Vivendi : résultats 2012

  • Chiffre d’affaires : 28,994 milliards d’euros, en hausse de 0,6 % (-0,7 % à taux de change constant) par rapport à 2011.
  • Résultat opérationnel ajusté (EBITA)1 : 5,283 milliards d’euros, en recul de 9,8 % (-10,7 % à taux de change constant) par rapport à 2011. Activision Blizzard (+138 millions d’euros), GVT (+92 millions d’euros) et Universal Music Group (+18 millions d’euros) enregistrent d’excellentes performances, tout particulièrement au quatrième trimestre.
  • Résultat net ajusté2 : 2,550 milliards d’euros, en repli de 13,6 % par rapport à 2011, en raison principalement de la baisse de l’EBITA de SFR.
  • Avant impact des éléments non-récurrents3, le résultat net ajusté s’élève à 2,86 milliards d’euros, comparé à un objectif autour de 2,7 milliards d’euros.
  • Résultat net, part du groupe : 164 millions d’euros. Ce résultat est affecté par des éléments exceptionnels négatifs : la provision liée à Liberty Media Corporation, -945 millions d’euros, et la dépréciation relative à Canal+ France, -665 millions d’euros.
  • Dette nette : 13,4 milliards d’euros, inférieure au plafond annoncé de 14 milliards d’euros.
  • Proposition de distribution d’un dividende de 1 euro par action, payé en numéraire.

PARIS--()--Regulatory News:

Vivendi (Paris: VIV)

Note : ce communiqué de presse présente des résultats consolidés audités établis selon les normes IFRS, arrêtés par le Directoire de Vivendi le 18 février 2013, après avis du Comité d’audit du 15 février 2013, et examinés par le Conseil de surveillance de Vivendi le 22 février 2013. Ces comptes seront soumis à l’Assemblée générale du 30 avril 2013.

Commentant les résultats annuels 2012, Jean-François Dubos, Président du Directoire, a déclaré :

« Malgré un contexte économique difficile, toutes les filiales de Vivendi ont atteint leurs objectifs en 2012. Confrontées à de nouvelles structures de marché et à une forte concurrence, certaines d’entre elles ont mis en place une réorganisation de leurs activités et ont déployé des programmes de réduction de coûts.

Activision Blizzard a connu une année exceptionnelle grâce à une série de lancements réussis.

SFR poursuit le recadrage de son modèle économique, avec notamment la mise en œuvre d’un plan de départs volontaires, afin de maximiser sa valeur, et a stabilisé le nombre de ses abonnés. SFR a été le premier opérateur à proposer la nouvelle génération de téléphonie mobile 4G au grand public comme aux entreprises.

Le groupe Maroc Telecom enregistre une croissance élevée à l’international. Le développement de GVT se poursuit avec l’expansion de son réseau et une nouvelle offre de télévision payante.

Trois opérations stratégiques majeures dans les contenus ont été finalisées en 2012 : Universal Music Group a conforté sa place de leader mondial de la musique grâce au rachat d’EMI Recorded Music; Groupe Canal+ s’est renforcé dans le marché de la télévision gratuite en France et, en Pologne, a consolidé sa position dans la télévision payante, tout en s’installant dans la télévision gratuite. Ces opérations s’inscrivent dans la volonté du groupe de se renforcer dans les médias et les contenus où Vivendi dispose de tous les atouts pour s’affirmer comme un groupe européen leader mondial.

La revue stratégique que nous menons définira de manière précise et en temps utile les orientations pertinentes pour la valorisation de l’ensemble du groupe dans le meilleur intérêt des actionnaires ».

Commentaires sur les activités de Vivendi

Activision Blizzard
Des résultats records

Supérieurs aux prévisions, le chiffre d’affaires et le résultat opérationnel ajusté (EBITA) d’Activision Blizzard s’élèvent respectivement à 3 768 millions d’euros, en hausse de 9,8 % (+2,3 % à taux de change constant) et à 1 149 millions d’euros, en progression de 13,6 % (+6,6 % à taux de change constant) par rapport à 2011. Ces résultats tiennent compte des principes comptables qui requièrent que le chiffre d’affaires et les coûts des ventes associés d’un jeu ayant une composante en ligne soient différés sur la période estimée d’utilisation par le consommateur. Au 31 décembre 2012, le solde de la marge opérationnelle différée au bilan progresse de 10 % et s’élève à 1 000 millions d’euros, contre 913 millions d’euros au 31 décembre 2011.

En Amérique du Nord et en Europe pris dans leur ensemble, Activision Blizzard a été le premier éditeur de jeux vidéo sur consoles et plateformes portables en 2012, grâce à Call of Duty et Skylanders, classés numéro un et trois des meilleures ventes4. En novembre 2012, Black Ops II a été le premier jeu vidéo à franchir en quinze jours la barre du milliard de dollars de ventes5. Le 31 décembre 2012, au niveau mondial, Skylanders avait généré depuis sa création plus d’un milliard de dollars de ventes4. En janvier 2013, les ventes de ses figurines avaient dépassé les 100 millions d’exemplaires6.

En outre, Diablo III a enregistré la meilleure vente de jeux PC, battant un record avec plus de 12 millions d’exemplaires vendus à travers le monde au 31 décembre 2012, et World of Warcraft: Mists of Pandaria a été la 3ème meilleure vente de jeux sur PC7. Au 31 décembre 2012, World of Warcraft reste le premier jeu massivement multi-joueurs avec plus de 9,6 millions d’abonnés6.

Grâce à ses bons résultats ainsi qu’à sa trésorerie et ses placements à court terme de près de 4,4 milliards de dollars en fin d’année, Activision Blizzard a annoncé un dividende par action de 0,19 dollar, payé en numéraire.

Dans le cadre de la publication de ses résultats le 7 février 2013, le conseil d’Activision Blizzard a annoncé envisager ou pouvoir envisager, en 2013, des rachats d’actions substantiels, des dividendes, des acquisitions, des accords de licences ou d’autres opérations relevant d’un caractère exceptionnel, éventuellement financés par le recours à de la dette. Les perspectives de la société relatives au premier trimestre et à l’année 2013 ne prennent pas en compte de tels transactions ou financements, qui pourraient ou non intervenir pendant l’année, à l’exception du dividende payé en numéraire de 0,19 dollar.

A court terme, Activision Blizzard prévoit de dégager une rentabilité élevée mais inférieure au record enregistré en 2012, en raison d’un environnement économique difficile, de la commercialisation prochaine d’une nouvelle génération de consoles et d’un nombre de sorties moins importantes qu’en 2012. Pour 2013, la perspective d’EBITA reste néanmoins supérieure à un milliard de dollars.

Universal Music Group
L’acquisition d’EMI Recorded Music en voie de finalisation

Le chiffre d’affaires d’Universal Music Group (UMG) s’élève à 4 544 millions d’euros, en augmentation de 8,3 % par rapport à 2011. A périmètre constant (en excluant le chiffre d’affaires d’EMI Recorded Music acquis fin septembre 2012), il progresse de 1,6 % grâce à la croissance des ventes de musique enregistrée en Amérique du Nord et à des effets de change favorables. A taux de change et périmètre constants, il baisse de 3,3 % : la hausse de 10,0 % des ventes numériques, qui représentent désormais 44 % des ventes de musique enregistrée (contre 38 % en 2011), et la croissance des redevances compensent partiellement la diminution des ventes physiques.

