Les données issues d'une étude de cinétique virale ont démontré la réduction rapide de l'ARN du VHC avec l'ALS-2200 (VX-135), le promédicament oral analogue de l'uridine nucléotide de Vertex, dans le développement d'un traitement contre l'hépatite C

- Réduction moyenne de 4.54 log10 par rapport à la ligne de base dans l'ARN du VHC après 7 jours de dosage; l'ALS-2200 a été bien toléré et n'a pas occasionné d'événement indésirable ou d'interruption du fait d'événements indésirables -

- Vertex progresse avec plusieurs essais de Phase 2 début 2013, dans la recherche de combinaisons exclusivement orales, notamment sur le VX-135 avec le GSK2336805 et le simeprevir (TMC435) -

BOSTON--()--Vertex Pharmaceuticals Incorporated (Nasdaq: VRTX) a annoncé aujourd'hui que les données sur l'ALS-2200 (VX-135), un médicament oral que Vertex développe actuellement pour le traitement de l'hépatite C, sont présentées pour la première fois lors de The Liver Meeting®, la 63ème réunion annuelle de l'American Association for the Study of Liver Diseases (AASLD). Une réduction moyenne de 4.54 log10 (fourchette de -3,81, -5,08) a été observée par rapport à la ligne de base dans l'ARN du virus de l'hépatite C (VHC) après sept jours de dosage sous ALS-2200 (200 mg) une fois par jour chez les personnes atteintes d'une hépatite C chronique de génotype 1 pour lesquelles le traitement était nouveau (n=8). Des réductions similaires de la ligne de base dans l'ARN du VHC ont été observées lors d'une étude de cinétique virale de sept jour avec un dosage quotidien d'ALS-2200 (200 mg) en combinaison avec la ribavirine (n=8). L'ALS-2200 a été bien toléré au cours de cette étude, sans événement indésirable grave et sans interruption due à des événements indésirables. D'après ces données et pour approfondir la caractérisation du profil de sécurité et d'efficacité du médicament, Vertex prévoit de démarrer plusieurs études de Phase 2 de régimes exclusivement oraux sur 12 semaines chez les personnes atteintes d'une hépatite C chronique de génotype 1 début 2013, dans l'attente de discussions avec les autorités de réglementation. Ces études incluront des combinaisons du VX-135 avec le GSK2336805 et séparément avec le simeprevir (TMC435). Au début des études de Phase 2, l'ALS-2200 sera appelé le VX-135. La sélection pour la première étude, qui évaluera le VX-135 en combinaison avec la ribavirine, est prévue démarrer dans les prochaines semaines.

« Nous travaillons rapidement pour évaluer plusieurs régimes de traitement exclusivement oraux avec le VX-135 et nous prévoyons une quantité considérable de données issues de plusieurs études de Phase 2 d'ici à la fin de 2013 », a déclaré Robert Kauffman, M.D., Ph.D., Vice-président directeur et Directeur médical chez Vertex. « Notre objectif consiste à procéder à un développement pivot avec un ou plusieurs régimes qui ont le plus grand potentiel d'offrir aux médecins et à leurs patients un traitement de courte durée plus tolérable avec des taux de guérison virale élevés pour l'hépatite C ».

Les données de cinétique virale sur sept jour avec un dosage quotidien d'ALS-2200 (200 mg) en combinaison avec la ribavirine ont démontré une réduction moyenne de 4.18 log10 (fourchette -3,6, -5,2) par rapport à la ligne de base dans l'ARN du VHC chez les personnes atteintes d'une hépatite C chronique de génotype 1 pour lesquelles le traitement était nouveau (n=8). Cinq patients ont présenté des niveaux d'ARN du VHC inférieurs à la limite de quantification (< LQ = < 25 IU/ml), dont deux ont présenté des niveaux d'ARN du VHC inférieurs à la limite de détection (essai VHC Roche COBAS Taqman, Version 2) après sept jours de dosage. De même que pour les données issues de la cohorte sous monothérapie, l'ALS-2200 en combinaison avec la ribavirine a été bien toléré, aucun patient n'a interrompu le traitement du fait d'événements indésirables et aucun événement indésirable grave n'est survenu.

« L'activité antivirale précoce et la tolérabilité de ce promédicament analogue de l'uridine nucléotide sont très prometteuses, car nous cherchons à développer de nouveaux régimes de traitement sans interféron », a indiqué Patrick Marcellin, M.D., Ph.D., Professeur d'hépatologie à l'Université de Paris et Chef de l'unité de recherche contre les hépatites virales à l'hôpital Beaujon de Clichy. « Les données suggèrent que le VX-135 pourrait être un composant essentiel des régimes exclusivement oraux pour le traitement contre l'hépatite C ».

