Cushman & Wakefield : hausse des loyers commerciaux dans les destinations de magasinage les plus chères au monde

TORONTO--()--Cushman & Wakefield :

  • Le quartier de Causeway Bay, à Hong Kong, devance la 5e Avenue de New York parmi les destinations commerciales les plus chères au monde, cette dernière perdant sa position dominante pour la première fois en 11 ans.
  • La rue Bloor à Toronto conserve le 20e rang mondial.
  • L'Avenue des Champs-Élysées à Paris a connu une hausse des loyers soutenue et s'est classée à la troisième place devant le quartier de Ginza, à Tokyo.
  • Les loyers du commerce de détail sont demeurés robustes dans l'ensemble sur le plan international, les emplacements de choix enregistrant une hausse moyenne de 4,5 %.
  • Les détaillants de luxe internationaux continuent de stimuler la demande d'espace dans les destinations privilégiées.
  • L'Amérique du Sud a connu la plus forte hausse de loyer par rapport aux autres régions, avec une augmentation de 11,6 % des loyers les plus élevés.

« Malgré un contexte de ralentissement économique mondial et d'incertitude persistante – notamment autour de la zone euro – les marchés mondiaux du commerce de détail haut de gamme se sont montrés en général solides au cours de l'année, jusqu'au mois de juin, la croissance des loyers ayant été stimulée en particulier par un bon rendement en Asie et sur le continent américain », selon le dernier rapport Main Streets Across the World de Cushman & Wakefield publié aujourd'hui.

Parmi les 326 premiers emplacements commerciaux du monde répertoriés par le rapport à travers 62 pays, 147 ont connu une hausse de loyer alors que 49 (15 %) seulement ont enregistré une baisse, par rapport à 19 % en 2011.


Les dix emplacements de commerce de détail les plus chers au monde, par pays (2012)

Classement 2012   Classement 2011   Pays   Ville   Rue   $US/pi. ca./an   €/pi. ca./an   % variation

mesure locale

1 2 Hong Kong (Chine) Hong Kong Causeway Bay 2.630 22.307 34,9
2 1 États-Unis New York 5e Avenue 2.500 21.204 11,1
3 5 France Paris Avenue des Champs-Élysées 1.129 9.573 30,0
4 3 Japon Tokyo Ginza 1.057 8.962 0,0
5 4 Australie Sydney Pitt Street Mall 952 8.077 0,0
6 6 RU Londres New Bond Street 936 7.942 3,1
7 8 Suisse Zurich Bahnhofstrasse 854 7.243 8,7
8 7 Italie Milan Via Montenapoleone 825 7.000 2,9
9 9 Corée du Sud Séoul Myeongdong 686 5.822 16,0
10 10 Allemagne Munich Kaufingerstraße 495 4.200 6,1

Source : Cushman & Wakefield (classement complet contenu dans le rapport)


Stimulées par une forte poussée de la demande et de l'activité de location à bail, les valeurs locatives du quartier de Causeway Bay, à Hong Kong, ont connu une hausse de 34,9 %, soit $US 2 630 le pied carré, devançant pour la première fois en 11 ans la 5e Avenue de New York qui a, elle, enregistré $US 2 500 le pied carré, et devenant ainsi la destination commerciale la plus chère au monde.

Dans le haut du classement mondial, l'Avenue des Champs-Élysées à Paris a connu la plus forte hausse, avec $US 1 129 le pied carré, gagnant deux places pour se classer en troisième position, devant le quartier de Ginza, à Tokyo, avec $US 1 057 le pied carré.

Le commerce des produits de luxe continue de stimuler la croissance des ventes et la hausse des loyers dans les emplacements les plus stratégiques du marché mondial. Les détaillants de luxe sont tous attirés par les destinations de magasinage les plus convoitées, exerçant une pression à la hausse sur les valeurs locatives haut de gamme. Malgré un ralentissement récent de la croissance des ventes, le secteur du luxe reste solide et joue toujours un rôle vital et essentiel dans la stimulation du rendement global dans les meilleurs emplacements au monde.