Parmi les meilleures ventes de musique enregistrée figurent notamment les albums de Taylor Swift, Justin Bieber, Maroon 5, Rihanna, Nicki Minaj, Lana Del Rey, Gotye, Carly Rae Jepsen, Cecilia Bartoli, Daniel Barenboim, Rolando Villazón et Mylène Farmer.

Le résultat opérationnel ajusté (EBITA) d’UMG s’établit à 525 millions d’euros, en hausse de 3,6 % par rapport à 2011. Hors EMI Recorded Music et à taux de change constant, le résultat opérationnel ajusté progresse de 1,6 %, soutenu par une politique de réduction des coûts.

Le 7 février 2013, la cession de Parlophone Label Group, entité d’EMI Recorded Music, pour 487 millions de livres sterling (environ 600 millions d’euros après prise en compte des instruments de couverture EUR/GBP mis en place) a pu être annoncée. Des cessions supplémentaires moins significatives ont été également conclues, portant le montant total des actifs vendus à plus de 530 millions de livres sterling, toutes ces opérations étant soumises à l’approbation des autorités de régulation.

Avec ces ventes, Vivendi est en voie de réaliser les exigences des autorités de régulation liées à l’acquisition d’EMI Recorded Music, qui renforcera la position d’UMG comme leader mondial du marché de la musique. Le rapprochement des activités d’UMG et EMI Recorded Music devrait permettre de dégager plus de 100 millions de livres sterling de synergies annuelles comme précédemment annoncés. A la suite de la cession de Parlophone Label Group, l’acquisition d’EMI Recorded Music sera réalisée à moins de 5 fois l’EBITDA après cessions, charges de restructuration et synergies.

Pour 2013, UMG prévoit une progression de son EBITA, avec une contribution positive d’EMI Recorded Music, y compris les charges de restructuration.

SFR
Poursuite de l’effort d’adaptation

Le chiffre d’affaires de SFR8 s’établit à 11 288 millions d’euros, en diminution de 7,3 % par rapport à 2011, en raison de l’impact progressif des baisses de prix liées au contexte concurrentiel et des diminutions de tarifs imposées par les régulateurs9. Hors impact des décisions réglementaires, le chiffre d’affaires recule de 3,3 %.

Le chiffre d’affaires de l’activité mobile10 s’établit à 7 516 millions d’euros, en retrait de 11,1 % par rapport à 2011.

Au quatrième trimestre, la croissance nette du parc d’abonnés mobiles s’élève à 109 000 abonnés. Fin 2012, le parc d'abonnés mobiles totalise 16,563 millions de clients, stable par rapport à fin 2011. Le mix abonnés (pourcentage du nombre d’abonnés dans le parc total de clients) s’établit à 80,1 %, en hausse de 2,9 points en un an. Le parc total de clients mobiles de SFR s'élève à 20,690 millions. La croissance des usages Internet en mobilité se poursuit avec 49 % des clients de SFR équipés de smartphones (41 % à fin 2011).

SFR est le premier opérateur à proposer la 4G en France au grand public et aux entreprises. Après Lyon le 29 novembre, 2012, la 4G a été lancée à Montpellier et Paris-La Défense. Quatre autres villes seront ouvertes au premier semestre 2013. Cette offre s’appuie sur une gamme très étendue de terminaux compatibles et sur ses «Formules Carrées».

En outre, SFR a mis en place, en janvier 2013, une nouvelle politique tarifaire proposant le meilleur rapport qualité/prix du marché tant pour ses offres à bas prix que pour ses offres complètes, qui demeurent le segment majoritaire au sein du marché français.

Le chiffre d’affaires de l’activité Internet haut débit et fixe10 s’établit à 3 963 millions d’euros, en recul de 0,9 % par rapport à 2011 et en croissance de 0,3 % en excluant les baisses de tarif imposées par les régulateurs.

Le parc des clients résidentiels abonnés à l’Internet haut débit s’élève à 5,075 millions à fin 2012, en progression de 56 000 clients11 sur l’année. L’offre quadruple-play (« Multi-Packs de SFR ») compte 1,8 million de clients à fin 2012.

Le résultat opérationnel ajusté avant amortissements (EBITDA) de SFR s'établit à 3 299 millions d’euros, en recul de 13,2 % par rapport à 2011. Hors produits et charges non récurrents (-15 millions d’euros en 2012 et +93 millions d’euros en 2011), l’EBITDA recule de 10,6 %.

Le résultat opérationnel ajusté (EBITA) s’établit à 1 600 millions d’euros, en baisse de 29,8 %. Hors produits et charges non récurrents et hors coûts de restructuration, il cède 18,0 %.

SFR a initié en 2012 un plan de transformation afin de préserver sa capacité d’investissement dans le très haut débit fixe et mobile, et d’adapter son organisation à l’évolution du marché. Dans ce cadre, il a présenté en novembre un plan de départs volontaires portant sur une réduction nette de 856 emplois.

Pour 2013, SFR prévoit un EBITDA proche de 2,9 milliards d’euros et des investissements de l’ordre de 1,6 milliard d’euros.

Le groupe Maroc Telecom
Croissance élevée à l’international

Le chiffre d’affaires du groupe Maroc Telecom s’établit à 2 689 millions d’euros, en retrait de 1,8 % par rapport à 2011 (-3,0 % à taux de change constant). La croissance du nombre de clients du groupe se poursuit en 2012 : le parc progresse de 13,5 % pour atteindre près de 33 millions de clients, essentiellement grâce au marché international qui augmente de 30,4 % en un an.

Les activités au Maroc génèrent un chiffre d’affaires de 2 088 millions d’euros, en recul de 6,1 % par rapport à 2011 (-7,4 % à taux de change constant). Cette évolution résulte des baisses successives des tarifs de terminaison d’appel mobile en janvier puis en juillet 2012, de la poursuite de la baisse des prix dans le mobile (-34,6 %) et du recul du chiffre d’affaires du fixe concurrencé par le mobile. Elle est également à replacer dans un contexte de ralentissement économique et de concurrence toujours très intense.

A l’international, le chiffre d’affaires du groupe s’élève à 638 millions d’euros, en forte hausse de 18,4 % par rapport à 2011 (+17,7 % à taux de change constant). Cette performance s’explique par la très forte progression des parcs mobile (+31,8 %), l’enrichissement des offres et la stimulation des usages. Malgré le conflit au Mali, la croissance du chiffre d’affaires s’est poursuivie à un rythme très soutenu (+15,7 % à taux de change constant).