« La caractérisation pré-clinique de l'ALS-2200, un inhibiteur puissant de la polymérase nucléotide pour le traitement contre l'hépatite C chronique ».

Affiche de présentation n°1882

13 novembre 2012, de 8h00 à midi, HSE

Les données pré-cliniques sur l'ALS-2200 seront présentées à l'AASLD à l'appui de l'étude de cinétique virale de Phase 1 et de nouveaux plans de développement cliniques. Dans les études pré-cliniques, il a été observé que l'ALS-2200 était un promédicament analogue de l'uridine nucléotide puissant, sélectif, spécifique et pan-génotypique qui inhibe la polymérase NS5B du VHC. Spécifiquement, il n'y a pas eu d'inhibition in vitro des polymérases de virus non VHC, d'ADN humain (β ou γ) ou d'ARN (II) ni de synthèse de protéine mitochondriale. Les études ont également démontré que l'ALS-2200 conserve sa puissance in vitro contre un panel de variantes du VHC résistantes aux inhibiteurs non nucléosides de NS3/4A, de NS5A et de NS5B.

« Analyse de l'ALS-2200, un promédicament analogue de l'uridine nucléotide puissant et novateur, interactions de médicaments en combinaison dans le système de réplicon subgénomique du virus de l'hépatite C (VHC) ».

Affiche de présentation n°1887

13 novembre 2012, de 8h00 à midi, HSE

Des études de combinaison avec l'ALS-2200 ont été menées in vitro pour déterminer si oui ou non les interactions avec d'autres médicaments étaient additives, synergistes ou antagonistes. La combinaison de l'ALS-2200 avec le télaprévir ou le VX-222 a démontré un effet synergiste et la combinaison avec la ribavirine a généré une réponse additive. Aucune cytotoxicité ni aucun antagonisme substantiel n'ont été observés à n'importe quel degré de concentration des combinaisons testées. Les combinaisons de l'ALS-2200 avec 18 autres composés ont également été testées, notamment le simeprevir, qui a présenté une synergie importante avec l'ALS-2200.

« Nous sommes ravis de la solidité de notre collaboration avec Vertex et des débouchés potentiels sur d'avancées dans le traitement contre l'hépatite C », a déclaré Lawrence M. Blatt, Ph.D., Fondateur, Président et Directeur général d'Alios BioPharma. « Nous nous réjouissons à la perspective de voir les résultats de plusieurs études d'évaluation de combinaisons exclusivement orales incluant le VX-135 ».

Essais de Phase 2 sur le VX-135

Vertex a récemment annoncé qu'elle a conclu deux contrats non exclusifs pour mener des études de preuve de concept de Phase 2 sur le VX-135 en combinaison avec le simeprevir (TMC435), un inhibiteur de protéase en cours de développement conjoint par Janssen R&D Ireland et Medivir AB et avec le GSK2336805, un inhibiteur de NS5A en cours de développement par GlaxoSmithKline (GSK). Les études sur le GSK2336805 et le simeprevir sont prévues démarrer début 2013, dans l'attente de discussions avec les autorités de réglementation. La sélection est prévue commencer au cours des prochaines semaines pour une étude de Phase 2 sur le VX-135 et la ribavirine. Vertex envisage également de lancer début 2013 une étude sur le VX-135 et le télaprévir, l'inhibiteur de protéase approuvé de la société qui est commercialisé sous forme de comprimés INCIVEK® (télaprévir) pour les personnes atteintes d'une hépatite C chronique de génotype 1, dans l'attente de discussions avec les autorités de réglementation. L'ensemble de ces études de Phase 2 évaluera la sécurité, la tolérabilité et les taux de guérison virale (SVR12; virus de l'hépatite C indétectable 12 semaines après la fin du traitement) à l'aide de régimes en combinaison sur 12 semaines.

À propos du VX-135 (ALS-2200)

Le VX-135 (ALS-2200) est un promédicament analogue de l'uridine nucléotide qui semble disposer d'une barrière élevée contre la résistance aux médicaments d'après des études in vitro. Il est conçu pour inhiber la réplication du virus de l'hépatite C en agissant sur la polymérase NS5B. Des études In vitro du composé ont démontré une activité antivirale à travers l'ensemble des génotypes ou des formes du virus de l'hépatite C, notamment les génotypes plus courants hors des États-Unis.

