Biogen Idec forme un consortium de recherche novateur pour identifier des cibles médicamenteuses pour le traitement de la SLA

-- Cet effort pluridisciplinaire rassemble des laboratoires de recherche dotés de savoirs-faire complémentaires pour améliorer la compréhension de la maladie et l'identification des cibles --

-- Des projets sont en cours à Columbia, Harvard, Rockefeller, Yale --

WESTON, Massachusetts--()--Biogen Idec (NASDAQ : BIIB) a annoncé aujourd'hui avoir créé un nouveau consortium de recherche en collaboration avec plusieurs éminents centres de recherche universitaires. Ce consortium mobilisera différentes techniques et disciplines scientifiques afin d'identifier de nouvelles approches pour le traitement de la sclérose latérale amyotrophique (SLA). La coordination des recherches et le partage des résultats parmi les différentes disciplines devraient accélérer considérablement la compréhension du mécanisme de cette maladie et le développement de nouvelles cibles et approches de traitement.

À travers ce consortium, chaque laboratoire participant entreprendra un projet de recherche d'une durée de trois ans. Les chercheurs se réuniront régulièrement pour fournir des mises à jour et partager les informations et les perspectives émergeant de leurs recherches, et pour échanger les résultats issus des initiatives en cours chez Biogen Idec, ce qui aidera à orienter les activités de recherche en cours. Ce niveau de collaboration permettra aux chercheurs d'appliquer les enseignements de leurs collègues à leurs propres travaux, pratiquement en temps réel.

« La recherche sur la SLA constitue un domaine d'intérêt majeur pour Biogen Idec, mais cette maladie s'est avérée très difficile à comprendre et à traiter », déclare Spyros Artavanis-Tsakonas, Ph.D., vice-président directeur, directeur scientifique pour Biogen Idec et professeur de biologie cellulaire, Harvard Medical School. « Nous pensons qu'une approche holistique explorant les nombreuses variables impliquées dans le développement et la progression de la SLA accélèrera notre capacité à identifier des cibles médicamenteuses viables pouvant ensuite évoluer pour faire l'objet d'essais. Nous espérons que la constitution de ce groupe extraordinaire offrira des perspectives sans précédent et définira un nouveau niveau de synergie entre la recherche universitaire et Biogen Idec ».

Biogen Idec s'est engagée à consacrer plus de 10 millions de dollars sur trois ans au financement des projets de recherche menés par les membres du consortium. Cette initiative complètera et étendra une collaboration, annoncée plus tôt cette année par la société, avec Duke University et le Hudson Alpha Institute, visant à séquencer les génomes de 1 000 personnes atteintes de SLA.

Les membres du consortium ont été identifiés en fonction de leurs compétences scientifiques et techniques fondamentales. Une connaissance de la SLA ne constituait pas un critère de participation primordial, bien que le groupe compte certains des plus célèbres spécialistes mondiaux des neurosciences et de la SLA.

Les membres du consortium sont :

Pietro De Camilli, M.D., professeur de biologie cellulaire et professeur de neurobiologie, Eugene Higgins ; directeur du projet Yale Program in Cellular Neuroscience and Neurodegeneration and Repair ; investigateur, Howard Hughes Medical Institute, Yale University School of Medicine. Les recherches du Dr. Camilli dans le cadre de ce consortium étudieront le rôle général de la famille de protéines VAP dans la régulation lipidique et la réponse au stress du réticulum endoplasmique, et identifieront les voies moléculaires affectées par les mutations pathogènes de la protéine VAP-B.

J. Wade Harper, Ph.D., professeur de pathologie moléculaire, Bert and Natalie Vallee, Harvard Medical School. Les travaux du docteur Harper dans le cadre du consortium se concentreront sur l'établissement du profil de l'organisation de l'interactome mitochondrial en réaction aux protéines mutantes de la SLA, afin de déterminer si l'expression des protéines mutantes liées à la SLA entraîne une activation ou une inhibition du système de contrôle de qualité mitochondrial.