Le résultat opérationnel avant amortissements (EBITDA) du groupe s’élève à 1 505 millions d’euros, en hausse de 0,3 % par rapport à 2011 (-0,9 % à taux de change constant). Cette évolution traduit la forte progression de 43,5 % (+42,6 % à taux de change constant) de l’EBITDA à l’international qui a compensé le recul de l’EBITDA au Maroc (-6,6 %). La marge d’EBITDA augmente de 1,2 point par rapport à 2011 pour atteindre le niveau élevé de 56,0 %.

Le résultat opérationnel ajusté (EBITA) du groupe s’établit à 987 millions d’euros, en recul de 9,4 % par rapport à 2011 (-10,5 % à taux de change constant). Hors coûts de restructuration de 79 millions d’euros, l’EBITA s’établit à 1 066 millions d’euros, en baisse de 2,1 %, soit une marge de 39,6 %, en retrait limité de 0,2 point.

Le Conseil de surveillance du groupe Maroc Telecom proposera à l’Assemblée Générale des actionnaires la distribution d’un dividende ordinaire de 7,4 dirhams par action, correspondant à un montant global de 6,5 milliards de dirhams représentant l’intégralité du résultat distribuable au titre de l’exercice 2012.

Pour 2013, le groupe Maroc Telecom prévoit de maintenir la marge d’EBITDA à un niveau élevé d’environ 56 % et une légère croissance de l’EBITDA-Capex.

GVT
Poursuite de l’expansion

Le chiffre d’affaires de GVT s’élève à 1 716 millions d’euros, en progression de 18,7 % par rapport à 2011 (+28,2 % à taux de change constant). Hors impact du changement fiscal (TVA), il augmente de 35 % à taux de change constant. GVT opère désormais dans 139 villes, dont 20 ont été ouvertes en 2012. Grâce à ses efforts commerciaux et à l’expansion géographique de son réseau, le nombre de lignes en service de GVT Telecom a atteint 8,669 millions, en augmentation de 37,0 % par rapport à 2011. Un an seulement après son lancement, le service de télévision payante a généré un chiffre d’affaires de 83 millions d’euros.

Son réseau unique et de dernière génération au Brésil a permis à GVT d’être élu la meilleure offre d’Internet haut débit du pays pour la quatrième année consécutive. Fin 2012, 44 % des clients ont opté pour des débits supérieurs ou égaux à 15 Mbit/s, comparé à 37 % fin 2011.

Lancé commercialement en janvier 2012, le service de télévision payante a conquis environ 406 000 abonnés, soit 18,8 % du parc des clients à l’Internet haut débit au 31 décembre 2012. Au cours de l’année 2012, la part de GVT dans les recrutements nets du marché de la télévision payante au Brésil s’élève à 11,4 % et, dans les seules villes où il est présent, cette part atteint 27,7 %.

Le résultat opérationnel ajusté avant amortissements (EBITDA) de GVT s’élève à 740 millions d’euros, en augmentation de 23,1 % par rapport à 2011 (+33,4 % à taux de change constant) et la marge d’EBITDA s’élève à un niveau record de 43,1 % et à 45,9 % pour les seules activités télécoms.

Le résultat opérationnel ajusté (EBITA) atteint 488 millions d’euros, en hausse de 23,2 % par rapport à 2011 (+33,7 % à taux de change constant, et +57,5 % hors impact du changement de TVA et à taux de change constant).

Les investissements industriels de GVT s’élèvent à 947 millions d’euros, en progression de 34,3 % par rapport à 2011, dont environ 248 millions d’euros au titre des activités de la télévision payante. Pour les seules activités télécoms, GVT a atteint un EBITDA-Capex équilibré.

Pour 2013, GVT prévoit une croissance de son chiffre d’affaires légèrement au-dessus de 20 % à taux de change constant, une marge d’EBITDA légèrement supérieure à 40 %, et un EBITDA-Capex proche de l’équilibre.

Groupe Canal+
Mise en place de relais de croissance

Le chiffre d'affaires de Groupe Canal+ s’élève à 5 013 millions d'euros, en hausse de 3,2 % par rapport à 2011 (+2,4 % à périmètre comparable, soit hors D8, D17 et nouvelles activités en Pologne).

Fin décembre 2012, Canal+ France, qui rassemble les activités de télévision payante du Groupe en France et dans les pays francophones, compte 11,363 millions d’abonnements, soit une croissance nette de 147 000 sur un an. Cette croissance est soutenue par les bonnes performances enregistrées sur les territoires de Canal+ Overseas (Outre-mer et surtout Afrique) dont le portefeuille global atteint 1,683 million d'abonnements, en croissance de 227 000 abonnés par rapport à 2011. En France métropolitaine, le portefeuille d'abonnements se situe à 9,680 millions, en léger repli par rapport à 2011 dans un contexte économique et concurrentiel difficile. Le revenu moyen par abonné individuel progresse légèrement pour atteindre 48 euros grâce notamment à la croissance continue du nombre de foyers disposant à la fois des offres Canal+ et CanalSat.

Le chiffre d’affaires de l’ensemble des autres activités de Groupe Canal+ progresse fortement, porté par StudioCanal ainsi que par les nouveaux développements à l'international (notamment en Pologne et au Vietnam) et par la télévision gratuite.

Hors impact de D8, D17 et des nouvelles activités en Pologne (y compris les coûts de transition), le résultat opérationnel ajusté (EBITA) de Groupe Canal+ s’élève à 714 millions d’euros, en progression de 1,9 % sur un an. Cette évolution s’explique par la croissance de Canal+ Overseas, notamment en Afrique, malgré l’impact négatif de la hausse de la TVA (autour de 40 millions d’euros). En tenant compte des coûts liés à l'intégration des nouvelles activités en Pologne et de D8 et D17, le résultat opérationnel ajusté s'établit à 663 millions d'euros.

En 2012, Groupe Canal+ a finalisé deux projets majeurs :
-La création d’un pôle de télévision gratuite en France comprenant les chaînes D8 et D17, qui ont été relancées avec succès en octobre 2012.
-La création et le contrôle de nc+, plate-forme majeure de télévision par satellite en Pologne, en novembre 2012. Cette entité compte 2,5 millions d’abonnés issue de la fusion des activités de Groupe Canal+ dans le pays et du bouquet "n" de TVN, groupe de média leader en Pologne. Ce rapprochement s'est accompagné d’une prise de participation minoritaire de Groupe Canal+ dans TVN.

Le 31 janvier 2013, Groupe Canal+ a renouvelé pour les trois prochaines saisons son contrat exclusif avec la Premier League de football anglaise, le championnat le plus diffusé au monde. Il est ainsi en mesure de proposer à ses abonnés le meilleur du football français et européen avec deux grandes affiches de Ligue 1, le meilleur match de Ligue des Champions et l’intégralité de la Premier League. Le 14 février 2013, il a également annoncé qu’il avait obtenu les droits exclusifs de diffusion en France du championnat du monde de Formule 1.

Pour 2013, Groupe Canal+ prévoit un EBITA d’environ 670 millions d’euros (hors coûts de restructuration de la télévision payante en Pologne), en hausse de 50 millions d’euros comparé à l’EBITA proforma 201212.

