change
constant

Eau 436,4 427,0 2,2%   3,8%
Propreté 463,8 404,1 14,8% 16,0%
Services à l’Energie 146,5 154,9 -5,4% -4,4%
Autres   -38,0   -56,0   32,1%   32,3%
CAF opérationnelle   1 008,7   930,0   8,5%   9,9%
Taux de marge de CAFOP   9,0%   8,4%        

La capacité d’autofinancement opérationnelle s’élève à 1 008,7 millions d’euros au 30 juin 2014 contre 930,0 millions d’euros au 30 juin 2013 retraité, en progression de +9,9% à change constant (+8,5% en courant).

Hors Dalkia France, la progression de la capacité d’autofinancement opérationnelle serait de +12,3% en courant et de +13,9% à change constant.

La variation de la capacité d’autofinancement opérationnelle sur le premier semestre 2014 bénéficie :

  • de la contribution positive des plans d’économie de coûts ;
  • de la progression de l’activité Eau en France, mais également en Europe Centrale et Orientale liée aux hausses tarifaires ;
  • de la très bonne performance de l’activité Propreté dans les déchets spéciaux, ainsi que de l’effet volume favorable en Australie et au Royaume-Uni ;
  • de l’effet de la consolidation à 100% de Proactiva Medio Ambiente en Amérique Latine.

La capacité d’autofinancement opérationnelle est en revanche affectée :

  • en France, par l’érosion contractuelle des activités de l’Eau, et l’évolution des prix métaux recyclés de la Propreté ;
  • par la baisse de la profitabilité de l’activité en Allemagne principalement liée à un effet climat défavorable ;
  • par un premier semestre difficile pour Dalkia en France, en lien avec un effet climat défavorable et les impacts de l’arrêt programmé des Cogénérations gaz. La capacité d’autofinancement opérationnelle de Dalkia France bénéficie en revanche d’un effet favorable sur le prix des services.

L’effet de change est limité à -13,3 millions d’euros sur la capacité d’autofinancement opérationnelle et reflète essentiellement l’appréciation de l’euro par rapport au dollar australien (-8,1 millions d’euros), au dollar américain (-2,9 millions d’euros), et à la couronne tchèque (-3,1 millions d’euros). La livre sterling, quant à elle, s’apprécie par rapport à l’euro pour 4,2 millions d’euros.

Analyse par Segment :

FRANCE

(en millions d’euros)   Au 30 juin 2014  

Au 30 juin 2013
retraité

 

Variation à
change
courant

 

Variation
change
constant

Capacité d’autofinancement opérationnelle   311,2   293,5   6,0%   6,0%
Taux de marge CAFOP   11,3%   10,5%        
Résultat opérationnel récurrent *   105,4   110,1   -4,2%   -4,2%

* y compris QP de résultat net récurrent des co-entreprises et des entreprises associées.

La capacité d’autofinancement opérationnelle s’élève à 311,2 millions d’euros au 30 juin 2014 contre 293,5 millions d’euros au 30 juin 2013 retraité, soit une augmentation de +6,0% à change constant et en courant.

La capacité d’autofinancement opérationnelle progresse dans l’Eau en France sous l’effet du programme de réduction des coûts, qui est supérieur à l’effet contractuel défavorable.Concernant les activités Propreté, la progression de la capacité d’autofinancement opérationnelle est pénalisée par l’évolution des prix métaux recyclés.

Le résultat opérationnel récurrent ressort à 105,4 millions d’euros au 30 juin 2014 contre 110,1 millions d’euros au 30 juin 2013 retraité, soit un retrait de -4,2% à change constant et en courant. La diminution du résultat opérationnel récurrent sur les activités Propreté en France s’explique principalement par la variation des reprises de provisions pour dépréciation d’actifs, ainsi que par l’impact négatif du changement de taux d’actualisation des provisions pour remise en état des sites.

Le résultat opérationnel récurrent de l’Eau en France est, quant à lui, en progression par rapport au 30 juin 2013, en lien avec la variation de la capacité d’autofinancement opérationnelle.

EUROPE HORS FRANCE

(en millions d’euros)   Au 30 juin 2014  

Au 30 juin 2013
retraité

 

Variation à
change
courant

 

Variation
change
constant

Capacité d’autofinancement opérationnelle   293,4   286,7   2,3%   2,1%
Taux de marge CAFOP   12,1%   12,1%        
Résultat opérationnel récurrent *   144,3   146,0   -1,2%   -0,7%

* y compris QP de résultat net récurrent des co-entreprises et des entreprises associées.

La capacité d’autofinancement opérationnelle de l’Europe hors France s’élève à 293,4 millions d’euros au 30 juin 2014 contre 286,7 millions d’euros au 30 juin 2013 retraité, soit une augmentation de +2,1% à change constant (+2,3% en courant).

Au 30 juin 2014, la croissance de la capacité d’autofinancement opérationnelle est particulièrement marquée pour les activités Propreté au Royaume Uni. Elle bénéficie également de la bonne dynamique des activités Eau en Europe Centrale et Orientale liée aux hausses tarifaires, ainsi que de l’impact net des plans de réductions des coûts.

La capacité d’autofinancement opérationnelle des activités allemandes est, quant à elle, pénalisée par un effet climat défavorable sur le premier trimestre 2014, qui impacte de façon négative les marges électricité, gaz et chauffage sur le contrat de Braunschweig.

Le résultat opérationnel récurrent ressort à 144,3 millions d’euros au 30 juin 2014 contre 146,0 millions d’euros au 30 juin 2013 retraité, soit un léger retrait de -0,7% à change constant (-1,2% en courant).