Vertex a obtenu les droits internationaux pour l'ALS-2200 à travers un contrat de licence internationale exclusive signé avec Alios BioPharma, Inc. en juin 2011. Le contrat inclut également un programme de recherche qui se concentre sur la découverte de promédicaments analogues de l'uridine nucléotide supplémentaires qui agissent sur la polymérase de l'hépatite C. Vertex a la possibilité de sélectionner des composés supplémentaires dans le cadre du développement découlant du programme de recherche.

À propos d'INCIVEK

L'INCIVEK® (télaprévir) en comprimés est un médicament oral qui agit directement sur la protéase du virus de l'hépatite C, une enzyme essentielle à la réplication virale. L'INCIVEK a été prescrit à plus de 50 000 patients aux États-Unis. Environ trois patients américains sur quatre auxquels un composé antiviral à action directe a été prescrit en traitement contre l'hépatite C (VHC) chronique de génotype 1 reçoivent une polythérapie à base d'INCIVEK.

Au cours d'études cliniques de Phase 3, 79 pour cent des personnes qui n'avaient pas été précédemment traitées contre le VHC ont présenté une guérison virale suite à une polythérapie à base d'INCIVEK, par rapport à 46 pour cent de ceux qui ont reçu de l'interféron pégylé et de la ribavirine (P/R) seuls. Parmi les personnes qui ont été précédemment traitées mais qui n'ont pas présenté de guérison virale au cours des études de Phase 3: 86 pour cent des patients en rechute ont présenté une guérison virale avec une polythérapie à base d'INCIVEK par rapport à 22 pour cent sous P/R seuls; 59 pour cent des patients ayant partiellement répondu ont présenté une guérison virale par rapport à 15 pour cent sous P/R seuls; et 32 pour cent des personnes qui n'ont pas répondu ont présenté une guérison virale par rapport à 5 pour cent sous P/R seuls. Par ailleurs, beaucoup de personnes sont éligibles pour suivre la polythérapie à base d'INCIVEK en 24 semaines – deux fois moins de temps que sous P/R seuls.

L'INCIVEK a été approuvé aux États-Unis par la Food and Drug Administration (FDA) en mai 2011 et par Health Canada en août 2011 pour une utilisation en combinaion avec l'interféron pégylé et la ribavirine chez les adultes atteints d'une hépatite C chronique de génotype 1 avec une maladie hépatique compensée (un certain niveau de dommage au foie, mais ce dernier fonctionne encore), notamment une cirrhose (lésion du foie). L'INCIVEK est approuvé pour les personnes qui sont nouvelles au traitement et pour celles qui ont précédemment été soumises à un traitement à base d'interféron mais qui n'avaient pas présenté de réponse virologique soutenue ou une guérison virale (rechute, réponse partielle et réponse nulle).

Vertex a mis au point le télaprévir en collaboration avec Janssen et Mitsubishi Tanabe Pharma. Vertex détient les droits de commercialisation en Amérique du Nord où ce produit est vendu sous le nom d’INCIVEK (in-SI-vec). Janssen détient les droits de commercialisation en Europe, en Amérique du Sud, en Australie, au Moyen-Orient et dans certains autres pays. En septembre 2011, le télaprévir a été approuvé dans l'Union européenne et en Suisse. Le télaprévir est connu sous le nom d'INCIVO® en Europe. Mitsubishi Tanabe Pharma détient les droits de commercialisation du télaprévir au Japon et dans certains pays d'Extrême-Orient. En septembre 2011, le télaprévir a été approuvé au Japon où il est connu sous le nom de Telavic®.

RENSEIGNEMENTS IMPORTANTS RELATIFS À L’INNOCUITÉ

Indication

L'INCIVEK® (télaprévir) est un médicament sur prescription utilisé avec les médicaments péginterféron alfa et ribavirine pour traiter les infections chroniques (qui durent longtemps) de génotype 1 de l'hépatite C chez les adultes présentant des problèmes de stabilité du foie et qui n'ont pas été traitées auparavant ou qui ont été sous un traitement qui n'a pas fonctionné. On ne sait pas si l'INCIVEK est sûr et efficace chez les enfants de moins de 18 ans.

Renseignements importants sur l'innocuité

L'INCIVEK doit toujours être pris en combinaison avec le péginterféron alfa et la ribavirine. La ribavirine peut générer des anomalies congénitales ou la mort d'un bébé en gestation. Un patient ne doit donc pas être sous une polythérapie à base d'INCIVEK s'il s'agit d'une femme enceinte ou qui risque de tomber enceinte ou s'il s'agit d'un homme avec une partenaire sexuelle qui est enceinte. Les patients doivent utiliser deux formes de contraceptifs efficaces en cours de traitement et pendant les 6 mois qui suivent un traitement avec ces médicaments. Il est possible que les formes de contraceptifs hormonales, notamment les pilules, les anneaux vaginaux, les implants ou les injections, ne fonctionnent pas en cours de traitement sous INCIVEK.