Commentaires des principaux indicateurs financiers consolidés

Le chiffre d’affaires consolidé s’élève à 28 994 millions d’euros, contre 28 813 millions d’euros en 2011 (+0,6 % et -0,7 % à taux de change constant).

Le résultat opérationnel ajusté s’établit à 5 283 millions d’euros, contre 5 860 millions d’euros en 2011 (-9,8 % et -10,7 % à taux de change constant). Cette évolution reflète principalement le recul de SFR (-678 millions d’euros, après la prise en compte des coûts de restructuration pour 187 millions d’euros), du groupe Maroc Telecom (-102 millions d’euros, après la prise en compte des coûts de restructuration pour 79 millions d’euros) et de Groupe Canal+ (-38 millions d’euros, après la prise en compte de l’impact de l’intégration des chaînes D8 et D17 ainsi que des nouvelles activités en Pologne pour -51 millions d’euros), partiellement compensé par les performances opérationnelles d’Activision Blizzard (+138 millions d’euros), de GVT (+92 millions d’euros) et d’Universal Music Group (+18 millions d’euros, après la prise en compte des coûts d’intégration d’EMI Recorded Music et de coûts de restructuration pour -98 millions d’euros).

Les dépréciations des actifs incorporels liés aux regroupements d’entreprises s’élèvent à 760 millions d’euros, contre 397 millions d’euros en 2011. En 2012, elles concernent l’écart d’acquisition relatif à Canal+ France (665 millions d’euros) et certains écarts d’acquisition et catalogues musicaux d’Universal Music Group (94 millions d’euros). En 2011, elles concernaient principalement l’écart d’acquisition relatif à Canal+ France (380 millions d’euros).

Au 31 décembre 2012, sur la base du verdict rendu le 25 juin 2012 au titre du litige Liberty Media Corporation aux Etats-Unis, confirmé par le tribunal de New York le 9 janvier 2013 et homologué par le juge le 17 janvier 2013, Vivendi a comptabilisé une provision correspondant au montant total de la condamnation (945 millions d’euros), soit les dommages (765 millions d’euros) et les intérêts avant jugement (« pre-judgment interests » sur la période du 16 décembre 2001 au 17 janvier 2013, au taux des billets du Trésor américain à un an, soit 180 millions d’euros). Par ailleurs, la provision constatée au titre de la « securities class action aux Etats-Unis » est inchangée au 31 décembre 2012 à 100 millions d’euros.

Les autres produits se réduisent à 22 millions d’euros, contre 1 385 millions d’euros en 2011. En 2011, ils comprenaient essentiellement l’incidence du règlement le 14 janvier 2011 du différend relatif à la propriété des titres PTC en Pologne (1 255 millions d’euros) et de la cession, en octobre 2011, de la participation d’UMG dans Beats Electronics (89 millions d’euros).

Le coût du financement s’élève à 568 millions d’euros, contre 481 millions d’euros en 2011 (+18,1 %). En 2012, les intérêts sur emprunts s’élèvent à 599 millions d’euros, contre 529 millions d’euros en 2011 (+13,2 %). Cette évolution s’explique principalement par l’augmentation de l’encours moyen des emprunts à 17,1 milliards d’euros en 2012 (contre 13,7 milliards d’euros en 2011), reflétant essentiellement l’incidence du financement de l’acquisition de 44 % de SFR en juin 2011 (7,75 milliards d’euros) et d’EMI Recorded Music en septembre 2012 (1,4 milliard d’euros), partiellement compensée par la baisse du taux d’intérêt moyen de ces emprunts à 3,50 % en 2012 (contre 3,87 % en 2011).

Les produits perçus des investissements financiers se réduisent à 9 millions d’euros, contre 75 millions d’euros en 2011. En 2011, ils correspondaient pour 70 millions d’euros au solde du dividende contractuel versé par GE à Vivendi le 25 janvier 2011 dans le cadre de la finalisation de la cession par Vivendi à GE de sa participation dans NBC Universal.

Dans le résultat net ajusté, l'impôt est une charge nette de 1 339 millions d’euros, contre une charge nette de 1 408 millions d'euros en 2011, en diminution de 69 millions d’euros. Cette évolution reflète notamment l’incidence du recul du résultat taxable des entités du groupe (+264 millions d’euros), essentiellement dû à SFR, partiellement compensée par la diminution (-181 millions d’euros) de l’économie d’impôt courant liée aux régimes de l’intégration fiscale de Vivendi SA et du bénéfice mondial consolidé à la suite des modifications de la législation fiscale en France en 2011 et 2012, principalement le plafonnement de l’imputation des déficits fiscaux reportés à hauteur de 50 % du bénéfice imposable (contre 60 % en 2011). Le taux effectif de l’impôt dans le résultat net ajusté s’établit à 28,3 % en 2012 (contre 25,8 % sur 2011).

La part du résultat net ajusté revenant aux intérêts minoritaires s’établit à 797 millions d’euros, contre 1 076 millions d’euros en 2011, soit une diminution de 279 millions d’euros qui reflète essentiellement l’impact du rachat de la participation de 44 % de Vodafone dans SFR (-242 millions d’euros), compensé par les performances opérationnelles d’Activision Blizzard (+34 millions d’euros).

Le résultat net ajusté est un bénéfice de 2 550 millions d’euros (1,96 euro par action), comparé à un bénéfice de 2 952 millions d’euros en 2011 (2,30 euros par action), en diminution de 13,6 %.

Le résultat net, part du groupe est un bénéfice de 164 millions d’euros (0,13 euro par action), contre un bénéfice de 2 681 millions d’euros en 2011 (2,09 euros par action), soit une diminution de 2 517 millions d’euros. Outre le recul du résultat opérationnel ajusté (-577 millions d’euros, dont -678 millions d’euros pour SFR), cette évolution reflète principalement la comptabilisation en 2012 de la provision au titre du litige Liberty Media Corporation (-945 millions d’euros), de la dépréciation de l’écart d’acquisition relatif à Canal+ France (-665 millions d’euros) et, en 2011, de l’incidence du règlement du différend relatif à la propriété des titres PTC en Pologne (1 255 millions d’euros), partiellement compensée par la moins-value réalisée lors de la cession de la participation résiduelle de 12,34 % dans NBC Universal (-421 millions d’euros) et le règlement du litige opposant GVT et plusieurs Etats brésiliens concernant l’application de la taxe « ICMS » (-165 millions d’euros).

Le résultat social de Vivendi S.A. est une perte de 6 045 millions d’euros en 2012, contre un bénéfice de 1 488 millions d’euros en 2011. Cette évolution reflète principalement la comptabilisation en 2012 de la provision au titre du litige Liberty Media Corporation (-945 millions d’euros), de la dépréciation des titres SFR13 (-5 875 millions d’euros) et de la dépréciation des titres Groupe Canal+ SA (-310 millions d’euros).

Pour toute information complémentaire, se référer au document « Rapport financier et états financiers consolidés audités de l’exercice 2012 » qui sera mis en ligne sur le site internet de Vivendi (www.vivendi.com).