Ce léger retrait s’explique par la variation favorable de la capacité d’autofinancement opérationnelle, tempérée par les variations sur les provisions opérationnelles relatives à la mise à juste valeur d’actifs en cours de cession en Pologne (-17,7 millions d’euros.).

RESTE DU MONDE

(en millions d’euros)   Au 30 juin 2014  

Au 30 juin 2013
retraité

 

Variation à
change
courant

 

Variation
change
constant

Capacité d’autofinancement opérationnelle   258,6   188,1   37,5%   44,3%
Taux de marge CAFOP   12,0%   10,0%        
Résultat opérationnel récurrent *   139,7   85,7   62,9%   69,6%

* y compris QP de résultat net récurrent des co-entreprises et des entreprises associées.

La capacité d’autofinancement opérationnelle s’élève à 258,6 millions d’euros au 30 juin 2014 contre 188,1 millions d’euros au 30 juin 2013 retraitée, soit une progression de +44,3% à change constant et +37,5% en courant.

Cette croissance soutenue de la capacité d’autofinancement opérationnelle concerne essentiellement :

  • les activités Energie aux Etats-Unis ;
  • l’intégration de Proactiva Medio Ambiente, consolidé en intégration globale depuis le 28 novembre 2013 ;
  • la bonne dynamique des activités Eau et Propreté en Australie en raison notamment de l’exploitation de nouveaux contrats ;
  • et la bonne performance des activités Eau au Gabon et au Moyen Orient.

Le résultat opérationnel récurrent ressort à 139,7 millions d’euros au 30 juin 2014 contre 85,7 millions d’euros au 30 juin 2013 retraité. Cette évolution s’explique par la variation favorable de la capacité d’autofinancement opérationnelle, ainsi que par les variations positives sur les provisions opérationnelles en particulier sur l’activité Eau aux Etats-Unis.

ACTIVITES MONDIALES

(en millions d’euros)   Au 30 juin 2014  

Au 30 juin 2013
retraité

 

Variation à
change
courant

 

Variation
change
constant

Capacité d’autofinancement opérationnelle   94,8   94,2   0,6%   1,7%
Taux de marge CAFOP   4,5%   4,7%        
Résultat opérationnel récurrent *   52,5   60,1   -12,6%   -11,5%

* y compris QP de résultat net récurrent des co-entreprises et des entreprises associées.

La capacité d’autofinancement opérationnelle s’élève à 94,8 millions d’euros au 30 juin 2014 contre 94,2 millions d’euros au 30 juin 2013 retraité, soit une augmentation de +1,7% à change constant (+0,6% en courant).

La progression de la capacité d’autofinancement opérationnelle s’explique principalement par :

  • l’impact net des plans de réductions des coûts ;
  • la croissance des activités de déchets toxiques en lien principalement avec la progression des volumes de déchets spéciaux traités (notamment due à l’effet du démarrage de l’usine Osilub).

Le résultat opérationnel récurrent ressort à 52,5 millions d’euros au 30 juin 2014 contre 60,1 millions d’euros au 30 juin 2013 retraité, soit un retrait de -11,5% à change constant (-12,6% en courant). La variation du résultat opérationnel récurrent s’explique par la constatation du résultat de cession en 2013 des activités Eau au Portugal (15,6 millions d’euros).

DALKIA

(en millions d’euros)   Au 30 juin 2014  

Au 30 juin 2013
retraité

 

Variation à
change
courant

 

Variation
change
constant

Capacité d’autofinancement opérationnelle   109,7   128,7   -14,8%   -14,8%
Taux de marge CAFOP   7,1%   7,1%        
Résultat opérationnel récurrent *   138,9   161,3   -13,9%   -13,1%

* y compris QP de résultat net récurrent des co-entreprises et des entreprises associées.

La capacité d’autofinancement opérationnelle de Dalkia France s’élève à 109,7 millions d’euros au 30 juin 2014 contre 128,7 millions d’euros au 30 juin 2013 retraitée, soit une diminution de -14,8% à change constant et en courant. Cette évolution est principalement liée à un effet climat particulièrement défavorable, à l’impact de l’arrêt programmé des Cogénérations gaz, et à une évolution défavorable du prix des énergies.

Le résultat opérationnel récurrent ressort à 138,9 millions d’euros au 30 juin 2014 contre 161,3 millions d’euros au 30 juin 2013 retraité. Le résultat opérationnel récurrent est significativement impacté par le climat défavorable en Europe Centrale chez Dalkia International. La quote-part de résultat net des entités mises en équivalence de Dalkia, y compris Dalkia International, s’élève en effet à 29,1 millions d’euros au 30 juin 2014, contre 67,5 millions d’euros au 30 juin 2013 retraité.

AUTRES

(en millions d’euros)   Au 30 juin 2014  

Au 30 juin 2013
retraité

 

Variation à
change
courant

 

Variation
change
constant

Capacité d’autofinancement opérationnelle   -59,0   -61,2   3,6%   3,4%
Taux de marge CAFOP   -26,5%   -28,1%        
Résultat opérationnel récurrent *   -16,5   -21,9   24,7%   24,7%

* y compris QP de résultat net récurrent des co-entreprises et des entreprises associées.

La capacité d’autofinancement opérationnelle du segment Autres s’élève à -59,0 millions d’euros au 30 juin 2014 contre -61,2 millions d’euros au 30 juin 2013 retraité, soit une augmentation de +3,4% à change constant (+3,6% en courant).La capacité d’autofinancement opérationnelle bénéficie de la variation des charges de restructuration du plan de départ volontaire du siège entre le premier semestre 2014 et le premier semestre 2013, ainsi que de l’effet des réductions de coûts suite au regroupement des sièges corporate intervenu depuis juillet 2013.Cette évolution favorable est en partie compensée par la dégradation de la capacité d’autofinancement opérationnelle des captives d’assurance en lien avec la hausse de la sinistralité.