INCIVEK et les autres médicaments peuvent interagir et causer des effets secondaires graves et même dangereux. Il existe certains médicaments que les patients ne peuvent pas prendre parallèlement à une polythérapie à base d’INCIVEK. Les patients doivent informer leurs médecins de tous les médicaments qu'ils prennent, que ces médicaments soient vendus ou non sur ordonnance ou encore qu'il s’agisse de vitamines ou de plantes médicinales.

L'INCIVEK peut provoquer des effets indésirables graves, notamment des réactions cutanées, des démangeaisons et de l'anémie à un stade avancé. Les effets secondaires les plus courants avec l'INCIVEK incluent: démangeaisons, nausées, diarrhée, vomissements, problèmes anaux ou rectaux, changements du goût et fatigue. D'autres effets secondaires avec l'INCIVEK sont possibles et les effets secondaires associés au péginterféron alfa et à la ribavirine s'appliquent également à une polythérapie à base d'INCIVEK. Les patients doivent informer leurs fournisseurs de soins de santé en cas d'effets secondaires gênants ou persistants.

Veuillez consulter l'intégralité des informations posologiques pour l'INCIVEK, y compris la notice d'utilisation, disponibles sur le site: www.INCIVEK.com.

À propos de l'hépatite C

L'hépatite C est une maladie hépatique grave causée par le virus de l'hépatite C, qui se propage par un contact direct avec le sang des personnes infectées et qui finit par affecter le foie.1 L'hépatite C chronique peut entraîner des problèmes hépatiques graves, voire potentiellement mortels, y compris lésions hépatiques, cirrhose, insuffisance hépatique ou cancer du foie.1 Bien qu'il soit possible que beaucoup de personnes atteintes de l'hépatite C ne présentent pas de symptômes, d'autres peuvent présenter des symptômes comme fatigue, fièvre, jaunisse et douleurs abdominales.1 Contrairement au VIH et au virus de l'hépatite B, il est possible de guérir de l'hépatite C.2 Si le traitement n'est pas efficace et qu'une personne ne présente pas de guérison virale, cette personne demeure exposée à un risque croissant de maladie hépatique évolutive.3,4

Plus de 170 millions de personnes dans le monde sont infectées par l'hépatite C chronique.5 Aux États-Unis, jusqu'à 5 millions de personnes sont infectées par l'hépatite C chronique et 75 pour cent d'entre elles ne le savent pas.6,7 L'hépatite C est quatre fois plus répandue aux États-Unis que le VIH.7 La majorité des personnes atteintes de l'hépatite C aux États-Unis sont nées entre 1945 et 1965, représentant 82 pour cent des personnes atteintes de la maladie.8 L'hépatite C est la principale cause de transplantations de foie aux États-Unis et les statistiques indiquent qu'elle entraîne 15 000 décès par an.9,10 D'ici à 2029, la totalité des frais médicaux annuels aux États-Unis concernant les personnes atteintes de l'hépatite C est prévue augmenter de plus de 100 %, passant de 30 milliards de $ en 2009 à environ 85 milliards de $.11

Vertex en bref

Vertex crée de nouvelles possibilités dans le domaine de la médecine. Nos équipes découvrent, développent et commercialisent des thérapies innovantes pour que les personnes atteintes de maladies graves puissent vivre mieux.

Les scientifiques de Vertex et nos collaborateurs travaillent sur de nouveaux médicaments pour guérir ou faire avancer considérablement le traitement contre l'hépatite C, la fibrose cystique, l'arthrite rhumatoïde et d'autres maladies potentiellement mortelles.

Fondée il y a plus de 20 ans à Cambridge dans l'État du Massachusetts, notre société dispose aujourd'hui de programmes et sites internationaux de recherches en cours aux États-Unis, au Royaume-Uni et au Canada. Actuellement, Vertex compte plus de 2 000 employés dans le monde et, pour la troisième année consécutive, le magazine Science l'a incluse sur sa liste des meilleurs employeurs dans le domaine des sciences de la vie

Les communiqués de presse de Vertex sont disponibles à l'adresse: www.vrtx.com.