A propos de Vivendi
Vivendi est au cœur des univers des contenus, des plates-formes et des réseaux interactifs.
Vivendi réunit le numéro un mondial des jeux vidéo (Activision Blizzard), le numéro un mondial de la musique (Universal Music Group), le numéro un français des télécoms alternatifs (SFR), le numéro un marocain des télécoms (Maroc Telecom), le numéro un des opérateurs haut débit alternatifs au Brésil (GVT) et le numéro un français de la télévision payante (Groupe Canal+).
En 2012, Vivendi a réalisé un chiffre d’affaires de 29 milliards d’euros et un résultat net ajusté de 2,55 milliards d’euros. Le groupe compte plus de 58 000 collaborateurs. www.vivendi.com

Avertissement Important
Déclarations prospectives. Le présent communiqué de presse contient des déclarations prospectives relatives à la situation financière, aux résultats des opérations, aux métiers, à la stratégie et aux perspectives de Vivendi ainsi qu’aux projections en termes de paiement de dividendes et d'impact de certaines opérations. Même si Vivendi estime que ces déclarations prospectives reposent sur des hypothèses raisonnables, elles ne constituent pas des garanties quant à la performance future de la société. Les résultats effectifs peuvent être très différents des déclarations prospectives en raison d'un certain nombre de risques et d'incertitudes, dont la plupart sont hors de notre contrôle, notamment les risques liés à l'obtention de l'accord d'autorités de la concurrence et des autres autorités réglementaires dans le cadre de certaines opérations ainsi que les risques décrits dans les documents déposés par Vivendi auprès de l'Autorité des Marchés Financiers, également disponibles en langue anglaise sur notre site (www.vivendi.com). Les investisseurs et les détenteurs de valeurs mobilières peuvent obtenir gratuitement copie des documents déposés par Vivendi auprès de l'Autorité des Marchés Financiers (www.amf-france.org) ou directement auprès de Vivendi. Le présent communiqué de presse contient des informations prospectives qui ne peuvent s'apprécier qu'au jour de sa diffusion. Vivendi ne prend aucun engagement de compléter, mettre à jour ou modifier ces déclarations prospectives en raison d’une information nouvelle, d’un évènement futur ou de tout autre raison.

ADR non sponsorisés. Vivendi ne sponsorise pas de programme d’American Depositary Receipt (ADR) concernant ses actions. Tout programme d’ADR existant actuellement est « non sponsorisé » et n’a aucun lien, de quelque nature que ce soit, avec Vivendi. Vivendi décline toute responsabilité concernant un tel programme.

CONFERENCE ANALYSTES & INVESTISSEURS (en anglais avec traduction française)
Intervenants :
Jean-François Dubos
Président du Directoire
Philippe Capron
Membre du Directoire et Directeur Financier

Date : Mardi 26 février 2013
Présentation à 9h00 heure de Paris – 08h00 heure de Londres – 03h00 heure de New York
Les journalistes pourront seulement écouter la conférence.
Adresse : Vivendi
42, avenue de Friedland. 75008 Paris.

Internet : La conférence pourra être suivie sur Internet : www.vivendi.com (audiocast)

Numéros à composer pour suivre la conférence EN DIRECT
Local – London, United Kingdom: +44(0) 20 7784 1036 – code 3412904
Local – New York, United States of America: +1 646 254 3360 – code 3412904
Local – Paris, France: +33(0)1 70 99 42 70 - code 3314147
Codes pour suivre la conférence EN REPLAY
Local – London, United Kingdom: +44(0) 20 3427 0598 – code 3412904
Local – New York, United States of America: +1 347 366 9565 – code 3412904
Local – Paris, France: +33(0)1 74 20 28 00 - code 3314147

Sur notre site www.vivendi.com seront disponibles les numéros pour le service de ré-écoute (14 jours), un service de web cast audio et les "slides" de la présentation.

CONFERENCE DE PRESSE (en français, avec traduction anglaise)
Intervenants :
Jean-François Dubos
Président du Directoire
Philippe Capron
Membre du Directoire et Directeur Financier

Date : Mardi 26 février 2013
11h00 heure de Paris –10h00 heure de Londres – 05h00 heure de New York
Adresse : Vivendi
42, avenue de Friedland. 75008 Paris.

Internet : La conférence pourra être suivie sur Internet : www.vivendi.com (audiocast).

1 Pour plus d’informations sur le résultat opérationnel ajusté, voir annexe IV.

2 Pour la réconciliation du résultat net, part du groupe au résultat net ajusté, voir annexe IV.

3 Opérations annoncées au second semestre 2011, charges de restructuration des activités télécoms et amende comptabilisée par SFR.

4 Selon The NPD Group, GfK Chart-Track et les estimations internes d’Activision Blizzard, en incluant les jouets et accessoires.

5 Selon les informations des consommateurs recueillies par Chart-Track, les estimations internes de la société et screenrant.com.

6 Selon les estimations internes d’Activision Blizzard.

7 Dans le commerce de détail et selon The NPD Group, GfK Chart-Track et les estimations internes d’Activision Blizzard.

8 Suite à la cession de 100 % des titres de la société Débitel France SA à la société La Poste Télécom SAS, Débitel France SA a été sortie du périmètre de consolidation le 1er mars 2011, avec un parc de 290 000 clients.

9 Baisses tarifaires décidées par les régulateurs : i) baisse de 33 % des prix régulés de terminaison d’appels mobile intervenue le 1er juillet 2011 puis de 25 % le 1er janvier 2012 et de 33 % le 1er juillet 2012, ii) baisse de 25 % des prix des terminaisons d'appels SMS intervenue le 1er juillet 2011 puis de 33 % le 1er juillet 2012. Nouvelle terminaison d’appel Free asymétrique, iii) baisses de tarifs en itinérance mobile le 1er juillet 2011 et le 1er juillet 2012, iv) baisse de 40 % du prix de la terminaison d’appels fixe intervenue le 1er octobre 2011 puis de 50 % le 1er juillet 2012.

10 Les chiffres d’affaires de l’activité mobile et de l’activité Internet haut débit et fixe sont présentés avant élimination des opérations intersegment au sein de SFR.

11 Le parc résidentiel Internet haut-débit du groupe SFR s’établissait au 31 décembre 2011 à 5,019 millions de clients suite à la sortie du périmètre de consolidation des clients Akéo 1P et 2P.

12 EBITA proforma 2012 de 620 millions d’euros incluant 95 millions d’euros de pertes relatives à D8/D17 et « n », avec l’hypothèse d’une détention au 1er janvier 2012.