Martin Mahmuti, analyste au sein du groupe de recherche européen, a déclaré : « À l'avenir, les principaux moteurs de la croissance mondiale ne devraient pas beaucoup changer et on devrait assister à une croissance de la demande structurelle dans les emplacements de niveau 1, à une mondialisation des marchés et à une expansion du commerce de luxe dans les emplacements clés ».

John Strachan, directeur international du département Commerce, a quant à lui indiqué : « On assiste à la bousculade habituelle en tête de classement entre Hong Kong et New York mais, bien entendu, le véritable message ici est l'avance inébranlable des premières villes mondiales, stimulée par une pénurie de l'offre et l'attrait des marques internationales ».

LES AMÉRIQUES

Les Amériques ont connu la plus forte hausse des loyers de toutes les régions. Cette croissance en Amérique du Nord était stimulée par le rendement solide aux États-Unis (16,3 %) et au Mexique (11,5 %), tandis que le Canada enregistrait une progression marginale.

La conjoncture du marché du commerce de détail aux États-Unis s'est améliorée au cours de l'année, avec une relève des activités de vente et de crédit-bail, bien qu'elle se soit principalement concentrée dans le secteur des emplacements les plus stratégiques. Cependant, une progression des taux de vacance et une nouvelle offre limitée sur le marché pourraient entraîner une augmentation des tarifs locatifs généraux au cours des 12 prochains mois et ce, pour la première fois depuis 2008.

Matt Winn, directeur général principal du département Commerce pour les Amériques, a déclaré : « L'année dernière, nous avons assisté à une hausse continue solide des loyers à travers les Amériques, stimulée par la reprise économique et des tendances démographiques robustes aux États-Unis et en Amérique latine. Compte tenu de la demande actuelle d'unités urbaines de la part d'un large éventail de détaillants, cette tendance devrait se poursuivre dans les zones les plus stratégiques, ainsi que dans les emplacements secondaires, à travers toute la région. Les contraintes de l'offre sur les marchés principaux peuvent en fait limiter la croissance future car la demande reste supérieure à l'offre sur la plupart des grands marchés ».

John Crombie, directeur général principal chez C&W Canada, a ajouté : « Le marché du commerce de détail canadien est le marché de choix en ce moment. La demande d'espaces commerciaux est restée soutenue au cours des 12 derniers mois et certains des meilleurs emplacements ont enregistré une croissance qui a entraîné une légère baisse du taux global de vacance commerciale. Malgré un intérêt marqué des détaillants américains et internationaux, on a assisté à un léger ralentissement de l'activité de crédit-bail parmi les détaillants étrangers en raison de coûts d'entrée plus élevés que prévu et de la difficulté pour les détaillants intéressés par le marché canadien de trouver de nouveaux sites pour démarrer leurs activités ».

Cela dit, grâce à des détaillants américains, comme J. Crew et Brooks Brothers, notamment, les loyers de la rue Bloor à Toronto ont augmenté de 1,6 % et cette artère reste la 20e rue la plus chère au monde en termes d'espaces commerciaux.

Les travaux de revitalisation de la rue Ste-Catherine Ouest à Montréal ont permis d'attirer un grand nombre de détaillants à la recherche d'espaces de choix et les loyers ont ainsi augmenté de 12,5 % en moyenne.

Parmi toutes les rues principales canadiennes, la rue Robson à Vancouver est la seule qui ait connu un déclin de l'activité et du taux locatifs, passant de $ 240 le pied carré en 2011 à $ 220 le pied carré en 2012, la plupart des détaillants de luxe ayant choisi de s'installer dans la rue Alberni avoisinante.

Le développement se poursuit dans les zones urbaines et suburbaines des grandes villes canadiennes, avec de nombreux projets à usage mixte, en phase de planification ou de construction. Un certain nombre de détaillants réduisent la taille de leur magasin et les vacances dans les grandes surfaces augmentent. Bien que cette tendance doive se poursuivre au cours des 12 prochains mois, elle présentera aussi certaines possibilités aux détaillants préférant les espaces clés en mains aux nouvelles constructions.