Note spéciale concernant les déclarations prospectives

Le présent communiqué de presse contient des déclarations prospectives au sens de la définition prévue par la loi Private Securities Litigation Reform Act de 1995, y compris notamment les déclarations du Dr. Kauffman, du Dr. Marcellin et du Dr. Blatt ainsi que les déclarations sur les attentes de Vertex concernant les délais et la structure de plusieurs études de Phase 2 visant à explorer des régimes de traitement exclusivement oraux qui incluent le VX-135 en combinaison avec le GSK2336805, le TMC435, la ribavirine ou l'INCIVEK. Tandis que la société pense que les déclarations prospectives contenues dans le présent communiqué de presse sont exactes, un certain nombre de facteurs pourraient entraîner une différence substantielle entre les événements ou résultats réels et ceux qui sont indiqués par ces déclarations prospectives. Ces risques et incertitudes incluent notamment que l'initiation d'études de Phase 2 sur le VX-135 subisse un retard ou un empêchement éventuel, que les résultats issus d'études futures sur le VX-135 ne soient pas favorables, ainsi que les autres risques énumérés dans la section 'Risk Factors' (facteurs de risques) du rapport annuel de Vertex et dans les rapports trimestriels qu'elle a déposés auprès de la Securities and Exchange Commission et disponibles à travers le site Web de Vertex à l'adresse: www.vrtx.com. Vertex n'endosse aucune obligation de mise à jour des informations contenues dans le présent communiqué de presse si de nouvelles informations sont disponibles.

(VRTX-GEN)

Références bibliographiques :

1 Centers for Disease Control and Prevention. Hepatitis C Fact Sheet: CDC Viral Hepatitis. Disponible à l'adresse: http://www.cdc.gov/hepatitis/HCV/PDFs/HepCGeneralFactSheet.pdf Mise à jour en juin 2010. Accès le 21 septembre 2012.

2 Pearlman BL et Traub N, Sustained Virologic Response to Antiviral Therapy for Chronic Hepatitis C Virus Infection: A Cure and So Much More, Clin Infect Dis, avril 2011, 52(7), pp. 889-900.

3 Morgan TR, Ghany MG, Kim HY, Snow KK, Lindsay K, Lok AS. Outcome of sustained virological responders and non-responders in the Hepatitis C Antiviral Long-Term Treatment Against Cirrhosis (HALT-C) trial. Hepatology. 2008;50(Suppl 4):357A (Extrait 115).

4 Veldt BJ, Heathcote J, Wedmeyer H. Sustained virologic response and clinical outcomes in patients with chronic hepatitis C and advanced fibrosis. Annals of Internal Medicine. 2007; 147: 677-684.

5 Ghany MG, Strader DB, Thomas DL, Seeff, LB. Diagnosis, management and treatment of hepatitis C; An update. Hepatology. 2009;49 (4):1-40.

6 Chak, E, et. al. Hepatitis C Virus Infection In USA: An Estimate of True Prevalence. Liver Intl. 2011;1096 -1098.

7 Institute of Medicine of the National Academies. Hepatitis and liver cancer: a national strategy for prevention and control of hepatitis B and C. Colvin HM and Mitchell AE, ed. Disponible à l'adresse: http://www.iom.edu/Reports/2010/Hepatitis-and-Liver-Cancer-A-National-Strategy-for-Prevention-and-Control-of-Hepatitis-B-and-C.aspx Mise à jour le 11 janvier 2010. Accès le 21 septembre 2012.

8 Smith, BD, et al. Hepatitis C Virus Antibody Prevalence, Correlates and Predictors among Persons Born from 1945 through 1965, United States, 1999-2008. AASLD 2011 Annual Meeting.

9 Volk MI, Tocco R, Saini S, Lok, ASF. Public health impact of antiviral therapy for hepatitis C in the United States. Hepatology. 2009;50(6):1750-1755.

10 Ly KN, et al. The Increasing Burden of Mortality From Viral Hepatitis in the United States Between 1999 and 2007. Ann Intern Med. 2012;156:271-278.

11 Pyenson B, Fitch K, and Iwasaki K. Consequences of Hepatitis C Virus (HCV): Costs of a Baby Boomer Epidemic of Liver Disease. Milliman, Inc. May 2009. Disponible à l'adresse: http://www.vrtx.com/assets/pdfs/MillimanReport.pdf

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Contacts

Vertex Pharmaceuticals Incorporated
Médias:
Erin Emlock ou Dawn Kalmar, 617-444-6992
mediainfo@vrtx.com
ou
Investisseurs:
Kelly Lewis, 617-961-7530
ou
Michael Partridge, 617-341-6108

Sharing

Contacts

Vertex Pharmaceuticals Incorporated
Médias:
Erin Emlock ou Dawn Kalmar, 617-444-6992
mediainfo@vrtx.com
ou
Investisseurs:
Kelly Lewis, 617-961-7530
ou
Michael Partridge, 617-341-6108