13 Cette dépréciation reflète également une nouvelle évaluation de Maroc Telecom que SFR détient indirectement à hauteur de 51,9.%

ANNEXE I

VIVENDI

COMPTE DE RESULTAT AJUSTE
 
(IFRS, audité)
   
4e trimestre 2012 4e trimestre 2011 % de variation Exercice 2012 Exercice 2011 % de variation
                         
 
8,243 7,783 + 5.9% Chiffre d'affaires 28,994 28,813 + 0.6%
(4,471) (4,311) Coût des ventes (14,364) (14,391)
3,772 3,472 + 8.6% Marge brute 14,630 14,422 + 1.4%
 
(2,602) (2,455) Charges administratives et commerciales hors amortissements des actifs incorporels liés aux regroupements d'entreprises (8,995) (8,401)
 
(218) (23) Charges de restructuration et autres charges et produits opérationnels (352) (161)
       
952 994 - 4.2% Résultat opérationnel ajusté (EBITA) (*) 5,283 5,860 - 9.8%
 
(19) 1 Quote-part dans le résultat net des sociétés mises en équivalence (38) (18)
 
(145) (130) Coût du financement (568) (481)
 
2 1 Produits perçus des investissements financiers 9 75
       
790 866 - 8.8% Résultat des activités avant impôt ajusté 4,686 5,436 - 13.8%
 
(238) (304) Impôt sur les résultats (1,339) (1,408)
       
552 562 - 1.8% Résultat net ajusté avant minoritaires 3,347 4,028 - 16.9%
 
(196) (129) Intérêts minoritaires (797) (1,076)
       
356 433 - 17.8% Résultat net ajusté (*) 2,550 2,952 - 13.6%
                         
 
0.27 0.34 - 20.0% Résultat net ajusté par action (**) 1.96 2.30 - 14.8%
 
0.27 0.34 - 20.2% Résultat net ajusté dilué par action (**) 1.96 2.30 - 14.8%

Données en millions d’euros, informations par action en euros.

Pour toute information complémentaire, se référer au document « Rapport financier annuel et états financiers consolidés audités de l’exercice 2012 » qui sera mis en ligne ultérieurement sur le site internet de Vivendi (www.vivendi.fr).

(*) La réconciliation du résultat opérationnel (EBIT) au résultat opérationnel ajusté (EBITA) et du résultat net, part du groupe au résultat net ajusté est présentée en annexe IV.

(**) Le résultat net ajusté par action (de base et dilué) a été retraité sur l’ensemble des périodes antérieurement publiées afin de refléter l’effet dilutif de l’attribution, le 9 mai 2012, d’une action gratuite pour 30 actions détenues à chaque actionnaire, conformément à la norme IAS 33 – Résultat par action.

ANNEXE II

 

 

VIVENDI

 

 

COMPTE DE RESULTAT CONSOLIDE

 

 

 

(IFRS, audité)

4e trimestre 2012 4e trimestre 2011 % de variation   Exercice 2012 Exercice 2011 % de variation
                         
 
8,243 7,783 + 5.9% Chiffre d'affaires 28,994 28,813 + 0.6%
(4,471) (4,311) Coût des ventes (14,364) (14,391)
3,772 3,472 + 8.6% Marge brute 14,630 14,422 + 1.4%
 
(2,602) (2,455) Charges administratives et commerciales hors amortissements des actifs incorporels liés aux regroupements d'entreprises (8,995) (8,401)
 
(218) (23) Charges de restructuration et autres charges et produits opérationnels (352) (161)
 
(150) (152) Amortissements des actifs incorporels liés aux regroupements d'entreprises (487) (510)
 
(667) (392) Dépréciations des actifs incorporels liés aux regroupements d'entreprises (760) (397)
 
(945) - Dotation de provision au titre du litige Liberty Media Corporation aux Etats-Unis (945) -
 
7 93 Autres produits 22 1,385
 
(153) (23) Autres charges (235) (656)
       
(956) 520 na Résultat opérationnel (EBIT) 2,878 5,682 - 49.3%
 
(19) 1 Quote-part dans le résultat net des sociétés mises en équivalence (38) (18)
 
(145) (130) Coût du financement (568) (481)
 
2 1 Produits perçus des investissements financiers 9 75
 
26 3 Autres produits financiers 37 14
 
(87) (13) Autres charges financières (210) (167)
       
(1,179) 382 na Résultat des activités avant impôt 2,108 5,105 - 58.7%
 
(120) (381) Impôt sur les résultats (1,159) (1,378)
       
(1,299) 1 na Résultat net des activités 949 3,727 - 74.5%
 
- - Résultat net des activités cédées ou en cours de cession - -
       
(1,299) 1 na Résultat net 949 3,727 - 74.5%
 
(188) (119) Intérêts minoritaires (785) (1,046)
       
(1,487) (118) na Résultat net, part du groupe 164 2,681 - 93.9%
                         
 
(1.12) (0.09) na Résultat net, part du groupe par action 0.13 2.09 - 94.0%
 
(1.12) (0.09) na Résultat net, part du groupe dilué par action 0.12 2.09 - 94.1%

Données en millions d’euros, informations par action en euros.

na : non applicable.

Nota : Le résultat net, part du groupe par action (de base et dilué) a été retraité sur l’ensemble des périodes antérieurement publiées afin de refléter l’effet dilutif de l’attribution, le 9 mai 2012, d’une action gratuite pour 30 actions détenues à chaque actionnaire, conformément à la norme IAS 33 – Résultat par action.

ANNEXE III
 
VIVENDI
 
CHIFFRE D’AFFAIRES ET RESULTAT OPERATIONNEL AJUSTE PAR METIER
(IFRS, audité)
4e trimestre 2012 4e trimestre 2011 % de variation % de variation à taux de change constant (en millions d'euros)   Exercice 2012 Exercice 2011 % de variation % de variation à taux de change constant
 
                                 
 
Chiffre d'affaires
1,364 1,042 +30.9% +25.7% Activision Blizzard 3,768 3,432 +9.8% +2.3%
1,641 1,355 +21.1% +16.9% Universal Music Group 4,544 4,197 +8.3% +3.1%
2,780 3,046 -8.7% -8.7% SFR 11,288 12,183 -7.3% -7.3%
661 680 -2.8% -3.7% Groupe Maroc Telecom 2,689 2,739 -1.8% -3.0%
434 369 +17.6% +28.6% GVT 1,716 1,446 +18.7% +28.2%
1,366 1,294 +5.6% +5.0% Groupe Canal+ 5,013 4,857 +3.2% +3.2%
(3) (3) na na Activités non stratégiques et autres, et élimination des opérations intersegment (24) (41) na na
8,243 7,783 +5.9% +4.8% Total Vivendi 28,994 28,813 +0.6% -0.7%
                                 
 
Résultat opérationnel ajusté (EBITA) (*)  
395 60 x 6,6 x 6,4 Activision Blizzard 1,149 1,011 +13.6% +6.6%
287 263 +9.1% +7.0% Universal Music Group 525 507 +3.6% +1.2%
(50) 393 na na SFR 1,600 2,278 -29.8% -29.8%
258 256 +0.8% -0.4% Groupe Maroc Telecom 987 1,089 -9.4% -10.5%
147 97 +51.5% +66.2% GVT 488 396 +23.2% +33.7%
(59) (31) -90.3% -92.4% Groupe Canal+ 663 701 -5.4% -5.3%
(20) (41) +51.2% +53.3% Holding & Corporate (115) (100) -15.0% -13.0%
(6) (3) na na Activités non stratégiques et autres (14) (22) na na
952 994 -4.2% -5.2% Total Vivendi 5,283 5,860 -9.8% -10.7%

na : non applicable.

