Selon le rapport du Conseil Mondial de l’Énergie, les systèmes énergétiques sont encore loin d’être durables

DOHA, Qatar--()--L’Indice annuel de Durabilité énergétique du Conseil Mondial de l’Énergie (CME) montre que la plupart des plus de 90 pays évalués sont encore loin de disposer de systèmes énergétiques totalement durables.

Publié lors de la Conférence COP-18 de Doha, l’Indice fait partie du rapport Trilemme énergétique mondial 2012 du CME, « Il est temps de passer aux actes – les arguments pour une politique énergétique durable », qui classe les pays selon leurs performances en matière d’énergie et d’impact sur le climat. Il a établi que la plupart des pays n’ont toujours pas réussi à trouver un équilibre entre les pressions contradictoires de ce que le CME appelle le « trilemme énergétique ».

Dans le cadre de cette étude, des dirigeants mondiaux du CME ont également été interrogés sur ce qu’ils attendent des décideurs politiques afin d’apporter une énergie durable aux 7 milliards de personnes que compte la planète.

Joan MacNaughton, président exécutif de l’étude :

« En fin de compte, c’est le monde de l’entreprise qui comprend le mieux ce qui fonctionne en pratique et qui prendra les décisions d’investissement essentielles. Nous demandons à présent aux gouvernements d’examiner ce rapport et de s’engager avec les entreprises pour élaborer des politiques claires, transparentes et cohérentes qui produiront les résultats escomptés. »

Les recommandations des chefs de file du secteur vont être communiquées aux autorités ministérielles et aux décideurs politiques du CME ; des recommandations communes pour mettre en place un système énergétique plus durable seront présentées au Congrès mondiale de l’énergie 2013, qui se tiendra en Corée du Sud.

Mark Robson, associé chez Oliver Wyman et partenaire de l’étude :

« Il y a un énorme déficit d’investissement privé dans les projets d’infrastructure à faible intensité carbonique et à faible consommation énergétique. Ce déficit peut être comblé, mais dans l’immédiat, c’est une occasion manquée. Notre rapport montre clairement que les entreprises attendent des décideurs politiques qu’ils leur garantissent que leurs investissements ne deviendront pas non-rentables en raison des changements de politiques. Les décideurs politiques doivent donc mettre en place des politiques qui restent stables dans le temps et sont associées à d’autres politiques. »

En analysant 22 indicateurs différents, l’Indice de Durabilité énergétique du CME a établi que les 10 pays enregistrant les meilleures performances en 2012 sont la Suède, la Suisse, le Canada, la Norvège, la Finlande, la Nouvelle-Zélande, la Danemark, le Japon, la France et l’Autriche. Toutefois, même les pays les mieux classés ont des défis à relever ; alors qu’ils traversent les différents stades de développement, ils sont susceptibles d’avoir des difficultés dans certains domaines spécifiques.

Pierre Gadonneix, Président du CME :

« Tous les pays font face à des défis dans le cadre de leur transition vers des systèmes énergétiques plus sûrs, plus respectueux de l’environnement et plus équitables. Si nous voulons avoir une chance de fournir une énergie durable à tous, nous devons maintenant passer aux actes. »

Le rapport et la vidéo peuvent être téléchargés sur le site www.worldenergy.org

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Contacts

Stuart Neil
Directeur des Communications
neil@worldenergy.org
(+44)7879998261

Sharing

Contacts

Stuart Neil
Directeur des Communications
neil@worldenergy.org
(+44)7879998261