Le résultat opérationnel récurrent ressort à -16,5 millions d’euros au 30 juin 2014 contre -21,9 millions d’euros au 30 juin 2013 retraité, soit une progression significative de +24,7% à change constant et en courant.Cette croissance s’explique par la variation de la capacité d’autofinancement opérationnelle, ainsi que par l’impact de la cession de Marius Pedersen pour 48,9 millions d’euros intervenue en juin 2014 et comptabilisé en quote-part de résultat net des co-entreprises et des entreprises associées.Le résultat opérationnel récurrent est affecté par les reprises de provisions retraites de VE S.A. liées aux modifications de régimes des cadres dirigeants, qui varient de -32 millions d’euros par rapport au 30 juin 2013, ainsi que par des provisions pour risques contractuels sur un contrat multiservices industriels.

3.4 Charges financières nettes

(en millions d’euros)   Au 30 juin 2014  

Au 30 juin 2013
retraité

Produits   24,3   22,5
Charges   -250,9   -328,1
Coût de l'endettement financier net   -226,6   -305,6
Autres revenus et charges financiers   16,3   13,4

Le coût de l'endettement financier net est de -226,6 millions d’euros au 30 juin 2014 contre -305,6 millions d’euros au 30 juin 2013 retraité.
Pour rappel, au 30 juin 2013 le coût de l’endettement financier incluait une charge non récurrente de 43,0 millions d’euros liée au rachat de 699 millions d’équivalents euros de dettes obligataires réalisé en juin 2013.

Le taux de financement s’élève au 30 juin 2014 à 5,16% et reste stable par rapport au taux du 30 juin 2013 hors coûts de rachat des dettes obligataires de juin 2013.

La stabilité du taux de financement entre juin 2014 et juin 2013 s'explique par l'effet positif de la gestion active de la dette avec notamment les rachats partiels de 2013 et les amortissements de souches 2013 et 2014, qui est compensé par le coût de portage de la liquidité, la hausse des taux courts sur la part variable de l'endettement financier net, et la consolidation des dettes externes de Proactiva depuis sa prise de contrôle (150 millions d’euros d'encours moyen au premier semestre 2014 au taux de 11%).

3.5 Impôts sur les résultats

Au 30 juin 2014, la charge d’impôt s’établit à -100,1 millions d’euros. Le taux d’impôt récurrent est ramené à 35,3% contre 42,2 % il y a un an principalement grâce à la remontée des résultats en France.

Après retraitement des éléments ponctuels (principalement des impacts de cessions réalisées sur le premier semestre 2014 et des dépréciations d’actifs), le taux d’impôt au 30 juin 2014 s’élève à 38,2%. Au 30 juin 2013, le taux d’impôt s’affichait à 52,6% après retraitement des éléments ponctuels principalement constitués d’une perte de valeur sur le goodwill de l’activité Propreté en Allemagne, et de charges non déductibles, ou dont la déduction fiscale n’avait pu être retenue compte tenu des projections fiscales sur ces filiales.

La diminution du taux d’impôt retraité des éléments ponctuels s’explique essentiellement par l’amélioration du résultat du groupe fiscal France, toujours déficitaire (sans effet sur la charge d’impôt compte tenu de la non activation des déficits sur le groupe fiscal France.)

3.6 Résultat net des activités non poursuivies

Il s’élève à -22,4 millions d’euros au 30 juin 2014 contre -16,4 millions d’euros au 30 juin 2013 retraité et intègre les entités mises en équivalence des activités en cours de cession ou cédées.

Le résultat net de ces activités au 30 juin 2014 est principalement lié aux activités en cours de cession ou cédées, soit l’activité Eau au Maroc, et les activités d’éclairage public urbain « Citelum » à vocation mondiales dans les activités de Services à l’Energie.

3.7 Résultat net des autres entreprises associées

Le résultat net des autres entreprises associées (Transdev Group) s’élève à 4,4 millions d’euros au 30 juin 2014, versus -5,5 millions d’euros au 30 juin 2013 retraité.

Par ailleurs, les indicateurs clés opérationnels de Transdev Group à 100% au 30 juin 2014 et au 30 juin 2013 retraité, sont les suivants :

(en millions d’euros)  

Transdev Group au
30 juin 2014 (*)

 

Transdev Group au
30 juin 2013 (*)

Produit des activités ordinaires   3 216,2   3 362,7
Capacité d’autofinancement opérationnelle 175,2 173,7
Résultat opérationnel 57,3 26,3
Résultat net   21,8   -25,5

(*) Transdev Group à hauteur de 100%, dont les résultats de la SNCM.

A périmètre et change constants, Transdev Group présente un produit des activités ordinaires en retrait de -2,3%.Cette diminution provient de l’arrêt ou la perte de contrats aux Pays Bas (Transport Public d’Utrecht et Twente, et Taxi Valys), aux Etats-Unis (Las Vegas, OCTA) et en France (Nice, Menton), partiellement compensés par le contrat de Melbourne démarré en août 2013, par la progression en France de l’Interurbain et du Francilien, et également par une activité en croissance à l’international, principalement en Allemagne (lancement du contrat de train régional de Rosenheim), au Chili, aux Etats-Unis (transport on demand).

La capacité d’autofinancement opérationnelle de Transdev Group s’améliore de 6,5% à périmètre et taux de change constants. Cette amélioration, malgré l’impact négatif des pertes de contrats, s’explique par les bonnes performances opérationnelles enregistrées en particulier en France et en Australie.