Les données présentées ci-dessus tiennent compte de la consolidation des entités suivantes à compter des dates indiquées :

  • chez Universal Music Group : EMI Recorded Music (28 septembre 2012) ;
  • chez Groupe Canal+ : D8 et D17 (27 septembre 2012) et « n » (30 novembre 2012).

(*) La réconciliation du résultat opérationnel (EBIT) au résultat opérationnel ajusté (EBITA) est présentée en annexe IV.

ANNEXE IV
VIVENDI
 
RECONCILIATION DU RESULTAT OPERATIONNEL AU RESULTAT OPERATIONNEL AJUSTE ET DU RESULTAT NET, PART DU GROUPE AU RESULTAT NET AJUSTE
(IFRS, audité)
4e trimestre 2012   4e trimestre 2011   (en millions d'euros)   Exercice 2012   Exercice 2011
                   
 
(956) 520 Résultat opérationnel (EBIT) (*) 2,878 5,682
Ajustements
150 152 Amortissements des actifs incorporels liés aux regroupements d'entreprises (*) 487 510
667 392 Dépréciations des actifs incorporels liés aux regroupements d'entreprises (*) 760 397
945 - Dotation de provision au titre du litige Liberty Media Corporation aux Etats-Unis (*) 945 -
(7) (93) Autres produits (*) (22) (1,385)
153 23 Autres charges (*) 235 656
952 994 Résultat opérationnel ajusté (EBITA) 5,283 5,860
4e trimestre 2012   4e trimestre 2011   (en millions d'euros)   Exercice 2012   Exercice 2011
                   
 
(1,487) (118) Résultat net, part du groupe (*) 164 2,681
Ajustements
150 152 Amortissements des actifs incorporels liés aux regroupements d'entreprises (*) 487 510
667 392 Dépréciations des actifs incorporels liés aux regroupements d'entreprises (*) 760 397
945 - Dotation de provision au titre du litige Liberty Media Corporation aux Etats-Unis (*) 945 -
(7) (93) Autres produits (*) (22) (1,385)
153 23 Autres charges (*) 235 656
(26) (3) Autres produits financiers (*) (37) (14)
87 13 Autres charges financières (*) 210 167
- 101 Variation de l'actif d'impôt différé lié aux régimes de l'intégration fiscale de Vivendi SA et du bénéfice mondial consolidé 48 129
(51) 27 Eléments non récurrents de l'impôt (25) 41
(67) (51) Impôt sur les ajustements (203) (200)
(8) (10) Intérêts minoritaires sur les ajustements (12) (30)
356 433 Résultat net ajusté 2,550 2,952

Vivendi considère le résultat opérationnel ajusté (EBITA) et le résultat net ajusté (ANI), mesures à caractère non strictement comptable, comme des indicateurs pertinents des performances opérationnelles et financières du groupe. La Direction de Vivendi utilise le résultat opérationnel ajusté et le résultat net ajusté pour gérer le groupe car ils illustrent mieux les performances des activités et permettent d’exclure la plupart des éléments non opérationnels et non récurrents.

(*) Tel que présenté au compte de résultat consolidé.

ANNEXE V
VIVENDI
BILAN CONSOLIDE
(IFRS, audité)
31 décembre 2012   31 décembre 2011
(en millions d'euros)
         
 
ACTIF
Ecarts d'acquisition 24,656 25,029
Actifs de contenus non courants 3,327 2,485
Autres immobilisations incorporelles 5,190 4,329
Immobilisations corporelles 9,926 9,001
Titres mis en équivalence 388 135
Actifs financiers non courants 514 394
Impôts différés 1,400 1,421
Actifs non courants 45,401 42,794
 
Stocks 738 805
Impôts courants 819 542
Actifs de contenus courants 1,044 1,066
Créances d'exploitation et autres 6,587 6,730
Actifs financiers courants 364 478
Trésorerie et équivalents de trésorerie 3,894 3,304
13,446 12,925
Actifs détenus en vue de la vente 667 -
Actifs courants 14,113 12,925
   
TOTAL ACTIF 59,514 55,719
 
CAPITAUX PROPRES ET PASSIF
Capital 7,282 6,860
Primes d'émission 8,271 8,225
Actions d'autocontrôle (25) (28)
Réserves et autres 2,937 4,390
Capitaux propres attribuables aux actionnaires de Vivendi SA 18,465 19,447
Intérêts minoritaires 2,971 2,623
Capitaux propres 21,436 22,070
 
Provisions non courantes 3,094 1,569
Emprunts et autres passifs financiers à long terme 12,667 12,409
Impôts différés 991 728
Autres passifs non courants 1,002 864
Passifs non courants 17,754 15,570
 
Provisions courantes 711 586
Emprunts et autres passifs financiers à court terme 5,090 3,301
Dettes d'exploitation et autres 14,196 13,987
Impôts courants 321 205
20,318 18,079
Passifs associés aux actifs détenus en vue de la vente 6 -
Passifs courants 20,324 18,079
 
Total passif 38,078 33,649
   
TOTAL CAPITAUX PROPRES ET PASSIF 59,514 55,719

ANNEXE VI

VIVENDI
TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE CONSOLIDES
(IFRS, audité)
Exercice   Exercice
(en millions d'euros) 2012 2011
       
 
Activités opérationnelles
Résultat opérationnel 2,878 5,682
Retraitements 5,199 2,590
Investissements de contenus, nets (299) (13)
Marge brute d'autofinancement 7,778 8,259
Autres éléments de la variation nette du besoin en fonds de roulement opérationnel 90 (307)
Flux nets de trésorerie provenant des activités opérationnelles avant impôt 7,868 7,952
Impôts nets payés (762) (1,090)
Flux nets de trésorerie provenant des activités opérationnelles 7,106 6,862
 
Activités d'investissement
Acquisitions d'immobilisations corporelles et incorporelles (4,516) (3,367)
Acquisitions de sociétés consolidées, nettes de la trésorerie acquise (1,374) (210)
Acquisitions de titres mis en équivalence (322) (49)
Augmentation des actifs financiers (99) (377)
Investissements (6,311) (4,003)
Cessions d'immobilisations corporelles et incorporelles 26 27
Cessions de sociétés consolidées, nettes de la trésorerie cédée 13 30
Cessions de titres mis en équivalence 11 2,920
Diminution des actifs financiers 215 1,751
Désinvestissements 265 4,728
Dividendes reçus de sociétés mises en équivalence 3 79
Dividendes reçus de participations non consolidées 1 3
Flux nets de trésorerie affectés aux activités d'investissement (6,042) 807
 
