Louis Bacon obtient gain de cause dans une affaire de diffamation

Le Bahama Journal va publier ses excuses en première page, reconnaissant que les allégations étaient « entièrement fausses »

NASSAU, Bahamas--()--Le Bahama Journal et son site Web en ligne ont convenu de publier en première page des excuses à l'adresse de Louis Bacon pour avoir fait à son sujet de fausses affirmations qui étaient le résultat d'une « campagne de dénigrement ».

Les excuses sont le résultat d'un règlement intervenu cette semaine entre le Bahama Journal et M. Bacon, fondateur de Moore Capital Management et de la Fondation Moore. Lors d'une audience publique, un avocat représentant Jones Communications Limited, la maison d'édition du Bahama Journal, a reconnu que le quotidien avait été utilisé « par une personne ou des personnes qui avaient un plan d'action contre le plaignant ».

Le Bahama Journal a publié ses excuses dans la déclaration suivante :

« Nous nous rendons pleinement compte à présent que ces allégations sont entièrement fausses et qu'elles n'auraient pas dû être publiées. Nous exprimons nos regrets, et nous présentons nos excuses à M. Louis Bacon et à sa famille pour l'embarras ou l'angoisse que cela a pu leur causer. »

Un avocat représentant le Bahama Journal a également fait la déclaration suivante en audience publique :

« La partie défenderesse reconnaît que les allégations concernant le plaignant étaient fausses et que le Bahama Journal a été utilisé comme intermédiaire pour une campagne de dénigrement contre le plaignant. »

Les déclarations lues par les avocats de Louis Bacon et Jones Communications ont été incluses dans des documents déposés auprès de la Cour suprême des Bahamas, qui a approuvé le règlement.

Les excuses interviennent après que les avocats londoniens de M. Bacon ont cherché à obtenir une rétractation et des excuses pour les articles qui ont été publiés en mai. Les articles comprenaient une série d'affirmations mensongères inacceptables incluant l'allégation selon laquelle M. Bacon avait été impliqué dans le trafic de drogue, la corruption publique et le camouflage d'un meurtre.

Des documents du tribunal montrent que Wendell Jones, la maison d'édition du Bahama Journal, a accepté de publier des récits d'un journaliste indépendant qui avait proposé d'être chroniqueur non rémunéré pour la publication.

En annexe, une copie de la déclaration en audience publique.

Photos/Galerie multimédia disponibles: http://www.businesswire.com/cgi-bin/mmg.cgi?eid=50473341&lang=fr

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Contacts

Contacts avec les médias :
Burson-Marsteller
Gary Koops, 212-614-4756
Gary.Koops@bm.com
ou
Enquêtes judiciaires :
Schillings
Jenny Afia, 00 44 207 034 9000/ 07968 103 965
Jenny.afia@schillings.co.uk

Permanent Injunction Consent Order & Statement in Open Court Bacon vs Jones Communications 08 Nov 2012

Permanent Injunction Consent Order & Statement in Open Court Bacon vs Jones Communications 08 Nov 2012

???news_view.multimedia.download???

Sharing

Contacts

Contacts avec les médias :
Burson-Marsteller
Gary Koops, 212-614-4756
Gary.Koops@bm.com
ou
Enquêtes judiciaires :
Schillings
Jenny Afia, 00 44 207 034 9000/ 07968 103 965
Jenny.afia@schillings.co.uk