Le résultat opérationnel au 30 juin 2014 varie sous l’effet de la croissance de la capacité d’autofinancement opérationnelle, ainsi que des variations favorables des provisions, de la dépréciation de goodwill comptabilisée sur le Royaume Uni au premier semestre 2013 et de la hausse de la contribution des résultats des entreprises consolidées par mise en équivalence.

Le résultat net de Transdev Group est positif sur le semestre et reflète essentiellement la bonne performance opérationnelle sur la période.

3.8 Résultat net attribuable aux participations ne donnant pas le contrôle

La part du résultat attribuable aux participations ne donnant pas le contrôle représente -59,3 millions d’euros au 30 juin 2014, contre -84,7 millions d’euros au 30 juin 2013 retraité. Son retrait s’explique principalement par la moindre performance de Dalkia International et Dalkia France sur la période.

3.9 Résultat net attribuable aux propriétaires de la société mère

Le résultat net attribuable aux propriétaires de la société mère est de 151,1 millions d'euros au 30 juin 2014 contre 0,8 millions d'euros au 30 juin 2013 retraité. Le résultat net récurrent attribuable aux propriétaires de la société mère est de 187,5 millions d’euros au 30 juin 2014 contre 133,8 millions d’euros au 30 juin 2013 retraité.

Compte tenu du nombre moyen pondéré d’actions en circulation qui s’élève à 536,2 millions au 30 juin 2014 (dilué et non dilué) et 510,9 millions au 30 juin 2013 (dilué et non dilué), le résultat net attribuable aux propriétaires de la société mère (dilué et non dilué) par action ressort à 0,15 euro au 30 juin 2014, contre -0,03 euro au 30 juin 2013. Le résultat net récurrent par action attribuable aux propriétaires de la société mère (dilué et non dilué) ressort à 0,35 euro au 30 juin 2014 contre 0,26 euro au 30 juin 2013 retraité.

Au 30 juin 2014 la formation du résultat net récurrent est la suivante :

Au 30 juin 2014 (en millions d'euros)   Récurrent  

Non
récurrent

  Total
Résultat opérationnel après QP dans les entités mises en équivalence   564,3   -25,5(*)   538,8
Coût de l’endettement financier net -226,6 - -226,6
Autres revenus et charges financiers 16,3 - 16,3
Charges d’impôts sur les sociétés -100,5 0,4 -100,1
Résultat net des autres sociétés mises en équivalence - 4,4 4,4
Résultat net des activités non poursuivies - -22,4 -22,4
Part des participations ne donnant pas le contrôle   -66,0   6,7   -59,3
Résultat net attribuable aux propriétaires de la société mère   187,5   -36,4   151,1

* Les éléments non récurrents du résultat opérationnel sont présentés au paragraphe 3.2.

Au 30 juin 2013 retraité, le résultat net récurrent s’établissait de la manière suivante :

Au 30 juin 2013 retraité (en millions d'euros)   Récurrent   Non récurrent   Total
Résultat opérationnel après QP dans les entités mises en équivalence   541,3   -65,6(*)   475,7
Coût de l’endettement financier net -262,6 -43,0(**) -305,6
Autres revenus et charges financiers 13,4 - 13,4
Charges d’impôts sur les sociétés -76,1 - -76,1
Résultat net des autres sociétés mises en équivalence - -5,5 -5,5
Résultat net des activités non poursuivies - -16,4 -16,4
Part des participations ne donnant pas le contrôle   -82,2   -2,5   -84,7
Résultat net attribuable aux propriétaires de la société mère   133,8   -133,0   0,8

* Les éléments non récurrents du résultat opérationnel sont présentés au paragraphe 3.2.
** Coûts liés aux rachats de souches obligataires en fin d’année. Voir paragraphe 3.4.

4. Cash Flows

Capacité d’autofinancement

La capacité d’autofinancement totale s’élève à 1 049,5 millions d’euros au 30 juin 2014 contre 988,6 millions d’euros au 30 juin 2013 retraité, dont 1 008,7 millions d’euros de capacité d’autofinancement opérationnelle (contre 930,0 millions d’euros au 30 juin 2013 retraité), 42,9 millions d’euros de capacité d’autofinancement financière (contre 50,8 millions d’euros au 30 juin 2013 retraité) et -2,1 millions d’euros de capacité d’autofinancement des activités non poursuivies (contre 7,8 millions d’euros au 30 juin 2013 retraité).

La variation du Besoin en Fonds de roulement Opérationnel s’élève au 30 juin 2014 à -586,4 millions d’euros, contre -748,8 millions d’euros à juin fin 2013 retraité. Cette variation résulte principalement de l’incidence de la saisonnalité de l’activité du groupe.

Le Groupe poursuit une politique d’investissement sélective tout en préservant les investissements industriels à caractère contractuel ou nécessaires à l’outil industriel. Les acquisitions et les cessions sont détaillées ci-dessous :

(en millions d’euros)  

30 juin
2014

  30 juin 2013 retraité
   
Investissements Industriels -501 -536
Nouveaux actifs financiers opérationnels   -78   -76
Total investissements industriels   -579   -612
Investissements Financiers   -37   -13
Transactions entre actionnaires : acquisitions partielles   -92   -9
Total Investissements Bruts   -708   -634
Cessions industrielles   28   30
Cessions financières   281   261
Transactions entre actionnaires : cessions partielles   2   -
Augmentations de capital souscrites par les minoritaires   -   1
Total cessions   311   292
Remboursements des actifs financiers opérationnels   91   95
Total Investissements Nets   -306   -247

Au 30 juin 2014, les investissements industriels diminuent de près de -5% par rapport au 30 juin 2013 retraité. Cette baisse est particulièrement marquée en France et au Canada.
Les investissements industriels de croissance diminuent de -8,2% sur la période et s’élèvent à 303 millions d’euros au 30 juin 2014 contre 329 millions d’euros au 30 juin 2013 retraité. Les investissements industriels de maintenance diminuent de -4,3% sur la période et s’élèvent à 198 millions d’euros au 30 juin 2014 contre 207 millions d’euros au 30 juin 2013 retraité.
Il convient de souligner la forte progression des PFI au Royaume-Uni : ils s’élèvent à 98 millions d’euros au 30 juin 2014 contre 53 millions d’euros au 30 juin 2013, soit une augmentation de près de +85%, sur les investissements de croissance principalement.