ASIE-PACIFIQUE

Malgré un léger ralentissement du taux de croissance régionale en Asie-Pacifique, qui est passé de 12,2 % en 2011 à 8,6 % en 2012, la demande dans la région reste robuste, les détaillants souhaitant tirer profit d'une classe moyenne généralement plus jeune mais de plus en plus aisée. L'Asie-Pacifique contient aussi cinq des 10 emplacements mondiaux les plus chers et les espaces de choix limités sont toujours aussi convoités à Hong Kong et en Corée du Sud.

Le fait marquant de l'enquête de cette année est la progression de 21,8 % de Hong Kong à la suite d'une demande extrêmement active parmi un groupe diversifié de nouveaux détaillants internationaux, des plans d'expansion des marques existantes et d'une disponibilité très limitée. En fait, en dépit du ralentissement de l'activité économique, ce marché est toujours pour les détaillants la plateforme de lancement idéale vers la Chine continentale.

EMOA

Le rendement des secteurs du détail à travers la région est resté profondément polarisé au cours de l'année dernière, les emplacements de choix dans la plupart des grandes villes ayant attiré une demande soutenue des marques de luxe internationales. Parallèlement, et même dans les villes plus solides, les emplacements secondaires sont toujours en difficulté en raison d'une vacance accrue et d'une certaine retenue de la part des consommateurs.

Les valeurs locatives des emplacements privilégiés dans la région EMOA étaient en hausse de 1,7 % jusqu'en juin, stimulées par la demande continue de la part des marques de mode internationales et du secteur du luxe. Les loyers les plus élevés dans 25 des 31 marchés européens sondés sont restés stables ou ont augmenté, alors qu'ils ont connu une chute notable dans les pays affectés par les mesures d'austérité, comme la Grèce (17,1 %), l'Irlande (15,1 %), la Hongrie (13,3 %), ou par une augmentation de l'offre, comme la Bulgarie (7,7 %).

L'Avenue des Champs-Élysées, à Paris, était à nouveau l'artère commerciale la plus chère de la région EMOA, enregistrant une hausse des loyers de 30 % au cours de l'année et élargissant son écart par rapport au deuxième de la liste, New Bond Street, à Londres.

Pierre Raynal, directeur du département Commerce chez C&W France, a déclaré : « Au cours de ces derniers mois, la forte demande de la part des détaillants internationaux a continué de stimuler les principales artères commerciales de Paris. Les Champs-Élysées en particulier, qui, en 2011, ont vu l'inauguration de Marks & Spencer, Abercrombie & Fitch et Banana Republic, restent au premier plan en 2012 avec l'ouverture de Levi Strauss, Kusmi Tea et la rénovation des magasins phares Hugo Boss. Le tourisme devant poursuivre sa progression au cours des prochaines années, Paris, l'une des principales villes carrefours européennes, continuera de bénéficier de cette forte demande ».

À propos de Cushman & Wakefield
Cushman & Wakefield est la plus importante société privée au monde de services pour l’immobilier commercial. La société conseille et représente ses clients dans tous les aspects de l’investissement et de l’occupation d’immeubles. Elle s’est hissée dans une position prédominante sur les principaux marchés mondiaux, ainsi que le démontrent sa participation fréquente à bon nombre des concessions, ventes et cessions immobilières les plus importants.

Fondée en 1917, la société possède 243 bureaux dans 60 pays et emploie plus de 14 000 personnes. Elle propose une gamme complète de services pour tous les types de propriétés, notamment le crédit-bail, les ventes et acquisitions, les financements par actions, par emprunt et structurés, le financement d'entreprises et les services bancaires d’investissement, les services aux entreprises, la gestion immobilière, la gestion des installations, la gestion des projets, ainsi que les conseils et évaluations. La société a plus de 4 milliards de dollars d’avoirs en gestion par l'entremise de sa filiale à part entière Cushman & Wakefield Investors. La société, un chef de file reconnu dans la recherche immobilière tant locale que mondiale, publie ses renseignements et ses études de marché en ligne sur le site www.cushmanwakefield.com/knowledge.

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Contacts

Mansfield Communications
Odette Coleman, 416-315-6343
Odette@mcipr.com

Sharing

Contacts

Mansfield Communications
Odette Coleman, 416-315-6343
Odette@mcipr.com