Christopher E. Henderson, Ph.D., professeur de médecine de réadaptation et régénérative, pathologie, neurologie et neurosciences, Gurewitsch/Vidda ; directeur, Columbia Stem Cell Initiative ; codirecteur, Center for Motor Neuron Biology and Disease (MNC) ; codirecteur, Project A.L.S. Laboratory for Stem Cell Research, Université de Columbia. Les travaux du docteur Henderson se concentrent sur les mécanismes de croissance, de survie et de mort cellulaire des neurones moteurs et leur régulation dans la maladie humaine. Ses recherches dans le cadre du consortium visent à explorer les différences entre les neurones moteurs de la colonne vertébrale, qui sont détruits par la SLA, et les neurones moteurs contrôlant le mouvement des yeux, qui ne sont pas affectés par la SLA, en vue d'identifier les gènes pouvant offrir une protection contre cette maladie.

Arthur L. Horwich, M.D., Sterling Professor génétique et professeur de pédiatrie, Yale School of Medicine ; investigateur, Howard Hughes Medical Institute, Yale University School of Medicine. Les recherches du docteur Horwich dans le cadre du consortium se concentrent sur le rôle du gène SOD1, qui a été associé au mauvais repliement de protéines et dont le rôle été démontré dans la pathologie de la SLA. En particulier, le laboratoire tentera de déterminer si une protéine SOD1 mal repliée peut se propager d'un tissu affecté à un tissu normal, à l'aide de souris modèles atteintes de SLA.

Lee L. Rubin, Ph.D., professeur de biologie des cellules souches et régénérative ; directeur du service de médecine translationnelle, Harvard Stem Cell Institute, Université de Harvard. Les travaux du docteur Rubin utilisent une approche reposant sur les cellules souches pour comprendre les maladies neurodégénératives. Les travaux du docteur Rubin dans le cadre du consortium consistent à développer des lignes de cellules de neurones moteurs SOD de souris ou humaines capturant les modifications pathologiques précoces et utilisant ces phénotypes cellulaires pour identifier les molécules/voies médicamenteuses affectant la pathologie de la maladie, afin d'identifier des pistes thérapeutiques potentielles.

Marc Tessier-Lavigne, Ph.D., président ; professeur, Carson Family ; responsable, Laboratory of Brain Development and Repair, The Rockefeller University. Le laboratoire du docteur Tessier-Lavigne étudie la formation des circuits neuraux dans le cerveau durant le développement embryonnaire. Dans le cadre du consortium, le laboratoire du docteur Tessier-Lavigne étudiera les modalités de la mort cellulaire et déterminera de quelle manière celles-ci contribuent à la dégénérescence des neurones moteurs et à la progression de la maladie dans la SLA.

Spyros Artavanis-Tsakonas, Ph.D. supervisera le consortium pour le compte de Biogen Idec et dirigera les initiatives de recherche pour la société et son laboratoire à l'Université de Harvard. Dans le cadre de ses recherches au sein du consortium, le docteur Artavanis-Tsakonas recourra au criblage à haut débit de drosophiles (souvent appelés « mouches du vinaigre ») pour identifier les gènes qui affectent les phénotypes dépendants de la SLA résultant de l'expression de la maladie responsable des formes SOD1, TDP-43 et FUS, et identifier les complexes protéiniques associés aux protéines liées à la SLA chez les humains et les drosophiles.

L'engagement de Biogen Idec dans la recherche contre la SLA

Biogen Idec s'engage à faire progresser la compréhension et le traitement de la SLA. La société travaille avec des chercheurs du monde entier pour explorer des moyens d'obtenir de meilleurs résultats pour les personnes atteintes de la SLA.

Biogen Idec étudie différents composés dédiés au traitement de la SLA ; deux composés sont actuellement en phase de recherche préclinique. En 2012, la société a conclu un contrat de collaboration de recherche avec Duke University et le Hudson Alpha Institute visant à séquencer les génomes de 1 000 personnes atteintes de SLA au cours des cinq prochaines années, afin d'acquérir une compréhension plus approfondie des causes génétiques fondamentales de la maladie. Duke et Hudson Alpha travailleront avec plusieurs éminents chercheurs possédant une connaissance et une expérience approfondies de la SLA et des gènes associés à la maladie.