Les investissements financiers au 30 juin 2014 incluent le rachat des minoritaires dans les activités Eau en Europe Centrale et Orientale pour 90,9 millions d'euros, et la prise de contrôle dans Kendall aux Etats-Unis qui s’est réalisée au prix de 19 millions d’euros.

Les cessions financières (en valeur d'entreprise) et industrielles s’élèvent à 311 millions d'euros au 30 juin 2014 (y compris les transactions entre actionnaires) et incluent notamment la cession de la quote-part de Marius Pedersen pour 240 millions d’euros. Pour mémoire, les activités Eau au Portugal étaient cédées sur le premier semestre 2013 pour un montant de 91 millions d'euros en valeur d’entreprise.

Le Groupe suit l’indicateur de free cash flow net, avant acquisitions et cessions financières. Il s’agit d’un indicateur non-GAAP défini comme suit : Le free cash flow net avant cessions financières nettes et après paiement des frais financiers et des impôts correspond à la somme de la capacité d’autofinancement opérationnelle et de la capacité d’autofinancement financière, des dividendes reçus des co-entreprises, du remboursement des actifs financiers opérationnels, de la variation du BFR opérationnel et des investissements industriels et cessions industrielles hors investissements industriels net des cessions industrielles des activités non poursuivies.

Au 30 juin 2014, le free cash flow net est négatif et s’élève à -163 millions d’euros, contre -563 millions d’euros au 30 juin 2013 (retraité de l’émission début janvier 2013 de titres super subordonnés à durée indéterminée en euros et en livres sterling d’un montant de 1 454,0 millions d’euros), soit une amélioration de 400M€.Cette très forte amélioration du free cash flow net au 30 juin 2014 reflète la progression de la capacité d’autofinancement opérationnelle, la maîtrise des investissements industriels ainsi que l’amélioration du besoin en fonds de roulement opérationnel.

L’endettement financier net s’élève à 8 646 M€ au 30 juin 2014, contre 8 177 M€ au 31 décembre 2013, dont un effet de change défavorable de 117M€.

L’endettement financier net ajusté (net des prêts consentis aux entités mises en équivalence) s’élève à 5 873 M€ au 30 juin 2014, contre 5 452 M€ au 31 décembre 2013.

Les prêts consentis aux entités mises en équivalence sont composés des prêts à Dalkia International pour 2 018,4 millions d’euros et à Transdev Group pour 621,9 millions d’euros au 30 juin 2014.

5. Information financière Pro Forma

Données pro-forma en lien avec la restructuration actionnariale des Services à l’Energie

Ces données incluent la contribution sur 6 mois de Dalkia International à 100% et sont hors Dalkia en France ; elles n’incluent ni les éventuels retraitements sur les refacturations internes entre les différents ensembles, ni les effets des synergies nettes :

   

Au 30 juin 2014
pro-forma

 

Au 30 juin 2013
pro-forma

 

Variation

(en %)

 

Variation à
change constant
(en %)

Chiffre d’affaires   11 764,1   11 714,6   0,4%   2,2%
CAFOP   1 153,2   1 112,8   3,6%   5,3%
Investissements industriels (y compris AFO)   -591,9   -608,7   2,8%   N/A

La capacité d’autofinancement opérationnelle est en progression au global par rapport au 30 juin 2013, malgré la baisse de la capacité d’autofinancement opérationnelle de Dalkia International, principalement liée à un effet climat défavorable au premier trimestre 2014.

6. Réconciliation des données publiées en 2013 avec les données retraitées 20137

en millions d’euros  

30 juin 2013

publié

 

retraitement
IFRS5 (1)

 

30 juin 2013

retraité

 
Chiffre d’affaires   11 074   -   11 074
Capacité d’autofinancement opérationnelle   930   -   930
Résultat opérationnel   364   -   364
Résultat opérationnel après quote-part de résultat net des entreprises mises en équivalence (2)  

473

 

+3

 

476

Résultat opérationnel récurrent (3)   538   +3   541
Résultat net part du Groupe   4   -3   1
Résultat net récurrent part du Groupe (4)   131   +3   134
Investissements bruts   634   -   634
Cash flow libre   556   -   556
Endettement financier net   10 031   -   10 031
Prêts consentis aux co-entreprises   3 302   -   3 302
Endettement financier net ajuste   6 729   -   6 729

(1) Comptabilisation de la contribution de la co-entreprise Veolia Transdev en « Quote-part de résultat net des autres entités mise en équivalence » au sein des activités poursuivies
(2) Y compris quote-part de résultat net des co-entreprises et entreprises associées au 30 juin 2013 retraité
(3) Y compris quote-part de résultat net récurrent des co-entreprises et entreprises associées au 30 juin 2013 retraité

7 Données non auditées

7. Définitions

  • Indicateurs strictement comptables (« GAAP » : IFRS)

La capacité d’autofinancement totale telle qu’indiquée dans le tableau des flux de trésorerie est composée de trois éléments : la capacité d’autofinancement opérationnelle intégrant les charges et produits opérationnels encaissés et décaissés (« cash »), la capacité d’autofinancement financière incluant les éléments financiers cash des autres revenus et charges financiers, et la capacité d’autofinancement des activités non poursuivies intégrant les charges et produits opérationnels et financiers cash reclassés en résultat net des activités non poursuivies en application de la norme IFRS 5. La capacité d’autofinancement opérationnelle n’inclut pas la quote-part des sociétés mises en équivalence.