Activités de financement
Augmentations de capital liées aux rémunérations fondées sur des instruments de capitaux propres de Vivendi SA 131 151
Cessions/(acquisitions) de titres d'autocontrôle de Vivendi SA (18) (37)
Dividendes versés aux actionnaires de Vivendi SA (1,245) (1,731)
Autres opérations avec les actionnaires (229) (7,909)
Dividendes versés par les filiales à leurs actionnaires minoritaires (483) (1,154)
Opérations avec les actionnaires (1,844) (10,680)
Mise en place d'emprunts et augmentation des autres passifs financiers à long terme 5,859 6,045
Remboursement d'emprunts et diminution des autres passifs financiers à long terme (4,217) (452)
Remboursement d'emprunts à court terme (2,615) (2,451)
Autres variations des emprunts et autres passifs financiers à court terme 3,056 597
Intérêts nets payés (568) (481)
Autres flux liés aux activités financières (98) (239)
Opérations sur les emprunts et autres passifs financiers 1,417 3,019
Flux nets de trésorerie liés aux activités de financement (427) (7,661)
 
Effet de change (47) (14)
Variation de la trésorerie et des équivalents de trésorerie 590 (6)
       
 
Trésorerie et équivalents de trésorerie
Ouverture 3,304 3,310
Clôture 3,894 3,304

ANNEXE VII

 

VIVENDI

 

 

CHIFFRES CLES CONSOLIDES DES CINQ DERNIERS EXERCICES

 

(IFRS, audité)

  Exercice 2012 Exercice 2011 Exercice 2010 Exercice 2009 Exercice 2008
                     
 
Données consolidées
 
Chiffre d'affaires 28,994 28,813 28,878 27,132 25,392
Résultat opérationnel ajusté (EBITA) 5,283 5,860 5,726 5,390 4,953
Résultat net, part du groupe 164 2,681 2,198 830 2,603
Résultat net ajusté (ANI) 2,550 2,952 2,698 2,585 2,735
 
Endettement financier net (a) 13,419 12,027 8,073 9,566 8,349
Capitaux propres 21,436 22,070 28,173 25,988 26,626
Dont Capitaux propres attribuables aux actionnaires de Vivendi SA 18,465 19,447 24,058 22,017 22,515
 
Flux nets de trésorerie opérationnels avant investissements industriels, nets (CFFO avant capex, net) 7,872 8,034 8,569 7,799 7,056
Investissements industriels, nets (capex, net) (b) (4,490) (3,340) (3,357) (2,562) (2,001)
Flux nets de trésorerie opérationnels (CFFO) (c) 3,382 4,694 5,212 5,237 5,055
Investissements financiers (1,795) (636) (1,397) (3,050) (3,947)
Désinvestissements financiers 239 4,701 1,982 97 352
 
Dividendes versés au titre de l'exercice précédent 1,245 1,731 1,721 1,639 (d) 1,515
                     
 
Données par action
 
Nombre d'actions moyen pondéré en circulation (e) 1,298.9 1,281.4 1,273.8 1,244.7 1,208.6
Résultat net ajusté par action (e) 1.96 2.30 2.12 2.08 2.26
 
Nombre d'actions en circulation à la fin de la période (hors titres d'autocontrôle) (e) 1,322.5 1,287.4 1,278.7 1,270.3 1,211.6
Capitaux propres attribuables aux actionnaires de Vivendi SA par action (e) 13.96 15.11 18.81 17.33 18.58
 
Dividende versé au titre de l'exercice précédent par action 1.00 1.40 1.40 1.40 1.30

Données en millions d’euros, nombre d’actions en millions, données par action en euros.

a. Vivendi considère que l’endettement financier net, agrégat à caractère non strictement comptable, est un indicateur pertinent de la mesure de l’endettement financier du groupe.

Au 31 décembre 2009, Vivendi a modifié sa définition de l’endettement financier net, qui prend désormais en compte certains actifs financiers de gestion de trésorerie dont les caractéristiques (particulièrement la maturité, de 12 mois au maximum) ne répondent pas strictement à celles des équivalents de trésorerie, tels que définis par la norme IAS 7 et la position n°2011-13 de l’AMF. Compte tenu de l’absence de ce type de placement au cours des exercices antérieurs à 2009, l’application rétroactive de ce changement de présentation n’aurait pas eu d’incidence sur l’endettement financier net des exercices considérés et l’information présentée au titre de l’exercice 2008 est donc homogène.

Ainsi, l’endettement financier net est calculé comme la somme des emprunts et autres passifs financiers, à court et à long termes, tels qu’ils sont présentés au bilan consolidé, minorés de la trésorerie et des équivalents de trésorerie, tels qu’ils sont présentés au bilan consolidé, ainsi que des instruments financiers dérivés à l’actif, des dépôts en numéraire adossés à des emprunts et de certains actifs financiers de gestion de trésorerie (inclus au bilan consolidé dans la rubrique « actifs financiers »).

L’endettement financier net doit être considéré comme une information complémentaire, qui ne peut pas se substituer aux données comptables telles qu’elles figurent au bilan consolidé présenté en annexe V, ni à toute autre mesure de l’endettement à caractère strictement comptable. La Direction de Vivendi utilise l’endettement financier net dans un but informatif et de planification, ainsi que pour se conformer à certains de ses engagements, en particulier les covenants financiers.

b. Les investissements industriels, nets correspondent aux sorties nettes de trésorerie liées aux acquisitions et cessions d’immobilisations corporelles et incorporelles.

c. Vivendi considère que les flux nets de trésorerie opérationnels (CFFO), mesure à caractère non strictement comptable, est un indicateur pertinent des performances opérationnelles et financières du groupe. Il doit être considéré comme une information complémentaire qui ne peut se substituer aux données comptables telles qu’elles figurent dans le tableau des flux de trésorerie de Vivendi, présenté en annexe VI.

d. Le dividende distribué au titre de l’exercice 2008 s’est élevé à 1 639 millions d’euros, payé en actions pour 904 millions d’euros (sans incidence sur la trésorerie) et en numéraire pour 735 millions d’euros.

e. Le nombre d’actions, le résultat net ajusté par action et les capitaux propres attribuables aux actionnaires de Vivendi SA par action ont été retraités sur l’ensemble des périodes antérieurement publiées afin de refléter l’effet dilutif de l’attribution, le 9 mai 2012, d’une action gratuite pour 30 actions détenues à chaque actionnaire, conformément à la norme IAS 33 - Résultat par action.

Contacts

Médias
Paris
Jean-Louis Erneux, +33 (0) 1 71 71 15 84
Solange Maulini, +33 (0) 1 71 71 11 73
ou
New York
Jim Fingeroth (Kekst), +1 212 521 4819
ou
Relations Investisseurs
Paris
Jean-Michel Bonamy, +33 (0) 1 71 71 12 04
Aurélia Cheval, +33 (0) 1 71 71 12 33
France Bentin, +33 (0) 1 71 71 30 45
ou
New York
Eileen McLaughlin, +1 212 572 8961

Sharing

Contacts

Médias
Paris
Jean-Louis Erneux, +33 (0) 1 71 71 15 84
Solange Maulini, +33 (0) 1 71 71 11 73
ou
New York
Jim Fingeroth (Kekst), +1 212 521 4819
ou
Relations Investisseurs
Paris
Jean-Michel Bonamy, +33 (0) 1 71 71 12 04
Aurélia Cheval, +33 (0) 1 71 71 12 33
France Bentin, +33 (0) 1 71 71 30 45
ou
New York
Eileen McLaughlin, +1 212 572 8961