Par ailleurs, Biogen Idec a sponsorisé des contrats de recherche avec diverses institutions universitaires, avec pour objectif commun la compréhension du mécanisme standard de la SLA depuis le début des symptômes au diagnostic, jusqu'au traitement et à l'espérance de vie.

La société a également versé 500 000 dollars au fonds ALS Champion Fund de l'University of Massachusetts Medical School. Ce financement permettra d'améliorer la sensibilisation à la SLA et de soutenir la recherche scientifique fondamentale et clinique visant à développer des traitements potentiels de la SLA et d'autres maladies neurodégénératives.

À propos de la SLA

La sclérose latérale amyotrophique, également appelée maladie de Charcot et maladie des neurones moteurs, est un trouble neurodégénératif universellement et rapidement fatal, qui se caractérise par une faiblesse et un dépérissement progressifs des muscles. La SLA affecte les adultes dans la force de l'âge et constitue un fardeau substantiel pour les fournisseur de soins. À l'échelle mondiale, l'incidence de la SLA est d'approximativement deux personnes sur 100 000. Un seul médicament a été approuvé pour le traitement de la SLA, et il prolonge généralement la survie de deux ou trois mois. L'espérance de vie après le début des symptômes est généralement de trois à cinq ans. Bien que la SLA soit la conséquence de mutations de plusieurs facteurs génétiques, le mécanisme exact de la cause reste inconnu à ce jour.

À propos de Biogen Idec

Grâce à la science et la médecine de pointe, Biogen Idec découvre, développe et fournit aux patients du monde entier des thérapies innovantes pour le traitement des maladies neurodégénératives, de l’hémophilie et des affections auto-immunes. Fondée en 1978, Biogen Idec est la plus ancienne entreprise de biotechnologie indépendante au monde. Des patients du monde entier bénéficient de ses traitements phares contre la sclérose en plaques, et la société réalise un chiffre d'affaires annuel de plus de 5 milliards de dollars. Pour l’étiquetage des produits, les communiqués de presse et d'autres informations à propos de la société, veuillez consulter www.biogenidec.com.

Déclaration d'exonération de Biogen Idec

Le présent communiqué de presse contient des énoncés prospectifs, notamment des déclarations sur le développement de thérapies potentielles contre la SLA. Ces énoncés prospectifs peuvent s'accompagner de termes comme « anticiper », « penser », « estimer », « prévoir », « prédire », « envisager », « pouvoir », « planifier » et de verbes conjugués au futur ainsi que d'autres mots et termes de signification similaire. Vous ne devez pas vous fier outre mesure à ces déclarations. Le développement et la commercialisation de médicaments impliquent un haut degré de risque. Les facteurs susceptibles d'entraîner une différence substantielle entre les résultats réels et les attentes actuelles incluent le risque de déroulement d'événements indésirables, d'exigences d'informations supplémentaires de la part des autorités de réglementation ou le rejet par celles-ci de nouveaux traitements potentiels, la limitation ou l'absence de remboursement des produits, des problèmes avec les procédés de fabrication, une protection inadéquate des droits de propriété intellectuelle et les autres risques et incertitudes qui sont décrits dans la section 'Risk Factors' (facteurs de risques) du dernier rapport annuel ou trimestriel de Biogen Idec Inc. et dans d'autres rapports que Biogen Idec Inc. a déposés auprès de la SEC. Ces déclarations s'appuient sur des croyances et attentes actuelles et ne sont valables qu'à la date du présent communiqué de presse. Biogen Idec Inc. n'endosse aucune obligation de mise à jour publique d'énoncés prospectifs quels qu'ils soient.

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Contacts

Contact Médias, Biogen Idec :
Banks Willis, 781-464-3260
Affaires publiques, Biogen Idec
ou
Contact Investisseurs, Biogen Idec :
Kia Khaleghpour, 781-464-2442
Directeur, Relations investisseurs

Sharing

Contacts

Contact Médias, Biogen Idec :
Banks Willis, 781-464-3260
Affaires publiques, Biogen Idec
ou
Contact Investisseurs, Biogen Idec :
Kia Khaleghpour, 781-464-2442
Directeur, Relations investisseurs