Le taux de marge RESOP est défini comme étant le ratio résultat opérationnel / produits des activités ordinaires des activités poursuivies.

Le coût de l’endettement financier net représente le coût de l’endettement financier brut, y compris les résultats de couverture de taux et de change y afférent, diminué du résultat de la trésorerie nette.

Le résultat net des activités non poursuivies est l’ensemble des charges et produits nets d’impôt rattachés aux activités cédées ou en cours de cession, conformément à la norme IFRS 5.

  • Indicateurs non strictement comptables (« non GAAP »)

Par ailleurs, le Groupe utilise pour ses besoins de gestion des agrégats à caractère non strictement comptable (« indicateurs non GAAP ») qui sont des indicateurs pertinents des performances opérationnelles et financières du Groupe.

Les nouvelles normes IFRS 10, 11 et 12 ont modifié ou ont généré de nouveaux indicateurs décrits ci-dessous :

  • Suite à l’application des nouvelles normes, les financements internes consentis aux co-entreprises ne sont pas déduits de l’Endettement financier net. Les financements internes non éliminés sont enregistrés au bilan en prêts et créances financières. Dans la mesure où ces prêts et créances ne sont pas considérés dans la définition du Groupe comme Trésorerie ou équivalent de Trésorerie et que ces partenariats ne génèrent plus de flux strictement opérationnels dans les comptes du Groupe, le Groupe utilise désormais en complément de l’Endettement financier net la notion d’Endettement financier net Ajusté. L’Endettement financier net Ajusté correspond ainsi à l'Endettement Financier Net diminué des prêts et créances aux co-entreprises ;
  • Le résultat opérationnel récurrent correspond au résultat opérationnel après quote-part de résultat net récurrent des entités mises en équivalence, ajusté des pertes de valeur sur écarts d’acquisition, des écarts d’acquisitions négatifs constatés en résultat et de certains autres éléments définis comme non récurrents. Un élément comptable est non récurrent s'il n'a pas vocation à se répéter à chaque exercice et s'il modifie substantiellement l'économie d'une ou plusieurs unités génératrices de trésorerie.

Les autres agrégats, non impactés par les nouvelles normes, se définissent comme suit :

  • Le terme "croissance interne" (ou « à périmètre et change constant ») recouvre la croissance résultant :
    • du développement d’un contrat existant, notamment du fait de la hausse des tarifs et/ou volumes distribués ou traités,
    • des nouveaux contrats,
    • des acquisitions d’actifs affectés à un contrat ou un projet particulier ;
  • Le terme "croissance externe" recouvre les acquisitions (intervenues sur l’exercice présent ainsi que celles ayant eu un effet partiel sur l’exercice passé), nettes de cessions, d’entités et/ou d’actifs utilisés sur différents marchés et/ou détenant un portefeuille de contrats multiples ;
  • Le terme "variation à change constant" recouvre la variation résultant de l’application des taux de change de la période précédente sur l’exercice actuel, toutes choses restant égales par ailleurs ;
  • L'endettement financier net (EFN) représente la dette financière brute (dettes financières non courantes, courantes et trésorerie passive) nette de la trésorerie et équivalents de trésorerie et hors réévaluation des dérivés de couverture de la dette ;
  • Le taux de financement est défini comme étant le coût de l’endettement financier net hors variation de juste valeur des instruments non qualifiés de couverture rapporté à la moyenne de l’endettement financier net mensuel de la période, y compris coût de l’endettement financier des activités non poursuivies ;
  • Le résultat net récurrent attribuable aux propriétaires de la société mère correspond au résultat net attribuable aux propriétaires de la société mère ajustés des pertes de valeur sur écarts d’acquisition, des écarts d’acquisitions négatifs constatés en résultat et de certains autres éléments définis comme non récurrents. Un élément comptable est non récurrent s'il n'a pas vocation à se répéter à chaque exercice et s'il modifie substantiellement l'économie d'une ou plusieurs unités génératrices de trésorerie ;
  • La marge de capacité d’autofinancement opérationnelle est définie comme étant le ratio capacité d’autofinancement opérationnelle/produits des activités ordinaires des activités poursuivies ;
  • Le free cash flow ou cash flow libre correspond au cash généré (somme de la capacité d’autofinancement totale et du remboursement des actifs financiers opérationnels) net de la prise en compte de la partie cash des éléments suivants : (i) variation du BFR opérationnel, (ii) opérations sur capitaux propres (variations de capital, dividendes versés et reçus), (iii) investissements nets de cessions , (iv) variation des créances et autres actifs financiers, (v) intérêts financiers nets versés et (vi) impôts versés ;
  • Le free cash flow net , avant acquisitions et cessions financières est défini comme suit : le cash flow avant cessions financières nettes et après paiement des frais financiers et des impôts correspond à la somme de la capacité d’autofinancement opérationnelle et de la capacité d’autofinancement financière, des dividendes reçus des co-entreprises, du remboursement des actifs financiers opérationnels, de la variation du BFR opérationnel et des investissements industriels et cessions industrielles hors investissements industriels net des cessions industrielles des activités non poursuivies.
  • Les investissements nets tels que pris en compte dans le tableau de variation d’EFN incluent les investissements industriels nets de cessions industrielles (acquisitions d’immobilisations corporelles et incorporelles nettes de cessions), les investissements financiers nets de cessions financières (acquisitions d’actifs financiers nettes de cessions et y compris l’endettement net des sociétés entrantes et sortantes), les acquisitions nettes de cessions partielles résultant des transactions entre actionnaires ne modifiant pas le contrôle, les nouveaux actifs financiers opérationnels, le remboursement des actifs financiers opérationnels. La notion d’investissements nets prend également en compte les augmentations de capital souscrites par les minoritaires.
    Le Groupe dissocie les investissements de croissance qui génèrent du cash-flow supplémentaire des investissements de maintenance qui correspondent aux investissements de renouvellement de matériels et d’installations exploitées par le Groupe.

8. Etats Financiers

ETAT DE LA SITUATION FINANCIERE CONSOLIDEE

ACTIF

(en millions d'euros)

 

Au 30 juin
2014

 

Au 31
décembre 2013

Goodwill   3 478,9   3 486,3
Actifs incorporels du domaine concédé 2 096,6 2 099,3
Autres actifs incorporels 786,4 719,3
Actifs corporels 4 021,2 4 160,5
Participations dans les co-entreprises 2 680,1 2 905,1
Participations dans les entreprises associées 378,8 385,0
Titres de participation non consolidés 41,2 40,5
Actifs financiers opérationnels non courants 1 698,4 1 698,1
Instruments dérivés non courants - Actif 122,6 258,3
Autres actifs financiers non courants 1 881,6 2 492,0
Impôts différés actifs   879,1   859,2
Actifs non courants   18 064,9   19 103,6
Stocks et travaux en cours 442,2 434,5
Créances d'exploitation 7 236,7 6 944,1
Actifs financiers opérationnels courants 106,9 97,9
Autres actifs financiers courants 1 295,5 628,0
Instruments dérivés courants - Actif 86,9 60,7
Trésorerie et équivalents de trésorerie 2 874,8 4 274,4
Actifs classés comme détenus en vue de la vente   4 656,6   4 698,9
Actifs courants   16 699,6   17 138,5
TOTAL ACTIF   34 764,5   36 242,1

ETAT DE LA SITUATION FINANCIERE CONSOLIDEE

PASSIF

(en millions d'euros)

  Au 30 juin 2014   Au 31 décembre 2013
Capital   2 811,5   2 744,4
Primes 7 165,6 7 851,1
Réserves et résultat attribuables aux propriétaires de la société mère -1 855,3 - 2 390,3
Total des capitaux propres attribuables aux propriétaires de la société mère   8 121,8   8 205,2
Total des capitaux propres attribuables aux participations ne donnant pas le contrôle   1 455,8   1 478,2
Capitaux propres   9 577,6   9 683,4
Provisions non courantes 1 783,4 1 698,1
Dettes financières non courantes 8 495,6 9 496,8
Instruments dérivés non courants - Passif 112,5 144,0
Impôts différés passifs   829,7   801,1
Passifs non courants   11 221,2   12 140,0
Dettes d'exploitation 7 782,2 7 929,9
Provisions courantes 436,7 439,7
Dettes financières courantes 2 994,5 2 912,8
Instruments dérivés courants - Passif 63,6 37,9
Trésorerie passive 133,1 216,1
Passifs classés comme détenus en vue de la vente   2 555,6   2 882,3
Passifs courants   13 965,7   14 418,7
TOTAL DES PASSIFS ET DES CAPITAUX PROPRES   34 764,5   36 242,1
COMPTE DE RESULTAT CONSOLIDE (en millions d'euros)   Au 30 juin
2014
  Au 30 juin
2013 Retraité(1)
Produit des activités ordinaires   11 231,5   11 073,8
dont revenus des actifs financiers opérationnels 87,8 91,1
Coûts des ventes -9 393,9 -9 300,4
Coûts commerciaux -258,2 -264,0
Coûts généraux et administratifs -1 161,1 -1 158,1
Autres charges et produits opérationnels   -0,4   12,6
Résultat opérationnel   417,9   363,9
Quote-part de résultat net dans les entités mises en équivalence   120,9   111,8
Dont quote-part de résultat net des co-entreprises 104,3 99,5
Dont quote-part de résultat net des entreprises associées   16,6   12,3
Résultat opérationnel après quote-part de résultat net dans les entités mises en équivalence   538,8   475,7
Charges de l’endettement financier -250,9 -328,1
Produits de trésorerie et des équivalents de trésorerie 24,3 22,5
Autres revenus et charges financiers 16,3 13,4
Impôts sur le résultat -100,1 -76,1
Quote-part de résultat net des autres entités mises en équivalence   4,4   -5,5
Résultat net des activités poursuivies   232,8   101,9
Résultat net des activités non poursuivies   -22,4   -16,4
Résultat net   210,4   85,5
Part des propriétaires de la société mère   151,1   0,8
Part des participations ne donnant pas le contrôle   59,3   84,7
RÉSULTAT NET ATTRIBUABLE AUX PROPRIÉTAIRES DE LA SOCIÉTÉ MÈRE PAR ACTION (2)
Dilué 0,15 -0,03
Non dilué   0,15   -0,03
RÉSULTAT NET ATTRIBUABLE AUX PROPRIÉTAIRES DE LA SOCIÉTÉ MÈRE DES ACTIVITÉS POURSUIVIES PAR ACTION (2)
Dilué 0,18 0,01
Non dilué   0,18   0,01
RÉSULTAT NET ATTRIBUABLE AUX PROPRIÉTAIRES DE LA SOCIÉTÉ MÈRE DES ACTIVITÉS NON POURSUIVIES PAR ACTION (2)
Dilué -0,03 -0,04
Non dilué   -0,03   -0,04

(1) Conformément à la norme IFRS 5 « Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées », les comptes de résultat des activités en cours de cession (soit les activités d’éclairage public urbain à vocation mondiale, Citelum et l’activité Eau au Maroc) et des activités cédées (soit la quote-part de résultat net de l’entreprise associée des Eaux de Berlin jusqu’au 2 décembre 2013) ont été présentés, au 30 juin 2013, rétrospectivement sur une ligne distincte « Résultat net des activités non poursuivies ». En outre, la contribution de Transdev Group a été reclassée en activités poursuivies aux 30 juin 2014 et 30 juin 2013.
(2) En application de la norme IAS 33, le nombre moyen pondéré d’actions en circulation pris en compte dans le calcul du résultat net par action pour 2013 est ajusté suite à la distribution de dividendes en actions intervenue en mai 2014. Le nombre ajusté s’établit à 510 034 028 actions (dilué et non dilué) au 30 juin 2013. Le résultat de base par action est calculé en divisant le résultat net part du Groupe ajusté de l’exercice attribuable aux actions ordinaires par le nombre moyen pondéré d’actions composant le capital en circulation pendant l’exercice. En application de la norme IAS 33.9 et 12, le résultat net part du Groupe ajusté prend en compte le coût du coupon attribuable aux porteurs de titres super subordonnés émis par Veolia Environnement. Au 30 juin 2014, le nombre moyen pondéré d’actions en circulation s’établit à 536 191 039 (dilué et non dilué).

ETAT CONSOLIDE DES FLUX DE TRESORERIE

(en millions d'euros)

  Au 30 juin 2014  

Au 30 juin 2013

Retraité

Résultat net   210,4   85,5
Amortissements, provisions et pertes de valeurs opérationnels 608,3 593,4
Amortissements et pertes de valeurs financiers 7,5 16,1
Plus ou moins-values de cessions et de dilution -4,7 -17,2
Quote-part dans le résultat des co-entreprises -109,6 -94,2
Quote-part dans le résultat des entreprises associées -16,6 -21,9
Dividendes reçus -1,8 -1,6
Coût de l'endettement financier net 238,0 317,8
Impôts 100,0 80,7
Autres éléments   18,0   30,0
Capacité d'autofinancement   1 049,5   988,6
Variation du besoin en fonds de roulement -586,4 -748,8
Impôts versés   -83,4   -123,3
Flux nets de trésorerie générés par l'activité   379,7   116,5
Dont flux nets de trésorerie générés par l’activité des activités non poursuivies   -27,3   -14,6
Investissements industriels -497,7 -525,5
Cessions d’actifs industriels 28,3 30,4
Investissements financiers -36,4 -3,3
Cessions d'actifs financiers 278,9 85,7
Actifs financiers opérationnels
Nouveaux actifs financiers opérationnels -77,4 -75,6
Remboursements d'actifs financiers opérationnels 90,8 94,6
Dividendes reçus (incluant les dividendes reçus des co-entreprises et des entreprises associées) 50,0 75,6
Créances financières non courantes décaissées -242,0 -489,6
Créances financières non courantes remboursées 195,0 11,2
Variation des créances financières courantes   18,6   139,9
Flux nets de trésorerie liés aux opérations d'investissement   -191,9   -656,6
Dont flux nets de trésorerie liés aux opérations d’investissement des activités non poursuivies   -32,4   -31,9
Variation des dettes financières courantes -887,9 -599,0
Nouveaux emprunts et autres dettes non courantes 112,1 81,3
Remboursements d'emprunts et autres dettes non courantes -27,6 -1 180,6
Augmentation de capital - 0,4
Réduction de capital - -
Transactions entre actionnaires : acquisitions partielles -91,6 -8,5
Transactions entre actionnaires : cessions partielles 2,1 1,3
Emission de titres super subordonnés - 1 470,2
Coupons sur les titres super subordonnés -68,0 -16,6
Mouvements sur actions propres - -
Dividendes versés -246,5 -171,6
Intérêts financiers versés   -306,4   -459,5
Flux nets de trésorerie liés aux opérations de financement   -1 513,8   -882,6
Dont flux nets de trésorerie liés aux opérations de financement des activités non poursuivies -26,5 -38,5
Trésorerie d'ouverture 4 058,3 4 745,3
Effets de change et divers   9,4   99,9
Trésorerie de clôture   2 741,7   3 422,5
Trésorerie et équivalents de trésorerie 2 874,8 3 683,4
Trésorerie passive   133,1   260,9
Trésorerie de clôture   2 741,7   3 422,5

Contacts

Veolia Environnement
Relations Presse Groupe
Laurent Obadia
Sandrine Guendoul
Tél : + 33 (0)1 71 75 12 52
sandrine.guendoul@veolia.com
ou
Relations Investisseurs & Analystes
Ronald Wasylec - Ariane de Lamaze
Tél. : + 33 (0)1 71 75 12 23 / 06 00
ou
Terri Anne Powers (États-Unis)
Tél. : + 1 312 552 2890

Contacts

Veolia Environnement
Relations Presse Groupe
Laurent Obadia
Sandrine Guendoul
Tél : + 33 (0)1 71 75 12 52
sandrine.guendoul@veolia.com
ou
Relations Investisseurs & Analystes
Ronald Wasylec - Ariane de Lamaze
Tél. : + 33 (0)1 71 75 12 23 / 06 00
ou
Terri Anne Powers (États-Unis)
Tél. : + 1 312 552 2890